Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/01/20 : 3000 personnes selon la préfecture, 10 000 selon les syndicats, c'est le premier bilan de la 51ème journée de mobilisation contre la réforme des retraites à Bordeaux ce mercredi. Elle doit entrer en débat à l'Assemblée Nationale le 17 février.

29/01/20 : Une étude de Tom Tom Traffic Index place Bordeaux en 3ème position des villes les plus embouteillées de France, derrière Paris et Marseille. Au total, les automobilistes empruntant le réseau bordelais passent en moyenne 156 heures par an au volant.

28/01/20 : Initialement prévue jusqu'au 2 février, l'exposition d'art contemporain QUASAR est prolongée jusqu'au dimanche 23 février à l'Espace des Arts à Pau : une chance, si vous ne l'avez pas encore vue!+ d'info

26/01/20 : Ancien ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot a accepté de parrainer la 36e édition du Biarritz Quiksilver Maïder Arosteguy du 10 au 13 avril et placée sous le signe de l'Environnement. De nombreux invités dont Justine Dupont.

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 29/01/20 | Des Landes à la direction de la Police Nationale

    Lire

    Il ne sera resté à la tête de la préfecture des Landes que pendant à peine plus d'un an: Frédéric Veaux a été nommé Directeur Général de la Police Nationale en remplacement d'un autre ancien préfet Eric Morvan, récemment démissionnaire. Une manière de retour aux sources pour cet ancien directeur adjoint du renseignement intérieur et de la Police judiciaire qui avait intégré en 2016, en Mayenne, la préfectorale et qui occupa, aussi, le poste de chef de la division nationale antiterroriste. Il laissera le souvenir d'un préfet attentif à la riche diversité économique et culturelle des Landes.

  • 29/01/20 | Enercoop Aquitaine propulse la transition énergétique

    Lire

    Enercoop Aquitaine, fournisseur d’électricité 100% verte se lance dans l’accompagnement et le co-développement des projets de production d’énergies renouvelables. En fournissant un service d’assistance pour la réalisation de centrales photovoltaïques, un soutien financier et l’achat de l’énergie à prix bonifier, elle espère encourager la transition énergétique des entreprises, associations et collectivités. Enercoop Aquitaine est présente aux Assises Européennes de la Transition Énergétique au Centre des Congrès de Bordeaux du 28 au 30 janvier.

  • 29/01/20 | Journée d'orientation à La Croix-Rouge de Bègles (33)

    Lire

    Avis aux futurs bacheliers, le Croix-rouge française organise une journée portes ouvertes à son Institut Régional de Formation Sanitaire et Social (IRFSS) de Bègles le 1er février prochain. De 9h à 17h les étudiants pourront rencontrer des professionnels du secteur sanitaire et social et découvrir les formations disponibles. La Croix-Rouge c’est 73 sites de formations et 12 IRFSS à travers la France, elle forme 12% du personnel soignant sur le territoire, en privilégiant une ouverture à l’international dont 600 étudiants ont pu bénéficier en 2018.

  • 29/01/20 | Elargissement exceptionnel des horaires de l’exposition Goya à Agen

    Lire

    L’exposition Goya aux Jacobins à Agen fermera ses portes le 10 février prochain. Afin de permettre au maximum de visiteurs d’en profiter, les horaires d’ouverture des week-ends prochains seront élargis. Le vendredi 31 janvier, samedi 1er février, dimanche 2 février et le vendredi 7 février, samedi 8 février, dimanche 9 février l'église ouvrira de 10h à 20h au lieu de 11h/19h. Plus d’informations au 05 53 69 47 23 // musee@agen.fr

  • 29/01/20 | En vélo dans les bâtiments de Bordeaux

    Lire

    15-20km à vélo vous tentent peu, mais dans des bâtiments bordelais ça oui ! C’est le concept du Vélotour organisé pour la troisième fois à Bordeaux le 13 décembre 2020 dans le cadre de la Semaine de la Mobilité. Cet évènement familial et ludique permet de traverser des bâtiments culturels et administratifs, des scènes musicales, le tout sans descendre de son vélo. L’an dernier 49 000 bordelais ont pris part à l’expérience. Pour participer la billetterie est (déjà) ouverte depuis hier 18h sur le site www.velotour.fr (attention places limitées).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Municipales: Didier Guillaume est venu creuser son sillon à Biarritz

13/01/2020 | Le ministre de l'Agriculture a fait valoir son expérience gouvernementale qu'il dédierait à Biarritz pour un nouveau départ

Didier Guillaume candidat Biarritz

Le hall du jaï alaï était bondé, quand samedi le ministre de l'Agriculture a lancé sa candidature. Dans son panier: trois adjoints, trois conseillers municipaux d'opposition. Sous l'œil d'une noria de caméras, dont les chaînes d'info en continu. Pour rappeler aussi sa dimension nationale dans ce duel interministériel aussi. Sur le thème "les histoires d'amour finissent mal en général", il a dressé son ambition d'un renouveau pour Biarritz. Sans faire trembler sa main quand il s'agira de prendre de décisions pour la non capitale la plus connue dans le monde; à laquelle il veut donner "une impulsion"

Pendant quarante minutes, en présence de ses supporters, futurs colistiers et la presse, le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a ratissé large en annonçant sa candidature à la mairie de Biarritz. Normal dira-t-on, pour un ministre qui se veut proche des agriculteurs. Mais la fenaison n'est pas encore à l'ordre du jour ; samedi, c'était plutôt l'heure des semailles avec trois graines dont il espère qu'elles prendront. Trois adjoints de la majorité et non des moindres: Guy Lafite, Macroniste compatible de la première heure et premier adjoint chargé des finances qui a estimé, dès le mois de juillet que la messe était dite et les carottes étaient cuites: Michel Veunac ne pourrait rassembler pour un prochain mandat; Michel Poueyts, de plus abertzale bon teint; Régine Daguerre, chargée de la Petite enfance et des personnes âgées. En guise de gratitude, il  a pourtant souligné, on le lira plus bas, qu'aucun de ces adjoints ne seraient de nouveau adjoint s'il l'emportait estimant: "Il faut se transformer et transmettre à une nouvelle génération."
 Comme était présente une partie de la liste éphémère "Changer d'ère", un conglomérat de quadras fort sympathique, politiquement parlant très clean, mi LREM, mi-Modem, légèrement Républicain pour certains par leurs parents, se retrouvait en bonne place aux côtés de Didier Guillaume, dont Philippe Nalpas, un collaborateur du sénateur républicain Max Brisson. Encore très indécis sur son positionnement du devenir de cette mairie de Biarritz qui lui a échappé en 2014. Le tout, ce n'était pas anodin, sous l'œil de nombreuses caméras d'info continue. Histoire de montrer aussi la dimension nationale de sa confrontation avec le secrétaire d'État au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, également en piste qui s'est aussi amouraché de la Ville et est le compagnon de la sénatrice Frédérique Espagnac. 

Par amour pour la ville et par raison pour les élections

« Je ne me présente pas par amour mais par raison pour cette élection » a-t-il lancé. Avant de moduler légèrement plus tard: "Je viens là par amour pour Biarritz et par raison pour cette élection", justifiait-il. Comme semblait en témoigner son affiche de campagne, derrière lui, sobrement intitulée "Biarritz!". En couleur rouge BO et avec un point d'exclamation.
"Il fallait dépasser le vieux monde, non pas pour arriver à quelque chose de tout nouveau mais à quelque chose de différent. Être capable de faire travailler des femmes et des hommes ensemble quelles que soient leurs origines, leur religion, leur engagement politique. Le rassemblement ce n'est pas effacer ce qui nous différencie, c'est rassembler ce qui nous différencie pour nous rapprocher. Je peux mener cette incarnation je peux l'assurer. Ministre, j'ai acquis cette expérience, j'ai noué de nombreuses relations au niveau européen et international et je veux mettre au profit de notre ville cette expérience. Mon ambition n'est pas d'être maire de Biarritz, mon ambition c'est Biarritz, de faire rayonner notre ville et faire en sorte que le quotidien des Biarrots s'améliore. Cette ville a besoin d'impulsion. Non pas que ce qui a été fait n'est pas un bon travail mais tout simplement parce qu'il faut passer à la vitesse supérieure. Ne pas avoir la main qui tremble pour prendre des décisions. Et c'est cette impulsion, cette incarnation, ces décisions que je veux représenter. J'ai ici des représentants de La République en marche, du parti Les Républicains, des abertzale (NDLR.-Nationalistes basque), des hommes et des femmes de droite, de gauche, d'autres qui ne sont pas engagés, des représentants de la majorité et de l'opposition municipale, mais ce qui nous rassemble est le plus important. "
Et de rendre hommage à Guy Lafite, "qui a fait en sorte que les finances de cette ville soient très bonnes. Sur le dossier de l'Hôtel du Palais, il a été un acteur majeur auprès du maire pour que l'Hôtel du Palais reste biarrot. Maire, je ne laisserai jamais vendre les bijoux de famille. L'objectif de mon engagement est que s'il y a débat, il faut que cette ville devienne apaisée et il faut continuer à la faire rayonner. Biarritz est la seule ville non capitale à être connue dans le monde entier."
Et de poursuivre: "Quand je présenterai ma liste, vous le verrez les lignes bougeront. Aucun adjoint de l'actuelle municipalité ne sera adjoint dans la municipalité que je conduirai si je suis élu. Il faut changer, il faut se transformer. J'ai besoin de l'expérience solide acquise par les adjoints sortants et j'ai besoin de transmettre à une nouvelle génération car il est temps que Biarritz soit gérée par une nouvelle génération. " Avec cette précision: "Aucun membre de notre équipe n'attaquera jamais aucun autre candidat. Dans une élection municipale, il n'y a pas d'adversaire: c'est projet contre projet." Une porte ouverte en somme pour le deuxième tour...

Un programme plein de bonnes intentions

Quand le ministre s'était rendu à l'inauguration de Lurrama, le salon de l'agriculture basque, ou auparavant à l'inauguration du nouveau laboratoire des jambons de la famille Montauzer, en pays de Bidache, les observateurs avaient noté que, tel le petit Poucet, l'élu de la Drome avait laissé quelques petits cailloux, comme des points de rencontre conceptuels avec la Confédération paysanne ELB (Euskal Herriko Laborarien Batasuna) -dont l'ancien élu de la Drôme écorchera -forcément- la traduction). Un programme alimentaire favorisant les circuits courts dans la restauration scolaire, comme privée, un plan d'enseignement des langues dans les écoles, dont l'Espagnol et évidemment le basque; le transports gratuits pour les personnes âgées, la propreté de l'eau, l'assainissement etc... Bref une petite démo de la connaissance d'une ville pour mettre aussi à dix mètres ceux qui l'accusent de parachutage. "Je vient ici depuis plus de 40 ans et mon épouse est enseignante dans l'agglomération". Avant de conclure: "Il faut se mettre en phase avec la sociologie de Biarritz: 50% de la population actuelle n'y est pas née!"

 Une intervention remarquée sur les prisonniers basques

"Tous les maires de l'Agglomération ont signé l'appel à cette manifestation et je soutiens cette manifestation", suite à la motion qu'avaient votée à l'unanimité les conseillers communautaires des 158 communes du Pays basque. "Il y a encore des choses qui se feront avant de rappeler la phrase du président Macron "Ne faisons pas bégayer l'histoire". (NDLR.- Formule qui allait être reprise sur les banderoles des manifestants quelques heures plus tard). Oui, il faut absolument que nous avancions sur le sujet. L'Histoire ne doit pas bégayer, mais elle doit se faire dans le cadre de la République et le président y est très attentif."
Le douro est lancé comme on dit au jaï alaï de Biarritz, capitale européenne de la Cesta punta. Avec une question subsidiaire malgré tout: ce jour, le président Macron se rend à Pau. Chez François Bayrou, le maire, dont on sait qu'il a été faiseur – ou défaiseur — de rois sur la Côte basque. Qui donc depuis la ville d'Henri IV sera adoubé? Le secrétaire d'État au tourisme ou le ministre de l'Agriculture?

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
2272
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !