Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Elections régionales : les candidats, presque à l'unisson sur la question de l'agriculture biologique

24/09/2015 | Quel que soit le bord du futur président ou de la future présidente du Conseil régional, l'agriculture biologique ne sera pas oubliée. Parole de candidats/es.

L'animateur du débat et les quatre candidats:  José Manuel Boudey, Françoise Coutant, Yves d'Amecourt, Alain Rousset

Ce mercredi 23 septembre, l'association Bio d'Aquitaine, organisait une conférence sur l'agriculture bio à travers la présentation de divers leviers de développement mis en œuvre dans la future Grande Région. Une conférence débouchant sur un débat organisé entre plusieurs candidats aux élections régionales de décembre prochain, avec comme question centrale, leur projet de politique agricole et alimentaire bio dans la future grande région Aquitaine. Se sont ainsi pliés à l'exercice, Alain Rousset, président PS de la région et candidat à sa succession, Françoise Coutant, tête de liste Europe-Ecologie/Les Verts, Yves d'Amécourt, candidat Les Républicains représentant sa tête de liste de Virginie Calmels, et José Manuel Boudey, du Parti fédéraliste européen. Les références au « diktat du bio » lâché par la candidate les Républicains en début de campagne, ne se sont pas faites attendre bien longtemps.

Lors de la conférence précédent le débat entre les candidats, Bio d'Aquitaine a choisi de mettre en lumière trois outils, à travers des exemples concrets, ayant permis de contribuer au développement de l'agriculture bio, sur le périmètre de la Grande Région. Au titre de ces outils : l'exemple d'une politique d'aménagement du territoire et de rétrocession de foncier en faveur de l'agriculture biologique, mis en place dans la communauté de communes d'Isle Double Landais en Dordogne, la création d'un Pôle de conversion bio en Poitou-Charentes, issu de la coordination de l'ensemble des partenaires économiques et territoriaux, et enfin la constitution de Groupements d'Intérêt Economique et Environnemental (GIEE) en Lot-et-Garonne, permettant la reconnaissance par l'Etat de l’engagement collectif d’agriculteurs dans l'amélioration de leurs pratiques. Trois leviers d'action, comme autant de murmures à l'oreille des candidats sur de possibles idées à intégrer à leur programme électoral...

Consensus généralDes programmes et propositions autour de l'agriculture biologique, qui ont justement occupé la deuxième partie de l'après-midi, les candidats prenant tour à tour la parole, avant de jouer le jeu des questions-réponses avec le public, principalement constitué de fervent défenseurs de l'agriculture biologique. Et, face à eux, c'est bien une forme de consensus général qui s'est dégagé des propositions formulées par les candidats. Chacun se montrant convaincus du rôle de la Région à soutenir le développement de cette agriculture.
Il n'était d'ailleurs plus question de « diktat du bio », dans la bouche du candidat représentant Virginie Calmels pour Les Républicains-UDI-Modem, auteure de la formule malheureuse il y a quelques semaines en Dordogne. Bien au contraire, sur une pique de Françoise Coutant, évoquant en clin d'oeil, « le diktat du conventionnel », Yves d'Amécourt répond sur le ton de l'apaisement « nous n'allons pas nous envoyer nos diktats à la figure, mais il faut travailler ensemble (conventionnel et bio, ndlr) à une gouvernance agricole au sein de la Région ». Une nécessité de ne pas scinder les pratiques agricoles, à laquelle souscrit, une fois de plus, l'ensemble des candidats présents, bien conscients que c'est dans les exploitations conventionnelles que se trouve l'essentiel du vivier des agriculteurs bio de demain.
Sur les principes, les candidats s'accordent en effet à l'incitation à l'installation ou à la conversion en bio, et à une responsabilité de la Région dans le renforcement d'une structuration plus forte de la filière, de l'amont à l'aval, principalement par le biais de la commande publique et l'approvisionnement des cantines des lycées en bio. Sur l'amont, ils proposent de manière ouverte différentes possibilités d'action, de la mise en place de plates-formes de commercialisation, au soutien au groupement d'agriculteur bio, en passant par la mobilisation des acheteurs publics sur la question du bio.

Une perception des circuits économiques de l'agriculture biologique qui diffèreSi la question de l'accès au foncier n'est pas apparue dans les interventions d'Yves D'Amecourt, contrairement aux propos tenus par ses adversaires Verts et PS, celui-ci insiste sur le rôle d'influence que pourra selon lui avoir la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, plus grande région agricole d'Europe, pour « défendre les agriculteurs au niveau européens et notamment en matière de distorsion de concurrence ». Sur l'installation celui-ci évoque sans détail, la mise en place d' « incitations », quand Françoise Coutant place dans son projet électoral un « plan régional pour l'installation en bio, décliné en plans locaux avec un budget dédié et un objectif de 20% minimum de SAU bio en 5 ans », au regard des 3,5% actuels au niveau de la Grande région.
Le Président sortant, lui n'évoque pas de « plan », mais insiste sur « la nécessité d'accompagner financièrement les nouveaux producteurs bio, durant les trois années de conversion, durant lesquelles leur production ne peut pas encore être valorisée en Bio » et souligne, tout comme la candidate EELV, la nécessité d'une politique foncière active sur le plan agricole, avec notamment des politiques de stockage de foncier. Sur les incitations à aller dans le bio, les candidats répondant aux interpellations de la salle, s'accordent également sur le besoin d'incitation au bio d'autant plus nécessaire dans les zones de captage, permettant ainsi une meilleure préservation de la qualité de la ressource en eau. Autre point également développé par les candidats Françoise Coutant et Alain Rousset, la nécessité de travailler en partenariat avec la formation agricole afin que celle-ci intègre davantage l'agriculture bio dans ces apprentissages.

Si les points de convergences semblent au final assez nombreux, c'est peut-être davantage la perception de l'agriculture biologique, et de ses marchés, qui diffèrent, particulièrement entre ces deux candidats. Françoise Coutant associe en effet fortement « agriculture biologique et circuits courts dans une logique de relocalisation », quand Alain Rousset, propose une vision qui dépasse celle de la commercialisation par circuits courts : « il faut aussi que le bio entre dans les circuits économiques parce que c'est ce que les consommateurs demandent », considère-t-il. Une vision plus large, qui l'amène à intégrer la question de l'export des produits bio, via notamment la marque Bio Sud-Ouest et les Maisons Sud-Ouest en Chine. Une question de l'accompagnement à l'export qu'Yves d'Amecourt ne semble pas exclure, là où Françoise Coutant soulignant l'existence d'un taux d'importation de Bio de 30% au niveau français, ne semble pas considérer comme prioritaire.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2304
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !