Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Des lycéens aquitains se prononcent sur la révision de la loi sur la bioéthique

15/05/2009 |

La fecondation in vitro

Mardi 12 mai, lors d'un colloque à l'université Bordeaux I, près de 200 jeunes Aquitains de six établissements publics et privés ont présenté leurs propositions de révision de la loi sur la bioéthique. Depuis huit mois, ils débattaient et réfléchissaient avec leurs enseignants et l'aide de spécialistes sur quatre thèmes : l'assistance médicale à la procréation (AMP), les tests génétiques, le don d'organes et les cellules souches. Leurs conclusions sont assez intattendues.

Leurs travaux sont, aux dires des chercheurs, « surprenants » par leur qualité. « Ils ont su sortir des clichés », se félicite le docteur Évelyne Bironneau, de l'Agence de biomédecine en Aquitaine, à l'initiative de l'opération. Les jeunes ont, au fil des jours, eu le temps de mûrir leur réflexion. Ainsi, les élèves du lycée Charles-Despiau, à Mont-de-Marsan, dans les Landes, sollicités pour plancher sur l'AMP, s'étaient dans un premier temps prononcés pour la légalisation des mères porteuses. Avant de faire marche arrière, car « cela pourrait engendrer trop de pertes de repères pour l'enfant ». « Un enfant issu d'une mère porteuse peut avoir jusqu'à cinq parents - parents adoptifs, mère porteuse, couple demandeur », explique Renaud du lycée Victor Louis à Talence.

Des lycéens prudents sur les questions de bioéthique

Les lycéens ont également rejeté l'idée de la gestation pour autrui pour des couples homosexuels. « Aujourd'hui, nous avons surtout besoin d'une directive européenne pour stopper le tourisme procréatif », estime Maelenn, une autre élève de Victor-Louis. « J'ai été surprise par leur conservatisme, réagit Aline Papaxanthos, médecin au centre d'assistance médicale à la procréation au CHU de Bordeaux. En fait, il ne leur apparaît pas vraiment nécessaire de bouleverser le cadre législatif actuel. »

Le médecin estime que c'est une bonne chose : alors que « la société actuelle, gagnée par le consumérisme, est tentée par le droit à l'enfant, explique-t-elle, les lycéens sont apparus très soucieux de protéger les droits de l'enfant, très préoccupés par les risques de marchandisation. Ils ont ainsi pris soin de préciser que si le principe des mères porteuses devait être avalisé, il fallait que celles-ci soient indemnisées, surtout pas rémunérées. » Dans le même esprit, les lycéens de Victor-Louis se sont prononcés pour le maintien de la gratuité du don de gamètes.

Sagesse encore sur les tests génétiques. Pour la classe de seconde du lycée Sainte-Marie-de-la-Bastide à Bordeaux, il faut maintenir l'interdiction de recourir aux tests ADN en dehors du domaine médical, judiciaire et scientifique, afin d'éviter toute discrimination vis-à-vis des assurances et de l'emploi.

Pour l'abaissement de l'âge des donneurs d'organes

S'agissant de la recherche sur les cellules souches embryonnaires, les élèves du lycée Jacques-Monod de Lescar, dans les Pyrénées-Atlantiques, se sont trouvés confrontés au dilemme habituel : est-il possible d'autoriser la recherche, sans attenter au respect dû à l'embryon ? 70 % d'entre eux étaient prêts à autoriser la recherche sur les embryons surnuméraires, mais la moitié de ceux-là avaient du mal à admettre la destruction de l'embryon qui l'accompagne. Au final, une majorité s'est dégagée pour refuser la création d'embryons pour la recherche. Et pour recommander la création d'une autorité mondiale de surveillance, afin de parer à tout trafic éventuel.

Leurs conclusions vont être envoyées aux parlementaires

Sur la question des dons d'organes, en revanche, les lycéens, beaucoup moins prudents, n'hésitent pas à proposer d'élargir le cercle des donneurs vivants aux amis et d'abaisser l'âge minimum de ces mêmes donneurs à 16 ans. Ils sont aussi pour que le choix de chacun (d'accord ou pas pour le prélèvement d'organes) soit consigné sur la carte vitale et pour une information systématique dans les lycées. Le tout, bien sûr, en respectant la gratuité du don. « Ce sujet les a tellement touchés que, depuis février, plusieurs d'entre eux ont pris une carte de donneur », relève Pascale Boutet, professeur d'histoire-géographie et d'éducation civique au lycée Victor-Louis. Les jeunes vont maintenant envoyer leurs propositions aux parlementaires chargés de la révision de la loi. Elles devraient aussi être mises en ligne sur le site des Etats généraux de la bioéthique.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
322
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
rouillé bernard | 17/05/2009

ouf, j'ai eu peur pour moi, ma réflexion est purement égoïste.Je suis ouvrier, mariè et père de trois garçons de 21, 21 et 18 ans ,membre d'une association familiale de mon département(UDAF).Consulté par notre premier ministre sur le sujet bioétique, le débat fut immédiatement accaparé par les représentants des associations religieuses.Moi même de tradition catholique je me suis mis tout a coup a douter devant l'apathie dont faisait preuve les autres représentants d'associations ,comme si la chose était acquise dans notre société contemporaine .Ouvrant la conversation sur "les mères porteuses la recherche le respect de l'enfant" au sein de mon entreprise,j'ai eu l'impression de passer dans le tambour d'une machine à laver mode essorage.Moi si ma fille ne pouvait avoir d'enfant il est bien évident que je le porterais à sa place...oui d'accord mais si au lieu d'être une fille, ta fille soit un garçon et qui plus est vivrait avec un autre garçon? Quelle importance si c'est pour son bonheur....Inutile de vous dire que l'argumentation sur la filiation ,l'équilibre de l'enfant et son avenir sortait complètement de la conversation.La,on me prit pour un vieux ringard hors de mon temps ,pas à la page complètement dépassé ,le réact dans toute sa splendeur.Alors de lire votre blog ce dimanche matin après un petit déjeuner pénard je dis ouf...ouf,je ne dois pas avoir complètement décroché

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !