Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/20 | La filière bois recrute

    Lire

    La Haute-Vienne, la Charente et la Creuse organisent du 1er au 16 octobre la quinzaine du bois. Cet évènement a pour but de présenter les besoins de recrutement des entreprises de la filière bois ainsi que les formations à ces métiers. Grâce aux visites d’entreprises, les demandeurs d’emplois et les personnes intéressées pourront découvrir les métiers et les offres d’emplois des entreprises locales. Pour participer à ces visites d’entreprises et découvrir cette filière, les participants doivent s'inscrire auprès des acteurs de l’emploi comme Pôle Emploi ou encore les Missions Locales.

  • 30/09/20 | La Rochelle : avancée sur le projet d'éco-quartier

    Lire

    Une étape importante dans la concertation sur le Programme de Renouvellement Urbain de Villeneuve-les-Salines est franchie ce mercredi avec l’installation, à la Maison du Projet, d’une maquette évolutive du futur quartier. Visible par les habitants, elle permettra de se projeter pour mieux comprendre et s’exprimer sur les différents axes du programme. Rappel du projet: www.aqui.fr/politiques/titre-un-quartier-populaire-requalifie-en-quartier-durable-a-la-rochelle,18138.html

  • 30/09/20 | 79 : La Chambre des Métiers et de l’Artisanat se refait une beauté

    Lire

    Le CFA des Deux-Sèvres, qui comporte 32 formations et 57 diplômes, va faire peau neuve. Le bâtiment existant va être rénové et 3 nouveaux vont être construits. Cette réhabilitation va permettre de renforcer l’attractivité du campus et d’adapter l’offre de formation au plus près des besoins du marché. Le Département des Deux-Sèvres soutient cette opération et invite les collégiens à découvrir ces métiers grâce à l’opération « Bravo les artisans ».

  • 30/09/20 | Concours agricole : inscriptions ouvertes pour l'agro-foresterie

    Lire

    En 2019, le Concours Général Agricole avait ouvert une nouvelle catégorie du Concours avec les Pratiques Agroécologiques, aux côté de la catégorie Prairies et Parcours. Les agriculteurs pratiquant l'agroforesterie sur les secteurs du Pays de gâtine et Haut val de sèvre en Deux-Sèvres et sur la Charente-Maritime peuvent s'inscrire à la prochaine édition jusqu'au 15 octobre 2020. Conditions: posséder au moins une parcelle avec une production associant l’arbre à l’agriculture. Rens.05 46 50 45 08.

  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Émission 4 médias : quel bilan pour le Grand Débat ?

26/03/2019 | L'émission propose une analyse du Grand Débat National sur le territoire bordelais sous différents aspects à travers l'expérience personnelle des invités.

Cheikh Sow, Arnaud Virrion, Christine Gaillars, Yves Raybaud et Stéphane Carbiener

Pour son rendez-vous mensuel sur O2 Radio en partenariat avec l'Écho des Collines et Aqui!, l'émission 4 médias a reçue plusieurs acteurs locaux du Grand Débat National et du mouvement des Gilets Jaunes. L'objectif de la rencontre est de faire un premier bilan du Grand Débat, en ouvrant sur le volet humain et historique. Parmi les invités, l'anthropologue Cheikh Sow, le géographe des genres Yves Raybaud, Christine Gaillard et Stéphane Carbiener, Gilets Jaunes bordelais et Arnaud Virrion, Directeur du Centre Régional d'Information Jeunesse Nouvelle-Aquitaine. L'émission a été diffusée sur O2 Radio (91.3FM) le jeudi 21 mars à 19h.

« Il y a beaucoup à redire sur l’efficacité du Grand Débat ». Le géographe Yves Raybaud évoque les difficultés, qui ont déjà pu être constatées et qui se profilent vis-à-vis du Grand Débat National, terminé depuis le 15 mars dernier. Yves Raybaud est membre du Conseil du Développement Durable de Bordeaux Métropole qui a organisé et animé quatre débats sur le territoire. Le géographe explique que les collectivités ont eu deux options devant elles afin d’organiser les débats : faire appel à des agences privées, « une aberration pour un débat public, mais c’est ce qu’ont choisi beaucoup de villes », regrette Yves Raybaud. Le deuxième choix a été d’assumer soi-même l’organisation des débats « ce qu’a fait Alain Juppé à l’époque en demandant au Conseil du Développement Durable, dont c’est le rôle, d’assurer l’animation ». Ainsi, le C2D a ainsi organisé quatre débats. Le premier Bordeaux le 1er février, celui de Saint-Médard en Jalles le 07, Carbon-Blanc le 23 février et Talence le 05 mars.

Pour ce qui est du traitement des contributions, Yves Raybaud reste sceptique, tant le tri semble long et complexe – le Gouvernement annonce près de deux millions de contributions déposées sur la plateforme dédiée au Grand Débat par plus de 475 000 personnes. « C’est une bouteille à la mer. Le pari est insensé, de mon point de vue : le pouvoir lance une consultation, mais je ne vois pas à quoi elle servira. Nous avons laissé la parole aux citoyens des heures durant, et maintenant c’est dans les limbes ».

Jeunes, banlieues et Gilets Jaunes : les grands absents

Si des catégories de la population ont brillé par leur absence au Grand Débat National, il s’agit des jeunes et des habitants des banlieues. L’anthropologue Cheikh Sow a eu l’occasion d’étudier les participants du Grand Débat. Selon lui, les plus représentés étaient « des salariés d’un certain âge, voire retraités, majoritairement issus des classes moyennes ». En revanche, les Gilets Jaunes, les quartiers et les jeunes étaient très peu présents d’après le spécialiste de la participation citoyenne.

C’est dans ce contexte que le Centre Régional d’Information Jeunesse (CRIJ) Nouvelle Aquitaine a organisé trois Grands Débats à destination des jeunes néo-aquitains à Limoges, Bordeaux et Poitiers. Le directeur du CRIJ Arnaud Virrion explique sa volonté de créer un cadre propice à la parole des jeunes. Ces trois débats ont été organisés en partenariat avec les missions locales, les structures de service civique, mais aussi les maisons de quartier et les MJC (Maison des Jeunes et de la Culture). Ces rassemblements où la parole est interdite aux adultes ont rassemblé plus de 180 jeunes au total. « J’ai remarqué que lorsque les jeunes sont ensemble, ils osent prendre la parole, explique Arnaud Virrion, d’autant plus en petit groupes. Nous avions un format assez atypique, avec trois ateliers différents pour trois thématiques (Démocratie-citoyenneté, Fiscalité et Transition écologique) où les jeunes passaient par groupe et travaillaient à partir ce qui avait été fait par le groupe précédent ». Arnaud Virrion met également en lumière les critiques des jeunes vis-à-vis de l’Éducation Nationale, qui selon eux ne remplit pas suffisamment son rôle pédagogique et informationnel sur les thématiques du Grand Débat.

Une consultation pas si ouverte, ni transparente

 « Les règles du jeu n’étaient pas claires dès le départ ». Cheikh Sow et Christine Gaillard font ensemble ce constat sur le déroulé du Grand Débat National. En effet, selon l’anthropologue, dans une approche démocratique participative, tout doit être limpide dès le départ. « Le Grand Débat est une consultation, pas un débat, poursuit Cheikh Sow. Une consultation, c’est par exemple un rendez-vous chez le médecin, il vous ausculte, vous dit d’arrêter de fumer et vous n’en tenez pas compte. Du moins pas de suite ».  D’après le spécialiste de la participation citoyenne, l’organisation et le déroulement du Grand Débat aurait dû être détaillée du début à la fin, afin que les participants puissent savoir à quoi s’attendre.

Christine Gaillard fait partie des Gilets Jaunes du rond-point de Sainte-Eulalie. Elle explique qu’elle et son groupe ont participé aux quatre débats du secteur – Ambarès, Bassens, Carbon-Blanc et Sainte-Eulalie – qui, selon elle, se sont tous déroulés différemment. « J’ai eu des échos du débat de Carbon-Blanc, poursuit Christine, et ce qui ressortait, c’est que les camarades Gilets Jaunes se sont senti brimés, alors que nous ne sommes pas des professionnels de tous les secteurs ». Stéphane Carbiener, lui aussi Gilet Jaune, raconte avoir participé au débat de Bordeaux. « Ce n’est pas une expérience concluante pour moi, ajoute-t-il, parce que tous les citoyens qui portaient un gilet jaune ont été interdits d’accès. Lors de la réunion, une cinquantaine de sièges étaient libres, et ces citoyens auraient pu les combler. Cela m’a beaucoup gêné dans la mesure où c’est un débat ‘libre, ouvert et transparent », regrette Stéphane. Deux autres points ont dérangé le Gilet Jaune : le modérateur obligeait tous les participants à ne venir s’exprimer que s’ils avaient une proposition concrète, ce qui limitait les prises de paroles. Enfin, Stéphane soulève un troisième problème, le plus grave  selon lui : la façon de modérer.  « Un opérateur travaillant dans un hôpital public racontait son expérience et comment faire pour éviter le gaspillage de fonds publics et de matériel à travers des exemples concrets. Le modérateur a résumé ça en une phrase : ‘il faut donner plus d’autonomie aux agents du service public’ »

Le Grand Débat terminé, l’heure est maintenant aux conférences citoyennes régionales avant les premières restitutions du Gouvernement. Cheikh Sow reste sceptique vis-à-vis de la consultation : « cela ne peut pas fonctionner au mieux tant que nous sommes en situation de crise ». L’anthropologue nous invite à réfléchir sur la phrase d’un poète turc (Ataol Behramoglu, ndlr) : ‘La paix se prépare en temps de paix’.

 

Vous pouvez écouter ou réécouter la totalité de l’émission 4 médias du 21 mars sur la plateforme de replay d’O2 Radio 91.3FM.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : Yoan Denéchau

Partager sur Facebook
Vu par vous
3133
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !