Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Enseignement de l’occitan, un état des lieux inquiétant

16/03/2019 | Charline Claveau Abbadie, conseillère régionale, a salué l'investissement du recteur d'académie de Bordeaux pour les langues régionales.

Colloque occitan

Le 13 mars se tenait à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine de Pessac, le colloque « Enseigner, promouvoir et diffuser l’occitan ». L’occasion pour les enseignants de dresser un état des lieux des cours d’occitan proposés dans la région, mais également d’alerter sur les conséquences de la réforme des lycées pour les langues régionales.

En introduction, Charline Claveau Abbadie, conseillère régionale déléguée aux langues et cultures régionales, a souhaité apporter son soutien aux défenseurs de la langue et professeurs d’occitan dans l’assistance. « Il faut un statut plus attractif pour les langues régionales dans cette réforme du lycée. Au moins, leur attribuer un statut équivalent à celui des langues antiques ». Guy Latry et Jean-Francis Billon sont ensuite intervenus pour rendre hommage à Bernard Lesfargues, grand auteur et traducteur occitan. La librairie itinérante L’hirondelle était également présente pour proposer des livres en langue occitane, des créations originales aux célèbres traductions d’Astérix, Titeuf et du Petit Nicolas.

Cette journée, organisée par Marie-Anne Châteaureynaud et Katy Bernard, enseignantes universitaires d’occitan, visait ainsi à discuter des moyens à l’œuvre pour promouvoir la langue occitane et son enseignement. Ainsi, Jacques Gourc, professeur à l’université Jean Jaurès Toulouse 2, a proposé un atelier sur la diffusion de la poésie en classe d’occitan. Autre atelier, celui de la doctorante en littérature médiévale occitane Marine Mazars, également venue de Toulouse. Autour de nombreux professeurs du département, elle a tenté de présenter un état des lieux de l’enseignement de l’occitan en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie. Un travail rendu complexe par le peu de données publiées à ce sujet, les derniers chiffres datant de 2015.

Colloque occitan

Un enseignement qui se développe lentement en Nouvelle-Aquitaine

À la rentrée 2018, on comptait 37 cursus bilingues au sein de l’académie de Bordeaux, c'est-à-dire des écoles maternelles et primaires dans lesquelles 50 % de l'enseignement est effectué en occitan. Mais les départements font tout de même face à de fortes disparités : la moitié des écoles bilingues français-occitan sont situées dans le département des Pyrénées-Atlantiques. En Gironde, la situation demeure complexe. Seules 3 écoles bilingues existent dans le département : Cussac-Fort-Médoc, Le Bouscat et Langon. Langon reste le plus grand site régional, avec une continuité école, collège et lycée bien installée, ce qui n’est pas le cas partout.

L’académie de Limoges ne bénéficie que de peu de structures d’enseignement de l’occitan. Selon l’état des lieux présenté par Marine Mazars, on dénombre un collège et un lycée proposant l’occitan à Tulle, en Corrèze, ainsi qu’un projet d’école bilingue à Brive-la-Gaillarde. Mais pour le moment, rien n’est concrétisé. « C’est une chose de faire des textes, une autre de les appliquer », argumente Marine Mazars, avec l’acquiescement des autres professeurs de l’assistance.

En Nouvelle-Aquitaine, le département dans lequel la langue est la plus pratiquée est la Dordogne. Il est entre autres enseigné au collège Aliénor d’Aquitaine, à Brantôme-en-Périgord. Alban Garros, professeur d’histoire-géographie, va y créer à la rentrée prochaine une section discipline non-linguistique (DNL) : « Les élèves qui choisiront la DNL auront leurs 3 heures d’histoire-géographie intégralement en occitan ». La section ouvrira seulement en 6e à la rentrée 2019, puis chaque année, elle s’étendra à la classe supérieure.

L’occitan, la victime de la réforme du lycée ?

Comment maintenir un enseignement de l’occitan accessible au plus grand nombre et en assurer la continuité ? Voilà les enjeux auxquels font face les enseignants d’occitan, de la maternelle au lycée. Ce problème n’est pas nouveau. Mais la réforme du lycée pourrait bien porter un coup de grâce à l’enseignement de l’occitan. Actuellement, les élèves peuvent passer l’occitan en LV2, en LV3, ou en option, selon leurs séries et leur bac, même si l’enseignement n’est pas proposé dans leur établissement. Lorsque l’option est facultative, seuls les points au-dessus de la moyenne sont comptabilisés, et l’option est ainsi toujours bonifiante pour les élèves.

Avec la réforme du baccalauréat prévue par Jean-Michel Blanquer, la possibilité de prendre l’occitan en LV3 sera supprimée, et l’évaluation de l’occitan en tant que LV2 sera uniquement en contrôle continu. Cela a de graves conséquences sur les établissements. En effet, ils seront responsables de l’évaluation de la matière. Or, cela signifie que sans enseignement LV2 proposé dans un établissement, les élèves ne pourront pas prendre l’occitan en deuxième langue. Sur l’académie de Toulouse, seuls deux lycées proposeraient une LV2 occitan en l'état actuel de la réforme, l'un dans l'Aveyron, l'autre dans le Gers.

Cela ne concerne en réalité qu’une minorité d’élèves, puisque la majeure partie des candidats à l’épreuve d’occitan privilégie l’option facultative et ses points bonus. Et là non plus, les conséquences de la réforme ne réjouissent pas les enseignants : l’enseignement optionnel sera évalué en contrôle continu également et représentera 0,7 % de la note finale du baccalauréat. Il sera impossible de prendre une seconde option, contrairement aux élèves qui choisiront en option une langue antique (latin ou grec ancien).

Les professeurs dénoncent ainsi une mise en concurrence illégitime de la langue régionale avec d’autres options et avec les langues vivantes, souvent priorisées par les élèves dans un but professionnel.  Le corps enseignant demande désormais un statut au moins équivalent à celui des langues antiques, c’est-à-dire la possibilité pour les élèves de cumuler l’occitan avec une deuxième option, comme c’est le cas actuellement.

La présence universitaire en croissance

Dans l’académie de Bordeaux, les enseignements universitaires se développent. Il y a désormais à l’université Bordeaux Montaigne un diplôme d’université d’occitan. Cette formation de 134 heures de cours permet d’apprendre à la fois la langue mais aussi la culture et le patrimoine occitans.

À l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) d’Aquitaine, un master de professeur des écoles mention occitan existe également. Pour le moment, seuls deux étudiants sont inscrits au sein de la formation pour devenir professeur des écoles bilingue français-occitan. « Le problème est celui de la localisation. Il y a 5 sites dans toute l’académie, c’est compliqué de réunir nos étudiants, il faut faire des cours en visioconférence, ce n’est pas toujours l’idéal », précise Marie-Anne Châteaureynaud.

En Limousin, face au manque d’offres, les étudiants sont obligés de se tourner vers Toulouse pour une licence spécialisée : « Nous essayons d’inciter les étudiants du Limousin à garder leur dialecte. Mais le parler toulousain finit toujours un peu par les imprégner. Avec un développement de l’enseignement universitaire en Limousin, on conserverait mieux le dialecte », avance Marine Mazars. Pour le professorat, les Limousins rejoignent également l’ESPE de Périgueux, faute de structure adaptée dans leur académie d’origine.

Pour les adultes, des initiatives locales voient le jour, et sont sources d’inspirations pour le corps enseignant. Dans le Tarn, sont désormais proposées des formations aux EHPAD et infirmières car souvent, des personnes âgées reviennent à leur langue maternelle, l’occitan. Fréquent dans les cas d’Alzheimer, ce retour à l’occitan complique parfois la communication avec le personnel soignant. Ainsi, le département a réalisé un petit livret avec les rudiments de base, pour sensibiliser les adultes à la langue et peut-être développer l’enseignement aux générations futures.

 

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
1711
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !