Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/11/20 | Coutras (33) : un contournement pour la Dronne

    Lire

    A défaut d'araser son barrage emblématique, la commune de Coutras a trouvé une autre solution pour permettre aux poissons de remonter la Dronne, classée réserve de biosphère par l'Unesco. En effet, des travaux d'aménagement d'une rivière de contournement ont démarré cet automne pour une durée d'environ un an. Le chantier est financé par l'Union Européenne (FEDER), la Région Nouvelle-Aquitaine , l'Agence de l'Eau Adour Garonne et le Département de la Gironde.

  • 25/11/20 | La gare de Mont-de-Marsan va devenir plus accessible

    Lire

    En septembre et décembre 2021, les travaux de mise en accessibilité de la gare de Mont-de-Marsan vont être réalisés. Les études d’avant-projet et de projet sont en cours de finalisation. Pour le lancement de ces travaux l’année prochaine, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé d’apporter son aide à hauteur de 1,3 M€.

  • 25/11/20 | Charentes : une nouvelle présidence pour l'interprofession du cognac

    Lire

    Le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC) vient de renouveler son Bureau, avec 14 membres au Comité Permanent. Le nouveau président est Christophe Véral, vigneron bouilleur de cru et représentant de la filière à l’INAO* ; le vice-président est Alexandre Gabriel, dirigeant et maître de chai chez Ferrand. Les représentants des familles Viticulture et Négoce sont Anthony Brun, viticulteur et président de l’UGVC, et Florent Morillon, directeur Amont chez Hennessy et président du CRINAO.

  • 25/11/20 | La Creuse rencontre ses Entreprises en ligne

    Lire

    Depuis 2018, le Département de la Creuse mène une démarche à l’intention des entreprises du territoire autour des rencontres « chefs d’entreprises, discutons marchés publics ». L’enjeu de ces rencontres est d’améliorer l’accès des entreprises aux marchés publics mais aussi de permettre à la commande publique de jouer son rôle de levier économique. Au cours de la prochaine rencontre qui se tiendra le 3 décembre à partir de 17h en ligne sur le site du Département, un expert commentera le mécanisme de la cotraitance notamment. Cette rencontre est gratuite et sans inscription.

  • 25/11/20 | La Rochelle : le FFTV de nouveau reporté

    Lire

    Après avoir organisé en septembre à Paris une édition spéciale destinée aux professionnels de l’audiovisuel, le Festival de Fiction TV avait imaginé une première édition Hors saison du 17 au 19 décembre exclusivement destinée au public de La Rochelle, ville où il se tient d'habitude en septembre. Au regard du contexte sanitaire actuel, l'organisation a décidé de reporter de nouveau le festival au printemps prochain, si toutes les conditions sanitaires et d’accueil sont réunies.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Drones : une lettre d'intention régionale

23/09/2018 | La Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux Métropole et de nombreux partenaires (institutionnels comme privés) se sont réunis ce jeudi à Cap Sciences à Bordeaux. Sujet du jour : les drones.

région Nouvelle Aquitaine drones

Pour faire face "au défi de la mobilité" mais aussi fédérer les acteurs de l'écosystème régional travaillant autour de l'aéronautique et en particulier des drones, la Région Nouvelle-Aquitaine a signé ce jeudi aux côtés de la métropole et de multiples partenaires, institutionnels comme industriels, une lettre d'intention dans le but de s'intégrer dans un projet de réflexion européen autour du développement de projets urbains utilisant cette nouvelle technologie. Les projets autour de cette dernière se multiplient au niveau local, et bien qu'étant au stade de simples expériences, ils sont autant d'arguments à défendre.

Vol groupé

C'était le 12 septembre dernier. En guise de clôture (plutôt spectaculaire, il faut bien l'avouer) à l'édition 2018 de Novaq, festival régional consacré à l'innovation, la société Dronisos a mis en scène une centaine de drones en leur faisant interpréter un ballet aérien au-dessus de la Garonne, juste en face de Cap Sciences, une première en France. Certes, il ne s'agissait "que" d'une manifestation artistique et culturelle. Mais cette réalité (ou contre-utopie, selon les humeurs de chacun) dans laquelle les drones livrent des colis, des échantillons biologiques ou même des êtres humains est loin d'être un récit de science-fiction. Ce jeudi, la région Nouvelle-Aquitaine est ainsi devenue la première de France à signer une lettre d'intention pour le développement de la mobilité urbaine aérienne. En fait, elle a répondu, aux côtés de la métropole bordelaise et de nombreux partenaires industriels associés à la démarche, à l'appel d'une initiative européenne "Urban Air Mobility" dont la seconde phase a démarré et qui doit rendre définitif un volet de projets en rapport avec cette fameuse mobilité aérienne en 2020.

Entre fantasmes et réalité

Une fois cela énoncé, difficile d'être beaucoup plus concret, tant l'intention n'est pas l'action et tant les objectifs de cette signature régionale sont encore un brin nébuleux. Mais on va quand même essayer. En fait, ce que la Nouvelle-Aquitaine et la Métropole ont voulu faire en signant cette lettre, c'est avant tout se porter candidats pour expérimenter le survol de drones en milieu urbain. Et ce dans un objectif à priori plutôt simple : réfléchir à de nouvelles manières, un peu plus futuristes qu'un nouveau couloir de bus, de répondre au vaste défi de la mobilité (l'une des priorités listées par Alain Juppé lors de sa récente rentrée politique). Pour cela, la Région a visiblement fait peser tout son poids économique dans la balance en travaillant notamment avec des entreprises privées identifiées comme Dronisos (vous savez, ceux qui ont fait voler une centaine de drones sur la Garonne), Bordeaux Technowest, l'appel à manifestation d'intérêt régional Drone City, Aerospace Valley, les clusters Aeros et Topos ou encore des géants de l'industrie aéronautique comme Airbus ou Thalès. Elle a aussi mis dans la boucle la direction régionale de l'aviation civile, un organisme chargé de contrôler le trafic aérien en Europe (Eurocontrol) ou l'Agence Européenne de la sécurité aérienne.

L'objectif est donc de fédérer l'écosystème et proposer pour ce dernier un socle de compétences, de règlementations ou de soutien financier nécessaire au déploiement d'expériences basées sur la technologies des drones. En Nouvelle-Aquitaine, ces dernières existent déjà et elles se multiplient : c'est notamment le cas de Drones for Life développé par Sysveo et qui ambitionne la livraison de "colis médicalisés" en milieu urbain auquel est associé le CHU de Bordeaux ou encore le projet de livraisons de colis par drones développé par La Poste et CDiscount. Dernièrement, la société Geosat, originaire de Pessac, a déployé cette semaine, dans le cadre du projet européen Neptune (dont la déclinaison et la coordination locale est gérée par le pôle de compétitivité Aerospace Valley), un drone pour mesurer l'érosion du trait de côte. L'avenir, auquel pensent sans doute déjà les signataires de cette lettre, serait d'envisager le transport de personnes, "de touristes d'un paquebot arrimé aux quais de Bordeaux vers des zones touristiques alentours, ou de permettre le transport de biens et de personnes isolées vers des centres de santé ou des pôles économiques", précise même la région.

Obstacles VS rentabilité

Encore faudrait-il lever deux freins majeurs évoqués par les responsables lors de cette signature : l'acceptabilité sociale (tout le monde ne rêve pas de voir voler son voisin au-dessus de lui) mais aussi et surtout la faisabilité technique. "C'est comme pour la voiture électrique. On sait que les véhicules marchent mais il manque encore tout le côté règlementaire, notamment en zone urbaine, et pour savoir qui est responsable lorsqu'un drone sort du champ de vision de son opérateur", a notamment précisé Phillipe Merlo, directeur de l'aviation civile pour Eurocontrol. "Dans l'idée, les vols de drones devraient se faire au-dessus de la Garonne, le long des voies ferrées, en tout cas dans des corridors précis. Mais il reste encore à limiter les scénarios des cas autorisés. Avant ça, il faut réussir à créer un véritable réseau pour que tous les opérateurs majeurs puissent se regrouper. Les autres pays avancent : en Suisse, on commence déjà à distribuer le courrier et une équipe de soixante personnes a été créée au sein de l'agence fédérale d'administration de l'aviation civile (FAA) aux Etats-Unis. Le marché des drones civil, lui, serait estimé à 11,2 milliards de dollars en 2020. Le secteur est donc en plein boom. Côté régional, avant de recevoir d'éventuels fonds européens fournis par les résultats de l'initiative UAM, les signataires de la lettre d'intention ont déjà planifié un second rendez-vous en 2019. De là à ce qu'ils y viennent en drone... c'est une autre histoire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4938
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !