Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Élection législative : un seul candidat MoDem en Lot-et-Garonne

31/05/2012 | Sur la 1ère circonscription de Lot-et-Garonne, 10 candidats visent le siège de député, parmi lesquels, Bruno Dubos, président du MoDem47.

BRUNO DUBOS

Bruno Dubos, le président du MoDem 47, est le seul de son parti à se présenter dans le département aux prochaines échéances électorales. Il se présente d'ailleurs sous l'étiquette « Centre pour la France », nouveau parti pour ces élections législatives créé par François Bayrou, le chef de file du Mouvement Démocrate. Il est en lice sur la 1ère circonscription Agen-Nérac tous comme dix autres candidats et notamment le député Nouveau Centre sortant, investi par l'UMP, Jean Dionis du Séjour... Rencontre avec ce jeune trentenaire humaniste, idéaliste et soucieux de son environnement...

@qui! - Pourquoi êtes-vous candidat ?
Bruno Dubos - Je suis candidat pour faire exister nos idées du « Centre pour la France », du Mouvement Démocrate et des différentes sensibilités qui composent notre force politique. En effet, nous regroupons tous les humanistes de tous bords et nous voulons continuer à exister. Les Français, pendant la campagne présidentielle, ont reconnu que notre programme était l'un des meilleurs donc le combat continue. Il est évident que face à la crise et à la montée des extrêmes, le Centre doit continuer à exister et c'est sur le terrain que cela se passe. 

@! - Précisez ce qu'est l'étiquette « Centre pour la France ».
B. B. - Cette étiquette regroupe toutes les sensibilités du Centre. Je dis bien toutes ! C'est-à-dire les sensibilités du Centre Droit, les sensibilités du Centre Indépendant, les sensibilités du Centre Gauche et bien évidemment toutes les composantes, tous ceux qui croient encore en la politique et tous les déçus de la politique. N'oublions pas les deux millions d'électeurs qui ont voté blanc à la Présidentielle. Ça veut dire qu'un nombre important de la population française s'est détourné de ces élections. Donc, je veux proposer à tous les Français une nouvelle donne politique qui correspond à un vote d'adhésion et non pas à un vote contre un système, contre un candidat ou contre des politiques. Je suis dans le Pour !

@! - Créer l'étiquette « Centre pour la France » n'était-ce pas pour gommer l'image du MoDem qui n'a pas fait les chiffres attendus à la Présidentielle ?
B. B. - Pas du tout. Je suis Mouvement Démocrate. Je suis MoDem. Je suis « Centre Pour la France ». Je suis UDF aussi, puisque j'ai les trois courants politiques derrière ma candidature, il faut le souligner. Et je crois qu'en politique le combat est long et rude et il nécessite évidemment à continuer à avancer quoiqu'il arrive. Pour ce qui est de l'élection présidentielle, les extrêmes ont réuni près de 35% des suffrages. C'est énorme. D'autant que ce vote-là ne se reporte pas sur le Centre. Et on sait très bien que quand les extrêmes sont fortes, le Centre l'est un peu moins. Et évidemment moi je suis candidat pour faire changer cela. Je veux expliquer à ceux qui ont voté extrême que c'est une impasse. Il faut analyser ce vote et non le diaboliser. Je crois que les électeurs en ont assez d'être mené de division en division, d'être mené d'illusion en illusion. Et le Centre est pragmatique et droit et répond à des problématiques globales.

@! - Vous êtes le seul candidat du « Centre pour la France » en Lot-et-Garonne. Pourquoi ?
B. B. - C'est très simple. Nous sommes un parti démocratique donc le choix de porter ou non les couleurs du parti se fait à l'échelle personnelle. L'engagement est tel que chacun agit en son âme et conscience. Les autres candidats des autres circonscriptions n'ont pas voulu faire le lit des extrêmes, n'ont pas voulu amener la confusion à la confusion. Pour ma part, je suis sur la circonscription de la division – à droite, à gauche, dans les extrêmes, chez les écologistes – donc, évidemment, je me dois de rassembler nos forces pour essayer d'amener de la sérénité et de l'apaisement et de construire une nouvelle politique sur cette circonscription. 

@! - Si vous êtes élu, quelles seraient vos priorités ?
B. B. - Ma priorité, bien sur, c'est de continuer à arpenter le terrain, être à l'écoute des citoyens et faire remonter les vrais problématiques à l'Assemblée nationale. Ensuite, de manière très concrète, lutter contre le surendettement qui nous mène droit dans le mur. C'est un véritable fléau à l'heure actuelle ! On voit bien que la Grèce risque d'être un phénomène domino et je pense donc qu'il faut lutter contre les déficits structurels de la France et du Lot-et-Garonne en particulier. En même temps bien évidemment, il est indispensable de maintenir les services publics notamment de proximité et en particulier dans le monde rural. Aussi, il faut amener de la croissance économique. Il faut travailler pour l'emploi. L'emploi c'est avant tout produire. Et en Lot-et-Garonne nous possédons de véritables ressources de productions insoupçonnées et phénoménales qui ne demandent qu'à s'exprimer. Donc, il faut soutenir, produire et commercialiser ! Ce sont mes priorités ! Enfin, retrouver un certain apaisement et apprendre à vivre ensemble. Donc lutter contre les incivilités contre les insécurités des biens et des personnes mais aussi fiscales et sociales. Moi, je veux plus de justice sociale ! Ce sont des valeurs humanistes que je défends bec et ongle !

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SYBILLE ROUSSEAU

Partager sur Facebook
Vu par vous
1012
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !