Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Entretien: le point de l'actualité européenne avec Alain Lamassoure

30/11/2013 | L'Eurodéputé UMP Alain Lamassoure, volontaire pour 4ème mandat européen donne son regard satisfait sur l'actualité budgétaire de l'UE et les prochaines élections européennes.

Alain Lamassoure, Député européen, président de la Commision Budget au Parlement Européen

Pour Alain Lamassoure, Député européen, Président de la Commission budget au Parlement européen,(et par ailleurs Conseiller régional d'Aquitaine), la mandature du parlement européen et de la Commission s'achève en laissant «une Union Européenne en ordre de marche et une maison Europe en ordre sur le plan budgétaire». Deux semaines après le vote du Budget européen pour 2014 et quelques mois avant des élections européennes d'une ampleur inédite, le député européen du PPE (centre droit au Parlement européen) se dit satisfait de la manière dont s'achève la mandature. A Bordeaux ce 29 novembre il nous a livré les détails de cette analyse et l'annonce de sa volonté de renouveler son mandat, tout en souhaitant que l'UMP choisisse une procédure publique de désignation de ses candidats.

Selon Alain Lamassoure l'UE est en ordre de marche parce qu'estime-t-il, «l'incendie des marchés financiers qui a gravement menacé la zone euro est éteint. Il est non seulement éteint mais l'UE a mis en place des mesures de prévention.» Parmi elles, l'eurodéputé cite l'Union bancaire qui devrait se finaliser d'ici la fin de l'année. Sous la houlette de la BCE, elle aura pour rôle de «prévenir le renouvellement de comportements aberrants de certains opérateurs financiers». Autre outil mis en oeuvre, des «garde-fou» sur les budgets nationaux, via un diagnostic de la Commission européenne ainsi qu'une Conférence interparlementaire de contrôle sur les budgets nationaux, composée de députés européens et de parlementaires nationaux.

9Mds€ de dépenses en moinsQuant au budget de l'UE, après de longues tergiversations, un accord a récemment été trouvé sur le budget 2014 détaillé, ainsi que sur un cadre budgétaire pour les sept ans à venir. «Dans les deux cas, c'est un accord courageux qui permet de combiner rigueur budgétaire et financement des priorités.» se félicite Alain Lamassoure. Coté rigueur, c'est 9 Mds de dépenses en moins qui seront effectuées l'an prochain par l'UE, soit une diminution de 7% du budget 2014 (135Mds €) par rapport au budget 2013 (144Mds€). Des économies principalement réalisées sur la Politique Agricole Commune qui affiche une baisse de 12%, et sur la politique régionale qui enregistre une baisse de 8%, mais dont la France, suite à d'habiles négociations, ne subira pas tellement les conséquences, précise-t-il. Si dans ce budget les dépenses sont en baisse, «des priorités sont aussi clairement affichées». D'abord dans le domaine économique, avec une augmentation de 40% des investissements d'avenir à destination notamment de programmes de recherche et d'innovation étroitement liés à l'aéronautique et au spatial. «Une orientation qui est importante pour l'Aquitaine», souligne le député européen. C'est aussi avec satisfaction qu'il annonce que le programme Erasmus, en cessation de paiement l'an dernier, est «sauvé».

De nouvelles ressourcesAutre priorité pointée par l'Eurodéputé, «la dimension sociale» avec un financement pour l'emploi des jeunes (3Mds €) ainsi que, dans le cadre budgétaire de 7 ans, le programme d'aide aux plus démunis. Après une dure bataille, il conservera une dotation de 500M€ an. A noter tout de même, un changement de configuration quant au panel des actions concernées par ce programme. Celles-ci seront «plus diversifiées» et ne se cantonneront donc plus uniquement à l'aide alimentaire. La répartition entre l'aide alimentaire et autres formes d'aides étant encore en cours de négociation.
Enfin, autre «grand sujet de satisfaction» pour le Président de la commission du Budget du Parlement européen: « j'ai obtenu un accord politique pour qu'on mette à plat le financement de l'UE afin de trouver de nouvelles ressources sans peser sur les budgets nationaux». Pour ce faire, un groupe à haut niveau de neuf membres présidé par une personnalité européenne se réunira le 19 décembre prochain. Des propositions pourraient être faites dès l'an prochain. Parmi ces nouvelles ressources, Alain Lamassoure évoque déjà, par exemple, «la taxe sur les transactions fnancières qui pourrait être affectée au budget de l'UE».

"Un saut démocratique déterminant"A l'aune de l'année 2014, l'eurodéputé n'oublie pas d'évoquer un autre sujet d'importance pour la vie démocratique de l'UE : les élections des députés européens. Organisées le 25 mai en France, ces élections de 2014, pourraient bien représenter «un saut démocratique déterminant dans le fonctionnement de la vie européenne» s'enthousiasme l'Eurodéputé. En effet, cette année, les élections européennes permettront l'élection du Président de la Commission européenne par le Parlement européen, autrement dit par les citoyens européens, à travers l'élection de leurs eurodéputés. Il était jusque-là un haut fonctionnaire nommé par le Conseil européen. «C'est un changement révolutionnaire, à condition que les familles politiques européennes jouent le jeu et annoncent à l'avance leur candidat», estime Alain Lamassoure. Si les socialistes ont déjà désigné Martin Schulz , l'actuel Président du Parlement Européen, et les centristes Guy Verhofstad, ex premier Ministre belge, les verts désigneront leur candidat à la fin de l'année ou en début d'année 2014 ( José Bové est d'ailleurs candidat à la candidature), quant au PPE (centre droit), «il va devoir faire de même au plus tard lors de son congrès les 7 et 8 mars prochain».
En présentant un candidat commun par famille politique européenne, «chacun des partis des 28 pays vont devoir présenter des éléments de programme communs. C'est une vraie campagne à l'échelle européenne qui s'annonce.» Une perspective qui l'amène à considérer, peut être de façon optimiste, que cette désignation par le peuple européen d'un M. ou Mme Europe pourrait bien «booster le taux de participation».

"Pour une procédure publique de désignation des candidats à l'UMP"Quant à son parcours personnel, Alain Lamassoure, qui compte déjà trois mandats au Parlement européen, souhaite de nouveau être candidat pour un nouveau mandat et pour être tête de liste. Mais pour l'heure, «l'UMP n'a pas arbitré qui, quand et comment seront décidées les listes». S'il admet bien volontiers «ne pas être propriétaire de son siège», tout comme il considère qu'il est «tout à fait légitime que de nouveaux candidats apparaissent», il a une nette préférence pour «une procédure publique de sélection des candidats».
En clair, il «souhaite que l'UMP annonce qu'elle sera sa procédure de sélection. Ce qui serait anormal, c'est que les décisions se prennent entre quelques uns et sur quelques coups de téléphone. Je plaide pour une procédure où les sortants ont des comptes à rendre et pour une compétition avec possibilité pour chacun de s'exprimer. Je pense aussi qu'il faut trancher le débat par des votes secrets, que ce soit par un organe politique national ou à l'échelle de la circonscription». Pour Alain Lamassoure, les choses sont dites.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2674
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 05/12/2013

"l'élection du Président de la Commission européenne par le Parlement européen" (celui qui sera élu en 2014):
Moi, je ne savais pas... Je pense que je ne suis pas le seul à l'avoir ignoré, et pourtant, je pense comme Lamassourre que c'est une grande nouvelle.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !