aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Entre réformes et réfugiés, une rentrée chargée pour le Préfet de Région

15/09/2015 | Entre la mise en œuvre des réformes institutionnelles et les aléas de l'actualité dont l'organisation de l'accueil des réfugiés sur le territoire, l'agenda de rentrée du Préfet de Région est chargé.

Pierre Dartout, Préfet de Gironde et D'Aquitaine

Arrivé il y a à peine plus de 6 mois à la tête de la Préfecture de région, Pierre Dartout a, dans la foulée, été également nommé Préfet préfigurateur de la grande Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. En d'autres termes c'est à lui que revient la charge de la préparation de la future organisation des Services de l'Etat en Région. Un chantier qui, admet-il, demande du « doigté sur le management des ressources humaines ». Et pour preuve, l'inquiétude manifestée la semaine passée par les fonctionnaires de la DRAAF du Limousin qui a entraîné la démission de son Directeur. Autre réforme à mettre en œuvre en cette rentrée, en application de la loi NOTRe, avec cette fois sa casquette de Préfet de Gironde: celle des intercommunalités qui ne sera pas sans conséquence dans le département. Des obligations institutionnelles a intégrer dans l'actualité sensible de la préparation de l'accueil de réfugiés en Gironde.

Le 31 juillet dernier, Pierre Dartout a présenté les grandes lignes de la réorganisation des services de l'Etat en Aquitaine, telles que fixées par le Gouvernement dans le cadre de la réforme des Régions. En ALPC, la future carte des directions régionales, indique que la plupart d'entre elles auront leur siège à Bordeaux, à l'exception de la DREAL (environement), dont le siège sera à Poitiers et de la DRAAF (agriculture et forêt) dont le siège sera à Limoges. Une situation des sièges qui se combine à une répartition des services des différentes directions dans les trois villes principales de la future région. «Sur la DRAAF par exemple, le service vigne et viticulture, restera à Bordeaux, quand bien même son siège sera à Limoges », illustre le Préfet.

Eteindre le départ de feu autour de DRAAF de LimogesAu total, donc, un grand chambardement annoncé des modes de travail des personnels, qui a suscité la semaine passée de fortes inquiétudes des fonctionnaires de la DRAAF de Limoges, craignant d'aboutir à une « DRAAF fantôme ». « Il y a eu des tensions, des incompréhensions et des revendications dans cette DRAAF qui ont abouti à la démission du Directeur préfigurateur de Limoges », signale Pierre Dartout, qui s'est d'ailleurs lui même déplacé à Limoges le 10 septembre dernier, pour rencontrer les syndicats et tenter d'éteindre le départ de feu, dans lequel les politiques locaux avaient déjà pris leur rôle. Si, à l'occasion de sa rentrée médiatique, le Préfet a joué la carte de l'apaisement, assurant que « le nombre de postes à Limoges, et dans les autres Directions sera conservé », il devait encore assister, dans l'après-midi de ce mard,i à une rencontre avec les représentants de l'intersyndicale des trois directions régionales de l'Agriculture et de la Forêt, « afin d'assurer un dialogue et un travail fructueux de concertation ».

Plus globalement sur cette réforme, et comme il l'avait déjà fait en juillet, il a insisté sur sa volonté de « tout faire pour éviter les mobilités géographiques des agents ». Mais, au regard de la future organisation en cours de préparation, les fonctionnaires, toutes administrations régionales confondues, devront bel et bien envisager une mobilité fonctionnelle. « Nous garderons le même nombre de postes sur les sites, mais ce ne seront pas les mêmes postes », reconnaît-il. En d'autres termes, « un certain nombre de fonctionnaires, auront à changer de métier, ou de Direction régionale pour un poste comparable, pour rester dans la même ville ». En terme de calendrier, le Préfet doit rendre à l'Etat « un organigramme détaillé des différents services de la Grande Région» le 31 octobre, afin que celui-ci puisse trancher avant le 1er janvier 2016. L'ensemble des cadres des Directions régionales de la grande région sont quant à eux invités à participer à un séminaire ce jeudi à Angoulême.

Outre la réforme des régions et ses conséquences sur l'organisation des services de l'Etat, une autre réforme marque la rentrée préfectorale : il s'agit cette fois de préparer le nouveau Schéma de coopération intercommunale. Au menu, la réorganisation des intercommunalités, qui ne devront désormais obligatoiremet compter plus de 15 000 habitants, sauf exception de faible densité démographique. En Gironde, ce sont 15 intercommunalités de moins de 15 000 habitants qui sont directement concernées par cette réforme, dont 2 seulement s'inscrivent dans l'exception de densité démographique. "Un certain nombre de périmètres vont donc bouger", avertit Pierre Dartout. Celui-ci doit présenter le nouveau schéma à la Commission Départementale de la Coopération Intercommunale le 9 octobre. En cas de désaccord, la structure, essentiellement composée d'élus locaux, ne pourra rejeter ce plan qu'au vote des deux tiers.

Accueils des réfugiés: "tout nous reste à faire"Au delà de l'agenda des réformes, une des questions d'actualité forte de cette rentrée, qui a déjà mobilisé le Département, la Région et un certain nombre de communes, est celle de l'accueil des réfugiés Syriens, Irakiens et Erythréens. En la matière, le Préfet de Région reconnaît que « tout nous reste à faire ; que ce soit sur les conditions d'accueil dans les logements, du traitement administratif des dossiers, de l'accompagnement des familles, des mesures d'insertion.... Nous avons à ce sujet une réunion vendredi avec l'ensemble des partenaires, Etat, collectivités territoriales, Bordeaux Métropole, l'Association des Maires de Gironde, et les communes qui se sont manifestées pour accueillir ces réfugiés», a-t-il annoncé. Une question sensible d'autant qu'à l'heure actuelle, les hébergements en CADA (réservés au demandeurs d'asile) auxquels s'ajoutent des formules d'hébergement en urgence sont déjà largement occupés, voire insuffisants, comme a pu en témoigner la situation des migrants Sahraouis à Bordeaux (un temps installés sous le pont Saint-Jean à Bordeaux).
Tout l'enjeu pour le Préfet est de « veiller à ce qu'il n'y ait pas de tension croissante sur la demande d'hébergement ». Pour cela il faudra sans doute « trouver de nouvelles formules d'hébergement » mais aussi libérer des places parfois encore occupées par des personnes dont la demande d'asile a été définitivement déboutée. Or « faire cette distinction entre migrants économiques, qui n'ont pas accès au droit d'asile, et personnes fuyant des situations de guerres ou de violence est nécessaire », insiste le Préfet Dartout. «S'il faut avoir autant de respect pour ces personnes que pour n'importe quel être humain, s'applique -t-il à répéter, les personnes déboutées du droit d'asile devront être reconduites à la frontière. Ce qui est très clairement beaucoup plus difficile à faire pour une famille que pour une personne seule... ».

980 demandes d'asile depuis début 2015Précisant qu'aucun chiffre n'est pour l'heure connu quant au nombre de réfugiés accueillis en Gironde, le Préfet a estimé que les chiffres avancés la semaine dernière par le Président du Conseil départemental (entre 700 à 800 personnes), « ne paraissaient pas déraisonnables. »
Pour l'heure, en 2015, ce sont 980 demandes d'asile qui ont été déposées en Gironde, soit une hausse de 68% par rapport à l'an dernier. Sur la communauté Sahraouis, particulièrement mise en avant par les médias du fait de son arrivée massive et croissante à Bordeaux (13 personnes en 2013, 278 en 2014 et 312 depuis le début de l'année 2015), et de la difficulté à les accueillir et les héberger, le Préfet a pointé que la plupart d'entre eux apparaissent comme des migrants économiques. « Sur les 606 demandes d'asile déposées à la Préfecture de Gironde par les sahraouis depuis 2013, l'OFPRA a statué sur 289 dossiers. 234 ont été déboutés (mais avec possibilité de former un recours auprès de la Cour Nationale du Droit d'Asile) et 55 ont vu leur demande accordée », a-t-il précisé.

Enfin, c'est avec une pointe d' « optimisme raisonnable » que le Préfet a évoqué la situation économique en Aquitaine, se félicitant de la remontée de l'emploi des jeunes durant l'été tout en soulignant que la situation reste préoccupante pour les seniors et les chômeurs de longue durée.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1161
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !