18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Elections départementales 2ème tour : les premières réactions

29/03/2015 | Les premières réactions des nouveaux élus, des perdants et de personnalités politiques suite au 2nd tour des élections départementales en Aquitaine

Elections départementales 2015

Ce dimanche, 29 mars, a eu lieu le second tour des élections départementales qui voit désormais un tandem paritaire d'élus représenter les habitants de cantons renouvelés sur l'ensemble des territoires d'Aquitaine. Avec une participation équivalente bien que légèrement inférieure à celle relevée lors du premier tour, la gauche, en Aquitaine, semble, au regard des premiers résultats, réussir à maintenir un certain avantage sur l'alliance des droites contrairement au niveau national. Le FN quant à lui, ne semble pas confirmer sa percée du premier tour. Les élus désignés ce 29 mars siègeront dans chaque département d'Aquitaine dès ce jeudi 2 avril pour élire les cinq nouveaux Présidents des Conseils départementaux. (Article régulièrement mis à jour)

Gironde
Philippe Madrelle, Président PS sortant du conseil général et sénateur de Gironde:
« Nous avons réalisé ce que nous attendions, c’est à dire battre Yves D’Amécourt. Naturellement c'est un échec incontestable pour Alain Juppé puisqu'il soutenait Yves d'Amécourt (...) Je ressens une grande joie de partir en passant le relais à l'un des miens. Jean-Luc Gleyze sera le candidat de la majorité. Ce soir, ma victoire, c’est celle de la transmission, le lancement d’une nouvelle génération de jeunes élus talentueux. Bien sûr, je suis ce soir affecté par le résultat sur le canton de la Presqu’île. Je déplore que la droite ait bénéficié de la porosité des voix du FN. (...) Je pense aussi à tous nos conseillers généraux sortants qui ne se sont pas représentés ainsi qu’à nos candidats battus. Chacun peut être fier de la campagne menée. Aucun n’a démérité ! La victoire de ce soir a tout de même un goût amer. Voir le Front National entrer dans notre hémicycle, c’est un choc. Chacun devra prendre ses responsabilités. L’opposition devra se déterminer, une fois pour toutes. Notre devoir n’est naturellement pas de craindre le Front National mais de le combattre.»

Jean-Luc Gleyze, élu PS sur le canton Sud Gironde, au côté d'Isabelle Dexpert :
« Il y a d'abord la satisfaction du résultat local, avec une équipe de très bonne qualité et une campagne que nous avons voulu honnête et qui réponde aux besoins des sud-girondins. Ensuite, je suis très heureux que le département reste majoritairement à gauche, nous savons que nous pourrons poursuivre des politiques dont les girondins ont besoin. Pour l’instant, je n’ai pas encore posé ma candidature pour la présidence, laissez moi savourer la victoire de ce soir ! »

Emmanuelle Ajon, nouvelle élue PS Conseil départemental:
« On voit clairement un rejet de la politique plutôt que de notre projet. Nous n’avons pas perdu en Gironde parce que nous n'avons pas nationalisé notre campagne, nous n'avons pas fait d’incantation nationale, de rejet.»

Christine Bost, nouvelle élue PS sur le canton Portes du Médoc, au côté de Stéhane Saubusse (EELV) :
« Je suis ravie de ce résultat. La Gironde reste à gauche, c’est une très bonne nouvelle, on confirme la qualité du travail qui a été mené ces dernières années. Personne ne m’a souhaité entendre dire que je souhaitais prendre cette fonction de présidente, mais forcément vu que mon nom circulait, j’y ai réfléchi. J’ai proposé à Jean-Luc Gleyze de former ce que l’on appelle un ticket avec moi en tant que première vice-présidente. »

Matthieu Rouveyre, nouvel élu sur le canton Bordeaux 1 :
«On nous avait promis une défaite de la gauche. Finalement, elle résiste plutôt bien. et le PS conserve ce département. Evidemment, l’entrée du FN ne nous réjouit pas, les résultats nationaux non plus. Mais quand on regarde le département et alors qu’on sait qu’Alain Juppé a mis toutes ses forces pour nous faire battre, on considère que le bilan de la majorité départementale a été salué. Maintenant, nous avons une grande responsabilité. On sait bien que le contexte financier est compliqué, on sait que la crise touche nos concitoyens et on sait bien que les élus de ce département, qui est l’institution des solidarités auront beaucoup de travail.»

Michèle Delaunay, députée et conseillère municipale PS à Bordeaux:
« Cette défaite au niveau national, qui je l’espère sera adoucie par les résultats girondins et bordelais est une épreuve de plus après les municipales et nous devons le dire très clairement. »

Pierre Hurmic, Conseiller municipal EELV de Bordeaux:
«Seulement trois élus au sein du Conseil Départemental, c’est faible. J’espère que ces élus là réussiront à se faire entendre »

Alain Juppé, Maire UMP de Bordeaux :
«Le PS et le gouvernement essuient un très sévère échec. Tout à l’heure, le Premier ministre dressait un auto-réquisitoire de sa politique. Il n’a retiré aucune leçon de ce scrutin puisqu’il persiste. Pour la droite, (au niveau nation, ndlr) c'est une belle victoire, la victoire de l’unité de l'UMP et de la stratégie d’alliance entre UMP, Modem, UDI et divers droite.(...) Le FN s’enracine, nous ne devons pas minimiser cet enracinement. Il faut nous tourner vers l’avenir, les régionales vont venir très vite, de même que les présidentielles. Il faudra répondre aux aspirations des français, ceux qui entreprennent et travaillent qui se sentent corsetés par l’Etat règlementaire. Beaucoup de travail a déjà été accompli, il en reste à faire et je vais conserver cette voix.»

Yves d’Amécourt, candidat perdant sur le cantondu Réolais et des Bastides :
"Bernard Castagné a utilisé le FN pour être élu et je pense que ça ne va pas être le seul canton dans ce cas."

Jean-Louis David, nouvel élu UMP sur le canton de Bordeaux 2, avec Laurence Dessertine:
« Ce soir, la Gironde reste à gauche alors qu’on était fondé à penser qu’il était possible de la faire basculer. Certes, le FN rentre au Conseil Départemental, un siège. Le résultat des départementales rééquilibre les choses. Alain Juppé a la stratégie du rassemblement, il ne s’agit pas de fanfaronner et de dire qu’il a perdu, j’espère que ce rassemblement se fera au sein du Conseil départemental. Dans le futur Conseil Départemental, on espère que tout le monde aura la parole. C’est une autre époque qui arrive, avec des choses complètement différentes. Jean-Luc Gleyze, c’est quelqu’un avec qui, sur le plan républicain, on peut dire des choses. Je me porterai probablement candidat au poste de leader de l’opposition. »

Jacques Mangon, Maire UMP Saint-Médard-en-Jalles :
« Concernant notre travail, on est mieux organisé que d’autres, en particulier le FN. De notre point de vue, c’est quand même une déception, mais il faut savoir reconnaître que la Gironde est en train de bouger profondément; ça veut dire que la politique avec un grand P va redevenir un élément important du département. On était dans une ère glaciaire, on en sort. Nous jugerons à l’œuvre si Jean-Luc Gleyze est capable d’amener un souffle nouveau.»

Jacques Colombier, Secrétaire départemental du Front National:
« Ca a été assez sérré mais la victoire en Nord Médoc est claire et nette. Nous aurions pu avoir des espoirs de principe, mais les élections ne sont pas mathématiques. Nous étions sortis du 1er tour en bonne position, notamment dans le libournais, une bonne position dans un département géré par l’UMP et le PS depuis des années. Ce soir, l’UMP offre le département au PS, c’est comme ça.»

Max Guichard, Maire adjoint PCF à Cenon:
« Ce qu'Alain Juppé propose dans son programme, c’est du Valls-Macron en pire. Je suis malheureux que la gauche ne soit pas majoritaire au niveau national, mais ce n’est pas surprenant compte tenu du désespoir des gens. Si nous n’avons plus d’élus au Conseil Départemental, nous avons tout de même renforcé le front de gauche dans ces élections. »

Lot-et-Garonne

Lucette Lousteau
, député PS d'Agen-Nérac :
« C'est une belle victoire pour la gauche et le département. Ce résultat montre la confiance qu'ont accordé les électeurs lot-et-garonnais à la majorité sortante ! (…) Pierre Camani et toute son équipe ont imposé un certain dynamisme depuis 2008. Dynamisme qu'il va pouvoir continuer et confirmer lors de cette nouvelle mandature ». Pour la députée, cette victoire n'est pas due aux bons résultats du front national. « Au premier tour nous sommes arrivés en tête dans dix cantons sur 21. Les triangulaires ne sont pas la seule raison de notre victoire. Le bilan de la majorité sortante à pesé dans la balance. »

Hélène Collet, candidate FN perdante sur l'Agenais:
« Etienne Bousquet-Cassagne atteint quasiment 46% des voix sur Villeneuve 2 face à Patrick Cassany, vice président du Conseil général et Alain Brun presque 45% sur Villeneuve 1. Donc nous enregistrons quand même de bons résultats »

Pyrénées-Atlantiques

François Bayrou
, Maire Modem de Pau:
« C’est une équipe qui, après avoir gagné la mairie de Pau, gagne le département"  indique François Bayrou, en commentant les excellents résultats obtenus par l’alliance entre les centristes et l’UMP dans les Pyrénées-Atlantiques. Et en se réjouissant du score plus que satisfaisant que ses adjoints obtiennent dans trois des quatre cantons palois. Selon lui, la clé d’une telle réussite tient notamment dans « une alliance entre formations politiques qui ne se confondent pas mais qui se respectent »

Landes
Henri Emmanuelli, Président sortant du Conseil général des Landes, réélu sur son canton dès le 1er tour :
« Dans la région Aquitaine, j’ai une pensée un peu triste pour les socialistes des Pyrénées-Atlantiques qui ne méritaient pas de perdre. Sur les prochaines élections régionales, je pense que l’Aquitaine restera à gauche, en tout cas on va faire ce qu’on peut. »

Renaud Lagrave, premier secrétaire fédéral PS 40 :
« Je suis soulagé par rapport à ce qu'on aurait pu craindre (...) le département s'est mobilisé pour valider notre bilan, notre projet, et le fait qu'on avait un capitaine et au-delà du capitaine, une équipe renouvelée ».

Geneviève Darrieussecq, chef de file de Couleurs Landes (Union de droite), nouvelle élue sur Mont-de-Marsan 2:
« Ca s'est joué à très peu de choses », « nous avons gagné 5 cantons, il en aurait fallu 3 de plus, ce département ne bascule pas pour 600 voix sur trois cantons ! »

Alain Baché, responsable du PCF landais:
« Si la gauche n'avait pas été rassemblée au 2e tour sur des objectifs clairs et de gauche, nous n'aurions pas gagné le département »

Dordogne

Bernard Cazeau, sénateur socialiste, président sortant du Conseil général:
« Ce soir, je suis très content, nous l'emportons dans 19 cantons sur 25. C'est un excellent résultat. Je crois que nous le devons à un excellent report de voix des communistes, du front de gauche, et d'une partie des écologistes. Ce résultat est aussi celui d'un bilan car au cours de ces 20 dernières années, la Dordogne s'est modernisée. Je suis bien sûr déçu par les résultats nationaux, même s'ils étaient prévisibles et inquiet qu'autant de nos concitoyens se portent sur le Front National. »

Germinal Peiro, député et nouvel élu PS sur le canton:
«Je suis très satisfait de ce résultat, je peux dire que ce soir je suis très heureux. Ce très beau résultat, nous le devons à l'ensemble des forces de gauche de ce département, aux socialistes, aux communistes, aux radicaux de gauche. C'est le résultat d'un bon bilan et d'un nouveau projet. Car cette gauche, en Dordogne, elle est plurielle. Cette gauche plurielle est porteuse d'un nouveau projet pour la Dordogne. Et comme je l'ai dit, nous construirons ensemble un projet de développement lors des assises départementales. Aujourd'hui, les perspectives sont favorables, car pour la première fois, nous avons six années devant nous pour travailler. La parité dans la nouvelle assemblée est aussi une bonne chose. Je crois que les femmes amèneront davantage de pragmatisme au sein de l'assemblée. Et comme je l'ai dit, la première vice présidence sera attribuée à une femme.»

Brigitte Allain
, députée EELV:
« Je me réjouis de voir notre département rester une terre de gauche et de solidarités. (...) La nouvelle majorité, derrière Germinal Peiro, propose une dynamique positive avec les Assises de la Dordogne. Elles permettront à toutes et tous
de participer à la définition d'un projet de développement pour notre département. (...) Enfin, les résultats du Front National sont très inquiétants et doivent interroger chacun de nous sur la nécessité de changer de logiciel et de modèle économique et politique en France. (...) A Bergerac, c'est un soulagement de voir les forces républicaines l'emporter sur les extrêmes mais désormais les élus-es doivent se mobiliser et s'engager sans relâche pour bâtir ensemble une véritable stratégie de développement du territoire. »

Thierry Cipierre, élu UMP sur Périgueux 2:
« La bataille fut difficile,  les résultats ont été serrés jusqu'au bout, mais aujourd'hui avec Joelle (Hutt, sa colistière), nous sommes très heureux. Cette victoire s'inscrit dans la continuité des municipales et surtout du travail que nous faisons  depuis un an. Sur les résultats départementaux, nous sommes un peu déçus mais nous essaierons de porter une voix différente au sein de la nouvelle assemblée et pour le canton.»

La rédaction - Aqui.fr
Par La rédaction - Aqui.fr

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3819
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Aéroport Pau-Pyrénées Politique | 23/10/2017

Stratégie aéroportuaire régionale : Quel sort pour les aéroports de la région ?

Gilles Savary Politique | 22/10/2017

Interview: Gilles Savary : il n'y a pas que le parlement pour faire de la politique

La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne