Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Députés depuis un an: Philippe Plisson sans illusion retrouve le terrain

09/06/2008 |

Philippe Plisson - député de la 11e circonscription de la Gironde

L'ancien suppléant de Bernard Madrelle a pris sa place de député de la 11e circonscription de la Gironde. Un an après son élection, le mandat national laisse Philippe Plisson amer. Le député se félicite d'avoir gardé ses mandats locaux, notamment la présidence de la communauté de communes de l'Estuaire, pour prendre sa revanche dans l'action locale.

Le député Philippe Plisson est « frustré ». A Paris, l’élu de la 11e circonscription de la Gironde n’influe pas sur le cours des choses. « L’Assemblée nationale est verrouillée. J’ai l’impression d’être au théâtre et de suivre une pièce dont l’issue est connue à l’avance, la victoire de la majorité. » Il rechigne à détailler, comme si la réalité lui pesait. Son regard s’évade à travers la fenêtre de son bureau et le député se livre sans détour.
Les lois arrivent au Palais-Bourbon, selon un calendrier décidé par le Gouvernement. Le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche (SRC), rédige des amendements, proposés en commissions. Comme la répartition des sièges reproduit celle de l’Assemblée nationale, les élus de la majorité n’ont aucun mal à rejeter les amendements, qui passent à la trappe. « En deux heures, jusqu’à 150 amendements de l’opposition sont jetés à la poubelle, ajoute, blasé, Philippe Plisson. Puis rebelote dans l’hémicycle. Je passe deux jours à Paris à lever la main pour voter et, à chaque fois, je finis Gros-Jean comme devant ». Et le député PS de souligner, dépité, que l’opposition n’a été majoritaire qu’une fois depuis le début de la législature, lors du premier vote sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). Une victoire démentie, dès le lendemain, en commission mixte paritaire.

« Les députés font l’Assemblée buissonnière »
Si le député critique le noyautage de l’opposition, il s’indigne aussi de voir la majorité cadenassée par l’UMP et le Président de la République. « Certains élus sont soumis à des pressions pour qu’ils votent dans ‘le bon sens’, s’énerve le député. Le sénateur UMP Le Grand a en outre souligné publiquement l’influence des lobbies pro-OGM, Monsanto en première ligne, sur ses camarades. » Philippe Plisson n’attend rien du projet de loi de modernisation de la Ve République : « La soi-disant réforme occulte tous les points importants ; elle élude notamment la révision du mode de scrutin des sénateurs, qui favorise la droite, en accordant un poids démesuré aux communes de moins de 2.000 habitants. »
Mais le maire de Saint-Caprais-de-Blaye n’est pas tendre avec son propre groupe. Il en décrit le fonctionnement, « fondé sur des hiérarchies assez figées », et le manque de convivialité. « François Hollande, qui n’est pas de mon courant, me dit bonjour alors qu’Henri Emmanuelli, par exemple, ne daigne pas le faire. » Ces façons de faire ne l’agacent même plus. Difficile de trouver sa place même parmi ses amis politiques. « Certains députés font l’Assemblée buissonnière tant ils s’ennuient en séance. On ne les voit qu’une fois par mois. » S’il se contraint à rejoindre la capitale toutes les semaines, « pour faire son boulot », Philippe Plisson dit comprendre ses collègues absentéistes, l’air navré.

Des débuts de colleur d’affiches
Pour lui, un élu ne peut exister politiquement avec le seul mandat de député. Il lui manque des leviers sur le terrain. « Si je ne devais garder qu’un mandat, ce serait celui de président de la Communauté de communes de l'Estuaire », avoue sans complexe Philippe Plisson. Il se sert de son mandat national, pour faire avancer les choses sur le plan local. Là, il a l’impression d’être utile. Son visage s’anime lorsqu’il énumère les nouveautés sur sa circonscription : une crèche intercommunale avec 35 places, une maison de retraite et de multiples actions en faveur de la formation des jeunes. « Ce sont des projets qui m’intéressent car ils sont concrets », lâche le député. Il sait aussi que ces actions-là lui vaudront la reconnaissance assurée des électeurs.
Pourtant, Philippe Plisson, qui n’hésite pas à rappeler qu’il est l’animateur assidu de la « fête du Goret », ne regrette pas son élection. « Devenir député est l’aboutissement d’une carrière politique de trente ans, commencée comme colleur d’affiche. C’est une fierté et un honneur. » S’il avait déjà perçu les limites du mandat, en tant que suppléant de Bernard Madrelle, peut-être ne les avait-il pas imaginées aussi fortes. Et puis il y a un avantage évident. La fonction de député est reconnue. « Elle me permet, par exemple, d’avoir accès plus rapidement au secrétaire général de la préfecture », indique l’élu. Toujours pour agir sur le terrain. Désormais, parmi les meilleurs moments de la semaine, outre le vélo et la chasse, figure aussi le moment où Philippe Plisson attend le train « pour quitter Paris et repartir chez lui », dans sa circonscription.

A lire aussi :
Députés depuis un an Pascale Got: "ce n'est pas dans l'hémicycle qu'on travaille le plus"
Comment être, une fois élu ? Des députés parlent : Pascal Deguilhem, Dordogne
Députés depuis un an: Martine Faure: "le travail en commission est anéanti par le vote" 

Estelle Maussion

Partager sur Facebook
Vu par vous
1024
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !