Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Crise sanitaire : la Région dresse le bilan du dispositif d'urgence destiné aux étudiants

27/10/2020 | Alain Rousset lors de la distribution par le CROUS de denrées et produits d'hygiène aux étudiants.

une aide alimentaire aux étudiants

C'est notamment en présence d'Yves Deloye, directeur de Science Po Bordeaux, lieu qui accueillait cette rencontre, mais aussi de Pierre Pouget, président des Banques Alimentaires de Nouvelle-Aquitaine et de Jean-Pierre Ferré, directeur général du CROUS de Bordeaux, qu'Alain Rousset a souhaité dresser la semaine dernière, le bilan du dispositif d'urgence centré sur les aides alimentaires mis en place depuis six mois pour venir en aide aux étudiants de la région.

Distanciation sociale oblige, c'est devant un public épars que les responsables de la Région, du CROUS (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires) et des Banques Alimentaires de Nouvelle-Aquitaine ont dressé le bilan de l'initiative mise en place en mars dernier pour venir en aide aux étudiants, un public déjà fragile et particulièrement impacté par la crise sanitaire. Une situation aggravée par le nombre accru de bacheliers et donc de jeunes qui se sont inscrits cette année pour suivre des études supérieures, a précisé Yves Deloye.

L'importance du maillage des acteurs locaux
Partenariat inédit entre les trois instances, cette idée est née de l'initiative d'Alain Rousset de demander au réseau des Banque Alimentaires d'étendre le dispositif mis en place dès le début de l'épidémie entre le CROUS et la Banque Alimentaire du département pour venir en aide à ceux qui parmi eux, étaient les plus démunis. Une initiative qui a d'ailleurs nécessité une aide financière du Conseil Régional de 325 000 € ainsi que le soutien logistique d'un certain nombre de mairies dont celles de Bordeaux, Talence, Pessac et Gradignan.
« Au niveau de la Banque Alimentaire de Gironde, c'est 18 000 bénéficiaires par semaine. Et avec la crise, c'est 3 000 de plus », note Pierre Veit, coordonnateur de l'ensemble des Banques Alimentaires de Nouvelle-Aquitaine. Au total, ce sont 171 tonnes de produits -dont 39 tonnes de produits régionaux- qui ont été récupérés. Des denrées mais aussi des produits d'hygiène qui ont permis la réalisation de 22 130 colis, venant ainsi en aide à 21 648 étudiants. « L'équivalent de 324 300 repas », note le responsable. Opération s'inscrivant dans un contexte de crise globale, cette initiative s'est avérée primordiale.

« Selon les territoires, les bénéficiaires de l'urgence alimentaire, c'est entre plus 10% et plus 35% au sein des treize différentes Banques Alimentaires de Nouvelle-Aquitaine », insiste Pierre Pouget. « Cette précarité ne s'arrête pas. La situation nous oblige tous, qui que nous soyons, -associations, collectivités, acteurs publics, État-, à nous retrousser les manches pour inventer ensemble des réponses appropriées aux difficultés auxquelles nous sommes confrontés », poursuit-il, rappelant également, toujours dans le souci de ne laisser personne au bord du chemin, l'importance de trouver des solutions adaptées au contexte local.
Autre point abordé lors de cette rencontre : la mise en place de partenariats avec les filières économiques et notamment agricoles de la région, première d'Europe en la matière, afin de contribuer à résoudre le problème. Une idée que cautionne Pierre Pouget, mettant ainsi l'accent sur l'importance du maillage des acteurs locaux. Des épiceries sociales ayant aussi, sur certains territoires tels que Poitiers, La Rochelle et Angoulême, pris le relais de cette aide exceptionnelle.

Une crise qui s'inscrit dans la durée

Impliqué dans cette opération depuis fin mars, le CROUS de Bordeaux Aquitaine qui a aujourd'hui conscience que la crise est loin d'être terminée, en tire un premier bilan : « J'en retire notre capacité collective à réagir pour servir les étudiants dans l'immédiateté, mais aussi pour installer un dispositif dans la durée et qui a montré son efficacité durant cette période, y compris pendant l'été », précise Jean-Pierre Ferré. Le CROUS dont la mission, rappelle-t-il, est de venir en aide aux étudiants, mais une aide qui, en matière de restauration, « consiste plutôt à préparer des repas que de faire de l'aide alimentaire ». « En matière de restauration, poursuit-il, notre mission c'est aussi des mesures très sociales, dont la tarification lors de cette rentrée inédite, de repas complets à 1€ pour les étudiants boursiers ».
Le CROUS envisage d'ailleurs pour les semaines et les mois à venir, une orientation, selon le niveau de précarité du public étudiant rencontré, vers des épiceries solidaires ou vers la distribution gratuite de colis alimentaires ; signe que la situation tend à s'aggraver. « La crise sanitaire, c'est une hausse d'un million de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, soit, au total, près de 10 millions de personnes dans cette situation. C'est aussi 10% de bénéficiaires du RSA », note Alain Rousset. « Il est important de rappeler que le modèle économique que l'on vit, camoufle derrière la compétitivité, beaucoup de cupidité et n'est pas tenable », poursuit-il. Le président de Région rappelant également l'importance des circuits courts : « On peut inventer un modèle qui ne soit pas seulement un modèle de générosité, mais aussi de solidarité et où la multiplication des petits actes contribue à faire un écosystème extrêmement positif. Je crois à des écosystèmes régionaux, pas à de grands modèles. Si on ne joue pas sur le territoire, on n'y arrivera pas », conclut-il.

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : ED

Partager sur Facebook
Vu par vous
3522
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !