Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Députés depuis un an: Martine Faure: "le travail en commission est anéanti par le vote"

09/06/2008 |

Martine Faure - députée de la 9e circonscription de la Gironde

La députée de la 9e circonscription de la Gironde a trouvé sa place au sein de l'Assemblée nationale. Martine Faure a été élue il y a un an, battant le candidat UMP, Philippe Dubourg, Depuis, elle a trouvé ses marques au Palais-Bourbon. A Paris, elle fait l'expérience, parfois douloureuse, du rôle de députée de l'opposition. Sans pour autant perdre ses convictions.

Murs blancs et moquette grisée au plancher. Deux larges bureaux et un canapé noir sur le côté. Elyane Boutin ouvre la fenêtre du bureau de sa députée, Martine Faure. Elle met en route le café. Martine Faure entre. Les deux femmes se font la bise et se tutoient. Echange de sourires. Le café est servi. La députée de la 9e circonscription de la Gironde commence sa journée au 3 rue Aristide Briand, à côté de l’Assemblée nationale. Comme souvent, elle va la finir dans le Langonnais, après avoir pris le train.
« Je suis vraiment députée maintenant, après un grand temps d’observation et d’adaptation », reconnaît Martine Faure. Les derniers mois ont été éprouvants ; elle a en effet dû gérer son entrée au Palais Bourbon, organiser son bureau parlementaire et poursuivre l’action des mandats locaux. Pour l’installation parisienne, Martine Faure a profité de l’expérience d’Elyane Boutin, ancienne attachée parlementaire de Bernard Madrelle, qui fut député de la 11e circonscription. « Elle m’a beaucoup aidée à me repérer, confie la députée. L’Assemblée nationale est un lieu prestigieux, mais aussi un labyrinthe, qui s’étend sur trois sites différents [le Palais Bourbon, le 3 rue Aristide Briand et le 233 boulevard Saint-Germain]. » Depuis mars dernier, l’emploi du temps s’est allégé. Martine Faure a abandonné la présidence de la communauté de communes du pays d’Auros ainsi que la vice-présidence du conseil général de la Gironde, pour en devenir simple membre. Elle reste néanmoins au conseil municipal de sa commune d’Aillas, qui compte quelques 600 habitants.

L’obsession de la réforme

Pour l’ancienne institutrice de 60 ans, « ces onze derniers mois ont été vertigineux ». Et pas seulement à cause de ses multiples casquettes. Elle raconte le « rythme infernal imposé par le gouvernement, qui oblige à sauter d’un sujet à un autre et qui multiplie les changements de planning ». La députée attend toujours la loi pénitentiaire, promise pour octobre 2007 et censée améliorer les conditions de détention. Au contraire, elle souligne l’empressement de Rachida Dati, la ministre de la Justice, à supprimer les tribunaux de proximité, notamment ceux de Bazas et La Réole, « sans aucune concertation ». « En séance, j’ai très souvent l’impression qu’on ne parle pas des mêmes Français, ni des mêmes textes, s’exclame la députée. Si j’écoute nos ministres, il n’y a pas de pauvres en France. »
Martine Faure est choquée par le « discours obsessionnel » tenu par la majorité. Elle a noté des constantes dans les diverses prises de parole des membres de l’UMP. « Ils répètent à l’envi modernité, réforme et économies. J’ai même vu le ministre de l’Education, Xavier Darcos, à cours d’arguments, piétiner et marteler ‘réforme, réforme, réforme’ ! » Elle raconte le vote de textes « à l’emporte pièce, comme les lois sur les tests ADN, les franchises médicales ou la recherche d’emplois des chômeurs. Ce sont des moments qui déchirent. » Elle se souvient aussi de son accablement après l’adoption du paquet fiscal, dès juillet. « On s’est mis des verrous sur le budget 2008 d’emblée », regrette-t-elle. C’est toujours la même déception : « Une fois dans l’hémicycle, le travail en commission, souvent de très bonne qualité, est anéanti par le vote ». Le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) a connu le même sort, malgré un premier vote de rejet et quelque 47 heures de débats.


Elue d’opposition, une première
Avec le mandat de député, Martine Faure expérimente une nouvelle façon de faire de la politique. Elle n’avait jamais été dans l’opposition de toute sa carrière. Le changement est radical. C’est ce qui lui fait dire que « député est un mandat de patience et d’observation critique. » Elle entend porter la voix de son territoire, qui compte quelque 140 000 citoyens, sans oublier de rapporter sur le terrain ce qui a été fait à la capitale. L’exercice n’est pas toujours facile. Aux volontés gouvernementales s’ajoutent les directives européennes, qu’il faut faire passer sur le terrain. « Elles sont à l’origine d’une grande frustration pour des élus locaux puisqu’elles n’émanent pas de notre travail », avoue Martine Faure. Avec ses collègues girondins, Pascale Got, Michèle Delaunay et Philippe Plisson, elle veut constituer un groupe capable de mieux faire entendre les revendications de leur circonscription. Un des premiers objectifs : la défense du patrimoine viticole.

A lire également :
Députés depuis un an Pascale Got: "ce n'est pas dans l'hémicycle qu'on travaille le plus"
Comment être, une fois élu ? Des députés parlent : Pascal Deguilhem, Dordogne
Députés depuis un an: Philippe Plisson sans illusion retrouve le terrain

 
Estelle Maussion



Partager sur Facebook
Vu par vous
607
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !