aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/04/17 : A 16h45, dans les Pyrénées Atlantiques, le taux de participation atteignait 70,49% contre 74;59% en 2007 et 67,61% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à 17h00 dans le département de la Gironde est de 66,82% (contre 77,85% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 77,91% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à 17h n'est que de 65,79% soit près de 11 points de moins qu'au premier tour de la présidentielle en 2012.

23/04/17 : En Dordogne, le taux de participation estimé à 17 h est de 69,43 %, contre 78,06 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 81,67 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007. La participation est identique au niveau national (69,42 %).

23/04/17 : Charente-Maritime : le taux de participation aux élections étaient de 28,22% à midi ce dimanche, soit près de 2% de moins qu'en 2012.

23/04/17 : Si au niveau national le taux de participation est de 28,54%, il est, selon les chiffres fournis par la préfecture, de 31,71% dans les Pyrénées Atlantiques. En 2007, il était de 32,97% et de 28,94% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à midi dans le département de la Gironde est de 25,90% (contre 35,08 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 37,46 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : En Dordogne, ce dimanche, à 12 h, le taux de participation au 1er tour de l’élection présidentielle est de 30,41 %. C’est mieux qu’au niveau national (28,54 %). La mobilisation était de 34,55 % au premier tour de l’élection présidentielle en 2012.

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à midi est en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 : 32,62% (contre 34,14%).

23/04/17 : Il se confirme que la viticulture girondine sera affectée par le gel en particulier de la nuit du 20 au 21 avril: le sauternais dans les secteurs bas mais aussi l'entre deux mers le libournais et certaines communes en Haute Gironde.

22/04/17 : En Dordogne, les 693 bureaux de vote seront ouverts dimanche de 8 h à 19 heures pour le premier tour des élections présidentielles. 314 954 électeurs périgourdins sont appelés aux urnes.

21/04/17 : Important risque de feux de forêt en Lot-et-Garonne! Depuis quelques jours, les sapeurs-pompiers interviennent sur des départs de feux. La préfecture du Département appelle à la plus grande prudence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/04/17 | Incendie de Cissac: la RD 1215 rouverte

    Lire

    A 14h30 ce dimanche l’incendie de Cissac-Médoc était considéré comme maîtrisé grâce à l’action soutenue des pompiers du Service départemental d’incendie et de secours de la Gironde et de ceux venus en renfort des départements voisins (17-24-40-19-87-79-64) : les routes départementales 1215 et 4 étaient à nouveau ouvertes A 14h30,(17-24-40-19-87-79-64).Les habitants et automobilistes sont invités à rester vigilants sur la zone.

  • 21/04/17 | Cissac-Médoc : incendie et perturbations routières

    Lire

    L'incendie déclaré ce jeudi à Cissac qui a dévasté 1100ha de forêt est «stabilisé mais pas encore fixé» selon la Préfecture. Il mobilise 300 pompiers, 143 véhicules et 2 canadairs. La RD1215 est fermée dès St-Laurent-Médoc avec une déviation vers St-Sauveur, puis vers Cissac, Vertheuil, et par la RD204 pour rejoindre Lesparre. Les RD 4, 205 et 3E2 sont barrées entre la RD1215 et Hourtin. La RD101 est fermée au niveau de la sortie de St-Laurent, en direction du lieu dit Lagunan. Une déviation est proposée par la RD 3 par Hourtin, Carcans, Brach et Castelnau

  • 13/04/17 | Lla FNSEA se démarque d'un éleveur qui reçoit Marine Le Pen

    Lire

    La FNSEA Nouvelle-Aquitaine tient à souligner qu’elle n’est le support d’aucun meeting, ni le porte-parole d’aucun des partis politiques dans la campagne présidentielle. C’est en son nom propre et sur la base d’une initiative personnelle, qu’un éleveur de bovins viande de la commune de PAGEAS (87) accueillera Mme Le Pen pour son prochain meeting. La FNSEA indique que ses statuts mentionnent que pour être éligibles dans ses instances, les administrateurs doivent satisfaire à plusieurs conditions dont « ne pas être investi d’un mandat parlementaire ou de conseiller régional ».

  • 09/04/17 | Le CESER veut plus d'équité territoriale

    Lire

    En avant première au Conseil régional, le Ceser a adopté une dizaine d’avis sur la mobilité, la transition énergétique, le développement culturel, la jeunesse, le tourisme et l’aménagement des territoires et mis l’accent sur l’emploi et l'amélioration des conditions de travail et d’accueil des saisonniers. La Région invitée à s’engager pour le tourisme solidaire et le départ en vacances des publics fragiles. Le Ceser estime que les enjeux définis dans le Schéma de développement des territoires ne traduisent pas l'ambition d'équité et de maîtrise des "dynamiques inégalitaires"

  • 09/04/17 | Région: Les" Républicains" saisissent le tribunal administratif

    Lire

    Les élus LR de la Région avec à leur tête, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt et Olivier Chartier annoncent qu'ils ont saisi le tribunal administratif de Bordeaux, après avoir remis un mémoire au Président Rousset, le 23 mars, consacré à la gestion de l'ex-région Poitou-Charentes suite au rapport de la Chambre régionale des comptes et pour lui demander d’inscrire ce mémoire à l’ordre du jour de la séance plénière de ce 10 avril, ce qui n'a pas été possible car intervenant après le bouclage de cet ordre du jour. N'ayant pu obtenir "un complément" à celui-ci ils ont décidé d'ester en justice.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Décès d'Henri Emmanuelli: un « grand vide » pour les Landes

21/03/2017 | L'ex-Premier secrétaire du PS avait élu président du Conseil général en 1982

Emmanuelli

Il fut un poids lourd du Parti socialiste et l'incarnation du département des Landes pendant plus de 30 ans. Souffrant d'une neuropathie et hospitalisé à Bayonne pour une double bronchite, Henri Emmanuelli qui était encore à Paris mercredi en tant que président du conseil de surveillance de la Caisse des dépôts, est mort mardi à l'âge de 71 ans. Frondeur du PS avec lui, Benoît Hamon qu'il avait soutenu pour la primaire, a salué un « frère en politique, une forme d’âme soeur ». Au Conseil départemental, les élus évoquent un « grand vide » laissé par un « homme de combat ».

La voix grave et rocailleuse du président Emmanuelli ne résonnera plus à l'assemblée du département des Landes. A l'annonce de sa mort, Xavier Fortinon qui présidait la séance budgétaire aussitôt interrompue, a salué dans un discours émouvant, « un homme d'Etat qui incarnait le département depuis 35 ans », « c'est un grand vide qui se présente devant nous », a-t-il dit, avant une minute de silence poignante durant laquelle plusieurs élus avaient peine à retenir leurs larmes.
Président de l'Assemblée nationale (1992-1993), Premier secrétaire du PS (1994-1995), deux fois au gouvernement -- secrétaire d'Etat chargé des DOM-TOM de 1981 à 1983, puis chargé du Budget de 1983 à 1986 -- ce Corse d'origine et Béarnais de naissance était devenu le plus Landais des Landais, défendant entre autres la chasse à l'ortolan. « Un dévouement pour le pays et pour les Landes de toute une vie pour cet homme d'une intelligence fulgurante, un visionnaire qui a lancé de nombreux projets dans son département, il restera pour nous un exemple de combativité », a souligné l'ex-maire PS de Dax, Gabriel Bellocq, après 40 ans de vie politique commune.

Un homme de convictionsCombat pour la régie publique des eaux, gratuité du transport scolaire, premier numéro vert en France pour la protection de l'enfance, opération un collégien-un ordinateur portable en avant-première nationale, actions pour le mieux-vieillir et dernièrement lancement du premier village Alzheimer... ce mitterrandiste historique, issu d'un milieu populaire, diplômé de Sciences Po Paris et entré chez Rothschild en 1969 avant d'adhérer au PS en 1972, était « un homme de combat au service des valeurs de la gauche », « sans jamais renier ses convictions », se rappelle-t-on de tous côtés. Ex-compagnon de route de Jean-Luc Mélenchon (« la mer a emporté le rocher », a dit le candidat) au sein du courant Nouveau Monde après l'échec de la gauche à la présidentielle de 2002, il s'était fait l'avocat en 2005 du non au Traité constitutionnel européen, désireux de ne « pas accepter n'importe quelle Europe".
Elu député en 1978 et président du département en 1982, c'est dans les Landes que l'homme du village chalossais de Laurède renaît en politique en retrouvant tous ses mandats après sa condamnation en 1997 dans l'affaire URBA de financement illégal du PS comme trésorier du parti (dix-huit mois de prison avec sursis et deux ans de privation de ses droits civiques).
« Lou meste », le maître, comme certains l'appellaient ici, dirigeait de main de fer le département, en sachant créer les conditions de l'attractivité et du développement du territoire, un personnage parfois cassant aussi, aux mauvaises humeurs notoires mais à l'humour fin. « Il était entier, reconnaît Xavier Fortinon : dimanche quand il m'a appris avec une grande déception qu'il ne pouvait pas participer au vote du budget, c'était surtout ça qui l'attristait. Il considérait que le reste était surmontable et il en avait après ses médecins qui ne le libéraient pas ! »
Il avait une « autorité naturelle parfois rude, et derrière, une humanité et un humanisme remarquable », note M. Bellocq qui rappelle qu'Henri Emmanuelli s'est toujours battu pour le rassemblement de la gauche landaise. « C'est une personnalité qui en imposait et ne s'en laissait pas compter », a dit de lui Geneviève Darrieussecq, chef de file (MoDem) de l'opposition au département qui a vécu de nombreuses joutes verbales, plus ou moins virulentes, avec lui : « aujourd'hui la tristesse domine de voir une telle personnalité disparaître. On n'était souvent pas d'accord mais on se respectait, il a façonné beaucoup de choses pour les Landais, c'était un homme de combat ».
« Il était très attaché aux valeurs humanistes, se rappelle les yeux embués Odile Lafitte, vice-présidente du Conseil départemental : quand on avait des doutes, il suffisait de le voir et chaque fois on partait regonflé. On a perdu notre moteur » mais « il se mettrait très en colère aujourd'hui si on baissait les bras... »

 

 Hommages de tous bords

De droite, de gauche, les hommages affluent pour saluer la mémoire d'Henri Emmanuelli

François Hollande, président de la République : " « Henri Emmanuelli était un homme droit. Socialiste de cœur, de raison et d’action, il a exercé les plus hautes fonctions sans jamais transiger avec ses idées, ni avec ses principes. Il exprimait ses convictions avec fermeté parfois avec rudesse, toujours avec sincérité, il avait une grande exigence de justice et d’égalité. »

Alain Juppé, maire de Bordeaux : c'était « un adversaire politique, dur et parfois même un peu sectaire » mais « Henri Emmanuelli était aussi un homme politique qui savait assumer ses responsabilités jusqu’au bout »

François Bayrou, maire de Pau : « Henri Emmanuelli était un combattant. Pour ses idées, qu'il défendait sans jamais céder. Et pour les Landes. A ces deux titres, respect ! »

Alain Rousset, président de la région Nouvelle Aquitaine : « la Région perd une de ses boussoles du monde industriel. Notre relation fut singulière : elle est passée d'une forme de suspicion à un partage de cette valeur fondamentale qu'est le soutien à l'industrie et l'intérêt pour le monde économique et la création d'emplois. C'était un homme de l'économie concrète, un homme consciencieux et volontaire de l'analyse des projets d'entreprises. Son expertise économique et son appétence pour le monde industriel n'étaient plus à démontrer, je pense notamment à la reprise de Gascogne, l'accompagnement à l'installation d’un laminoir à Tarnos sur la zone portuaire, ou encore à la filière forêt et à ses récentes prises de décisions lors de la crise aviaire pour soulager les acteurs de la filière gras. Nul doute que le bassin d’emplois du département des Landes lui doit énormément »

Boris Vallaud, candidat PS à sa succession comme député des Landes : « La France perd aujourd'hui un de ses grands serviteurs et les socialistes, un homme de conviction et l'une de leurs figures les plus éminentes. Les Landes doivent beaucoup à Henri Emmanuelli. Il a œuvré toute sa vie pour moderniser ce département, lui insuffler un véritable dynamisme économique, en faire une terre d’innovations sociales. Les Landais garderont de lui l'image d'un homme droit, engagé, plein d'humanité. »

Michèle Delaunay, député PS de Gironde : « C’est pour moi un immense chagrin que la perte d’Henri Emmanuelli, qui m’honorait de sa confiance et qu’avec la sobriété qu’il exigeait, j’ai essayé d’accompagner dans sa maladie. C’était un homme entier, intègre, volontaire, pudique que j’aimais et admirais beaucoup. Le Parti Socialiste a besoin de femmes et d’hommes de cette trempe qui ne louvoient pas, qui n’intriguent pas et dont l’action marque durablement leur territoire. Un coup de chapeau particulier à tout ce qu’il a réalisé pour les personnes âgées dans les Landes ».

Gilles Savary, député PS de Gironde : c'est « une perte considérable pour toutes celles et tous ceux qui ont connu sa vaste intelligence, sa sincérité et son attachement à la gauche française qu'il a servie jusqu'au bout et avec passion. C'est un responsable politique trempé et d'une grande abnégation collective qui disparaît »*

Germinal Peiro, président du conseil départemental de la Gironde : "Henri incarnait une certaine idée de la gauche, une gauche humaniste et réformiste mais exigeante, une gauche qui ne transige pas avec le libéralisme mais qui cherche à améliorer le quotidien des plus fragiles." (...)

 

 

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Partager sur Facebook
Vu par vous
3326
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !