18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Départementales : la "réunion de familles" du PS à Blasimon

10/03/2015 | Un meeting de soutien aux candidats socialistes s'est tenu lundi 9 mars à Blasimon, commune rurale de l'Entre deux Mers. Stéphane Le Foll s'est invité à ce rassemblement

Une grande partie de la "famille PS" s'est réunie lundi 9 mars à Blasimon

Plus de trois cents personnes étaient réunies lundi soir à la salle des fêtes de Blasimon, petite commune de l'Entre deux Mers, pour un meeting de rassemblement de la gauche locale avant le premier tour des élections départementales. Une réunion hautement stratégique de la famille socialiste puisque située sur le canton du Réolais et des Bastides, convoité par Yves d'Amécourt, leader du mouvement "Gironde Positive". Pour l'occasion, Stéphane Le Foll, Ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, est venu rappeler une consigne essentielle aux électeurs de gauche : pas de dispersion.

Tandis que le maire de Sauveterre de Guyenne, Yves d'Amécourt, tenait une conférence de presse lundi matin pour réaffirmer les engagements du mouvement Gironde Positive à Bordeaux, le Parti Socialiste a clairement tenu à lui répondre. Lundi soir, au milieu d'une salle des fêtes pleine, Stéphane Le Foll et Philippe Madrelle sont venus rassembler dans le cadre d'un meeting socialiste sur les terres du leader de l'opposition. Une partie des candidats girondins étaient présents, dont deux affilliés EELV et six députés PS venus prêcher le "rassemblement" de la gauche. Face au ministre, Danier Barbe, maire de Blasimon (qui a choisi pour équipe le binôme formé par Bernard Castagnet et Christelle Guioni) a ouvert la marche pour aborder l'un des thèmes clés de la réunion politique : la ruralité.

"Nous essayons de garder cette proximité avec le monde rural, en nous basant sur des politiques volontaristes comme les "conventions d'aménagements de bourgs" et d'écoles, bien aidés par les 6500 agents présents sur le terrain, qu'il serait bien dommage de réduire tant ils nous apportent". Le maire de la commune fait évidemment référence à une proposition du programme adverse, qui compte ne pas renouveler le départ à la retraite de 650 agents pour dégager des économies dans la fonction publique. "La Métropole est le coeur de la Gironde, mais la ruralité en est le poumon. Elle se doit d'être forte, ambitieuse, dynamique, pour que notre département continue à bien vivre". 

Madrelle lutte "contre l'immobilisme"Bernard Castagnet, ancien maire de La Réole et candidat sur le canton Réole/Bastides, s'est même permis de filer la métaphore : "La droite lorgne sur les finances du Conseil général, comme dans "Le Corbeau et le Renard". Mais j'ai toujours gagné mes courses dans les derniers 200 mètres... comme dans "Le lièvre et la tortue"...", a-t-il ironisé. Philippe Madrelle a réaffirmé son choix de quitter la présidence, mais ne ferme pas la porte à la politique : "Je descends du ring, mais je ne raccroche pas les gants. Je pense que Daniel Barbes m'invitera comme sénateur" a-t-il ajouté. "J'ai défendu le fait qu'il n'y avait pas de Gironde à deux vitesses. Certains disent qu'il serait temps de passer la 3ème, mais eux veulent plutôt aller en marche arrière. Le candidat de l'opposition sur ce canton a déjà été battu à toutes les élections, et il s'accroche. Quand on est élu du peuple, on doit faire preuve d'humilité, alors que certains ont la tête qui enfle. Le Conseil général doit rester un échelon intermédiaire essentiel face à la future région. Quand Alain Juppé m'a demandé de participer au Grand Stade, j'ai répondu non. J'ai préféré mettre 30 millions d'euros dans les collèges, mais le maire de Bordeaux n'a finalement pas eu besoin de nous, et nous avons évité de faire payer le contribuable pour un outil dont ils n'avaient pas besoin", a ajouté le Président sortant. 

"Il ne faut jamais oublier les petites communes. Notre adversaire n'hésite pas à voter systématiquement contre le budget. J'ai connu une époque ou mes adversaires étaient plus ouverts, plus objectifs. Nous partons avec la tête haute, en gardant le double A (donné par Standard and Poor's). L'Argus des départements (étude de "Contribuables associés") nous a donné 15 sur 20, en tant qu'ancien prof je peux dire que c'est une bonne note. Pour Sauveterre, ce serait plutôt 7 sur 20...". Philippe Madrelle a aussi consacré une part de son discours aux enjeux des départementales dans le cadre du redécoupement des cantons : "Aujourd'hui, nous sommes face à un tournant. Nous n'avons pas touché aux cantons ruraux depuis 1802. A un moment, il faut savoir si on préfère l'action ou l'immobilisme". Le vote FN faisait aussi parti de ses sujets favoris : "On entend de la démagogie incroyable. Ils veulent sortir de l'Europe ? Demandez aux agriculteurs s'ils veulent perdre la PAC ! On veut remettre les frontières, on veut nous couper du monde. La politique des élus FN est une catastrophe, ils l'ont prouvé notamment dans le sud de la France. Il nous faut retrouver ces valeurs de la République et continuer à les défendre". 

"Ne pas se diviser" Avant de passer par Blasimon, Stéphane Le Foll s'est livré au jeu du porte à porte à Libourne dans l'après-midi. Le porte-parole du gouvernement a rappelé à son tour le besoin pour la gauche de rassembler ses électeurs. Il a tenu une ligne de discours plus nationale que locale, bien qu'il ait été interpellé à son entrée dans la salle par une délégation de jeunes agriculteurs à propos des zones vulnérables aux nitrates, sujet hautement polémique défendu par l'Europe". "Aujourd'hui, il nous reste à convaincre les gens. On a l'impression que cette campagne échappe à ceux qui sont pourtant au coeur des choix qui vont être faits, les candidats et candidates. Il faut rappeller sans cesse qu'un grand pays comme la France ne se change pas en claquant des doigts, ça prend du temps. Les changements sont perceptibles à un certain moment et pour les personnes qui souffrent, c'est toujours trop long. Un pays, c'est une société, des inerties sociales qui fait qu'on ne change pas le cours du paquebot".

Stéphane Le Foll ne s'est pas gêné pour rappeler le bilan de l'opposition au pouvoir : "Il a fallu redresser un pays avec plus de 70 milliards de déficit commercial, alors que nous avons quitté le pouvoir en 2002, nous étions en léger excédent. Nous ne sommes pas là pour déporter les échéances, mais pour assumer nos responsabilités". Le ministre a insisté sur les questions d'éducation, de santé ou encore l'énergie, dressant ainsi un panel général. "Aujourd'hui, pour s'assurer sur la maladie, les agriculteurs empruntent, et ils ne peuvent pas tous avoir une assurance. La solidarité a un sens économique et social, on ne peut pas l'ignorer, ça vaut aussi pour le monde rural. La DETR (dotation d'équipements aux territoire ruraux) a été augmentée de plus de 200 millions. La dotation de solidarité rurale a été augmentée de 114 millions d'euros". 

Enfin, le Ministre de l'Agriculture a souligné la necessité, face à l'extrême droite, à l'éclatement des partis de gauche et à une l'absention qui plane, de choisir le camp de la majorité sortante : "Qui peut penser qu'entre les agglos et le monde rural, il y aurait une coupure ? J'ai cru comprendre que celui qui était candidat à la tête éventuelle du Conseil général de Gironde voulait gérer un département comme une entreprise, mais ca ne marche pas comme ça. Couper là ou c'est le moins rentable et il n'y aura plus de politique dans la ruralité Notre électorat doit-il se diviser pour tel ou tel parti de gauche pour se rassembler au deuxième tour ? Non. Le deuxième tour, ce sera trop tard cette fois ci. Avec la division, le risque c'est que la gauche ne soit pas au deuxième tour. Il ne faut pas se disperser". A 12 jours du premier tour, le message est clair : éviter un retournement de situation politique. La droite compte elle aussi se rassembler : Alain Juppé et François Fillon feront un meeting commun a Pessac le 23 mars prochain.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1633
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs