Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyen de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Départementales à Biarritz (2): un problème de com à gauche

14/03/2015 | François Amigorena, ancien responsable de com de Guy Lafite (PRG) aux municipales, a refusé le ticket que ce dernier lui proposait.

Guy Lafite Ghis hayes

Vous avez aimé l'épisode "Max Brisson et ses ex" dans le feuilleton des départementales? vous aimerez aussi, à gauche, la brouille entre Guy Lafite, le radical de gauche et adjoint de Michel Veunac avec son ancien directeur de campagne, François Amigorena, adjoint au tourisme à l'économie et aux technologies nouvelles. Il part de son côté...sans étiquette. Biarritz sera un des cantons les plus intéressants du Pays basque. Comme en 2008, il y a neuf duos. Qui sera présent au deuxième tour avec une barre fixée à 12,5% des électeurs inscrits? En mars 2011, seuls l'UMP Max Brisson et le PRG Guy Lafite étaient qualifiés

« Pour moi, ces départementales devaient être une suite logique des élections municipales, c’est une question de loyauté, de cohérence », dit sans ambage Guy Lafite. Je trouve un peu lamentable que quelqu’un qui a été élu aux municipales avec des PRG, PS, voire PC reparte sans étiquette. Peut-être pense-t-il qu’en vue des prochaines municipales, l’habit de gauche ne lui convient pas parce que les sondages ne nous sont pas favorables. »

Guy Lafite n’a pas trop digéré l’offre refusée par son ancien directeur de campagne François Amigorena de partir avec la socialiste Ghis Haye. Aussi le radical de gauche a-t-il décidé de repartir et formé une nouvelle équipe appelée "Engagés pour Biarritz": lui-même en binôme avec Ghis Hayes et comme suppléant respectif, Laurent Ortiz, le Monsieur Surf de la ville, et Virginie Lannevère, « Elle travaille dans une grosse société internationale, côtée à Londres et à New York. Que les choses soient claires, il n’était pas possible que la gauche et le Parti socialiste soient illisibles pour ce rendez-vous. Ghis Haye me semblait en être la représentante logique, associée à François Amigorena. Libre à lui de prendre ses distances avec nous. Outre le fait que nous partageons tous les mêmes valeurs et une sensibilité de gauche, nous restons cohérents dans notre démarche, l’union de représentants des partis, PS pour Ghis, PRG pour moi-même, avec des représentants de la société civile. Nous étions déjà ensemble sur la même liste des municipales. »

Le quatuor est déterminé à poursuivre ce qu’il avait défendu pendant la campagne précédente : le logement social, le développement économique et l’emploi, à travers la filière océan, chère au maire Michel Veunac. « Il faudra maintenir, voire renforcer l’action sociale en terme de solidarité, explique Ghis Hayes. Comme, à l’image d’Anglet, créer un hôpital de jour pour accueillir les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. “La droite attaque notre bilan, mais en trois ans nous avons travaillé et notre bilan est globalement positif. Un travail de fond en matière de collèges a été effectué. Avec la crise, tous les départements ont vu leur situation financière se dégrader, L’APA, avec une population vieillissante, est plus lourde, le RSA, c’est-à-dire l’aide pour les gens sans emploi, avec la crise s’est alourdi. Et dans cette conjoncture, dans une situation maitrisée nous nous sommes toujours positionnés pour ne pas toucher la fiscalité. Par rapport à bien d’autres départements, nous avons une situation tout à fait correcte.”

Alors comment Guy Lafite voit-il ces départementales ? “Première inconnue : quelle sera la participation ? Ensuite, j’ai du mal à cerner comment les scissions qui ont affecté l’UMP vont affecter les suffrages de Max Brisson. Que fera le Front National ? Il a fait 14,4 % dans un vote protestataire contre l’Europe puis 5 % aux municipales qui ont suivi.”

François Amigorena, l’énigmeIndiscutablement à Biarritz, François Amigorena, l’adjoint au tourisme, à l’économie et aux technologies nouvelles de Michel Veunac est un homme courtisé : c’est à lui que Guy Lafite a pensé pour former un ticket pour départementales. Benedicte Darrigade n’aurait pas négligé de partir avec lui. Maider Arosteguy, la colistière de Max Brisson éprouve une certaine admiration pour sa réussite professionnelle et ses idées novatrices. Nous avions consacré un portrait à ce chef d’entreprise biarrot brillant dont l’entreprise de logiciels est florissante à l’étranger, des États-Unis à la Chine. Cet homme de belle allure, que certains envieux qualifient de “dandy” avait une face politique cachée. En effet, avant d’arriver sur la Côte basque il avait développé ses entreprises à Strasbourg, au cœur de l’Europe auprès de la socialiste Catherine Trautman qui en fut la mairesse. “Plus que son appartenance au PS, c’étaient ses projets innovants qui m’intéressaient. Il deviendra le codirecteur de sa campagne pour les législatives. Quand il rentre sur la Côte basque, Jean Jaccachourry, le futur maire de Bidart lui demande de le rejoindre. ‘C’était un ami d’enfance’. Comme le sera Guy Lafite (PS) qu’il accompagnera lors des cantonales de 2011 et dont il sera le directeur de campagne pour les élections municipales.

François Amigorena départementales

‘Pour moi, Guy Lafite aurait fait un excellent maire de Biarritz et c’est pour cela que je l’ai accompagné. Au-delà de son étiquette de PRG.’ Michel Veunac retient la leçon en fait son premier adjoint chargé des finances. François Amigorena, lui, devient aussi adjoint. Mais cela est de l’histoire ancienne. François Amigorena assure que Guy Lafite l’a associé à Ghis Hayes avant de partir en voyage et sans l’en informer. Il décide alors de partir pour ces élections sans étiquettes. Lors d’une réunion orageuse, Michel Veunac et Guy Lafite tentent de l’en dissuader. En vain.

Fraçois Amigorena et Martine Vals ont pris deux suppléants ‘d’jeuns’, surfeurs et branchés : Jon Razin, président du Club de surf de la Côte des Basques et Isabelle Auzemy (respectivement à droite et à gauche sur notre photo)

‘Pour nous, faire de la politique c’est écouter, dialoguer, consulter, réfléchir, puis agir ensemble et efficacement au service de l’intérêt général, dit-il en compagnie de son binôme Martine Vals, cadre commercial et qui fut colistière, sans étiquette de Michel Veunac Nous sommes convaincus qu’obéir aux consignes d’un parti, c’est se priver de cette richesse de réflexion, d’échange et d’ouverture. C’est pourquoi nous souhaitons rassembler les Biarrots au-delà des partis dont les divisions et les clivages ne correspondent plus aux aspirations actuelles des citoyens, dit-il dans l’élan d’une loi Macron qui devait faire bouger les lignes ‘C’est cette conception de l’action publique que porte notre équipe. Nous défendrons les bonnes idées, d’où qu’elles viennent, avec pragmatisme et bon sens. Nous les mettrons au service de notre Ville, de notre Département et de leurs habitants pour une solidarité efficace, un développement économique et touristique dynamique et raisonné, une politique environnementale exigeante et responsable.’

Lors de la présentation de sa liste ("Agir pour Biarritz") à la presse se tenait discrètement au fond de la salle une femme, Mme Letamendia. ‘Je suis venue parce que Jon Razin est un ami de longue date de mon fils’, dit-elle en souriant et rappelant qu’elle avait toujours été un électron libre. Certes. Mais elle aussi l’épouse d’un certain... Didier Borotra.

Les autres listesLe Parti communiste sera représenté par Bernard Ithurbide qui a décidé de se lancer dans l’entreprise avec Sylvie Raffy. Leurs remplaçants seront Mayana Bastard et Jean-Pierre Labrousse, tous encartés communistes. Ils partent seuls sans le Parti de gauche et sans les Verts. Samantha Goïcoetchea et Jordan Lavignasse représenteront Debout la République à travers (DFL), Franck Perrin et Peggy Leprêtre, le Front national; enfin les abertzale Régine Daguerre et Serge Istèque, avec Anaiz Olçomendy et Txomin Duhalde représenteront EH Bai. ‘Nous avons le soutien de tous les élus abertzale de la ville. Contrairement à d’autres, nous restons unis."

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : DR et F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
2249
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !