12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Débat : Quelle envergure pour le Grand Paris ?

27/12/2009 |

Quelle envergure pour le Grand Paris

Depuis ses débuts le projet de Grand Paris suscite des interrogations et des polémiques. Malgré le vote par l'Assemblée nationale du premier volet du projet, le 1er décembre dernier, divers points restent en suspens : son étendue, sa forme, son centre et son fonctionnement. Au-delà des querelles politiques, des soucis quant à son financement et des disputes sur sa gouvernance, Aqui ! donne la parole à des experts pour tenter de définir ce que serait le Grand Paris idéal.

La taille optimale du Grand Paris
Dans son discours du 29 avril dernier, Nicolas Sarkozy l'imaginait s'étendant selon un axe Paris-Le Havre, ce dernier devenant le port de la capitale. Idée également reprise par l'architecte Antoine Grumbach, un des dix professionnels ayant travaillé sur le Grand Paris à la demande de l'Elysée, défendant un développement de la Région parisienne en suivant la Seine jusqu'au Havre. Pourtant, le projet adopté au début du mois semble avoir abandonné cet axe au profit de connexions entre pôles d'activités de la capitale et de la banlieue, en première couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) et en deuxième (Yvelines, Val-d'Oise, Seine-et-Marne et Essonne). Pour Jean-Paul Lacaze, professeur honoraire des Ponts et Chaussées et consultant en urbanisme, une telle proposition est « totalement irréaliste ». Dans « La Lettre du Cercle » d'octobre dernier (1), il explique que « l'idée de Paris port de mer montre une méconnaissance totale des logiques économiques portuaires ». Si auparavant les ports étaient le lieu par excellence du commerce et de l'activité, aujourd'hui, souligne-t-il, ils ne sont plus « que des gares de marchandises où transitent des vracs ». Cette mutation a été possible grâce au développement des télécommunications et des échanges immatériels, qui sont aujourd'hui la clé de la réussite pour une métropole mondiale comme Paris.

Choisir la forme du projet
En l'état actuel, le projet de loi définit neuf pôles de compétitivité et une quarantaine de gares à relier entre elles par l'intermédiaire d'un super métro automatique. Le Grand Paris ressemblerait donc à un gros noyau (la capitale) entouré d'une farandole de pôles de taille variable, reliés entre eux et à la capitale par des axes concentriques. Entre ces zones d'intenses activités, sans doute des logements, des espaces verts ou autres, c'est encore flou. « Tous les professionnels sont d'accord pour dire qu'il ne faut plus faire de zonage, quartiers d'affaires, d'un côté, logements de l'autre, or ici c'est ce qu'on constate », commente Patrice Dunoyer de Segonzac, architecte et délégué général de l'Association des consultants en aménagement et développement des territoires (ACAD). Faire que le projet global de Grand Paris soit une réussite individuellement et à une échelle locale, voilà la difficulté. « La grande échelle ne contient pas forcément la petite », souligne Isabelle Baraud-Serfaty, maître de conférences à Sciences-Po et consultante en développement urbain. « Avec la mondialisation, on est de moins en moins dans des échelles spatiales concentriques mais bien davantage dans des interconnexions entre des lieux. Et ceci est encore plus problématique lorsque le grand territoire n'a pas de représentation politique comme c'est le cas avec le Grand Paris. »

L'objectif donné au Grand Paris
Construire « la métropole du XXIe siècle », celle de l'après-Kyoto, c'est le défi lancé par le Président de la République avec ce Grand Paris. Mais derrière cette volonté de faire exister Paris comme métropole mondiale de renom, architectes, urbanistes et autres experts de la ville s'interrogent sur l'enjeu socioéconomique d'un tel projet ainsi que sur ses conséquences sur la vie de la population. Le projet de loi, concentré principalement sur les transports et les pôles de compétitivité, semble mettre l'accent sur le rayonnement économique de la capitale. Pourtant, l'aménagement du territoire a également des conséquences sociales, humaines et culturelles et doit servir à créer des quartiers où il fait bon vivre : réaliser la mixité sociale, mettre en place des éco-quartiers ou encore construire des logements collectifs ou sociaux. Axer sur le développement économique, c'est prendre le risque de négliger les conséquences sociales : creusement des inégalités et des relégations entre territoires et populations. « En choisissant de recourir à des architectes-urbanistes, on a forcément obtenu des réponses spatiales avant tout, ajoute Isabelle Baraud-Serfaty. Or, celles-ci ne sont pas forcément les plus adaptées lorsqu'il s'agit de résoudre les problèmes des quartiers sensibles ou de rendre le territoire compétitif sur le plan économique. » Pour Patrice Dunoyer de Segonzac de l'ACAD, le projet en l'état semble oublier la priorité actuellement dans la Région parisienne : « l'amélioration des déplacements quotidiens des Parisiens, avec les lignes 13 ou RER totalement saturées, des déplacements de banlieues à banlieues très difficiles, dès que l'on quitte les axes concentriques venant de la capitale. »

La temporalité de la réalisation
Ultime question autour de ce projet, son délai d'exécution. Selon les premières estimations, les travaux du super métro en forme de grand huit, pour un coût de 21 milliard d'euros, devraient débuter en 2013 pour finir en 2017. En parallèle, l'Etat et les collectivités territoriales devront aménager et construire des terrains, des gares et des infrastructures. Ce serait alors l'achèvement de la première phase d'aménagement, les autres n'étant pas encore déterminées. « Une partie du voile a été levée avec le vote de la loi mais finalement tout reste à faire, choisir les projets d'architectes, les priorités d'investissement, s'assurer de la mise en œuvre du grand huit, tout en mobilisant sur des années des moyens considérables», observe Patrice Dunoyer de Segonzac. « Ce sont des projets à trente ans, comme lorsqu'on a lancé les villes nouvelles dans les années 1960. Résultat, aujourd'hui certaines ne sont toujours pas terminées. Un projet aussi important, qui court sur un temps aussi long, ne peut pas se décider rapidement ni de façon anarchique, tout comme il devra certainement être amendé et corrigé au fil des années. »

(1) « Paris-Le Havre, Le rêve et la réalité, ou le fait du Prince ? », La Lettre du Cercle n°38, octobre 2009, Le Cercle pour l'aménagement du territoire.
(2) www.acad.asso.fr
(3) www.ibicity.fr

Estelle Maussion


Partager sur Facebook
Vu par vous
360
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !