Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | En Marche pour "le droit à l'expérimentation"... sauf pour le revenu universel

17/02/2017 | Le comité départemental Gironde d'En Marche a tenu une réunion publique sur le thème de l'insertion sociale. L'occasion de battre en brèche le concept du revenu universel.

Réunion publique comité départemental de Gironde En Marche le 16 février 2017

Alors que les soutiens de François Fillon se mobilisaient en nombre dans la salle de l'Athénée municipal de Bordeaux ce jeudi soir, autour d'Alain Juppé et des candidats aux élections législatives, un autre candidat avait le soutien de ses militants et appuis girondins, à la salle du Point du Jour à Bacalan. Ils étaient un peu moins de 200, mais de quoi donner satisfaction aux organisateurs, avec une salle bien remplie pour échanger autour de quelques uns des axes de travail de l'équipe d'Emmanuel Macron sur le thème de l'insertion sociale en présence d'Isabelle Biarnes-Poulliat, ‎Déléguée Régionale de l'Association Régionale des Missions Locales Nouvelle-Aquitaine et de Jean-Marc Borello, Délégué national d'En Marche et Président du groupe SOS.

Les sympathisants présents jeudi soir, 16 février, à Bacalan, dont beaucoup arboraient fièrement le badge « En Marche » distribué pour l'occasion, auraient sans doute apprécié la présence de quelques élus locaux en soutien. Dans les esprits et parfois sur les lèvres, on devinait les noms de Marick Fetouh, adjoint d'Alain Juppé … qui a récemment annoncé son ralliement au mouvement En marche, le député PS Gilles Savary, qui au lendemain de la victoire de Benoît Hamon revendiquait dans une Tribune publiée dans le Monde un «droit de retrait », ou pourquoi pas encore Florent Boudié, autre député socialiste girondin désormais marcheur.
Mais il faut dire que la réunion d'hier n'était pas à classer dans la catégorie des meetings politiques où défilent les têtes d'affiche, mais bien une réunion publique thématique voulant creuser un des thème de la campagne. L'occasion tout de même pour le référent départemental du mouvement de mobiliser les troupes, rappelant les voies et moyens de sensibiliser les électeurs et répétant à plusieurs reprises à son public : «  Ne laissez pas dire que nous n'avons pas de programme. C'est faux, c'est en cours de travail. Nous avons pris le temps de la réflexion via l'organisation de 3000 ateliers ayant réunis près 30 000 participants ». Et de promettre d'ailleurs des annonces à venir, notamment le 25 février prochain sur le thème de la ruralité.

"Un emploi ce n'est pas simplement l'accès à un revenu" Mais le sujet des invités du jour c'était, au départ, l'insertion sociale. Au fil des interventions et questions et remarques de la salle, Jean-Marc Borello, le délégué national d'En Marche, évoquant le large sujet de l'économie sociale et solidaire a ainsi également trouvé à parler de l'emploi, et, en négatif, d'une proposition phare du candidat socialiste, discutée au sein même de son parti : le revenu universel. « L'anti » revenu universel, était donc un des arguments de séduction tout trouvé à l'adresse des électeurs socialistes pro-Manuel Valls hésitant à soutenir le nom sorti des urnes de la primaire. Jean-Marc Borello y revient d'ailleurs à plusieurs reprise : « Un emploi ce n'est pas simplement l'accès à un revenu. C'est l'accès à des relations sociales, à la formation, à la capacité d'évolution dans sa vie professionnelle, un certain épanouissement, une reconnaissance au regard de la société. » Et de poursuivre plus clairement : « Même la plupart des associations de lutte contre l'exclusion ne veulent pas entendre parler d'un revenu universel, mais veulent motiver les gens, les inclure. Y compris pour les jeunes, on se construit en ayant une activité, pas en attendant une allocation depuis son canapé. Il faut sortir les gens de leur assignation à résidence, le revenu universel c'est l'inverse ».

Insertion, formation, emploi, développement économique, « autant de thèmes et services qui fonctionnent aujourd'hui en silos », pour l'intervenant. Or, pour plus d'efficacité, « il faut faire en sorte que tous ces sujets fonctionnent ensemble au niveau régional. Une politique de l'emploi doit se mener au plan local et ne pas être parachutée depuis Paris! », lance-t-il. Au total, « il faut casser ces silos qui ne se croisent pas ». La logique est applicable dans tous les domaines à écouter Jean-Marc Borello. Même logique avec ce qui « paralyse » citant les choix pédagogiques des enseignants, l'innovation des collectivités locales, les talents des fonctionnaires... Pour autant tempère-t-il, « il ne s'agit pas de déréglementer. Mais il faut laisser le droit à l'expérimentation aux citoyens et aux élus locaux ».

"Transférer la solidarité nationale vers l'impôt"Quant à la solidarité nationale, Jean-Marc Borello, s'inscrit logiquement dans le pas du candidat en marche, « elle ne peut plus porter sur le coût du travail, il faut la transférer vers l'impôt. Ca permettra de rendre les entreprises plus compétitives, tout en luttant contre le dumping social tout en travaillant avec les syndicats - nous en sommes capables - et dans une logique européenne ».
Une Europe pour laquelle « Emmanuel Macron veut un vrai projet, plutôt qu'un catalogue de normes » et de relayer la proposition de « conventions démocratiques pour reconstruire ce projet européen. Une Europe qui a la taille critique pour avancer et qui doit être forte dans le contexte d'un Erdogan, d'un Poutine et d'un Donald Trump. Notamment avec le couple franco-allemand, nous avons là un réservoir de projets et de solutions ».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7472
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !