Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Du pacifisme à l'interventionnisme: Joschka Fischer passe le Grand Oral à Sciences Po Bordeaux

10/04/2010 |

joschka fischer

Quatre ans après avoir mis officiellement un terme à sa carrière politique, l'ancien vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères d'Allemagne n'a rien perdu de sa notoriété internationale. Pour preuve, c'est un amphithéâtre rempli jusqu'aux dernières places qui accueillait, jeudi dernier, l'ancien porte-parole du parti des Verts dans les locaux de Sciences Po Bordeaux. En revenant sur le mouvement de 68, les débuts de son engagement politique, ou encore la première intervention militaire de l'Allemagne depuis la seconde guerre mondiale, Joschka Fischer est devenu pour les étudiants, en l'espace de deux heures, un vivant témoignage de l'histoire.

Joschka Fischer, ou plutôt Joseph Martin Fischer, est né le 12 avril 1948 en Bade Wurtemberg. Ses parents, d'origine hongroise, l'appellent « Joschka » qui est le diminutif hongrois de Joseph. La politique commence à influencer son destin dès la fin des années 60. Trois évènements font basculer la vie du jeune Joschka en faveur de l'engagement pour le mouvement étudiant de 1968. « Tout d'abord c'était l'opposition à la génération de mes parents », raconte M. Fischer. « Après avoir vu un film sur Mein Kampf, j'ai commencé à leur poser des questions, pourquoi ils n'avaient pas réagi, pourquoi ils ne s'y étaient pas opposés, j'étais révolté ». C'est aussi le sort de deux écrivains est et ouest allemands Erwin Strittmatter et Günter Grass, tous les deux ayant dissimulé leur passé peu glorieux au sein des structures militaires nazies, qui avait conforté le jeune Fischer dans la conviction qu'il fallait agir pour ne pas réitérer les erreurs de la précédente génération et devoir les regretter par la suite. Le troisième facteur fut enfin la guerre au Vietnam. « Quand le chancelier Schmidt avait déclaré que la liberté de l'Allemagne devrait être défendue au Vietnam on était tous effrayés, car cela nous concernait directement avec la conscription », rappelle-t-il.

Le tournant de 1976
Après des années d'opposition militante auprès du mouvement des étudiants socialistes, la deuxième moitié des années 70 marque un tournant dans sa carrière politique. « C'était en 1976 lorsqu'on a tous été très marqués par le détournement d'un avion d'Air France en Ouganda organisé par des terroristes palestiniens et deux membres allemands de la Bande à Baader, j'ai été personnellement choqué quand ils avaient séparé les passagers juifs des non-juifs en menaçant de les exécuter ». C'est à ce moment là que Joschka Fischer se tourne vers le mouvement pacifiste. Il intègre finalement le parti des Verts en 1982. L'année suivante il est élu député au Bundestag. De 1985 à 1987 il occupe le poste de Ministre de l'Environnement et de l'Energie du Land de Hesse, qu'il retrouve entre 1991 et 1994.

"On envoie les troupes" : une première depuis 1945
Grâce au succès des Verts aux élections législatives de 1998, amenant le parti écologiste au pouvoir aux côtés du SPD de Gerhard Schröder, Joschka Fisher est nommé Ministre des Affaires étrangères, un poste qu'il occupera jusqu'en 2005. Et c'est pendant cette période que la conduite de la politique étrangère par le porte-parole des Verts fera couler beaucoup d'encre. En 1999, M. Fischer devient en effet le premier homme politique allemand depuis 1945 à engager l'Allemagne dans une opération militaire. Malgré les débats houleux qu'a suscités cette décision, dix ans après, Joschka Fischer n'éprouve aucun regret. « Si on avait laissé faire Milosevic, on aurait assisté à un épouvantable génocide. On était obligé d'agir. Je me suis d'ailleurs rappelé ce que je reprochais à mes parents à une époque, et je me suis ditj: je ne peux pas faire comme eux, rester les bras croisés en faisant semblant d'ignorer ce qui se passe. On devait envoyer nos troupes, c'était la seule solution pour arrêter le massacre. »

"Le plus grand danger pour l'Europe c'est le nationalisme"
Une décision qui, selon M. Fischer, répondait aussi aux intérêts de l'Europe. « Qu'est ce que l'Europe après tout ? », s'interroge-t-il. « C'est l'histoire d'un continent et de peuples qui voulaient toujours vivre en paix; comme le rappelait François Mitterand, le plus grand danger pour l'Europe c'est le nationalisme; l'Union Européenne repose avant tout sur un contexte de paix, où les conditions pour un développement économique et une coopération politique des Etats sont les plus propices. » M. Fischer reste sceptique cependant quant à l'avenir politique de la construction européenne. « On assiste à un paradoxe, d'un côté on a des Etats qui veulent précieusement garder leur souveraineté, et de l'autre ils tendent tous vers un rapprochement politique de plus en plus fort. En tout cas on est arrivé à une étape où il faudra attendre plusieurs dizaines d'années pour voir émerger un meilleur traité que celui de Lisbonne. »

Piotr Czarzasty

Photo: World Economic Forum 

Partager sur Facebook
Vu par vous
363
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !