Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Députés depuis un an: Philippe Plisson sans illusion retrouve le terrain

09/06/2008 |

Philippe Plisson - député de la 11e circonscription de la Gironde

L'ancien suppléant de Bernard Madrelle a pris sa place de député de la 11e circonscription de la Gironde. Un an après son élection, le mandat national laisse Philippe Plisson amer. Le député se félicite d'avoir gardé ses mandats locaux, notamment la présidence de la communauté de communes de l'Estuaire, pour prendre sa revanche dans l'action locale.

Le député Philippe Plisson est « frustré ». A Paris, l’élu de la 11e circonscription de la Gironde n’influe pas sur le cours des choses. « L’Assemblée nationale est verrouillée. J’ai l’impression d’être au théâtre et de suivre une pièce dont l’issue est connue à l’avance, la victoire de la majorité. » Il rechigne à détailler, comme si la réalité lui pesait. Son regard s’évade à travers la fenêtre de son bureau et le député se livre sans détour.
Les lois arrivent au Palais-Bourbon, selon un calendrier décidé par le Gouvernement. Le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche (SRC), rédige des amendements, proposés en commissions. Comme la répartition des sièges reproduit celle de l’Assemblée nationale, les élus de la majorité n’ont aucun mal à rejeter les amendements, qui passent à la trappe. « En deux heures, jusqu’à 150 amendements de l’opposition sont jetés à la poubelle, ajoute, blasé, Philippe Plisson. Puis rebelote dans l’hémicycle. Je passe deux jours à Paris à lever la main pour voter et, à chaque fois, je finis Gros-Jean comme devant ». Et le député PS de souligner, dépité, que l’opposition n’a été majoritaire qu’une fois depuis le début de la législature, lors du premier vote sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). Une victoire démentie, dès le lendemain, en commission mixte paritaire.

« Les députés font l’Assemblée buissonnière »
Si le député critique le noyautage de l’opposition, il s’indigne aussi de voir la majorité cadenassée par l’UMP et le Président de la République. « Certains élus sont soumis à des pressions pour qu’ils votent dans ‘le bon sens’, s’énerve le député. Le sénateur UMP Le Grand a en outre souligné publiquement l’influence des lobbies pro-OGM, Monsanto en première ligne, sur ses camarades. » Philippe Plisson n’attend rien du projet de loi de modernisation de la Ve République : « La soi-disant réforme occulte tous les points importants ; elle élude notamment la révision du mode de scrutin des sénateurs, qui favorise la droite, en accordant un poids démesuré aux communes de moins de 2.000 habitants. »
Mais le maire de Saint-Caprais-de-Blaye n’est pas tendre avec son propre groupe. Il en décrit le fonctionnement, « fondé sur des hiérarchies assez figées », et le manque de convivialité. « François Hollande, qui n’est pas de mon courant, me dit bonjour alors qu’Henri Emmanuelli, par exemple, ne daigne pas le faire. » Ces façons de faire ne l’agacent même plus. Difficile de trouver sa place même parmi ses amis politiques. « Certains députés font l’Assemblée buissonnière tant ils s’ennuient en séance. On ne les voit qu’une fois par mois. » S’il se contraint à rejoindre la capitale toutes les semaines, « pour faire son boulot », Philippe Plisson dit comprendre ses collègues absentéistes, l’air navré.

Des débuts de colleur d’affiches
Pour lui, un élu ne peut exister politiquement avec le seul mandat de député. Il lui manque des leviers sur le terrain. « Si je ne devais garder qu’un mandat, ce serait celui de président de la Communauté de communes de l'Estuaire », avoue sans complexe Philippe Plisson. Il se sert de son mandat national, pour faire avancer les choses sur le plan local. Là, il a l’impression d’être utile. Son visage s’anime lorsqu’il énumère les nouveautés sur sa circonscription : une crèche intercommunale avec 35 places, une maison de retraite et de multiples actions en faveur de la formation des jeunes. « Ce sont des projets qui m’intéressent car ils sont concrets », lâche le député. Il sait aussi que ces actions-là lui vaudront la reconnaissance assurée des électeurs.
Pourtant, Philippe Plisson, qui n’hésite pas à rappeler qu’il est l’animateur assidu de la « fête du Goret », ne regrette pas son élection. « Devenir député est l’aboutissement d’une carrière politique de trente ans, commencée comme colleur d’affiche. C’est une fierté et un honneur. » S’il avait déjà perçu les limites du mandat, en tant que suppléant de Bernard Madrelle, peut-être ne les avait-il pas imaginées aussi fortes. Et puis il y a un avantage évident. La fonction de député est reconnue. « Elle me permet, par exemple, d’avoir accès plus rapidement au secrétaire général de la préfecture », indique l’élu. Toujours pour agir sur le terrain. Désormais, parmi les meilleurs moments de la semaine, outre le vélo et la chasse, figure aussi le moment où Philippe Plisson attend le train « pour quitter Paris et repartir chez lui », dans sa circonscription.

A lire aussi :
Députés depuis un an Pascale Got: "ce n'est pas dans l'hémicycle qu'on travaille le plus"
Comment être, une fois élu ? Des députés parlent : Pascal Deguilhem, Dordogne
Députés depuis un an: Martine Faure: "le travail en commission est anéanti par le vote" 

Estelle Maussion

Partager sur Facebook
Vu par vous
915
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !