Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | « En Lot-et-Garonne, des territoires sont isolés. C’est une donnée que j’ai bien intégrée. » Sophie Borderie, présidente du CD47

13/09/2019 | Très haut débit, Center Parcs, Plan Pauvreté, Conseil Consultatif Citoyen… Voici quelques-uns des dossiers trônant sur le bureau de Sophie Borderie en cette rentrée de septembre…

Sophie Borderie présidente du Conseil départemental de Lot-et-Garonne

Le 2 septembre dernier, maternelles, primaires, collèges et lycées ont rouvert leurs portes à bon nombre d’écoliers. Mais les scolaires n’étaient pas les seuls à effectuer leur rentrée. Les politiques ont également repris le collier à l’image de Sophie Borderie, la présidente du département de Lot-et-Garonne, même si cette dernière, il est vrai, n’a pas chômé pendant l’été en allant à la rencontre des acteurs économiques du territoire. Entretien avec la cheffe de l’exécutif départemental…

@qui ! : Le 25 août 2019 a marqué le 100ème jour de votre présidence. Quel bilan tirez-vous de cette période ?
Sophie Borderie :
C’est un bilan très positif car les engagements que j’ai pris lors de mon investiture à la tête du Département ont été respectés. Je m’étais notamment engagée à me rendre sur le terrain. Je l’ai fait dès mon installation. J’ai sillonné les quatre coins du département tout l’été ce qui m’a permis de rencontrer des Lot-et-Garonnais, engagés ou pas dans le monde associatif, des élus, des acteurs économiques. J’en ai vu de très enthousiastes qui veulent aller de l’avant. Mais, j’ai aussi conscience que certains territoires ont le sentiment d’être isolés voire abandonnés. C’est quelque chose que j’ai en tête et que j’ai bien intégré. Et cela fait aussi partie de mes engagements de me préoccuper aujourd’hui de tous les territoires du département quel qu’ils soient. Il n’est pas question pour moi qu’il y ait des territoires de seconde zone qui pourraient effectivement avoir ce sentiment d’abandon.

@ ! : Et justement vous parlez d’abandon. Le fait qu’une présidente de département aille à leur rencontre, cela les a sans doute rassurés ?
S. B. :
Oui, ils ont certainement été rassurés. Mais c’était important pour moi de les rencontrer car cela m’a permis d’ouvrir mon horizon et de prendre le pouls du territoire. Et c’est vrai que lorsque je dialogue avec tous ces acteurs, je constate qu’ils sont satisfaits de ma venue dans des territoires qui peuvent na pas paraître très attractifs.

Des visites à l'origine de choix politiques
@ ! : Allez-vous continuer ces visites de territoires tout au long de votre mandature ou est-ce parce que vous venez de prendre la présidence du Département que vous sillonnez le territoire ?
S. B. :
Ah non, je compte bien les continuer, parce que je pense que c’est par ces rencontres-là que nous pouvons prendre des décisions en termes de choix et d’orientations politiques mais peut-être aussi de revoir une copie et ainsi m’assurer de prendre les bonnes décisions. Donc je compte bien effectivement continuer et puis il faut dire que je n’ai pas encore rendu visite à l’intégralité du département.

@ ! : Grâce aux dialogues avec les Lot-et-Garonnais, ces visites vous ont-elles permis également de faire avancer certains dossiers ?
S. B. :
En effet, au-delà des moments de convivialités, il y a eu aussi des demandes très précises et c’est vrai je me suis engagée et très vite j’ai pu donner des réponses à des questions qui ont pu m’être posées par les acteurs économiques du territoire.

@ ! : Nous sommes en septembre, mois qui symbolise la rentrée. Alors quels sont les gros dossiers qui figurent sur le bureau de la présidente ?
S. B. :
Alors y en a un certain nombre et notamment le plan collège voté en juin dernier par l’Assemblée départementale avec un investissement fort de 77 millions d’€ pour les six prochaines années. Ce plan concerne des restructurations et des investissements d’équipements. Le but premier est que l’ensemble des collégiens, où qu’ils soient sur le territoire, puissent bénéficier d’un accueil de qualité. Figure également le plan pauvreté nourri d’une convention signée avec les services de l’Etat avant l’été. Deux priorités à ce plan : lutter contre la pauvreté de la jeunesse et continuer à travailler sur la sortie de la pauvreté par l’emploi.

Center Parcs, "un projet qui avance très bien"
@ ! : Depuis pas mal d’années déjà nous entendons parler du Très Haut Débit et de la mise en place de la fibre. Où ce projet en est-il ?
S. B. :
Le processus s’accélère. En 2018, seuls 8 % des foyers lot-et-garonnais pouvaient accéder au Très Haut Débit. Nous sommes aujourd’hui à 24 %, nous serons à près de 50 % en 2020 et à 100 % en 2023. Donc oui l’accélération est remarquable. Et plus concrètement le 25 septembre prochain, les premières prises seront commercialisées par le syndicat Lot-et-Garonne numérique sur les secteurs d’Estillac et de Moirax. Autre gros dossier en cette rentrée de septembre, Center Parcs. Un projet qui avance très bien. Les travaux d’infrastructure sont engagés. Cet automne débutera également la construction des cottages et du village avec le début des recrutements et des formations en 2020. L’ouverture est toujours prévue pour le deuxième trimestre 2021.

@ ! : Aussi, un thème qui vous tient particulièrement à cœur celui de la démocratie participative. Le 10 septembre dernier le tirage au sort des membres du Conseil Consultatif Citoyen a eu lieu. Ce Conseil sera officiellement installé le 21 septembre prochain à l’Hôtel du Département. Quel regard portez-vous sur l’implication des Lot-et-Garonnais ?
S. B. :
Je suis très satisfaite de l’implication des Lot-et-Garonnais. Nous avons recensé 600 candidatures, ce n’est pas neutre. Des candidatures équilibrées sur l’ensemble du territoire. C’est véritablement ma volonté de remettre nos citoyens au cœur de la vie de nos territoires. Aujourd’hui donc, nous avons 42 membres du Conseil Consultatif Citoyen. Ils seront installés le 21 septembre prochain pour se rencontrer dans un premier temps, échanger et travailler de manière collégiale sur le règlement intérieur.

@ ! : Vous avez tenu à garder une activité professionnelle, certes très partielles, mais quand même vous exercez toujours en qualité d’infirmière anesthésiste. Comment vous organisez-vous ?
S. B. :
J’arrive à allier les deux et j’y trouve un parfait équilibre. Oui je souhaite garder un encrage dans la vie dite « classique » et aussi parce que j’aime mon métier et il n’est pas concevable pour moi d’imaginer d’arrêter de travailler.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Xavier Chambelland / CD 47

Partager sur Facebook
Vu par vous
3989
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !