aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

29/09/16 : Alain Rousset:"je l'ai demandée depuis longtemps" après l'annonce de M.Valls qu'à compter du 1er janvier 2018, les régions au lieu de la DGF bénéficieront d'une "fraction de TVA dont l’effet dynamique garantira et pérennisera leurs moyens d’actions"

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 29/09/16 | Une belle reconnaissance pour les Vignerons de Buzet!

    Lire

    Ils viennent d'obtenir le label Diversité. Un premier pas vers la double certification « égalité & diversité », proposée par la Région Aquitaine et le groupe AFNOR. Cette certification veille à la gestion équitable et impartiale de la richesse humaine, sans discrimination aucune. Les Vignerons de Buzet s'inscrivent là dans un projet pilote pour les PME, porté par la Région Aquitaine. Une démarche expérimentale et innovante qui évoluera au sein de la démarche RSE globale.

  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | En 2016, une situation financière délicate pour le Lot-et-Garonne

26/01/2016 | Lors de ses traditionnels vœux à la presse, Pierre Camani, le président du département a mis l'accent sur la situation financière délicate du Lot-et-Garonne.

Pierre Camani (photo archive)

Comme chaque début d'année, Pierre Camani président du Conseil départemental et sénateur de Lot-et-Garonne a adressé ses vœux à la presse le vendredi 22 janvier. Des vœux teintés d'optimisme malgré une situation financière délicate. En effet, avec une baisse des dotations de l'Etat ainsi que des recettes et des dépenses toujours plus grandes dans le social, le département se prépare à vivre une année difficile financièrement. Malgré cela, des grands chantiers comme le déploiement de la fibre optique, un projet de 130 millions d'€, verra bien le jour...

@qui ! : 2016 s'annonce être une année bien morose financièrement...
Pierre Camani :
C'est effectivement une année difficile que nous aurons à affronter au plan économique et au plan social même si la croissance doit être plus forte en 2016 qu'en 2015. Ce sera aussi une année difficile pour le Conseil départemental qui voit sa situation financière délicate aujourd'hui. Délicate non pas parce que le département a été mal géré - bien au contraire nous avons des organismes nationaux qui vont dans ce sens-là -, mais tout simplement parce que nous sommes un département rural et que les dépenses de solidarités sociales, comme l'APA, le financement du handicap ou encore le RSA, pèsent lourdement sur nos budgets. Ajoutrez à cela les baisses des dotations de l'Etat, une augmentation des dépenses qu'on ne peut pas maîtriser ainsi qu'une baisse significative des recettes, si nous étions une entreprise, nous ne pourrions pas nous en sortir...

@ ! : Comment faire face à cette situation ?
P. C. :
Nous avons pris le problème à bras le corps. Au plan départemental nous avons mis en place une commission de refondation de nos politiques publiques. En effet, nous sommes dans le contexte d'application de la loi NOTRe, nous sommes donc dans l'obligation de redéfinir certaines de nos politiques en priorisant nos actions, car nous ne pourrons plus demain faire tout ce que nous faisions hier. Nous devons donc nous recentrer sur les actions les plus efficaces afin de pouvoir continuer à dégager une marge d'auto financement qui nous permettra d'investir dans les grands projets à côté des politiques de solidarité de proximité que nous menons tous les jours.

@ ! Sur la question du RSA, on s'en rappelle, le Conseil départemental avait sollicité une aide de l'Etat. Où en est-elle ?
P. C. :
Nous n'avons pas de réponse aujourd'hui avec l'Assemblée des départements de France. Toutes tendances confondues nous intervenons auprès du gouvernement et du Premier ministre pour qu'ils prennent ce problème à bras le corps parce que les départements ruraux en particulier qui ont des ressources faibles ne pourront pas à eux seuls assumer cette difficulté du financement du RSA. Il faut que l'Etat s'engage. Il s'est déjà engagé les années précédentes dans une politique de péréquation, c'est-à-dire une redistribution entre les départements riches et moins riches des ressources. Aujourd'hui, il est indispensable que l'Etat s'engage dans une politique de péréquation plus forte à l'égard des départements ruraux et pauvres comme le nôtre. Du reste, nous souhaitons que l'Etat reprenne à sa charge, en totalité, le financement du RSA. "Malgré la morosité ambiante un beau projet va voir le jour..." @ ! : Il y a quelques semaines de cela un questionnaire a été adressé aux Lot-et-Garonnais pour qu'ils définissent leurs priorités pour leur département. Quel est le résultat de cette consultation citoyenne ?
P.C. :
Ce questionnaire est extrêmement intéressant. Je vous avoue sincèrement avoir été étonné par le nombre de participants : plus de 13.000 ! Je n'ai pas fait cette consultation pour orienter nos politiques. Nous avons été élus en mars 2015 avec un projet politique. Cette consultation sert principalement à nous éclairer. A nous éclairer pour savoir si les pistes vers lesquelles nous allons correspondent bien aux attentes des Lot-et-Garonnais. Et de ce point de vue là ce questionnaire, dont le résultat sera bientôt publié, est extrêmement intéressant parce nous prenons bien conscience que les Lot-et-Garonnais ont une vision assez claire de leur département et de son avenir.

@ ! : Malgré cette situation financière délicate, vous allez poursuivre la mise en place de certains projets, notamment celui de la fibre optique.
P.C. :
Oui en effet, les premiers coups de pioche pour le déploiement de la fibre optique sont prévus pour la fin de l'année. Mais plus généralement c'est la fourniture du très haut débit pour les Lot-et-Garonnais. C'est un projet à long terme qui se conjugue avec le projet d'offrir à tous les Lot-et-Garonnais d'ici la fin de l'année un accès Internet à 6, 10 ou 20 Méga par voie hertzienne par notre réseau Wimax qui ne fonctionne pas très bien. D'ailleurs, c'est pour cette raison que nous allons changer de technologie. Ainsi, elle nous permettra de déployer sereinement la fibre optique. C'est un enjeu majeur de compétitivité pour notre pays et notre département aussi parce que nous avons des atouts, la qualité de vie, la qualité des produits, nous sommes très attractifs de ce point de vue là mais ça ne suffit pas. Il faut avoir des infrastructures. Si on ne peut pas fournir de haut débit aujourd'hui ou de très haut débit demain, notre département restera à côté du développement. Ceci est très dommageable et dangereux et ce n'est pas ce que je souhaite pour mon département.

@ ! : C'est un projet qui s'élève à 130 millions d'€. Comment le financez-vous ?
P. C. :
Nous avons débloqué une enveloppe de 130 millions d'€ d'investissements sur 10 ans. On commence en 2016. Nous avons travaillé pendant deux ans pour constituer un syndicat départemental qui regroupe toutes les collectivités intéressées. Nous avons obtenu des financements extrêmement importants et ce projet est financé de manière exceptionnelle. Nous dépenserons 13 millions d'€ par an. Le Lot-et-Garonne n'en sortira de sa poche (Département + Syndicat d’électrification + Communautés de communes) que 20%. Tout le reste est financé soit par des subventions de l'Etat, de la Région, de l'Europe et des loyers des opérateurs.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR (Archive)

Partager sur Facebook
Vu par vous
2760
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !