Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départementales en Gironde : les couples se forment pour EELV

11/02/2015 | Les 8 binômes EELV pour les départementales de Gironde défendent "l'alternative" et appellent à un "renouveau des pratiques" du Conseil général.

EELV se lance en liste autonome pour les départementales

8 binômes pour une liste paritaire. C'est la fierté des candidats EELV dans les 8 cantons de Gironde qui ont dévoilé ce mercredi une partie de leur plan de bataille pour les départementales. Au centre des priorités : la question des transports et de la mobilité via la création d'un "pass unique", la transition démographique et la solidarité sociale, le tout avec un but assumé des candidats de "montrer aux électeurs" qu'ils existent bien en dehors d'éventuelles alliances avec le PS.

"Nous tenions d'abord à passer un coup de gueule contre le sort des collectivités", a déclaré Gérard Chausset, candidat pour le canton de Mérignac (où sont regroupés également Saint Jean D'Illac et Martignas) en préambule de la présentation des candidats EELV pour les élections départementales du 22 et 29 mars prochain. "La diète à laquelle elles ont été mises par le gouvernement est injustifiée. Nous aurions souhaité que cette politique de rigueur puisse prendre une autre tournure. Elle aura pour conséquence un programme culturel et des aides aux associations revus à la baisse". Et le candidat, adjoint au maire de Mérignac depuis 2001 et Président de la Commission Transports Bordeaux Métropole, de vouloir dissiper les doutes sur cette volonté des verts de présenter des "candidatures autonomes" : "Dans l'accord signé avec la majorité sortante, il y a des candidatures officielles EELV". 

Un front d'idées communes

Le parti est tout même confronté à un relatif désamour de la part du Conseil Général, ou ne siègeait aucun élu vert pendant le dernier mandat de Philippe Madrelle. Mais, ironise Gérard Chausset, "il n'est pas marqué dans la loi que tous les conseils départementaux doivent être socialistes. Cela dit, nous avons toujours été autonomes". "Le but avant tout, c'est de montrer au parti socialiste et aux électeurs qu'on existe. Une alliance, c'est une visibilité supplémentaire", rajoute Jean-Claude Pradels, 63 ans, ancien professeur d'éléctricité et candidat titulaire dans le canton de Mérignac 1 (plus le Haillan) avec Anne Couplan, avocate au barreau de Bordeaux et conseillère municipale depuis 2008. 

Autonomes, mais pas réticents à des consignes de votes PS donc. Concernant le programme défendu par ces 8 binômes, on retrouve à peu près les mêmes objectifs dans tous les cantons. D'abord, une volonté d'améliorer la politique des collectivités locales en termes de transports, via notamment un pass à tarif unique pour l'ensemble des transports dans le département, et pourquoi pas la création de "lignes express" ou la création d'un service de bus en soirée pour les communes, "dans le but évident de favoriser cette fameuse égalité territoriale", affirme Gérard Chausset, qui cite également l'exemple d'un schéma départemental 106 "non sécurisé" pour son canton Mérignac 2. L'autre piste en matière de transports sera cyclable, comme le souligne Olivier Cazaux : "Les bons chiffres en matière de politique cyclable reviennent à l'ensemble de la Métropole. Bordeaux n'est qu'en 4ème position dans les villes qui développent ce moyen de transport". 

Une priorité sociale

L'urgence est aussi à la transition démographique et à une politique de logement plus favorable. Une "solidarité sociale" défendue par Christine Moebs, candidate et conseillère municipale à St-Médard-en-Jalles. "Il y a urgence. Nous devons développer des propositions concrètes pour l'accueil des personnes agées, pour l'accueil dans les collèges et pour un meilleur maillage des transports entre St Aubin, Le Haillan et St-Médard". Vital Baude, déjà candidat dans le canton d'Archacon en 2011 (depuis regroupé avec La Teste-de-Buch), reste préoccupé par la question de l'écosystème. "Nous sommes dans ce canton face à un important phénomène d'érosion des côtes, des risques de submersion marine, et des projets immobiliers qui sont en train de détruire des zones protégées. Nous sommes aussi confrontés à un problème de logement : les résidences secondaires y sont de l'ordre de 60%".

Pour Mireille Guénée, sa partenaire électorale, "la priorité à donner à ce nouveau conseil départemental, c'est le social. Le Conseil a l'expérience suffisante pour que l'action sociale reste à guichet unique". Gérard Chausset a tout de même tenu à rassurer sur la volonté des verts d'aller au front : "Nous allons nous battre, nous sommes prêts à y aller". "Les départements restent une béquille pour beaucoup de familles", lance Bruno Béziade. Reste à conquérir l'électeur qui, avec le nombre de cantons qui passe de 63 à 33, pourrait bien être, une fois de plus, tenté par l'abstention. C'est là d'ailleurs le principal adversaire de ces candidatures EELV autonomes. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
14796
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !