Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

  • 15/02/19 | Rénovation de la Cité administrative d'Agen

    Lire

    Le plan de rénovation énergétique des bâtiments de 2018 prévoit la rénovation des cités administratives à l’échelle nationale pour 1 milliard d’euros sur 5 ans. Les objectifs prioritaires de cette rénovation sont l’amélioration de la performance énergétique et la réduction des dépenses de fonctionnement. Le dossier de la Cité administrative de Lot-et-Garonne a donc obtenu la labellisation lors de la Conférence nationale de l’immobilier de l’État qui s'est tenue le 6 décembre dernier.

  • 15/02/19 | Un concert poétique à la BFM

    Lire

    La Ville de Limoges propose le 16 février à 15h un concert poétique et rock à l’auditorium Clancier de la BFM centre-ville en hommage au poète québécois Gaston Miron. En coréalisation avec l’Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine, la compagnie Fracas fera voyager le public en poésie dans le grand espace du Québec mais aussi de Gaston Miron. L’entrée est libre dans la mesure des places disponibles.

  • 15/02/19 | Ouverture des réservations pour les Refuges Périurbains

    Lire

    Dès ce 15 février à 13h30, Bordeaux Métropole ouvre les 1ères réservations pour la 8ème saison des Refuges Périurbains. Les 9 refuges pourront accueillir dès le 1er mars gratuitement les visiteurs. Ils sont ouverts toutes les nuits du 1er mars au 30 novembre. Cet été un nouveau Refuge ouvrira ses portes à Saint-Médard-en-Jalles. Réservations

  • 15/02/19 | Exposition de Krees à l'Espace Saint-Rémi

    Lire

    L'artiste Krees, originaire du nord de la France, sera exposée du 16 au 27 février à l'Espace Saint-Rémi à Bordeaux. Vernissage le dimanche 17 février à 15h30. Krees vient de recevoir le prix du Salon international contemporain de la galerie Esart de Barcelone. L'artiste exposera ensuite ses oeuvres du 8 au 10 mars à la Maison Louis David à Andernos.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Départementales : la "réunion de familles" du PS à Blasimon

10/03/2015 | Un meeting de soutien aux candidats socialistes s'est tenu lundi 9 mars à Blasimon, commune rurale de l'Entre deux Mers. Stéphane Le Foll s'est invité à ce rassemblement

Une grande partie de la "famille PS" s'est réunie lundi 9 mars à Blasimon

Plus de trois cents personnes étaient réunies lundi soir à la salle des fêtes de Blasimon, petite commune de l'Entre deux Mers, pour un meeting de rassemblement de la gauche locale avant le premier tour des élections départementales. Une réunion hautement stratégique de la famille socialiste puisque située sur le canton du Réolais et des Bastides, convoité par Yves d'Amécourt, leader du mouvement "Gironde Positive". Pour l'occasion, Stéphane Le Foll, Ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, est venu rappeler une consigne essentielle aux électeurs de gauche : pas de dispersion.

Tandis que le maire de Sauveterre de Guyenne, Yves d'Amécourt, tenait une conférence de presse lundi matin pour réaffirmer les engagements du mouvement Gironde Positive à Bordeaux, le Parti Socialiste a clairement tenu à lui répondre. Lundi soir, au milieu d'une salle des fêtes pleine, Stéphane Le Foll et Philippe Madrelle sont venus rassembler dans le cadre d'un meeting socialiste sur les terres du leader de l'opposition. Une partie des candidats girondins étaient présents, dont deux affilliés EELV et six députés PS venus prêcher le "rassemblement" de la gauche. Face au ministre, Danier Barbe, maire de Blasimon (qui a choisi pour équipe le binôme formé par Bernard Castagnet et Christelle Guioni) a ouvert la marche pour aborder l'un des thèmes clés de la réunion politique : la ruralité.

"Nous essayons de garder cette proximité avec le monde rural, en nous basant sur des politiques volontaristes comme les "conventions d'aménagements de bourgs" et d'écoles, bien aidés par les 6500 agents présents sur le terrain, qu'il serait bien dommage de réduire tant ils nous apportent". Le maire de la commune fait évidemment référence à une proposition du programme adverse, qui compte ne pas renouveler le départ à la retraite de 650 agents pour dégager des économies dans la fonction publique. "La Métropole est le coeur de la Gironde, mais la ruralité en est le poumon. Elle se doit d'être forte, ambitieuse, dynamique, pour que notre département continue à bien vivre". 

Madrelle lutte "contre l'immobilisme"Bernard Castagnet, ancien maire de La Réole et candidat sur le canton Réole/Bastides, s'est même permis de filer la métaphore : "La droite lorgne sur les finances du Conseil général, comme dans "Le Corbeau et le Renard". Mais j'ai toujours gagné mes courses dans les derniers 200 mètres... comme dans "Le lièvre et la tortue"...", a-t-il ironisé. Philippe Madrelle a réaffirmé son choix de quitter la présidence, mais ne ferme pas la porte à la politique : "Je descends du ring, mais je ne raccroche pas les gants. Je pense que Daniel Barbes m'invitera comme sénateur" a-t-il ajouté. "J'ai défendu le fait qu'il n'y avait pas de Gironde à deux vitesses. Certains disent qu'il serait temps de passer la 3ème, mais eux veulent plutôt aller en marche arrière. Le candidat de l'opposition sur ce canton a déjà été battu à toutes les élections, et il s'accroche. Quand on est élu du peuple, on doit faire preuve d'humilité, alors que certains ont la tête qui enfle. Le Conseil général doit rester un échelon intermédiaire essentiel face à la future région. Quand Alain Juppé m'a demandé de participer au Grand Stade, j'ai répondu non. J'ai préféré mettre 30 millions d'euros dans les collèges, mais le maire de Bordeaux n'a finalement pas eu besoin de nous, et nous avons évité de faire payer le contribuable pour un outil dont ils n'avaient pas besoin", a ajouté le Président sortant. 

"Il ne faut jamais oublier les petites communes. Notre adversaire n'hésite pas à voter systématiquement contre le budget. J'ai connu une époque ou mes adversaires étaient plus ouverts, plus objectifs. Nous partons avec la tête haute, en gardant le double A (donné par Standard and Poor's). L'Argus des départements (étude de "Contribuables associés") nous a donné 15 sur 20, en tant qu'ancien prof je peux dire que c'est une bonne note. Pour Sauveterre, ce serait plutôt 7 sur 20...". Philippe Madrelle a aussi consacré une part de son discours aux enjeux des départementales dans le cadre du redécoupement des cantons : "Aujourd'hui, nous sommes face à un tournant. Nous n'avons pas touché aux cantons ruraux depuis 1802. A un moment, il faut savoir si on préfère l'action ou l'immobilisme". Le vote FN faisait aussi parti de ses sujets favoris : "On entend de la démagogie incroyable. Ils veulent sortir de l'Europe ? Demandez aux agriculteurs s'ils veulent perdre la PAC ! On veut remettre les frontières, on veut nous couper du monde. La politique des élus FN est une catastrophe, ils l'ont prouvé notamment dans le sud de la France. Il nous faut retrouver ces valeurs de la République et continuer à les défendre". 

"Ne pas se diviser" Avant de passer par Blasimon, Stéphane Le Foll s'est livré au jeu du porte à porte à Libourne dans l'après-midi. Le porte-parole du gouvernement a rappelé à son tour le besoin pour la gauche de rassembler ses électeurs. Il a tenu une ligne de discours plus nationale que locale, bien qu'il ait été interpellé à son entrée dans la salle par une délégation de jeunes agriculteurs à propos des zones vulnérables aux nitrates, sujet hautement polémique défendu par l'Europe". "Aujourd'hui, il nous reste à convaincre les gens. On a l'impression que cette campagne échappe à ceux qui sont pourtant au coeur des choix qui vont être faits, les candidats et candidates. Il faut rappeller sans cesse qu'un grand pays comme la France ne se change pas en claquant des doigts, ça prend du temps. Les changements sont perceptibles à un certain moment et pour les personnes qui souffrent, c'est toujours trop long. Un pays, c'est une société, des inerties sociales qui fait qu'on ne change pas le cours du paquebot".

Stéphane Le Foll ne s'est pas gêné pour rappeler le bilan de l'opposition au pouvoir : "Il a fallu redresser un pays avec plus de 70 milliards de déficit commercial, alors que nous avons quitté le pouvoir en 2002, nous étions en léger excédent. Nous ne sommes pas là pour déporter les échéances, mais pour assumer nos responsabilités". Le ministre a insisté sur les questions d'éducation, de santé ou encore l'énergie, dressant ainsi un panel général. "Aujourd'hui, pour s'assurer sur la maladie, les agriculteurs empruntent, et ils ne peuvent pas tous avoir une assurance. La solidarité a un sens économique et social, on ne peut pas l'ignorer, ça vaut aussi pour le monde rural. La DETR (dotation d'équipements aux territoire ruraux) a été augmentée de plus de 200 millions. La dotation de solidarité rurale a été augmentée de 114 millions d'euros". 

Enfin, le Ministre de l'Agriculture a souligné la necessité, face à l'extrême droite, à l'éclatement des partis de gauche et à une l'absention qui plane, de choisir le camp de la majorité sortante : "Qui peut penser qu'entre les agglos et le monde rural, il y aurait une coupure ? J'ai cru comprendre que celui qui était candidat à la tête éventuelle du Conseil général de Gironde voulait gérer un département comme une entreprise, mais ca ne marche pas comme ça. Couper là ou c'est le moins rentable et il n'y aura plus de politique dans la ruralité Notre électorat doit-il se diviser pour tel ou tel parti de gauche pour se rassembler au deuxième tour ? Non. Le deuxième tour, ce sera trop tard cette fois ci. Avec la division, le risque c'est que la gauche ne soit pas au deuxième tour. Il ne faut pas se disperser". A 12 jours du premier tour, le message est clair : éviter un retournement de situation politique. La droite compte elle aussi se rassembler : Alain Juppé et François Fillon feront un meeting commun a Pessac le 23 mars prochain.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2234
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !