Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | En Dordogne, la droite aborde unie les départementales

13/02/2015 | Face à une gauche divisée, la droite espère obtenir la majorité dans la future assemblée départementale, à l'issue du scrutin des 22 et 29 mars prochains.

Les candidats de Rassemblons la Dordogne pour les départementales de mars

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la Dordogne est ancrée à gauche. Tous les présidents de l'assemblée départementale ont été classés à gauche. La seule exception, est la présidence de Gérard Fayolle (RPR) entre 1992 et 1994. La gauche peut elle conserver ce département rural lors des prochaines élections départementales ? Dans une configuration de scrutin totalement inédite, la droite qui apparaît unie se prend à espérer une victoire. Selon le porte parole de l'UMP, Patrice Favard, maire de Ribérac et candidat, les conditions pour l'emporter n'ont jamais été aussi favorables.

La droite périgourdine présentera officiellement ses candidats et son programme ce 15 février ainsi que ses outils de communication sous la bannière "rassemblons la Dordogne". A six semaines du scrutin, elle apparaît unie au terme d'une vaste concertation réalisée en amont par les responsables du parti. "Nos responsables politiques départementaux, Jérôme Peyrat et Dominique Bousquet, ont réalisé un gros travail. Nous avons passé des accords avec le Modem, le Nouveau centre, l'UDI en vue de ce scrutin et obtenu un accord à Bergerac avec Daniel Garrigue, qui reste proche de notre famille politique," indique Patrice Favard, maire UMP de Ribérac et porte parole de la droite pour les départementales des 22 et 29 mars.

Lorsqu'on évoque l'éventualité d'une candidature dissidente du maire de Montignac sur le canton de vallée de l'Homme,  il déclare "les militants et le bureau départemental ont tranché. Les candidats sont Nathalie Fontaliran et Jean Montoriol et je ne doute pas que tout va rapidement rentrer dans l'ordre." Pourtant, Laurent Mathieu préparerait activement sa candidature. Selon Patrice Favard, "les conditions n'ont jamais été aussi favorables pour que la future assemblée départementale change de majorité, après 21 ans de présidence socialiste. Bernard Cazeau l'actuel président n'a pas souhaité se représenter. 

Contexte national et nouveau découpage Actuellement, le contexte national n'est pas favorable à la gauche au pouvoir. "La politique du gouvernement, ajoute Patrice Favard, ne fait pas baisser le chômage qui poursuit sa croissance vertigineuse. Pole emploi enregistre environ 1000 nouveaux inscrits par mois. Le taux de croissance atone et la reprise n'est pas pour tout de suite. Les entreprises, les ménages et désormais les collectivités sont impactés par la situation économique. Les baisses annoncées de dotations de l'état ne vont pas contribuer à une quelconque relance. Sur le territoire national, cela correspond à 11 milliards d'euros de manque à gagner pour les collectivités.  Ce nouveau scrutin rentre dans le cadre de la réforme territoriale,  fort mal comprise, mal perçue, par nos concitoyens."
Ce scrutin s'accompagne d'un nouveau découpage avec des cantons aux frontières élargies, ce qui change complètement la donne.  Il y aura désormais 25 cantons au lieu de 50 : il y aura, rappelons-le, deux élus par canton : un binôme homme et femme. "A l'UMP, nous considérons que le nouveau découpage n'a été fait dans le seul but que la gauche conserve la majorité dans la future assemblée. C'était sans compter sans les mairies que nous avons remportées lors des municipales de mars 2014," poursuit Patrice Favard. La plupart de ceux qui ont remporté une municipalité sont d'ailleurs candidats. C'est le cas d'Elisabeth Marty à Saint Astier, de Jean Montoriol au Bugue, de Stéphane Triquard à Mussidan ou encore de Patrice Favard. Sur les deux cantons de Périgueux, ce sont des adjoints d'Antoine Audi qui sont candidats. A titre d'exemple, le nouveau canton de Ribérac réunit 35 communes issues de 5 cantons (Verteillac, Ribérac, Saint Aulaye, Neuvic et Montagrier) et représente une zone de 14 700 habitants. Le seul point positif salué par l'ensemble des partis est que cette formule des 25 binômes ou tandems va forcément entraîner un renouvellement conséquent d'une partie de l'assemblée, et ce, quelle que soit la couleur politique de la future majorité.

La droite départementale compte également profiter localement des dissensions à gauche. Sur plusieurs cantons, la gauche apparait divisée. Le front de gauche et le Parti communiste, en désaccord sur le fond de la réforme territoriale, présentent des candidats dans plusieurs cantons.  A ces désaccords, il faut ajouter des querelles internes au parti soclaliste, sur Bergerac 2 et Mussidan.  Avec le départ de Bernard Cazeau, ce nouveau découpage, le contexte national, tous les scénarios sont envisageables. Mais le scrutin s'annonce très serré. Quant au Front national il peut jouer  les arbitres et marquer des points dans les zones rurales. Son responsable départemental Robert Dubois, a indiqué récemment chez nos confrères de France Bleu que le parti a trouvé les 100 candidats nécessaires pour présenter des binômes et leurs suppléants sur les 25 cantons.  "Si au soir du 29 mars, nous obtenons la majorité, nous aurons une page blanche à écrire. Notre volonté sera d'inscrire la Dordogne dans une nouvelle dynamique et impulser une vision d'avenir en s'appuyant sur les compétences locales. Car il ne faut pas oublier que l'histoire de la Dordogne s'inscrit désormais dans une région élargie à douze départements, regroupant l'Aquitaine, le Limousin et Poitou-Charentes, conclut Patrice Favard".

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : UMP 24

Partager sur Facebook
Vu par vous
1296
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !