Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/09/18 | Pau : un rallye étudiant pour découvrir la ville

    Lire

    Pensé par et pour les jeunes, la Mairie de Pau lance le 4 octobre, son 1er Rallye Etudiant. Objectif, selon Régis Laurent Adjoint au maire chargé de la jeunesse: «souhaiter la bienvenue à Pau aux nouveaux étudiants tout en leur montrant la palette des activités associatives, culturelles et sportives qui y sont possibles». Destinés aux étudiants et étudiants des métiers de 1ère année, ce rallye, mêlant jeu de piste urbain et battles entre équipes, permettra aux jeunes de découvrir les acteurs du territoire au fil de leur pérégrination. A 19h, rdv pour un concert électro gratuit et ouvert à tous place Clémenceau. Détails et inscription.

  • 19/09/18 | Les " Ford" appellent à manifester le 22 septembre

    Lire

    A l'initiative des syndicats CFTC et CGT de l'usine Ford de Blanquefort une manifestation aura lieu le 22 septembre à 14h place de la République à Bordeaux. 872 emplois directs et 3.000 emplois induits sont menacés soulignent-ils, insistant sur les aides publiques apportées à la multinationale: de "2013 à 2018 Ford Aquitaine Industries a engrangé près de 50 millions d'euros pour maintenir les 1000 emplois soit approximativement 830 euros par salarié par mois sur 5 ans."

  • 19/09/18 | Anti-ours face à De Rugy, la tension monte en Béarn

    Lire

    L'annonce dans le journal Sud-Ouest ce mercredi, de la venue de François De Rugy à Pau jeudi 20 septembre, sur le thème du lâcher de 2 ourses dans le massif pyrénéen, n'a pas tardé d'effet dans les rangs des « anti ». Si dans un communiqué la Fédération Transpyrénéenne des Éleveurs de Montagne 64 juge cette visite «indécente», un collectif d'éleveurs non identifié appelle quant à lui à «un rassemblement musclé» au village d'Asasp-Arros et précise «s'il faut des armes et des fusils pour que notre message résonne aux oreilles de François de Rugy et jusqu'en Slovénie, ils seront sortis!»

  • 19/09/18 | Portes ouvertes pour les 60 ans de l’INJS

    Lire

    L’Institut National des Jeunes Sourds de Bordeaux, implanté à Gradignan, fêtera ses 60 ans le 22 septembre prochain. Pour lancer une journée ouverte au public, l’arbre des 60 ans sera planté à 10h30. Une exposition dans la chapelle retracera son histoire et la journée sera ponctuée de tables rondes où familles et jeunes raconteront leur expérience. Vous pourrez aussi visiter le site et profiter pour clôturer la journée d’un spectacle réalisé par un magicien sourd.

  • 19/09/18 | Les V3 électriques arrivent à Bordeaux

    Lire

    Avis aux amateurs de vélos sur la métropole bordelaise. Ce mercredi, Keolis et Bordeaux Métropole ont présenté, à l'occasion de la "rentrée" du réseau TBM, le premier V3 électrique. Doté d'une batterie démontable et d'une autonomie de dix kilomètres, il sera rechargeable en une heure trente et son abonnement devrait coûter six euros par mois. Keolis et Bordeaux Métropole ont ainsi prévu d'en déployer 1000 dès le début de l'année 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Conseil régional : Un Contrat de Plan État-Région adopté et contesté

06/07/2015 | C'est ce lundi 6 juillet que s'est tenue une nouvelle plénière du Conseil régional d'Aquitaine. Principal dossier : l'adoption du nouveau Contrat de Plan Etat-Région

2,8 milliards d'euros seront investis en Aquitaine entre 2015 et 2020

L'heure est à la transition. Après les 1,397 milliards d'euros qui ont été investis en Aquitaine par le Conseil régional et l'État lors du précédent Contrat de Plan Etat-Région (période 2007-2014), un tout nouveau CPER était voté aujourd'hui lors d'une nouvelle plénière du Conseil régional d'Aquitaine. Un budget global en baisse d'une dizaine de millions, des axes forts comme la mobilité, l'enseignement supérieur ou le numérique, et quelques oppositions qui se concentraient globalement sur la relative frilosité de l'État en termes d'engagement budgétaire pour 2015-2020.

Des chantiers, à l’aune du redécoupage des régions, il y en aura beaucoup à mener pour la région Aquitaine. Comme l’a rappelé Alain Rousset en début de séance, l’Assemblée Nationale a adopté en deuxième lecture la loi NOTRe le 3 juillet dernier, et le texte passera dans les mains d’une commission mixte paritaire la semaine prochaine. « Les choses devraient être peu modifiées. Ce que les régions auront comme compétences supplémentaires demain, ce sont les transports urbains et scolaires, avec un objectif de mutualisation et de meilleure efficacité du dispositif », a affirmé le président de la région Aquitaine.

Il n’a pas hésité à pousser un coup de gueule dans l’hémicycle sur ce qu’il affirme être un détricotage : « on constate le même phénomène que lors de la loi Raffarin : elle commence régionaliste et en sort départementaliste. Si nous avons obtenu aux termes de longs débats le pilotage du service régional public de l’emploi, nous n’avons pas eu celui de Pôle Emploi à cause d’un mur gouvernemental et syndical infranchissable. Les lignes ont un peu bougé, mais ce n’est pas un texte de décentralisation, il y aura beaucoup de travail à faire pour nos successeurs ».

Un nouveau CPEREn attendant, c’était un autre volet important qui était abordé lors de cette plénière du 6 juillet : celui du nouveau Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020. IL fait suite à celui engagé sur la période 2007-2014, qui a permis un investissement de 1,397 milliard de la part du Conseil régional (755,3 millions) et de l’État (641,4 millions) notamment sur l’emploi (543 M), le report modal et les transports (374 M), la préservation de l’environnement (215 M) et la « cohésion des territoires » (186 M). Parmi les actions importantes, citons le programme lié à la LGV (environ 350 millions d’euros depuis le début du projet Bordeaux-Tours et jusqu’en 2018, hors chantier de la Gare Saint-Jean) ou encore la rénovation urbaine (112 millions d’euros). 2,8 milliards, c’est la somme totale qui devrait être investie en Aquitaine jusqu’en 2020 grâce à l’aide de l’État, des fonds européens et d’autres opérateurs nationaux. 

Six axes principauxPour ce nouveau CPER, les lignes bougent un peu. Si la part de l’État baisse de 11 millions d’euros (rappelons que le précédent CPER s’était rallongé d’un an, et que le nouveau est prévu pour durer 6 ans), celle de la région augmente de 22 millions d’euros, soit une surcompensation qui annule la baisse annuelle des dotations de l’État. Autour de ce nouveau CPER, 6 axes essentiels (contre 4 pour le précédent) : la mobilité, l’enseignement supérieur/recherche/innovation, la transition écologique, le numérique, les filières d’avenir et les territoires, le tout avec une priorité très clairement fixée sur l’emploi : développement du service public régional d’orientation, appui aux filières d’avenir et sécurisation des parcours font notamment partie des objectifs.

En tout, 1,387 milliards d’euros sont prêts à être investis partagés entre le niveau régional et national. Dans le détail cependant, on voit d’importantes disparités : si la région garde la main sur l’emploi (8,2 millions financés par l’État contre 43,4 par la région), l’État reste le plus grand financeur en termes de mobilité (340,3 millions contre 221,8), même si le fait qu’il finance totalement la construction et la rénovation des routes pèse plutôt lourd dans la balance (200,5 millions et 152 millions pour les collectivités locales). La région, elle, parie sur l’enseignement supérieur et la recherche (236,2 millions sur les 309,6) avec la réhabilitation et la construction de 3500 logements étudiants supplémentaires, des espaces d’enseignements rénovés et des équipements scientifiques supplémentaires pour la recherche. 

Des oppositionsMais le CPER n’a pas été adopté à l’unanimité ce matin, il a été contesté par un certain nombre de conseillers régionaux, au premier rang desquels Michel Diefenbacher, UMP et ancien Président du Conseil général du Lot-et-Garonne. « Si le taux de réalisation est meilleur du côté de la région, c’est en réalité que le contrat de plan devient un instrument de transfert sournois des charges de l’État vers la région », a-t-il notamment dénoncé, « l “État veut juste gonfler le contrat de plan artificiellement en y rajoutant les crédits routiers. Au final, l’économie est le parent pauvre du contrat de plan. L’État n’a que trop tendance de se défausser sur la région ». Reste que concrètement, le budget le plus important est bien celui de la modernisation des infrastructures ferroviaires routières et portuaires plus de 980 millions d’euros, dont 222 pris en charge par la région, contre 374 millions pour le plan précédent... les antis LGV y trouveront sûrement leur compte). Patrick Beauvillard, qui siège au sein du groupe « Aquitaine région citoyenne », à quant-à-lui souligné « des objectifs poursuivis cités, mais pas chiffrés et dont l’impact n’est même pas évalué ».

Certains volets politiques, comme la préservation des espèces protégées ou l’Économie Sociale et solidaire, ont subi une absence remarquée. « Le CPER n’est pas là pour tout contenir, mais pour fixer des priorités », a justifié Alain Rousset, largement défendu par Stéphane Delpeyrat Vincent, vice-président du Conseil régional en charge des sports de la jeunesse et de la vie associative. « Une négociation, c’est aussi un compromis. La région est en train de sortir de la torpeur pépère dans laquelle elle se trouvait depuis quelques années, et ce CPER se veut dans la continuité du travail engagé ». Malgré des oppositions, le Contrat a tout de même été adopté, même si c’était avec le regret du président de la région, qui « aurait aimé qu’il le soit à l’unanimité, il le méritait ». Reste que de manière très formelle, le sixième volet « emploi » représente le volet emploi représente au total 51,620 M€ (dont 8,2M€ de l'Etat et 43,420M€ de la Région) sur ce volet, 6,8M€ (Région) sont consacrés au soutien au développement de l'emploi et à l'accompagnement des chômeurs vers l'emploi.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1818
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !