aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

19/05/16 : L'information a été dévoilée aujourd'hui jeudi: deux suicides ont été constatés à la Villa Chagrin, la prison de Bayonne. La première daterait du 8 mai et la seconde, il y a deux jours. Une enquête a été ouverte pour en connaître les circonstances.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

10/05/16 : Un accord ayant été trouvé avec la Région, le Département des Pyrénées-Atlantiques devrait participer à hauteur de 38,5 millions d'euros au financement de la déviation d'Oloron. Le Conseil départemental délibèrera sur ce dossier le 27 mai prochain.

26/04/16 : La Cour Régionale des Comptes a annoncé un déficit annuel d'exploitation de 1,6 millions d'euros pour l'Auditorium de Bordeaux, une charge supplémentaire de 1,3 millions d'euros pour l'Opéra. En 2015, la mairie avait diminué sa subvention annuelle d'1M€

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/05/16 | Guy Estrade, élu président de la Chambre d'agriculture des Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Guy Estrade a été élu président de la Chambre d'agriculture, à la suite du décès brutal de Jean-Michel Anxolabéhère. Agé de 54 ans, il est le PDG de l'entreprise de découpe et de négoce de viande Vignasse et Donney, située à Lons. Il présidera la compagnie consulaire jusqu'en 2019, date des prochaines élections. Guy Estrade envisage de renforcer les actions de proximité et développer l'offre de services de la Chambre. Les vice-présidents sont JP Goity, Patrick Etchegaray, Maryvonne Lagaronne, Daniel Lartigue. Secrétaire : Evelyne Revel.

  • 23/05/16 | Pau : le salon Asphodèle met l'accent sur le bien-être

    Lire

    Gérer son stress, mesurer l'impact de nos émotions sur notre santé, vivre une grossesse au naturel... Tels sont quelques uns des domaines qui seront abordés à Pau lors du salon Asphodèle de printemps. Consacré aux produits bio, aux alternatives écologiques et à l'habitat sain, celui-ci sera organisé du vendredi 27 au dimanche 29 mai, au parc des expositions. Sa 3e édition, émaillée de conférences et d'animations, mettra l'accent sur le bien-être et l'équilibre, familial, social ou professionnel. Renseignements : www.salon-asphodele.com

  • 20/05/16 | L'abattoir de Mauléon autorisé à reprendre son activité

    Lire

    L'abattoir de Mauléon peut reprendre son activité. L'agrément accordé à cet établissement avait été suspendu par le préfet des Pyrénées-Atlantiques après la diffusion du Internet d'une vidéo dévoilant des maltraitances animales. Depuis, une inspection a permis de constater que l'abattoir est conforme "et que les exigences dans le domaine de la protection animale sont bien respectées". La suspension a donc été levée. Un contrôle des procédures sera effectué le jour de la réouverture. L'abattoir fera ensuite l'objet d'une "surveillance renforcée".

  • 19/05/16 | Uniagro invite Yves Bourdillon au salon de l'agriculture

    Lire

    C'est à un rendez vous inattendu mais prometteur que nous convie Uniagro d'Aquitaine ce samedi 21 mai à 14h30 ( hall 3 de la Foire): "les ingénieurs du vivant" ont invité l'un de leurs anciens qui avait bifurqué vers le journalisme Yves Bourdillon. Aujourd'hui reporter aux Echos et fin connaisseur de la géopolitique mondiale il publie aux éditions du Rocher un second roman qui s'inscrit dans la veine du premier. "Souriez, vous êtes ruinés" conte l'histoire de Frédéric Beaumont qui doit couvrir pour son journal les derniers moments de l'Etat providence dans un contexte qualifié de "semi-insurrectionnel".

  • 15/05/16 | La nuit européenne des musées à Périgueux, le 21 mai

    Lire

    Samedi 21 mai, les musées ouvriront leurs portes pour la 12e édition de la Nuit des Musées. Depuis douze ans, le public est invité à déambuler, une nuit d’un samedi de printemps, dans les musées, pour découvrir leurs collections mais aussi des concerts, des performances et participer à des animations. La Ville de Périgueux, avec Vesunna, site-musée gallo-romain et le Maap, musée d’art et archéologie du Périgord, participe à l’événement. Entrée libre. Plus d'infos: www.nuitdesmusees.culture.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | En 2016, une situation financière délicate pour le Lot-et-Garonne

26/01/2016 | Lors de ses traditionnels vœux à la presse, Pierre Camani, le président du département a mis l'accent sur la situation financière délicate du Lot-et-Garonne.

Pierre Camani (photo archive)

Comme chaque début d'année, Pierre Camani président du Conseil départemental et sénateur de Lot-et-Garonne a adressé ses vœux à la presse le vendredi 22 janvier. Des vœux teintés d'optimisme malgré une situation financière délicate. En effet, avec une baisse des dotations de l'Etat ainsi que des recettes et des dépenses toujours plus grandes dans le social, le département se prépare à vivre une année difficile financièrement. Malgré cela, des grands chantiers comme le déploiement de la fibre optique, un projet de 130 millions d'€, verra bien le jour...

@qui ! : 2016 s'annonce être une année bien morose financièrement...
Pierre Camani :
C'est effectivement une année difficile que nous aurons à affronter au plan économique et au plan social même si la croissance doit être plus forte en 2016 qu'en 2015. Ce sera aussi une année difficile pour le Conseil départemental qui voit sa situation financière délicate aujourd'hui. Délicate non pas parce que le département a été mal géré - bien au contraire nous avons des organismes nationaux qui vont dans ce sens-là -, mais tout simplement parce que nous sommes un département rural et que les dépenses de solidarités sociales, comme l'APA, le financement du handicap ou encore le RSA, pèsent lourdement sur nos budgets. Ajoutrez à cela les baisses des dotations de l'Etat, une augmentation des dépenses qu'on ne peut pas maîtriser ainsi qu'une baisse significative des recettes, si nous étions une entreprise, nous ne pourrions pas nous en sortir...

@ ! : Comment faire face à cette situation ?
P. C. :
Nous avons pris le problème à bras le corps. Au plan départemental nous avons mis en place une commission de refondation de nos politiques publiques. En effet, nous sommes dans le contexte d'application de la loi NOTRe, nous sommes donc dans l'obligation de redéfinir certaines de nos politiques en priorisant nos actions, car nous ne pourrons plus demain faire tout ce que nous faisions hier. Nous devons donc nous recentrer sur les actions les plus efficaces afin de pouvoir continuer à dégager une marge d'auto financement qui nous permettra d'investir dans les grands projets à côté des politiques de solidarité de proximité que nous menons tous les jours.

@ ! Sur la question du RSA, on s'en rappelle, le Conseil départemental avait sollicité une aide de l'Etat. Où en est-elle ?
P. C. :
Nous n'avons pas de réponse aujourd'hui avec l'Assemblée des départements de France. Toutes tendances confondues nous intervenons auprès du gouvernement et du Premier ministre pour qu'ils prennent ce problème à bras le corps parce que les départements ruraux en particulier qui ont des ressources faibles ne pourront pas à eux seuls assumer cette difficulté du financement du RSA. Il faut que l'Etat s'engage. Il s'est déjà engagé les années précédentes dans une politique de péréquation, c'est-à-dire une redistribution entre les départements riches et moins riches des ressources. Aujourd'hui, il est indispensable que l'Etat s'engage dans une politique de péréquation plus forte à l'égard des départements ruraux et pauvres comme le nôtre. Du reste, nous souhaitons que l'Etat reprenne à sa charge, en totalité, le financement du RSA. "Malgré la morosité ambiante un beau projet va voir le jour..." @ ! : Il y a quelques semaines de cela un questionnaire a été adressé aux Lot-et-Garonnais pour qu'ils définissent leurs priorités pour leur département. Quel est le résultat de cette consultation citoyenne ?
P.C. :
Ce questionnaire est extrêmement intéressant. Je vous avoue sincèrement avoir été étonné par le nombre de participants : plus de 13.000 ! Je n'ai pas fait cette consultation pour orienter nos politiques. Nous avons été élus en mars 2015 avec un projet politique. Cette consultation sert principalement à nous éclairer. A nous éclairer pour savoir si les pistes vers lesquelles nous allons correspondent bien aux attentes des Lot-et-Garonnais. Et de ce point de vue là ce questionnaire, dont le résultat sera bientôt publié, est extrêmement intéressant parce nous prenons bien conscience que les Lot-et-Garonnais ont une vision assez claire de leur département et de son avenir.

@ ! : Malgré cette situation financière délicate, vous allez poursuivre la mise en place de certains projets, notamment celui de la fibre optique.
P.C. :
Oui en effet, les premiers coups de pioche pour le déploiement de la fibre optique sont prévus pour la fin de l'année. Mais plus généralement c'est la fourniture du très haut débit pour les Lot-et-Garonnais. C'est un projet à long terme qui se conjugue avec le projet d'offrir à tous les Lot-et-Garonnais d'ici la fin de l'année un accès Internet à 6, 10 ou 20 Méga par voie hertzienne par notre réseau Wimax qui ne fonctionne pas très bien. D'ailleurs, c'est pour cette raison que nous allons changer de technologie. Ainsi, elle nous permettra de déployer sereinement la fibre optique. C'est un enjeu majeur de compétitivité pour notre pays et notre département aussi parce que nous avons des atouts, la qualité de vie, la qualité des produits, nous sommes très attractifs de ce point de vue là mais ça ne suffit pas. Il faut avoir des infrastructures. Si on ne peut pas fournir de haut débit aujourd'hui ou de très haut débit demain, notre département restera à côté du développement. Ceci est très dommageable et dangereux et ce n'est pas ce que je souhaite pour mon département.

@ ! : C'est un projet qui s'élève à 130 millions d'€. Comment le financez-vous ?
P. C. :
Nous avons débloqué une enveloppe de 130 millions d'€ d'investissements sur 10 ans. On commence en 2016. Nous avons travaillé pendant deux ans pour constituer un syndicat départemental qui regroupe toutes les collectivités intéressées. Nous avons obtenu des financements extrêmement importants et ce projet est financé de manière exceptionnelle. Nous dépenserons 13 millions d'€ par an. Le Lot-et-Garonne n'en sortira de sa poche (Département + Syndicat d’électrification + Communautés de communes) que 20%. Tout le reste est financé soit par des subventions de l'Etat, de la Région, de l'Europe et des loyers des opérateurs.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR (Archive)

Partager sur Facebook
Vu par vous
2269
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !