Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/10/18 | Premières pistes pour la loi mobilité

    Lire

    Le projet de loi d'orientation des mobilités, qui doit être présenté en novembre, a détaillé son contenu ce lundi. On y découvre notamment la fin programmée des péages d'autoroute, remplacés par un système de capteur censé détecter une vignette, un badge ou la plaque d'immatriculation des conducteurs. Concernant le co-voiturage, un système de tarif dégressif est à l'étude. Enfin, l'indemnité transports et le forfait mobilité (pour les personnes se rendant au travail à vélo ou en co-voiturage) pourraient désormais bénéficier de 400 euros par an.

  • 22/10/18 | Vers un TGV Bordeaux-Londres ?

    Lire

    SNCF Réseau, Lisea, Eurotunnel et HS1 (la LGV britannique) viennent de signer un accord pour lancer une étude de faisabilité sur une liaison ferroviaire entre Bordeaux et Londres. Elle passerait par la ligne Bordeaux-Lille et permettrait de relier Londres en cinq heures. Pour l'instant, les discussions tablent sur un aller-retour par semaine. Avant une potentielle mise en service (qui pourrait intervenir en 2021 ou 2022), la Gare St Jean devra s'équiper d'un terminal international permettant de vérifier les passeports. Les résultats de l'étude de faisabilité ne sont pas attendus avant plusieurs mois.

  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départementales... à Biarritz: Max Brisson a ses frondeurs

10/03/2015 | Le casting des élections départementales a révélé des scissions au sein de l'UMP. Un collectif "Agir autrement" s'est constitué sous l'égide du maire de Bassussary.Premier état des lieux

Max Brisson, Maider Arosteguy et leurs remplaçants

Mardi dernier, quatre vingt membres de l'UMP du Pays basque se sont réunis au golf de Bassussary pour constituer un collectif, "Agir ensemble". Sous l'égide de Paul Baudry, le maire de ce village et Fadi Kairouz, un militant bayonnais. Epilogue d'une digestion difficile de nombre de militants UMP suite à la défaite inattendue de Max Brisson aux élections municipales de Biarritz. Ses nouveaux adversaires lui reprochent une attitude hautaine et méprisante après cet échec non débriefé et sans remise en cause qui a fait éclater le groupe. En arrière-plan quand même un casting des départementales dont ils ont été "écartés. Un scénario inattendu alors que tout semblait réglé au niveau départemental

Les élections municipales de mars avaient déjà créée quelques fractures au sein du parti gaulliste, notamment à Bayonne avec la candidature de Sylvie Durruty, une femme de tête, membre du Conseil d'administration du Centre hospitalier -premier employeur de la ville- qui contre l'avis du secrétaire départemental Max Brisson -candidat à Biarritz- s'était présentée face à l'UDI Jean-René Etchegaray. Plus discrète avait été l'excommunication de Nathalie Motsch à Biarritz qui avait choisi la liste de rassemblement de Michel Veunac. Elle est sa quatrième adjointe chargée de l'urbanisme et la vie urbaine.

Plus importante est l'implosion de la liste de Max Brisson, grand favori pour succéder à Didier Borotra qui se voyait catapultée dans l'opposition. Parmi eux Maider Arosteguy (UDI), Frédéric Dommège, son bras droit, Bénédicte Darrigade, la belle fille du champion cycliste, qui fut sa suppléante lors des éléctions au Conseil général de 2011. Le casting des départementales allait abattre et contrecarrer la "résurrection politique" programmée de Max Brisson.

Tout semblait aller pourtant pour le mieux.; ça sentait la remise en selle, d'autant qu'il avait réussi, certes du bout des lèvres de la part du maire Modem de Biarritz  Michel Veunac, à constituer un attelage gagnant-gagnant avec Maider Arosteguy, son dynamique binome de l'UDI. Et d'annoncer à la presse un casting séduisant où son parti retrouverait quelques couleurs au sein de la future assemblée. L'union UMP-Forces 64 était en marche. En outre pour sceller l'entente, il avancait en conférence de presse que l'UMP voterait pour le Modem, et ancien président du Conseil général Jean-Jacques Lasserre pour le perchoir de l'assemblée départementale. Son team "Fidèles à Biarritz", avec en suppléants Anne-Cécile Durand-Purvis et Philippe Nalpas pouvait décoller. C'était sans compter sur quelques "infidélités" larvées et révélées au grand jour pour ces Départementales.

Frédéric Domège BiarritzPremière fracture, Frédéric Domège, l'ancien bras droit de Max BrissonMax Brisson, le retour: une pilule difficile à digérer pour l'infirmier libéral UMP Frédéric Domège, ex adjoint aux sports auquel Max Brisson avait, assure-t-il, entre autre promis ces départementales. S'étant quasiment mis au vert pendant trois séances du néo conseil municipal de la célèbre station balnéaire, le bras droit était allé ferraillé seul. "Max a connu une forme de dépression avant de repartir comme un canon et un nouvel appétit: les départementales et dans la foulées les régionales, regrette l'ancien adjoint. Il n'y a eu aucun débriefing sur notre échec qui a laissé des traces. Notamment cette alliance au deuxième tour avec Jean-Benoît Saint-Cricq qui pendant la mandature n'a cessé de nous cracher dessus." Si lors de sa conférence de presse de candidature aux départementales, il était difficile de trouver un logo UMP, en revanche il s'est associé à deux militantes actives de la section biarrote: une pharmacienne, Marie-Pierre Mayer -son binome- et une cadre de l'hôtel du Palais, Mira Shor. S'est joint le directeur de l'hôtel biarrôt, "Le Clair de lune Jean Dabadie pour une liste intitulée "La Droite et le centre renouvelés". "Il ne s'agit pas d'une machination politique, tient-il à préciser, mais le départ d'un renouvellement des  hommes et des valeurs du gaullisme à Biarritz..." Ce militant qui figure au sein des instances nationales, départementales et locales, après sa candidature, ne s'est pas rendu au Congrès national...Pour ne pas envenimer les choses et peut-être éviter d'effectuer un retour de Paris...sans sa carte de militant dans son porte-feuille... Nettoyage de linge sale en famille: son frère Philippe (UDI) a annoncé à la presse qu'il roulerait pour Max Brisson qu'il qualifie de "candidat naturel". Philippe lui reproche son ego  soulignant qe sa défaite aux municpales est celle d'une équipe et non d'un homme seul.

L'échappée de Bénédicte Darrigade"Les hommes se révèlent dans la défaite. Pas d'analyse de la défaite aux municipales, pas de remise en question, pas de dialogue, nous avons ressenti cela comme un humiliation. Aussi, ancienne suppléante de Max Brisson aux cantonales de 2008, Bénédicte Darrigade dresse un réquisitoire sévère de son ancien coéquipier. "Aujourd'hui, je me sents Bénédicte Darrigade et Louis Viallégitime à participer à ces élections départementales, j'ouvre, avec Louis Vial une nouvelle porte." En choisissant de partir avec l'UDI Maïder

Bénédicte Darrigade Luis Vial

Arosteguy, au nom des accords avec le centre, le secrétaire départemental de l'UMP a refermé la précédente. "Libérée" de sa carte de l'UMP, la belle-fille de l'ancien champion cycliste tente donc une échappée mais pas en solitaire. "Suite à l'éclatement chacun a suivi sa route. L'important était de recréer une dynamique de rassemblement. J'ai consulté une trentaine de personnes dont François Amigorena, l'ancien directeur de campagne de Guy Lafite (PRG) - NDLR.-Candidat à son tour, sans étiquette- Et je pars donc avec Louis Vial". Ce dernier, conseiller municipal délégué à la sécurité, non encarté, fait partie de la liste d'ouverture du nouveau maire Michel Veunac. "Celui-ci est resté tout à fait neutre sur le sujet rappelant simplement qu'il est tenu pas des accords de partis département taux", explique l'ancien commandant de police. Comme remplaçants, Maria François et Edouard Chazouillères, adjoint au maire, délégué au commerce et à l'artisanat. Le quatuor part sous la bannière "Unis pour Biarritz!" Union du Centre, de la Droite et de la société civile. "J'ai demandé à Luis Vial de m'accompagner car il aime Biarritz et a des projets pour cette ville.  "A l'inverse de certains opposants revanchards,, nous voulons être le relais de la ville de Biarritz au niveau du département et non pas être contre elle.". A bon entendeur. Leur permanence?  Boulevard du général de Gaulle, cela ne s'invente pas, en face du Rocher du Basta et en surplomb du fameux Port des pêcheurs.Indiscutablement le quatuor prend date aussi pour de prochaines échéances. En attendant, Bénédicte Darrigade rejoint Max Brisson sur le nom du futur président du Conseil départemental: "Nous n'aurons pas d'état d'âme et voterons les yeux fermés pour Jean-Jacques Lasserre. Un p'tit signe en passant des non encartés.

En prime la naissance d'un collectif Agir ensembleFari et BaudryIls étaient quand même quatre vingt, mardi dernier au "Makila"club house du golf de Bassussary, dans le fief du maire Paul Baudry, chez lequel on avait relevé une certaine fièvre ces temps derniers sur les réseaux sociaux. La crise couvait, l'abcès devait être percé. Quel meilleur endroit qu'un golf pour faire son trou. Il ne surprendra personne de savoir que certains candidats dissidents du casting établi par le Comité départemental de l'UMP y étaient présents. Assemblée de déçus ou d'aigris, comme les qualifient l'entourage de Max Brisson. Paul Baudry  regrette un manque de considération du comité départemental du parti pour ses militants: "J'ai envoyé une lettre recommandée il y a quinze jours au Comité départemental. Elle m'est revenue sans accusé de réception. Voyez comment nous sommes considérés." Ils dénoncent en tous cas ces méthodes d'investitures qui ont présidé la désignation des candidats. Le maire et son coadjuteur bayonnais Fadi Kayrouz, lui aussi recalé par le parti pour le casting, souhaitent devenir une alternative de l'UMP et semblent déjà avoir des vues pour de prochaines échéances politiques. "Mais pas les Régionales précisent-il. Ils ne nient pas non plus que cette grogne est alimentée par le sommet de la pyramide UMP qui les désespèrent d'une certaine manière. "Nous ressentons sur le terrain une vive incompréhension des militants entre les difficultés de leur vie quoitidienne et les préocupations des appareils politiques obsédés par des des ambitions que les primaires sucitent". C'est justement a contrario l'argument que Max Brisson leur retourne. "Des egos déçus de ne pas faire partie des binomes, quand l'enjeu est une union indispensable avec le centre pour faire face au Front national et redonner la direction du département à la droite et au centre". Alors la fusée Collectif agir ensemble va-t-elle se mettre sur orbite ou retomber dans l'océan après ces élections?

Samedi matin pourtant, tous les acteurs de l'UMP encartés ou pas du Pays basque se sont retrouvés en l'église Sainte-Eugénie pour participer à une messe en la mémoire de Bernard Marie, ancien maire de Biarritz et figure de proue du gaullisme. . Qui inspira cette phrase bienvenue en cette période d'élection: "ils sont venus, ils sont tous là, mais maintenant qu'il est au côté de Dieu, Bernard Marie saura reconnaître les siens..."

Prochain article: François Amigorena (sans étiquette), la gauche avec le binôme Guy Lafite (PRG) et Ghis Hayes (PS) épaulés par deux non encartés et les autres binômes

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR ET F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4423
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !