Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/01/19 : Dans le cadre du dispositif "Permis de Jardiner" et à l'initiative du collectif Pau Sud, la rue Jacques Terrier sera revégétalisée. La Maison du Jardinier organise le 18 janvier de 14h à 17h une après-midi de plantation participatif.

15/01/19 : le Préfet de la Dordogne a désigné le sous-préfet de Nontron, Frédéric Roussel, référent départemental pour le grand débat national. Il est joignable à l'adresse : pref-granddebat@dordogne.gouv.fr. Plus d'infos : www.granddebat.fr

15/01/19 : Solène Ndama, licenciée au Bordeaux Athlé commence bien la saison. La jeune athlète bordelaise (20ans) réalise la meilleure performance mondiale de la saison au pentathlon (5 épreuves) en salle à Clermont-Ferrand.

14/01/19 : Didier Lallement, préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la Gironde, a nommé Thierry Suquet, secrétaire général de la préfecture de la Gironde, comme référent pour le Grand Débat National en Gironde.

13/01/19 : Emmanuel Macron dans sa lettre aux Français: Faut-il reconnaître le vote blanc? Faut-il rendre le vote obligatoire? Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques

12/01/19 : GJ.La préfecture de Gironde a fait le point suivant à 19h45: 6000 manifestants, 35 interpellations, pas de blessé du côté des forces de l'ordre, des vitrines et du mobiliers urbains dégradés ainsi que des poubelles brûlées.Dernières dispersions en cours"

11/01/19 : Manifestations du samedi 12 janvier. Alain Juppé, maire de Bordeaux, en accord avec le Préfet, a décidé de fermer les lieux publics. L'opération de parking gratuit sur la place des Quinconces est reconduite ce dimanche 13 janvier.

10/01/19 : Avec 6,8 millions de passagers et + 9,3% de hausse de trafic, l'Aéroport de Bordeaux conclut une 9ème année de croissance consécutive. En gagnant 576.000 voyageurs supplémentaires, 2018 représente la meilleure année sur la plateforme bordelaise.

10/01/19 : Pour la période des soldes, le réseau des bus de l'agglomération d'Agen fait voyager en illimité sur l’Agglo pour 1,20€ (au lieu de 2,50€). Offre valable les samedis 12, 19 et 26 janvier 2019.

10/01/19 : Fermeture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation en raison de travaux, du jeudi 10 janv 21h au vendredi 11 janv à 6h. Des déviations seront mises en place par la rocade intérieure et la rocade extérieure, via le pont F. Mitterrand.

09/01/19 : Bernard Giraudel, patron charismatique du Vieux Logis, le restaurant étoilé de Trémolat en Dordogne, est décédé ce mercredi. Il a trouvé la mort sur les routes de Dordogne, à l'âge de 93 ans. Il a fait un arrêt cardiaque au volant de sa voiture.

09/01/19 : Un incendie volontaire a été découvert ce matin à la sous-préfecture de Lesparre-Médoc. Aucune victime n'est à déplorer mais les dégâts ne permettent pas l'ouverture des services au public ce matin.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/01/19 | 14ème salon du livre ancien le 20 janvier à Bordeaux

    Lire

    L’ALAM (Association Les Amis du Livre ancien et moderne) et le SNBB (Syndicat national des Bouquinistes et des Brocanteurs) organisent, le dimanche 20 janvier de 10h à 19h, son traditionnel Salon du livre ancien, salle capitulaire de la cour Marly, à Bordeaux. Collectionneurs, chineurs, bibliophiles, amateurs, promeneurs, curieux, jeunes et moins jeunes sont attendus pour découvrir des éditions rares, BD anciennes, cartonnages des romans de Jules Verne, vieux papiers, gravures, etc…

  • 15/01/19 | Nuit de la lecture 2019 à Pessac et Libourne

    Lire

    Les villes de Pessac et Libourne proposent une soirée autour de la lecture le samedi 19 janvier à partir de 18 h 00. Cet événement participatif invite les habitants et les acteurs associatifs ou institutionnels à partager des lectures sélectionnées dans la langue de leur choix. Les textes seront lus dans leur langue d'origine, puis en français. Animations gratuites et entrée libre. Pessac : bibliothèque Pablo Neruda, 16bis allée des Mimosas. Libourne : médiathèque Condorcet, place des Recollets.

  • 15/01/19 | Le Salon des Voyages de Poitiers pour choisir vos vacances

    Lire

    Le 19 janvier, l’aéroport de Poitiers-Biard accueille en partenariat avec le département de la Vienne et Grand Poitiers le Salon des Voyages. L’occasion de découvrir les nouvelles destinations proposées par le tour-opérateur Top of Travel mais aussi les nombreuses animations. Vous pourrez par ex essayer un simulateur de vol à voile sur le stand du département et voyager dans le temps avec l’application 3D Poitiers Evolution grâce à un casque de réalité virtuelle sur le stand de Grand Poitiers.

  • 15/01/19 | Emploi : +0,2 % en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    L’URSSAF vient de publier les chiffres du 3e trimestre 2018 pour la Nouvelle-Aquitaine. Malgré une croissance ralentie pour le deuxième trimestre consécutif, 2 500 emplois ont été créés sur la période, pour une progression de 0,2 %. Le principal bassin d’emploi demeure la Gironde, avec 0,6 % d’emplois supplémentaires. Sur l’année, l’augmentation d’emplois néo-aquitains (1,4 %) reste supérieure au chiffre national (1,1 %).

  • 14/01/19 | Dassault Mérignac conforté par le programme Rafale 4

    Lire

    Réaction d'Alain Anziani, maire de Mérignac vice-président de la métropole, à l'annonce faite à Dassault Mérignac, en présence d'Eric Trappier son président, par la ministre des Armées, Florence Parly, d'un nouveau programme Rafale 4 : « Cette modernisation du Rafale confortera les activités de Dassault qui emploie à Mérignac 1400 personnes mais aussi celle des sous-traitants, soit au total 5.000 salariés ; elle renforce notre industrie aéronautique dans le monde. » Le site de Mérignac va du coup se développer avec un nouveau hangar.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Elections régionales : les candidats, presque à l'unisson sur la question de l'agriculture biologique

24/09/2015 | Quel que soit le bord du futur président ou de la future présidente du Conseil régional, l'agriculture biologique ne sera pas oubliée. Parole de candidats/es.

L'animateur du débat et les quatre candidats:  José Manuel Boudey, Françoise Coutant, Yves d'Amecourt, Alain Rousset

Ce mercredi 23 septembre, l'association Bio d'Aquitaine, organisait une conférence sur l'agriculture bio à travers la présentation de divers leviers de développement mis en œuvre dans la future Grande Région. Une conférence débouchant sur un débat organisé entre plusieurs candidats aux élections régionales de décembre prochain, avec comme question centrale, leur projet de politique agricole et alimentaire bio dans la future grande région Aquitaine. Se sont ainsi pliés à l'exercice, Alain Rousset, président PS de la région et candidat à sa succession, Françoise Coutant, tête de liste Europe-Ecologie/Les Verts, Yves d'Amécourt, candidat Les Républicains représentant sa tête de liste de Virginie Calmels, et José Manuel Boudey, du Parti fédéraliste européen. Les références au « diktat du bio » lâché par la candidate les Républicains en début de campagne, ne se sont pas faites attendre bien longtemps.

Lors de la conférence précédent le débat entre les candidats, Bio d'Aquitaine a choisi de mettre en lumière trois outils, à travers des exemples concrets, ayant permis de contribuer au développement de l'agriculture bio, sur le périmètre de la Grande Région. Au titre de ces outils : l'exemple d'une politique d'aménagement du territoire et de rétrocession de foncier en faveur de l'agriculture biologique, mis en place dans la communauté de communes d'Isle Double Landais en Dordogne, la création d'un Pôle de conversion bio en Poitou-Charentes, issu de la coordination de l'ensemble des partenaires économiques et territoriaux, et enfin la constitution de Groupements d'Intérêt Economique et Environnemental (GIEE) en Lot-et-Garonne, permettant la reconnaissance par l'Etat de l’engagement collectif d’agriculteurs dans l'amélioration de leurs pratiques. Trois leviers d'action, comme autant de murmures à l'oreille des candidats sur de possibles idées à intégrer à leur programme électoral...

Consensus généralDes programmes et propositions autour de l'agriculture biologique, qui ont justement occupé la deuxième partie de l'après-midi, les candidats prenant tour à tour la parole, avant de jouer le jeu des questions-réponses avec le public, principalement constitué de fervent défenseurs de l'agriculture biologique. Et, face à eux, c'est bien une forme de consensus général qui s'est dégagé des propositions formulées par les candidats. Chacun se montrant convaincus du rôle de la Région à soutenir le développement de cette agriculture.
Il n'était d'ailleurs plus question de « diktat du bio », dans la bouche du candidat représentant Virginie Calmels pour Les Républicains-UDI-Modem, auteure de la formule malheureuse il y a quelques semaines en Dordogne. Bien au contraire, sur une pique de Françoise Coutant, évoquant en clin d'oeil, « le diktat du conventionnel », Yves d'Amécourt répond sur le ton de l'apaisement « nous n'allons pas nous envoyer nos diktats à la figure, mais il faut travailler ensemble (conventionnel et bio, ndlr) à une gouvernance agricole au sein de la Région ». Une nécessité de ne pas scinder les pratiques agricoles, à laquelle souscrit, une fois de plus, l'ensemble des candidats présents, bien conscients que c'est dans les exploitations conventionnelles que se trouve l'essentiel du vivier des agriculteurs bio de demain.
Sur les principes, les candidats s'accordent en effet à l'incitation à l'installation ou à la conversion en bio, et à une responsabilité de la Région dans le renforcement d'une structuration plus forte de la filière, de l'amont à l'aval, principalement par le biais de la commande publique et l'approvisionnement des cantines des lycées en bio. Sur l'amont, ils proposent de manière ouverte différentes possibilités d'action, de la mise en place de plates-formes de commercialisation, au soutien au groupement d'agriculteur bio, en passant par la mobilisation des acheteurs publics sur la question du bio.

Une perception des circuits économiques de l'agriculture biologique qui diffèreSi la question de l'accès au foncier n'est pas apparue dans les interventions d'Yves D'Amecourt, contrairement aux propos tenus par ses adversaires Verts et PS, celui-ci insiste sur le rôle d'influence que pourra selon lui avoir la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, plus grande région agricole d'Europe, pour « défendre les agriculteurs au niveau européens et notamment en matière de distorsion de concurrence ». Sur l'installation celui-ci évoque sans détail, la mise en place d' « incitations », quand Françoise Coutant place dans son projet électoral un « plan régional pour l'installation en bio, décliné en plans locaux avec un budget dédié et un objectif de 20% minimum de SAU bio en 5 ans », au regard des 3,5% actuels au niveau de la Grande région.
Le Président sortant, lui n'évoque pas de « plan », mais insiste sur « la nécessité d'accompagner financièrement les nouveaux producteurs bio, durant les trois années de conversion, durant lesquelles leur production ne peut pas encore être valorisée en Bio » et souligne, tout comme la candidate EELV, la nécessité d'une politique foncière active sur le plan agricole, avec notamment des politiques de stockage de foncier. Sur les incitations à aller dans le bio, les candidats répondant aux interpellations de la salle, s'accordent également sur le besoin d'incitation au bio d'autant plus nécessaire dans les zones de captage, permettant ainsi une meilleure préservation de la qualité de la ressource en eau. Autre point également développé par les candidats Françoise Coutant et Alain Rousset, la nécessité de travailler en partenariat avec la formation agricole afin que celle-ci intègre davantage l'agriculture bio dans ces apprentissages.

Si les points de convergences semblent au final assez nombreux, c'est peut-être davantage la perception de l'agriculture biologique, et de ses marchés, qui diffèrent, particulièrement entre ces deux candidats. Françoise Coutant associe en effet fortement « agriculture biologique et circuits courts dans une logique de relocalisation », quand Alain Rousset, propose une vision qui dépasse celle de la commercialisation par circuits courts : « il faut aussi que le bio entre dans les circuits économiques parce que c'est ce que les consommateurs demandent », considère-t-il. Une vision plus large, qui l'amène à intégrer la question de l'export des produits bio, via notamment la marque Bio Sud-Ouest et les Maisons Sud-Ouest en Chine. Une question de l'accompagnement à l'export qu'Yves d'Amecourt ne semble pas exclure, là où Françoise Coutant soulignant l'existence d'un taux d'importation de Bio de 30% au niveau français, ne semble pas considérer comme prioritaire.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2405
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !