Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départementales : le Béarn, entre forteresses et opérations commando

29/03/2015 | Des bastions de gauche résistent. Mais les adjoints au maire de Pau raflent la mise.

Divisions et coups d'éclat, l'Est du département égal à lui même

Après avoir longtemps battu à droite et au centre, puis fait une incartade de quelques années sur sa gauche, le cœur politique des Pyrénées-Atlantiques revient à ses premières amours. La victoire remportée par les candidats Modem, UDI et UMP est en effet sans bavure. Seize cantons détenus, face à un abertzale et à dix binômes de gauche, c’est quasiment : « circulez, il n’y a plus rien à voir ». Qui plus est, ce retour aux habitudes respecte la vieille géographie électorale. Car la majorité que le Modem Jean-Jacques Lasserre devrait conduire à nouveau dans quelques jours s’impose de manière plus marquée au Pays basque qu’en Béarn. Cela n’empêche pas des opérations commandos d’avoir porté leurs fruits dans l’Est du département. Ni quelques forteresses d’avoir bien résisté. Tour d’horizon.

Quoi que l’on ait pu prédire sur sa déconfiture, la gauche béarnaise a fait de la résistance dans plusieurs secteurs.  C’est le cas dans le nouveau canton des Billère et des Côteaux de Jurançon où Michel Bernos, maire Modem de Jurançon, s’est cassé  les dents sur deux candidats socialistes qui connaissent bien leur terrain.

Les limites de la vague bleueC’est aussi ce qui s’est passé dans le Piémont pyrénéen qui englobe la vallée d’Ossau (Oloron 2). Un secteur où André Berdou, par ailleurs influent  président du Parc national des Pyrénées, s’est imposé sur son concurrent UMP, Françis Courrouau.

Un résultat  plus net encore est observé dans le Cœur de Béarn. Yves Salanave-Péhé, le maire de Monein, s’offre là un score à plus de 62%. Tandis que, sur le canton de Pau 1, André Duchateau, ancien adjoint de Martine Lignières-Cassou, continue à occuper sans trop de mal un territoire qu’il laboure depuis 17 ans. Même la plaine de Nay a vu les socialistes Marie-Pierre Cabane et Christian Petchot-Bacqué résister à la vague bleue qui leur léchait les pieds.

Oloron : les fruits de la divisionQuant à l’exploit, il est signé sur le canton d’Oloron 1. En effet,  Hervé Lucbéreilh, le maire divers droite d’Oloron-Sainte-Marie, n’est pas parvenu à récupérer les voix des électeurs montagnards qui s’étaient portées au premier tour sur le centriste Pierre Casabonne, maire d’Arette. Cela, en dépit du soutien un peu tardif, et affiché du bout des doigts, que lui a apporté le député Modem Jean Lassalle. Ce loupé permet aujourd’hui au binôme de gauche formé par Jean-Claude Coste et Marie-Lyse Gaston de remporter la mise. « Les électeurs n’ont pas voulu voter pour la plaine » enrage Hervé Lucbéreilh. Il n’a pas tort.

Coups d’éclat à LescarBref, la Gauche a fait face. Mais cela n’a pas suffi. Car ses adversaires ont, eux aussi, réussi quelques jolis coups. On le remarque à Artix et dans le Pays de Soubestre où le puissant UDI Jean Dupont s’est régalé de la division de ses adversaires . On le constate également à Lescar et sur les terres du Pont Long : un canton gagné de justesse, mais gagné quand même, par le jeune maire UMP de Lons, Nicolas Patriarche et sa colistière Sandrine Lafargue. Seule la victoire est belle…

Idem du côté d’Orthez et des terres des gaves. La gauche déchirée y laisse le champ libre à deux centristes solidement implantés : le divers droite Jacques Pédehontaà et la Modem Denise Saint-Pé. Quant au pays de Morlaàs et du Montanérès, il voit Thierry Carrère, le maire divers droite de Buros et la Modem Isabelle Lahore détrôner un jeune loup socialiste, Stéphane Coillard, conseiller général sortant, ainsi que Michèle Laban Winograd, maire d’Artigueloutan.

Pau : le tiercé gagnantCela étant, les vrais coups de tonnerre éclatent surtout à Pau. Une ville où plusieurs adjoints au maire réalisent un tiercé gagnant. C’est le cas de Josy Poueyto, ex-socialiste passée au Modem, hyper implantée en ville, et associée à André  Arribes, le maire DVD de Bizanos. Tous deux s’offrent un score royal : 69,33% sur Pau 3 face à un binôme socialiste, parti au combat comme on monterait à l’échafaud.

C’est aussi le cas de l’ancien préfet des Pyrénées-Atlantiques, Marc Cabane. Ce candidat Modem a fait équipe avec Annie Hild, la maire divers droite d’Idron. Crédité de 51,7% des suffrages, l’ancien serviteur de l’Etat n’a pas caché son émotion, dimanche soir.

Quant au Dr Jean Lacoste, adjoint délégué à la culture, il obtient un score de 54,24% aux côtés de la conseillère régionale UDI Véronique Lipsos-Sallenave. Face à eux, une conseillère générale PS sortante (Natalie Francq) et un syndicaliste (Robert Pocino-Venin) n’ont pas tenu le choc.

La méthode BayrouLargement de quoi réjouir le nouveau maître des lieux : François Bayrou, qui récolte le fruit de ses semailles, et qui en profite pour affirmer un peu plus son emprise sur l’agglomération paloise. Un élu qui, à l’issue du scrutin, n’a pas manqué d'évoquer les résultats engrangés par les candidats de Forces 64 et leurs alliés. « C’est une équipe qui, après avoir gagné la mairie de Pau, gagne le département. C’est aussi l’effet d’une manière de conduire les affaires de la cité et de s’adresser aux citoyens. C’est-à-dire de les respecter pour ce qu’ils sont, et de travailler dans une ambiance fraternelle. »

Quant aux alliances politiques passées avec les adversaires d’hier, il en résume l’esprit en une phrase : « Un accord entre des formations qui ne se confondent pas, mais qui se respectent »

 Les résultats dans les Pyrénées-Atlantiques : http://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2015/064/index.html

 

 

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1362
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !