Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/18 : La maternité Jean Villar de Bordeaux vient d’être distinguée, dans la catégorie "cocooning" par le magazine Magic Maman qui publie le palmarès des meilleures maternités de France. Une reconnaissance de son programme d’accompagnement des futurs parents

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/07/18 | Léger ralentissement de l’économie girondine

    Lire

    Le Baromètre de l’Economie Girondine de la CCi Bordeaux Gironde, montre au 2ème trimestre 2018 des résultats en baisse sur plusieurs indicateurs. Le solde d’opinion est à +12 pour le Chiffre d’affaires (baisse de 6 points), à +3 pour la Trésorerie (baisse de 7 points) ou encore à -14 pour les Délais de paiement (baisse de 3 points). L’activité économique conserve cependant un rythme soutenu grâce aux carnets de commandes qui restent à un niveau élevé (+21) et des investissements en hausse de 3 points: 34% de chefs d’entreprise ayant investi au trimestre dernier. 82% des patrons se disent confiants en l’avenir.

  • 23/07/18 | Saint-Macaire clôture les Nuits Atypiques

    Lire

    Dès le 28 juillet 15h, Saint-Macaire (33) clôturera la 27ème édition des Nuits Aytipiques. Deux rencontres-débats, une lecture musicale et 3 concerts vous attendent dont le groupe du batteur franco-ivoirien Paco Séry. Une attention particulière sera accordée cette année à la thématique de la migration et des migrants avec notamment la présentation de la revue « Ancrage » consacrée aux migrations et aux métissages dans le Sud-Ouest. Retrouvez tout le programme de cette journée : www.nuitsatypiques.org

  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départementales en Pyrénées-Atlantiques : duel dans un champ pas vraiment clos

10/03/2015 | Comment convaincre un électeur qui vous tourne le dos ? Les candidats de gauche comme de droite et du centre alignent leurs arguments, et collent au terrain

Marie-Christine Aragon (à g.) et Marie-Pierre Cabanne, porte-paroles du groupe de gauche

De la proximité avant toute chose. C’est le discours que ne cessent de tenir beaucoup de candidats pour convaincre les habitants des Pyrénées-Atlantiques d’aller voter les 22 et 29 mars. En leur ressassant un message : même si toutes les compétences des Conseils départementaux ne sont pas encore connues, ces élections sont faites pour le local et elles n’ont rien à voir avec la présidentielle de 2017. Dans un département conquis par le PS en 2008, mais que le centre et l’UMP entendent bien reprendre, les projets s’affrontent.

A gauche, Georges Labazée, le président socialiste sortant, qui aura 72 ans en juin, ne briguera pas de nouveau mandat. Mais il exprime sa fierté devant le travail accompli. « Nous avons choisi de ne pas augmenter la fiscalité » dit-il, en rappelant que son prédécesseur avait fait le contraire.

Les maisons de retraite et le bus à 2 eurosDans la foulée, un accent est mis sur l’aide que la majorité a voulu apporter aux familles, via les crèches par exemple, ainsi qu'aux plus faibles. Le retard rattrapé en matière de maisons de retraite est de même souligné. Tout comme la mise en place des lignes de bus à 2 € dans un département qui est également l’un des derniers à pratiquer la gratuité des transports scolaires.

Nommées récemment porte-paroles du groupe de gauche, Marie-Christine Aragon et Marie-Pierre Cabanne, conseillères générales sortantes et candidates, l’une au Pays Basque, l’autre en Béarn, enfoncent le clou. Tout en étant persuadées que la Gauche, dans toutes ses composantes, "se regroupera de manière naturelle"  au second tour des élections.

« Notre engagement de construire un territoire innovant, solidaire et durable a été tenu » assurent-elles. Le travail réalisé en faveur du développement des géosciences, et de l’industrie aéronautique, très implantée au pied des Pyrénées, est ainsi évoqué. Sans oublier les équipements numériques, ou bien l’intérêt porté à l’économie sociale et solidaire.

« D’importants retards étaient à rattraper pour les collèges et les maisons de retraite » ajoutent-elles. Tout cela a eu des conséquences financières. « Certains nous le reprochent. Mais ils géraient des budgets. Nous, on gérait des politiques »

« Dépenser moins et mieux »Quant au projet pour les six années à venir, il consistera à relever plusieurs grands défis.  Afin de faire face au dérèglement climatique, qui provoque inondations et avalanches en Béarn et au Pays Basque, "le fonds d’intervention pour les intempéries créé l’an passé a été pérennisé".

Un dialogue accru est envisagé avec les collectivités locales afin de mutualiser les moyens, et les aider à « dépenser moins et mieux ». « Nous devons aussi être dans la solidarité humaine qui a de plus en plus son sens et sa place, de la naissance à la vieillesse ». Cette politique passe en particulier par le développement des collèges. Deux établissements transfrontaliers vont par exemple être mis en place à Bedous et Saint-Jean-Pied-de-Port. Tandis que la restauration bio continuera à être développée dans les cantines scolaires.

Dans un autre domaine, un effort sera consacré aux entreprises d’insertion pour accompagner vers l’emploi les jeunes et les adultes bénéficiant du RSA. Le marché du service à la personne constitue ici une piste de travail. « Nous avons 14 000 bénéficiaires de l’allocation personnalisée d’autonomie, et l’on va arriver à 16 000 » explique Marie-Pierre Cabanne. Tout en soulignant la volonté de la majorité sortante d’œuvrer plus encore au maintien à domicile des personnes âgées.

« Le Département a manqué de personnalité »

L'UMP Max Brisson (à g.) et le Modem Jean-Jacques Lasserre

Le groupe centriste Forces 64 et l’UMP ont pour leur part conclu « un accord historique » avant le premier tour des élections. Jean-Jacques Lasserre et Max Brisson, leurs représentants respectifs, refusent de « passer leur temps à faire le procès de l’exécutif sortant ». Chassez le naturel, il revient au galop. Les critiques pleuvent quand même.

« Ce n’est pas la méthode Coué du parti socialiste qui changera la réalité. Nous avions laissé le département dans une situation financière confortable. Fin 2015, il se retrouvera face à un très gros endettement et à la disparition quasi-totale de ses marges nettes d’autofinancement » déplorent-ils. « Il faudra revenir à une gestion responsable ».

Autre reproche, et non des moindres : le Département a perdu sa personnalité et son indépendance sur des dossiers majeurs, affirment les deux élus basques. Plusieurs exemples sont cités. Le financement de la LGV pour laquelle 65 millions sont à payer, « alors que les Landes ont refusé ». La RN 134 qui relie Pau au tunnel du Somport. Ou encore la rétrocession à l’Etat de la RD 1, entre Bayonne et Briscous, "sans contrepartie financière et avant attribution probable aux Autoroutes du Sud de la France. Sur ce dossier, le Conseil général s’est fait rouler dans la farine ! » s’insurge l’ancien président Modem Jean-Jacques Lasserre.

Vigilants sur les grands dossiersCertes, bien des points restent à préciser sur les attributions futures des régions et des départements. « Mais nous aurons des exigences » assurent les représentants de Forces 64 et de l'UMP. Ceux-ci veulent par exemple rester vigilants sur le Très haut débit, l’aide apportée aux entreprises et le dialogue à mettre en place avec les communautés de communes et les agglomérations. Ils souhaitent également "revisiter de grands chantiers abandonnés par le PS. C’est le cas de la RN 134, dont il n’est pas normal qu’elle soit dans cet état. Mais aussi de l’échangeur autoroutier de Berlanne, du projet de nouvelle route Pau-Oloron qui a été enterré, de la protection du littoral basque».

En matière de maisons de retraite et de collèges, les socialistes n’ont fait que poursuivre les programmes élaborés par leurs prédécesseurs, poursuivent Jean-Jacques Lasserre et Max Brisson. Par contre centristes et UMP souhaitent axer leur mandat sur l’orientation des collégiens. « Car, aujourd’hui, des formations qui débouchent vers l’emploi n’ont pas d’élèves ». S’ils regagnent le département, une opération « Un mois, un métier, un métier pour moi »sera lancée dans cet esprit.

Aides accordées aux crèches, priorité donnée à l’accession à la propriété… D’autres mesures sont abordées. Avant qu’une flèche soit décochée en direction de concurrents de gauche n'ayant toujours pas désigné de chef de file. « Nous, nous avons notre candidat à la présidence : Jean-Jacques Lasserre » dit Max Brisson.

La « punition » FNReste, d’un côté comme de l’autre, l’inconnue du vote FN. « C’est une question préoccupante. Les gens ont besoin d’être plus captivés par cette élection locale. Ce qui n'est pas le cas » élude Jean-Jacques Lasserre.  « Des habitants que nous rencontrons sur le terrain expriment leur inquiétude, voire leur révolte. Ils nous disent qu'ils ne partagent pas les idées du FN, mais qu’ils veulent nous punir. Car la politique nationale du PS ne leur convient pas » reconnait Marie-Pierre Cabanne. « On désamorce ça par le dialogue, en leur demandant ce qu’ils reprochent au juste au Conseil général. Et en rappelant qu’on est vraiment ici dans des politiques de proximité : le RSA, les collèges, les transports, les cantines scolaires… On est dans le quotidien des gens ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1884
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !