Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départementales en Pyrénées-Atlantiques : duel dans un champ pas vraiment clos

10/03/2015 | Comment convaincre un électeur qui vous tourne le dos ? Les candidats de gauche comme de droite et du centre alignent leurs arguments, et collent au terrain

Marie-Christine Aragon (à g.) et Marie-Pierre Cabanne, porte-paroles du groupe de gauche

De la proximité avant toute chose. C’est le discours que ne cessent de tenir beaucoup de candidats pour convaincre les habitants des Pyrénées-Atlantiques d’aller voter les 22 et 29 mars. En leur ressassant un message : même si toutes les compétences des Conseils départementaux ne sont pas encore connues, ces élections sont faites pour le local et elles n’ont rien à voir avec la présidentielle de 2017. Dans un département conquis par le PS en 2008, mais que le centre et l’UMP entendent bien reprendre, les projets s’affrontent.

A gauche, Georges Labazée, le président socialiste sortant, qui aura 72 ans en juin, ne briguera pas de nouveau mandat. Mais il exprime sa fierté devant le travail accompli. « Nous avons choisi de ne pas augmenter la fiscalité » dit-il, en rappelant que son prédécesseur avait fait le contraire.

Les maisons de retraite et le bus à 2 eurosDans la foulée, un accent est mis sur l’aide que la majorité a voulu apporter aux familles, via les crèches par exemple, ainsi qu'aux plus faibles. Le retard rattrapé en matière de maisons de retraite est de même souligné. Tout comme la mise en place des lignes de bus à 2 € dans un département qui est également l’un des derniers à pratiquer la gratuité des transports scolaires.

Nommées récemment porte-paroles du groupe de gauche, Marie-Christine Aragon et Marie-Pierre Cabanne, conseillères générales sortantes et candidates, l’une au Pays Basque, l’autre en Béarn, enfoncent le clou. Tout en étant persuadées que la Gauche, dans toutes ses composantes, "se regroupera de manière naturelle"  au second tour des élections.

« Notre engagement de construire un territoire innovant, solidaire et durable a été tenu » assurent-elles. Le travail réalisé en faveur du développement des géosciences, et de l’industrie aéronautique, très implantée au pied des Pyrénées, est ainsi évoqué. Sans oublier les équipements numériques, ou bien l’intérêt porté à l’économie sociale et solidaire.

« D’importants retards étaient à rattraper pour les collèges et les maisons de retraite » ajoutent-elles. Tout cela a eu des conséquences financières. « Certains nous le reprochent. Mais ils géraient des budgets. Nous, on gérait des politiques »

« Dépenser moins et mieux »Quant au projet pour les six années à venir, il consistera à relever plusieurs grands défis.  Afin de faire face au dérèglement climatique, qui provoque inondations et avalanches en Béarn et au Pays Basque, "le fonds d’intervention pour les intempéries créé l’an passé a été pérennisé".

Un dialogue accru est envisagé avec les collectivités locales afin de mutualiser les moyens, et les aider à « dépenser moins et mieux ». « Nous devons aussi être dans la solidarité humaine qui a de plus en plus son sens et sa place, de la naissance à la vieillesse ». Cette politique passe en particulier par le développement des collèges. Deux établissements transfrontaliers vont par exemple être mis en place à Bedous et Saint-Jean-Pied-de-Port. Tandis que la restauration bio continuera à être développée dans les cantines scolaires.

Dans un autre domaine, un effort sera consacré aux entreprises d’insertion pour accompagner vers l’emploi les jeunes et les adultes bénéficiant du RSA. Le marché du service à la personne constitue ici une piste de travail. « Nous avons 14 000 bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie, et l’on va arriver à 16 000 » explique Marie-Pierre Cabanne. Tout en soulignant la volonté de la majorité sortante d’œuvrer plus encore au maintien à domicile des personnes âgées.

« Le Département a manqué de personnalité »

L'UMP Max Brisson (à g.) et le Modem Jean-Jacques Lasserre

Le groupe centriste Forces 64 et l’UMP ont pour leur part conclu « un accord historique » avant le premier tour des élections. Jean-Jacques Lasserre et Max Brisson, leurs représentants respectifs, refusent de « passer leur temps à faire le procès de l’exécutif sortant ». Chassez le naturel, il revient au galop. Les critiques pleuvent quand même.

« Ce n’est pas la méthode Coué du parti socialiste qui changera la réalité. Nous avions laissé le département dans une situation financière confortable. Fin 2015, il se retrouvera face à un très gros endettement et à la disparition quasi-totale de ses marges nettes d’autofinancement » déplorent-ils. « Il faudra revenir à une gestion responsable ».

Autre reproche, et non des moindres : le Département a perdu sa personnalité et son indépendance sur des dossiers majeurs, affirment les deux élus basques. Plusieurs exemples sont cités. Le financement de la LGV pour laquelle 65 millions sont à payer, « alors que les Landes ont refusé ». La RN 134 qui relie Pau au tunnel du Somport. Ou encore la rétrocession à l’Etat de la RD 1, entre Bayonne et Briscous, "sans contrepartie financière et avant attribution probable aux Autoroutes du Sud de la France. Sur ce dossier, le Conseil général s’est fait rouler dans la farine ! » s’insurge l’ancien président Modem Jean-Jacques Lasserre.

Vigilants sur les grands dossiersCertes, bien des points restent à préciser sur les attributions futures des régions et des départements. « Mais nous aurons des exigences » assurent les représentants de Forces 64 et de l'UMP. Ceux-ci veulent par exemple rester vigilants sur le Très haut débit, l’aide apportée aux entreprises et le dialogue à mettre en place avec les communautés de communes et les agglomérations. Ils souhaitent également "revisiter de grands chantiers abandonnés par le PS. C’est le cas de la RN 134, dont il n’est pas normal qu’elle soit dans cet état. Mais aussi de l’échangeur autoroutier de Berlanne, du projet de nouvelle route Pau-Oloron qui a été enterré, de la protection du littoral basque».

En matière de maisons de retraite et de collèges, les socialistes n’ont fait que poursuivre les programmes élaborés par leurs prédécesseurs, poursuivent Jean-Jacques Lasserre et Max Brisson. Par contre centristes et UMP souhaitent axer leur mandat sur l’orientation des collégiens. « Car, aujourd’hui, des formations qui débouchent vers l’emploi n’ont pas d’élèves ». S’ils regagnent le département, une opération « Un mois, un métier, un métier pour moi »sera lancée dans cet esprit.

Aides accordées aux crèches, priorité donnée à l’accession à la propriété… D’autres mesures sont abordées. Avant qu’une flèche soit décochée en direction de concurrents de gauche n'ayant toujours pas désigné de chef de file. « Nous, nous avons notre candidat à la présidence : Jean-Jacques Lasserre » dit Max Brisson.

La « punition » FNReste, d’un côté comme de l’autre, l’inconnue du vote FN. « C’est une question préoccupante. Les gens ont besoin d’être plus captivés par cette élection locale. Ce qui n'est pas le cas » élude Jean-Jacques Lasserre.  « Des habitants que nous rencontrons sur le terrain expriment leur inquiétude, voire leur révolte. Ils nous disent qu'ils ne partagent pas les idées du FN, mais qu’ils veulent nous punir. Car la politique nationale du PS ne leur convient pas » reconnait Marie-Pierre Cabanne. « On désamorce ça par le dialogue, en leur demandant ce qu’ils reprochent au juste au Conseil général. Et en rappelant qu’on est vraiment ici dans des politiques de proximité : le RSA, les collèges, les transports, les cantines scolaires… On est dans le quotidien des gens ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1720
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !