Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/07/20 : Beynac : Entre 250 et 300 personnes pro-déviation se sont réunis ce samedi matin pour que le chantier soit poursuivi, malgré la décision du conseil d'Etat, parmi elles, les maires des 4 communes concernées le président du Département Germinal Peiro.

03/07/20 : Le 1er juillet, la préfecture de la Dordogne a publié un "arrêté portant prescriptions au Département relatives aux travaux de démolition des éléments construits dans le cadre du projet de contournement du bourg de Beynac-et-Cazenac.

03/07/20 : Suite à la démission d'Edouard Philippe, c'est Jean Castex, haut-fonctionnaire coordonnateur de la stratégie nationale de déconfinement, qui a été nommé Premier Ministre. Charge à lui de former un nouveau Gouvernement.

03/07/20 : Deux-Sèvres : les 12 Marchés des Producteurs de Pays auront bien lieu cet été. Les communes s'organisent pour accueillir au mieux les producteurs et consommateurs. Pensez à apporter vos couverts, gobelets et serviettes non jetables!

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 07/07/20 | Le Département de la Haute-Vienne, partenaire du “Chèque solidarité tourisme"

    Lire

    Le Département de la Haute-Vienne s’engage, aux côtés de la Région et de l’ANCV (Agence Nationale des Chèques Vacances), pour mettre à la disposition des familles les moins aisées des chèques-vacances, utilisables cet été en Nouvelle-Aquitaine. D’une valeur minimum de 65 € par personne et jusqu’à 260 € pour une famille en fonction de sa composition, ils seront distribués aux foyers éligibles qui en feront la demande.

  • 07/07/20 | Une marche blanche demain à Bayonne pour le chauffeur agressé

    Lire

    Une marche blanche sera organisée ce mercredi 8 juillet à 19h30, quartier Balichon à Bayonne, lieu où a été sauvagement agressé dimanche soir Philippe Monguillot, 59 ans, père de trois enfants. Chauffeur de Chronoplus qui dessert l'agglomération de Bayonne, il a été tabassé pour avoir demandé à quatre voyageurs leurs billets de transport et de mettre leur masque. Un acte qui a révolté ses collègues régulièrement agressés et qui ont fait valoir leur droit de retrait alors que leur ami est dans un état désespéré.

  • 07/07/20 | Sécheresse : le département de la Haute-Vienne placé en vigilance

    Lire

    En Haute-Vienne, le débit des cours d’eau ainsi que le niveau des eaux souterraines accusent une baisse régulière préjudiciable aux milieux aquatiques et au niveau global de la ressource. Dans ces conditions, le préfet a décidé de prendre un arrêté reconnaissant cet état de vigilance pour l’ensemble du département. Tous les usagers de l’eau sont appelés à faire preuve de civisme et d’éco-responsablilité en modérant leur consommation.

  • 07/07/20 | Charente-Maritime : un emprunt de 22 millions € pour le Département

    Lire

    Le Département 17 tient sa session d'été du 6 au 10 juillet. Les finances y tiennent une place importante. Son président Dominique Bussereau estime à 47 millions € les recettes en moins d'ici fin 2020. Dont 40 millions rien qu'en droit de mutation. Se prévoyant une marge, le président met au vote cette semaine un budget supplémentaire à 57 millions €, avec un emprunt à 22 millions. Cinq millions seront dévolus aux primes des agents, 2 millions aux associations et 12 millions pour les routes.

  • 07/07/20 | Lascaux lance sa saison estivale

    Lire

    Les visiteurs étaient au rendez-vous avec plus de 5000 personnes accueillies lors du week-end de réouverture de Lascaux, les 4 et 5 juillet. Les visiteurs peuvent profiter tout l'été de visites "prestige", organisées chaque fin de journée pour ceux qui veulent se retrouver en tout petit groupe (12 personnes maximum), loin de l'affluence de la journée et avec un médiateur pendant deux heures. Des sessions acoustiques seront organisées tous les 15 jours au sein de la reproduction de la grotte. Plus d'infos : www.lascaux.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Economie, tourisme et précarité : des délibérations réussies autour du Covid-19

29/05/2020 | C'est dans une atmosphère de bonne volonté et de réflexivité que 33 dossiers ont été étudiés par les conseillers régionaux de Nouvelle-Aquitaine le vendredi 29 mai 2020.

Alain Rousset

D'un point de vue collectif, la période que nous vivons invite à la solidarité. C’est dans cette philosophie que le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a étudié 33 dossiers. La séance plénière du vendredi 29 mai était placée sous le signe de la gestion de l’avenir du territoire, post-crise sanitaire et post-confinement. Le contexte de ces délibérations, primordiales pour la Nouvelle-Aquitaine, était doublement particulier. Les élus ont voté les délibérations par visio-conférence et ce moment a aussi permis d’amorcer des réflexions pour un futur plus serein.

La salle où se tient habituellement les délibérations du Conseil Régional de la Nouvelle-Aquitaine n’a jamais été aussi vide… Pourtant, tous les élus sont bien présents… mais par écrans interposés ! Une situation inhabituelle qui n’a pour autant pas empêché les élus de s’accorder sur la marche à suivre pour reprendre les rennes face à la crise du Covid-19. La séance plénière s’est ouverte sur le vibrant hommage d’Alain Rousset, Président de la Nouvelle-Aquitaine, à Laurent Lenoir, conseiller régional, disparu des suites d’une chute accidentelle. En harmonie, les différents représentants des partis politiques ont rendu un bel hommage à l’élu de la Corrèze. Une minute de silence a été observée à cet effet avant d’entrer dans le vif du sujet. Le président de la Nouvelle-Aquitaine a ensuite tenu à remercier les groupes politiques qui ont fait connaître leurs intentions de vote en prémices de cette réunion exceptionnelle, en regrettant la non participation du Rassemblement National à cet exercice de facilitation des délibérations. « Cette séance est particulière car c’est à la fois un premier bilan de la situation et une amorce de la réflexion des plans de rebondissement et de résilience », a précisé Alain Rousset.

De nombreux élus se sont alors exprimés sur ce premier bilan lié directement à l’action de la Région dans la crise sanitaire actuelle. Si beaucoup ont regretté que la séance pleinière ne puisse se faire physiquement, de nombreuses remarques ont été apportées concernant cette gestion de la crise. Guillaume Guérin le président du groupe LR/CPNT au Conseil Régional a tenu à saluer « de nombreux dispositifs et notamment le fonds de prêt de proximité et de solidarité géré par les plateformes d’initiatives locales ». De son côté, Pascale Requenna, conseillère régionale Modem et Union Centriste constate que la Région répond « présente au rendez-vous ». De nombreuses remarques positives ont donc été faites sur l’action de la Région.

Des leçons et des conclusions variées

Mais que retient-on réellement de la crise ? Cette réunion a aussi été l’occasion pour chaque élu de relever des points primordiaux, sur lesquels un travail est encore à faire. Pour Stéphane Delpeyrat-Vincent, président du groupe socialiste à la Région, «  la crise a avant tout mis à jour les inégalités », ce qui a fait basculer une grande partie de la population dans la précarité. Benoit Biteau, conseiller régional Parti Radical de Gauche, rejoint cette inquiétude sur la précarité de la population mais salue la volonté de la Région d’accompagner notamment les étudiants qui sont restés confinés seuls sur le territoire. En termes de tourisme, ce dernier ajoute que « l’innovation ne doit plus être uniquement technologique mais aussi sociale et humaine ». Léonore Moncond’huy, élue EELV le rejoint sur ce point et parle de « saisir l’occasion pour revenir vers un mode de vie plus respectueux ». Les préoccupations partagées des élus sont d’ordre sociales et environnementales, mais l’économie de la Nouvelle-Aquitaine a aussi fait l’objet de diverses remarques avant l’étude des grands dossiers pour la séance plénière de ce jour. Jacques Colombier, du Rassemblement National, interpelle le Président de la Région sur ce sujet : « La Région peut aider mais des priorités s’imposent. Soyez cohérent, œuvrez pour l’essentiel et le nécessaire ! » La conseillère régionale Nathalie Le Guen, représentante des Droites indépendantes de Nouvelle-Aquitaine, rejoint l’élu sur ce point en expliquant que le libre échange mondialisé est un vrai danger, et que la période a été révélatrice en la matière. Nicolas Fekl, conseiller régional Parti Socialiste et apparenté, insiste pour sa part sur « le besoin d’être vigilent sur les rachats hostiles d’entreprises du territoire, que cela soit pour les PME ou les TPE ». Un pêle-mêle de réflexions qui a permis, en guise d’introduction aux grands dossiers à voter à propos du Covid-19, de clarifier le débat sur la direction que la Région Nouvelle-Aquitaine doit prendre après cette rude épreuve encore jamais expérimentée.

Développement économique et touristique

La pandémie de Covid-19 a déjà de lourdes conséquences pour les entreprises, et fait craindre des impacts majeurs, tout particulièrement pour les commerces, l’artisanat et les services de proximité. Dans ce contexte, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de venir en aide aux très petites entreprises (TPE) en soutenant les investissements indispensables à leur maintien ou à leur reprise d’activité durant toute la période d’urgence sanitaire. Un plan de relance pour les TPE a été voté ce jour en séance pleinière afin de soutenir les très petites entreprises à réaliser les investissements indispensables à leur maintien ou au développement de leur activité qui étaient prévus, avant ou durant le confinement. Présenté par Philippe Nauche, Vice-Président du Conseil Régional, ce plan a fait l’objet d’une délibération car « des dossiers d'entreprises qui ne rentrent pas précisément dans le cadre de l’intervention ont été quand même intéressants et étudiés. « Cela vise à soutenir toutes les initiatives porteuses de reprise ou d’embauches », ajoute le vice-président. Séverine Werbrouck, élue RN, se prononce pour ce dossier mais observe cela comme un « effet d’annonce ». « Il faut agir avec la révision des conditions d’octroi des dispositifs, l’ouvrir aux dirigeants non salariés et enfin ouvrir la communication sur le terrain », affirme t-elle. Certains voient en ce plan de grandes inégalités comme Marie Françoise Nadau, conseillère régionale LR, qui parle de  « prime aux chanceux ». Ce premier dossier économique a donc fait parler, mais le Président a tenu à rappeler que « toutes les entreprises ne souffrent pas et pour aider les plus fragiles, il faut sélectionner ». Le plan de relance a été adopté, à l’unanimité. La Région Nouvelle-Aquitaine met par conséquent en place un plan d’urgence conjoncturelle de 2 millions d’euros à destination des TPE.

Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

La Région réaffirme aussi fortement son engagement auprès de la filière touristique et organise son « plan de reprise des activités touristiques ». Sandrine Derville, Vice-Présidente en charge du Tourisme qui a présenté ce plan rappelle à quel point les dommages sont importants et à quel point le secteur est primordial en Nouvelle-Aquitaine : « On observe une baisse de 25% du PIB touristique et nous craignons que près de 10% des entreprises soient menacées par des cessations d’activité, indique t-elle. Mais le tourisme est un secteur essentiel, et le premier secteur d’activité dans la région, ce qui représente environ 140 000 emplois… » Ce plan de redémarrage progressif consiste avant tout à accompagner les professionnels (en fournissant des équipements de sécurité par exemple), à soutenir les acteurs avec des mesures visant à accompagner la formation, le recrutement des saisonniers, l’innovation avec un tourisme lab et lancer une campagne de communication pour le tourisme de proximité dans la région. Un chèque solidarité tourisme va notamment être mis en place pour les familles de classe moyenne. « Un néo-aquitain sur deux ne peut pas partir en vacances aujourd’hui », rappelle Sandrine Derville. Un soutien particulier va aussi être apporté aux acteurs du tourisme social et de l’éducation populaire, ce que l’élue Léonore Moncond’huy (EELV) salue car « ces acteurs fonctionnent habituellement sans aide publique ». Pour Nathalie Fontaliran, élue régionale du groupe LR/CNPT, ce soutien arrive trop tard et l’aide financière de 4 millions d’euros n’est pas suffisante. Alain Rousset tient à rappeler de son coté que la Région a déjà mis en place de nombreux fonds concernant le tourisme. Ces mesures, qui sont un plus pour préparer le tourisme de demain, ont été adoptées à la quasi unanimité, n'étant pas validées par le groupe des Droites indépendantes de Nouvelle-Aquitaine.

Le Schéma Régional des Véloroutes a également été étudié au cours de cette séance. La volonté de la Région est de développer des infrastructures pour favoriser le tourisme à vélo. Alain Rousset, parle de ce plan comme d’un « joli dossier ». Dans le prolongement du Schéma de développement du Tourisme et des Loisirs, au sein duquel la filière «itinérance douce» ressortait comme une filière régionale importante pour nos destinations touristiques, la Région Nouvelle-Aquitaine a souhaité se doter d’un nouveau schéma régional des véloroutes couvrant la période 2020-2030. Jean Dionis du Séjour, Président du groupe UDI, réagit à ce plan en citant un article de Libération : « le vélo a un boulevard devant lui ». Puis, il exprime sa déception quant à la timidité de ce dossier qui  « manque d’ambition en cette période post-covid ». Stéphane Trifiletti, conseiller régional en charge de l'éducation à l'environnement, souhaite que ce schéma soit « le fil d’Ariane vers de nouvelles mobilités » avec pourquoi pas la mise en place d’une Maison du vélo. Cette effervescence vers une transition touristique durable a permis à la Région de voter pour ce plan à l’unanimité.

Les étudiants et le Covid-19 : un thème central qui fait consensus

La crise sanitaire, en lien avec l’épidémie de Covid-19, a provoqué la perte de la plupart des emplois étudiants et la réduction du service de la restauration universitaire ; elle a accentué les difficultés des étudiants vulnérables qui ne peuvent supporter un accroissement de leurs dépenses consacrées à l’alimentaire. Des actions relatives à l’aide alimentaire des publics étudiants ont donc été présentées par Gérard Blanchard, Vice-Président chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, puis votées. « Cette délibération a pour objectif d’apporter un aide alimentaire aux étudiants en précarité accrue à cause de la crise, déclare monsieur Blanchard. 6 000 étudiants sont restés sur le territoire pendant le confinement et aujourd’hui ils sont environ 3 000. Cette aide alimentaire s’appliquera pour les 3 mois à venir et les besoins ont été identifiés par les CROUS. Les 13 Banques Alimentaires de la région distribueront 25 000 colis à ces étudiants. » Alexandra Siarri, conseillère régionale LR, alerte sur le fait que beaucoup d’étudiants ne sont pas identifiés par le CROUS et qu’il faut par conséquent, « plus travailler avec les collectifs et associations universitaires » pour que ce genre de plan soit efficient. Une remarque validée par Gérard Blanchard, et prise en compte. Le plan d’aide alimentaire a été adopté à l’unanimité, même si Stéphane Delpeyrat-Vincent ajoute qu’il est regrettable que ces questions de précarité ne soient pas traitées de manière plus globale… « Il n’y a pas que les étudiants ! »

Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine

Le logement et la mobilité des jeunes ont aussi été abordés sous le prisme de la crise sanitaire. La Région a d’abord proposé aux élus de voter « un travail collectif et un objectif ambitieux » qui supposerait un ratio de 12 logements sociaux pour 100 étudiants dans la métropole bordelaise à l’horizon 2030. Véronique Marendat rappelle que pour ce genre de convention il est utile d’avoir une action équilibrée sur tout le territoire. Alain Rousset rassure sur ce point : « les villes les plus attractives sont le plus en tension mais nous sommes attentifs à tout le territoire ». Tous les élus ont adopté ce contrat d’objectifs à l’unanimité. Une adaptation du règlement d’intervention sur la mobilité internationale pour le rendre plus opérationnel et pour plus d’équité, notamment en raison de la situation sanitaire actuelle a aussi été votée avec l’approbation de tous, sauf du parti des Droites indépendantes de Nouvelle-Aquitaine.

Environnement et transition écologique : un sujet d’avenir

Les sujets environnementaux n’ont pas été mis sur le banc de touche, et pour cause ! La Région a fait depuis longtemps son réveil écologique mais ne compte pas, au vu de la crise sanitaire actuelle, laisser de côté ce qui a été une priorité pendant longtemps. De nombreux dossiers ont alors été voté comme l’abrogation des 10 anciens schémas et plans régionaux auxquels se substitue le SRADDET. « Cela met un terme à la multiplication des documents sectoriels régionaux dans un objectif de simplification et de mise en cohérence » explique Reine-Marie Waszak, vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine en charge de l’aménagement du territoire. Un partenariat entre la Région et Madrange pour anticiper les effets du dérèglement climatique a aussi été abordé au cours de cette séance plénière pourtant spéciale. « La Région soutient les entreprises indépendantes qui contribuent au développement des énergies renouvelables, à la politique régionale de sobriété et efficacité énergétique, et au développement durable des territoires » précise Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. Autre exemple : un contrat de Parc naturel régional Médoc 2020-2022 a été voté pour concilier développement économique et social avec la préservation d'un territoire d'exception. Le fait environnemental a été encore une fois très présent dans cette séance plénière du vendredi 29 mai, pourtant placée sous le signe du virus… Une preuve une fois encore que les questions liées à l’environnement sont décisives pour la vie en Nouvelle-Aquitaine et que, la crise sanitaire, a rappelé à quel point l’urgence climatique pesait sur notre planète.

Lucile Bonnin
Par Lucile Bonnin

Crédit Photo : LB/ Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3494
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Especel | 30/05/2020

Bonjour,
Je trouve que la couverture de l'activité du Conseil régional est toujours particulièrement réussie dans votre démarche éditoriale. Me permettez-vous de regretter que des étourderies grammaticales étonnent dans vos papiers.
Cordialement,
R. Especel

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !