aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

20/07/16 : Fierté pour le Comité régional Olympique et Sportif d'Aquitaine: 31 sportifs licenciés et 19 sportifs originaires de la Nouvelle-Aquitaine représenteront la France aux Jeux Olympiques (5-21 août) et Paralympiques (7-18 septembre) de Rio au Brésil!

19/07/16 : Le jury de la 23ème édition du Concours National de la Création d'Entreprises Agroalimentaires organisé depuis 1994 par Agropole se réunira le lundi 26 septembre prochain dans les salons du Sénat à Paris pour désigner ses lauréats.

19/07/16 : 1ère Nuit de la Noisette organisée par la Maison de la noisette le lundi 25 juillet à partir de 18h30 à Lacépède (47). Au programme : découverte de la ferme, casse-croûte paysan saveurs noisettes et balade nocturne sensorielle et contée

19/07/16 : Le cinéma Les Montreurs d’Images à Agen propose Les Cinestivales : 1 film + 1 apéro-mix, jeudi 21 juillet. Au programme, à 18h30, la projection de « Paco De Lucia, légende du flamenco » et à 20h un Apéro-mix au bar et dans la cour du cinéma.

16/07/16 : A Périgueux, le bâtiment syndicat départemental de l'énergie de la Dordogne restera illuminé aux couleurs du drapeau français en hommage aux familles et aux victimes de l'attentat de Nice pendant une semaine.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/07/16 | Une rallonge de 27M€ pour la Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le cadre des contrats de plan Etat-Régions, afin de tenir compte des nouveaux périmètres régionaux, l'Etat après échanges avec la Région va débloquer une enveloppe de 27M€ supplémentaires pour conforter des opérations "particulièrement stratégiques pour une plus grande cohésion de la Nouvelle-Aquitaine": la mise à 2x2 voies de la RN 141 entre Exideuil-Roumazières-Chasseneuil en Charente, la modernisation de la ligne ferroviaire Nantes-Bordeaux, le développement du Campus de génie civil d’Egletons en Corrèze et de l’Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique à Poitiers.

  • 21/07/16 | L'Agglo Côte basque Adour vote l'intégration de Tarnos

    Lire

    Lors de sa dernière réunion, l'ACBA a quasiment plébiscité l'intégration de la ville du Seignanx et voisine de Tarnos, par 21 voix, 1 abstention et 1 refus de participer au vote. Un vote qui a provoqué un débat nourri et tendu sur fond de l'intercommunalité unique. EPCI rejetée par cinq des six maires de cette agglo Côte basque Adour et hyper représentée dans cette assemblée. Si pour le maire de Biarritz cette arrivée dictée par un bassin de vie naturel, enrichirait le nouveau territoire, pour le maire de Boucau il s'agit simplement du sens de l'histoire.

  • 21/07/16 | TER : les usagers dédommagés en septembre

    Lire

    En raison d'importants mouvements sociaux dans les Ter en mai et juin derniers, le plan de transport des Ter en Nouvelle-Aquitaine a été très impacté, avec au plus fort de la crise, plus de 35% des Ter supprimés. Des suppressions s'ajoutant à celles intervenues depuis février sur certaines lignes en raison du manque de conducteurs. En guise de dédommagement, et à la demande de Renaud Lagrave, vice-président du Conseil régional en charge des infrastructures, des transports et des mobilités, SNCF Mobilités accorde pour le mois de septembre, une réduction de 30% aux abonnés annuels et mensuels des réseaux Ter de la région.

  • 20/07/16 | 750 000€ pour la filière gras

    Lire

    Le 11 juillet, le Conseil régional a débloqué 750 000€ en faveur des entreprises de la filière gras, touchées par la crise aviaire. Une somme issue de l'enveloppe de 15M€ promise par Alain Rousset à la mi-fevrier, en même temps que la création d'un comité de suivi sur ces mesures d'accompagnements. Celles-ci ciblent le financement des investissements de biosécurité dans les exploitations, la prise en charge de la formation des salariés et des agriculteurs dans le cadre de procédures d'activités partielles, et l'accompagnement au cas par cas des entreprises les plus fragilisées.

  • 20/07/16 | Fêtes de la Madeleine : des renforts militaires et des entrées de ville mieux sécurisées

    Lire

    A la veille de l'ouverture des fêtes de Mont-de-Marsan, et suite à l'attaque de Nice, la préfecture des Landes a annoncé mardi le renfort de 30 militaires de l'opération Sentinelle. Ils viennent s'ajouter aux 124 CRS (le double de 2015), aux 70 policiers nationaux et 129 gendarmes déjà prévus le 12 juillet dernier. Par ailleurs, de gros blocs de béton seront positionnés sur les entrées principales de la ville pour "prévenir toute tentative d'entrée dangereuse d'un véhicule".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | En 2016, une situation financière délicate pour le Lot-et-Garonne

26/01/2016 | Lors de ses traditionnels vœux à la presse, Pierre Camani, le président du département a mis l'accent sur la situation financière délicate du Lot-et-Garonne.

Pierre Camani (photo archive)

Comme chaque début d'année, Pierre Camani président du Conseil départemental et sénateur de Lot-et-Garonne a adressé ses vœux à la presse le vendredi 22 janvier. Des vœux teintés d'optimisme malgré une situation financière délicate. En effet, avec une baisse des dotations de l'Etat ainsi que des recettes et des dépenses toujours plus grandes dans le social, le département se prépare à vivre une année difficile financièrement. Malgré cela, des grands chantiers comme le déploiement de la fibre optique, un projet de 130 millions d'€, verra bien le jour...

@qui ! : 2016 s'annonce être une année bien morose financièrement...
Pierre Camani :
C'est effectivement une année difficile que nous aurons à affronter au plan économique et au plan social même si la croissance doit être plus forte en 2016 qu'en 2015. Ce sera aussi une année difficile pour le Conseil départemental qui voit sa situation financière délicate aujourd'hui. Délicate non pas parce que le département a été mal géré - bien au contraire nous avons des organismes nationaux qui vont dans ce sens-là -, mais tout simplement parce que nous sommes un département rural et que les dépenses de solidarités sociales, comme l'APA, le financement du handicap ou encore le RSA, pèsent lourdement sur nos budgets. Ajoutrez à cela les baisses des dotations de l'Etat, une augmentation des dépenses qu'on ne peut pas maîtriser ainsi qu'une baisse significative des recettes, si nous étions une entreprise, nous ne pourrions pas nous en sortir...

@ ! : Comment faire face à cette situation ?
P. C. :
Nous avons pris le problème à bras le corps. Au plan départemental nous avons mis en place une commission de refondation de nos politiques publiques. En effet, nous sommes dans le contexte d'application de la loi NOTRe, nous sommes donc dans l'obligation de redéfinir certaines de nos politiques en priorisant nos actions, car nous ne pourrons plus demain faire tout ce que nous faisions hier. Nous devons donc nous recentrer sur les actions les plus efficaces afin de pouvoir continuer à dégager une marge d'auto financement qui nous permettra d'investir dans les grands projets à côté des politiques de solidarité de proximité que nous menons tous les jours.

@ ! Sur la question du RSA, on s'en rappelle, le Conseil départemental avait sollicité une aide de l'Etat. Où en est-elle ?
P. C. :
Nous n'avons pas de réponse aujourd'hui avec l'Assemblée des départements de France. Toutes tendances confondues nous intervenons auprès du gouvernement et du Premier ministre pour qu'ils prennent ce problème à bras le corps parce que les départements ruraux en particulier qui ont des ressources faibles ne pourront pas à eux seuls assumer cette difficulté du financement du RSA. Il faut que l'Etat s'engage. Il s'est déjà engagé les années précédentes dans une politique de péréquation, c'est-à-dire une redistribution entre les départements riches et moins riches des ressources. Aujourd'hui, il est indispensable que l'Etat s'engage dans une politique de péréquation plus forte à l'égard des départements ruraux et pauvres comme le nôtre. Du reste, nous souhaitons que l'Etat reprenne à sa charge, en totalité, le financement du RSA. "Malgré la morosité ambiante un beau projet va voir le jour..." @ ! : Il y a quelques semaines de cela un questionnaire a été adressé aux Lot-et-Garonnais pour qu'ils définissent leurs priorités pour leur département. Quel est le résultat de cette consultation citoyenne ?
P.C. :
Ce questionnaire est extrêmement intéressant. Je vous avoue sincèrement avoir été étonné par le nombre de participants : plus de 13.000 ! Je n'ai pas fait cette consultation pour orienter nos politiques. Nous avons été élus en mars 2015 avec un projet politique. Cette consultation sert principalement à nous éclairer. A nous éclairer pour savoir si les pistes vers lesquelles nous allons correspondent bien aux attentes des Lot-et-Garonnais. Et de ce point de vue là ce questionnaire, dont le résultat sera bientôt publié, est extrêmement intéressant parce nous prenons bien conscience que les Lot-et-Garonnais ont une vision assez claire de leur département et de son avenir.

@ ! : Malgré cette situation financière délicate, vous allez poursuivre la mise en place de certains projets, notamment celui de la fibre optique.
P.C. :
Oui en effet, les premiers coups de pioche pour le déploiement de la fibre optique sont prévus pour la fin de l'année. Mais plus généralement c'est la fourniture du très haut débit pour les Lot-et-Garonnais. C'est un projet à long terme qui se conjugue avec le projet d'offrir à tous les Lot-et-Garonnais d'ici la fin de l'année un accès Internet à 6, 10 ou 20 Méga par voie hertzienne par notre réseau Wimax qui ne fonctionne pas très bien. D'ailleurs, c'est pour cette raison que nous allons changer de technologie. Ainsi, elle nous permettra de déployer sereinement la fibre optique. C'est un enjeu majeur de compétitivité pour notre pays et notre département aussi parce que nous avons des atouts, la qualité de vie, la qualité des produits, nous sommes très attractifs de ce point de vue là mais ça ne suffit pas. Il faut avoir des infrastructures. Si on ne peut pas fournir de haut débit aujourd'hui ou de très haut débit demain, notre département restera à côté du développement. Ceci est très dommageable et dangereux et ce n'est pas ce que je souhaite pour mon département.

@ ! : C'est un projet qui s'élève à 130 millions d'€. Comment le financez-vous ?
P. C. :
Nous avons débloqué une enveloppe de 130 millions d'€ d'investissements sur 10 ans. On commence en 2016. Nous avons travaillé pendant deux ans pour constituer un syndicat départemental qui regroupe toutes les collectivités intéressées. Nous avons obtenu des financements extrêmement importants et ce projet est financé de manière exceptionnelle. Nous dépenserons 13 millions d'€ par an. Le Lot-et-Garonne n'en sortira de sa poche (Département + Syndicat d’électrification + Communautés de communes) que 20%. Tout le reste est financé soit par des subventions de l'Etat, de la Région, de l'Europe et des loyers des opérateurs.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR (Archive)

Partager sur Facebook
Vu par vous
2551
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !