Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du P S de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux, dans le cadre de la déclinaison locale de l’appel national

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/02/19 | L'actualité du Polar à La Machine à Lire le 22 février

    Lire

    Le polar sera encore à la fête cette semaine à La Machine à Lire... Le vendredi 22 à 20h La Machine à Polar se penchera sur les nouveautés, autour tout naturellement de Hervé Le Corre qui vient de publier «  Dans l'ombre du brasier », Yan Lespoux, enseignant et responsable d'un blog sur le roman noir (encoredunoir) et Olivier Pène, libraire à La Machine à Lire.

  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Entre réformes et réfugiés, une rentrée chargée pour le Préfet de Région

15/09/2015 | Entre la mise en œuvre des réformes institutionnelles et les aléas de l'actualité dont l'organisation de l'accueil des réfugiés sur le territoire, l'agenda de rentrée du Préfet de Région est chargé.

Pierre Dartout, Préfet de Gironde et D'Aquitaine

Arrivé il y a à peine plus de 6 mois à la tête de la Préfecture de région, Pierre Dartout a, dans la foulée, été également nommé Préfet préfigurateur de la grande Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. En d'autres termes c'est à lui que revient la charge de la préparation de la future organisation des Services de l'Etat en Région. Un chantier qui, admet-il, demande du « doigté sur le management des ressources humaines ». Et pour preuve, l'inquiétude manifestée la semaine passée par les fonctionnaires de la DRAAF du Limousin qui a entraîné la démission de son Directeur. Autre réforme à mettre en œuvre en cette rentrée, en application de la loi NOTRe, avec cette fois sa casquette de Préfet de Gironde: celle des intercommunalités qui ne sera pas sans conséquence dans le département. Des obligations institutionnelles a intégrer dans l'actualité sensible de la préparation de l'accueil de réfugiés en Gironde.

Le 31 juillet dernier, Pierre Dartout a présenté les grandes lignes de la réorganisation des services de l'Etat en Aquitaine, telles que fixées par le Gouvernement dans le cadre de la réforme des Régions. En ALPC, la future carte des directions régionales, indique que la plupart d'entre elles auront leur siège à Bordeaux, à l'exception de la DREAL (environement), dont le siège sera à Poitiers et de la DRAAF (agriculture et forêt) dont le siège sera à Limoges. Une situation des sièges qui se combine à une répartition des services des différentes directions dans les trois villes principales de la future région. «Sur la DRAAF par exemple, le service vigne et viticulture, restera à Bordeaux, quand bien même son siège sera à Limoges », illustre le Préfet.

Eteindre le départ de feu autour de DRAAF de LimogesAu total, donc, un grand chambardement annoncé des modes de travail des personnels, qui a suscité la semaine passée de fortes inquiétudes des fonctionnaires de la DRAAF de Limoges, craignant d'aboutir à une « DRAAF fantôme ». « Il y a eu des tensions, des incompréhensions et des revendications dans cette DRAAF qui ont abouti à la démission du Directeur préfigurateur de Limoges », signale Pierre Dartout, qui s'est d'ailleurs lui même déplacé à Limoges le 10 septembre dernier, pour rencontrer les syndicats et tenter d'éteindre le départ de feu, dans lequel les politiques locaux avaient déjà pris leur rôle. Si, à l'occasion de sa rentrée médiatique, le Préfet a joué la carte de l'apaisement, assurant que « le nombre de postes à Limoges, et dans les autres Directions sera conservé », il devait encore assister, dans l'après-midi de ce mard,i à une rencontre avec les représentants de l'intersyndicale des trois directions régionales de l'Agriculture et de la Forêt, « afin d'assurer un dialogue et un travail fructueux de concertation ».

Plus globalement sur cette réforme, et comme il l'avait déjà fait en juillet, il a insisté sur sa volonté de « tout faire pour éviter les mobilités géographiques des agents ». Mais, au regard de la future organisation en cours de préparation, les fonctionnaires, toutes administrations régionales confondues, devront bel et bien envisager une mobilité fonctionnelle. « Nous garderons le même nombre de postes sur les sites, mais ce ne seront pas les mêmes postes », reconnaît-il. En d'autres termes, « un certain nombre de fonctionnaires, auront à changer de métier, ou de Direction régionale pour un poste comparable, pour rester dans la même ville ». En terme de calendrier, le Préfet doit rendre à l'Etat « un organigramme détaillé des différents services de la Grande Région» le 31 octobre, afin que celui-ci puisse trancher avant le 1er janvier 2016. L'ensemble des cadres des Directions régionales de la grande région sont quant à eux invités à participer à un séminaire ce jeudi à Angoulême.

Outre la réforme des régions et ses conséquences sur l'organisation des services de l'Etat, une autre réforme marque la rentrée préfectorale : il s'agit cette fois de préparer le nouveau Schéma de coopération intercommunale. Au menu, la réorganisation des intercommunalités, qui ne devront désormais obligatoiremet compter plus de 15 000 habitants, sauf exception de faible densité démographique. En Gironde, ce sont 15 intercommunalités de moins de 15 000 habitants qui sont directement concernées par cette réforme, dont 2 seulement s'inscrivent dans l'exception de densité démographique. "Un certain nombre de périmètres vont donc bouger", avertit Pierre Dartout. Celui-ci doit présenter le nouveau schéma à la Commission Départementale de la Coopération Intercommunale le 9 octobre. En cas de désaccord, la structure, essentiellement composée d'élus locaux, ne pourra rejeter ce plan qu'au vote des deux tiers.

Accueils des réfugiés: "tout nous reste à faire"Au delà de l'agenda des réformes, une des questions d'actualité forte de cette rentrée, qui a déjà mobilisé le Département, la Région et un certain nombre de communes, est celle de l'accueil des réfugiés Syriens, Irakiens et Erythréens. En la matière, le Préfet de Région reconnaît que « tout nous reste à faire ; que ce soit sur les conditions d'accueil dans les logements, du traitement administratif des dossiers, de l'accompagnement des familles, des mesures d'insertion.... Nous avons à ce sujet une réunion vendredi avec l'ensemble des partenaires, Etat, collectivités territoriales, Bordeaux Métropole, l'Association des Maires de Gironde, et les communes qui se sont manifestées pour accueillir ces réfugiés», a-t-il annoncé. Une question sensible d'autant qu'à l'heure actuelle, les hébergements en CADA (réservés au demandeurs d'asile) auxquels s'ajoutent des formules d'hébergement en urgence sont déjà largement occupés, voire insuffisants, comme a pu en témoigner la situation des migrants Sahraouis à Bordeaux (un temps installés sous le pont Saint-Jean à Bordeaux).
Tout l'enjeu pour le Préfet est de « veiller à ce qu'il n'y ait pas de tension croissante sur la demande d'hébergement ». Pour cela il faudra sans doute « trouver de nouvelles formules d'hébergement » mais aussi libérer des places parfois encore occupées par des personnes dont la demande d'asile a été définitivement déboutée. Or « faire cette distinction entre migrants économiques, qui n'ont pas accès au droit d'asile, et personnes fuyant des situations de guerres ou de violence est nécessaire », insiste le Préfet Dartout. «S'il faut avoir autant de respect pour ces personnes que pour n'importe quel être humain, s'applique -t-il à répéter, les personnes déboutées du droit d'asile devront être reconduites à la frontière. Ce qui est très clairement beaucoup plus difficile à faire pour une famille que pour une personne seule... ».

980 demandes d'asile depuis début 2015Précisant qu'aucun chiffre n'est pour l'heure connu quant au nombre de réfugiés accueillis en Gironde, le Préfet a estimé que les chiffres avancés la semaine dernière par le Président du Conseil départemental (entre 700 à 800 personnes), « ne paraissaient pas déraisonnables. »
Pour l'heure, en 2015, ce sont 980 demandes d'asile qui ont été déposées en Gironde, soit une hausse de 68% par rapport à l'an dernier. Sur la communauté Sahraouis, particulièrement mise en avant par les médias du fait de son arrivée massive et croissante à Bordeaux (13 personnes en 2013, 278 en 2014 et 312 depuis le début de l'année 2015), et de la difficulté à les accueillir et les héberger, le Préfet a pointé que la plupart d'entre eux apparaissent comme des migrants économiques. « Sur les 606 demandes d'asile déposées à la Préfecture de Gironde par les sahraouis depuis 2013, l'OFPRA a statué sur 289 dossiers. 234 ont été déboutés (mais avec possibilité de former un recours auprès de la Cour Nationale du Droit d'Asile) et 55 ont vu leur demande accordée », a-t-il précisé.

Enfin, c'est avec une pointe d' « optimisme raisonnable » que le Préfet a évoqué la situation économique en Aquitaine, se félicitant de la remontée de l'emploi des jeunes durant l'été tout en soulignant que la situation reste préoccupante pour les seniors et les chômeurs de longue durée.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2400
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !