17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

25/09/2017 | La semaine dernière, le conseil départemental de la Gironde accueillait à Cenon, les premières journées du développement social, avec plus de 700 participants.

Martine Jardiné, en charge du nouveau schéma de développement social

Le département de la Gironde a entamé une vaste réflexion sur sa politique de développement social. Les actions de la collectivité regroupe désormais les mêmes critères : les initiatives partent du terrain, elles s'appuient sur des partenaires ancrés sur le territoire et doivent contribuer au renforcement du lien social. La semaine dernière, à Cenon, le département de la Gironde accueillait les premières journées du développement social avec plus de 700 participants venus d'une quinzaine de départements. Un nouveau schéma départemental de développement social devrait voir le jour. Le point avec Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental de Gironde chargée du logement, de l'habitat et du développement social.

@qui.fr : Quel premier bilan tirez-vous de ces journées du développement social organisées à Cenon, la semaine dernière dernière. Quels en sont les principaux enjeux ?
Martine Jardiné : Il s'agissait d'une première. Ces deux journées organisées au Rocher de Palmer, les 18 et 19 septembre ont réuni près de 750 personnes, des experts, des associations, des travailleurs sociaux, des sociologues, des élus. Quatorze départements étaient représentés dont plusieurs élus avaient fait le déplacement dont le président du Conseil départemental des Deux Sèvres, avec comme principale interrogation "comment faites-vous en Gironde?". Un des objectifs de ces deux jours étaient de mieux cerner les enjeux du développement social et la politique publique que la collectivité pouvait entreprendre dans ce domaine. Aujourd'hui, comme l'a souligné Jean-Luc Gleyze, en ouverture de ces journées, entre 8 et 14 % des français vivent en dessous du seuil de pauvreté. L'action publique ne peut pas se limiter au seul volet social des aides financières pour les personnes en difficulté. Il nous faut désormais une approche transversabe : car les enjeux du développement social concernent désormais aussi bien le logement, la santé, l'alimentation. Les besoins sociaux ont évolué. Il faut davantage aller vers ce que j' appellerai "la solidarité de l'engagement". Le rôle du travailleur social va s'en trouver profondément modifié. 

@qui.fr : Existe t-il un modèle girondin dans le domaine du développement social ?
Martine Jardiné : Je ne sais pas si on peut véritablement parler de modèle girondin dans ce domaine. Elue au département depuis 2008, je suis en charge de ces questions. Il est vrai que depuis plusieurs années, le Département a entamé une réflexion dans la façon d'aborder cette action publique. Celle ci ne doit pas se limiter au seul volet des aides financières. C'est la loi Notre qui donne désormais cette possibibilité aux Départements. Le développement social est un processus de mobilisation des moyens humains et des initiatives des individus, des groupes et des territoires. Il vise des objectifs de cohésion et de mixité sociale, de solidarité, de proximité, de création d’activités non délocalisables. L'action en matière de développement social doit contribuer à renforcer le lien social entre les individus, à lutter contre les inégalités et les discriminations, à donner la possibilité aux habitants de participer à des projets. D'ici 2018, un nouveau schéma départemental de développement social verra le jour.

@aqui.fr : Sur quoi s'appuiera le nouveau schéma ?
Martine Jardiné:
Le nouveau schéma de développement social doit s'appuyer sur trois composantes : soutien aux interventions sociales, proximité, et appui aux partenaires. La mise en réseau de différents acteurs devra être favorisée. Les initiatives ou projets devront partir du territoire et être menés en favorisant les partenariats avec des acteurs locaux au préalable identifiés. Au cours des deux journées organisées à Cenon, on a eu plusieurs illustrations. A Lormont, des associations et des centres sociaux ont travaillé sur les problématiques éducatives à partir des jeux utilisés dans les familles, de différentes origines. La lutte contre les inégalités territoriales sera un volet important de ce futur schéma. Nous avons par exemple dans le Sud Gironde, le projet de créer une ou plusieurs épiceries solidaires. Pour l'instant, nous en avons dix-neuf en Gironde. Avec les associations et partenaires présents sur ce territoire, nous étudions quelle forme elles devront prendre : doit on imaginer une ou deux épiceries itinérantes ?  Le choix se fera en concertation avec les habitants. Notre souhait est qu'ils deviennent des acteurs. L'enjeu, c'est tout simplement celui du vivre ensemble. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : conseil départemental de la Gironde

Partager sur Facebook
Vu par vous
2758
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !