aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/02/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi (toutes catégories) s'établit à 56 370 fin janvier 2017, soit + 1% par rapport à décembre. Mais le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité à baissé de 3,4% en un an. Ils sont 33 530 .

23/02/17 : Après sa rencontre avec Emmanuel Macron François Bayrou va « tout faire pour aider » le candidat d’En marche ! dans sa campagne présidentielle. L’ancien ministre de l’économie a salué ce « rassemblement des progressistes qui dépasse les clivages »

22/02/17 : Le carnaval béarnais repart de plus belle à partir du jeudi 23 février à Pau avec, notamment, sa fameuse nuit de l'ours. Il poursuivra ses défilés, concerts, rires et délires jusqu'au dimanche 26 février.+ d'info

22/02/17 : Charente-Maritime : la préfecture organise une réunion publique au sujet du projet d'éolien offshore prévu au large de l'île d'Oléron, le lundi 27 février à 18h30 au complexe Eldorado à Saint-Pierre d'Oléron.

21/02/17 : C'est Le Dorat, localité de 1800 habitants, dans la Haute-Vienne qui doit recevoir en juillet 2019, le Mondial de la tonte des moutons. L'évènement doit rassembler 300 concurrents d'une trentaine de pays, 5000 ovins et attirer 30 000 visiteurs.

20/02/17 : C'est le Californien -et ancien résident d'Anglet- Tom Curren, triple champion du monde WSL et triple champion du monde ISA, 52 ans, qui sera le parrain des championnats du monde de surf des nations(ISA), qui auront lieu du 20 au 28 mai à Biarritz.

20/02/17 : La LGV Tours-Bordeaux sera inaugurée à Villognon, en Charente, le 28 février, sur la base de maintenance de Mesea. Le président François Hollande est attendu sur l'événement, mais son éventuelle venue ne sera confirmée qu'au dernier moment.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/02/17 | Nouvelle Aquitaine: le chômage en légère baisse

    Lire

    Fin janvier, en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 294 580 demandeurs d'emploi de catégorie A ( sans aucune activité) soit -0,3 % sur 3 mois ( –980 personnes) -0,1 % sur un mois et -2,8 % sur un an. France: -0,3 % sur 3 mois et -2,5 % sur un an. Par âge: -0,3 % pour les moins de 25 ans (–0,1 % sur un mois et –7,3 % sur un an), -1,0 % pour ceux de 25 à 49 ans (–0,3 % sur un mois et –3,9 % sur un an) et + 1,3 % pour les 50 ans ou plus (+0,4 % sur un mois et + 2,3 % sur 1 an, le total des demandeurs A, B, C - 498 210 - augmente de 0,5 % sur 3 mois, de 0,4 % sur 1 mois et de 0,9 % sur 1 an..

  • 24/02/17 | Mort de Robert Boulin: vers la déclassification du secret défense?...

    Lire

    Le combat de la fille de Robert Boulin, l'ancien ministre et maire de Libourne, retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet va peut être connaître une étape décisive. En tout cas le juge d'instruction a demandé la déclassification de documents « secrets défense » et le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, pourrait accéder à cette requête après avis de la commission ad hoc.

  • 24/02/17 | Une nouvelle maison d'arrêt va être construite à Pau

    Lire

    Une nouvelle maison d'arrêt pouvant recevoir 500 détenus va être construite dans un quartier nord-est de Pau, à l'entrée de la ville. C'est ce qu'a indiqué Jean-Jacques Urvoas, le ministre de la Justice. La future prison, dont l'emplacement a en particulier été choisi en raison de ses facilités d'accès et des services urbains qui seront offerts au personnel pénitentiaire, devrait être édifiée au plus tard en 2025. En dépit de sa vétusté, l'actuelle maison d'arrêt située en centre ville, ne sera pas fermée pour autant.

  • 24/02/17 | La Rochelle : J. Marchand laisse sa place à la tête de La Coursive

    Lire

    Le directeur de la scène nationale La Coursive à La Rochelle, Jackie Marchand, laisse sa place à Franck Becker, actuel directeur du Théâtre de Cornouailles, scène nationale de Quimper. Le ministère de la Culture a validé jeudi matin ce choix du conseil d'administration de La Coursive, qui a auditionné 5 candidats parmi 25 candidatures. Franck Becker, 50 ans, a notamment dirigé la scène national du Jura. C'est son projet au plus près de l'esprit de La Coursive, qui a séduit le jury.

  • 23/02/17 | L'AOC Bordeaux veut sortir des pesticides

    Lire

    Au cours de sa dernière assemblée générale, le Syndicat de Bordeaux et Bordeaux Supérieur a voté une série de mesures (cinq en tout) favorisant une sortie définitive des pesticides. Une interdiction de désherbage chimique pour l'ensemble de ses vignes, et l'obligation pour chacune des exploitations de mesurer un "indice de fréquence de traitement" font notamment partie des mesures. C'est le premier AOC de Bordeaux à l'acter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | EPCI Pays basque: des maires sur courant alternatif

04/02/2016 | Opposés à ce projet tel que le préfet Durand en a dessiné les lignes, quatre maires de l'agglo Côte Basque Adour et des élus de l'intérieur se sont retrouvés à Itxassou pour proposer leur projet alternatif

Collectif EPCI Maires

Dans le cadre d'un projet de Schéma de coopération intercommunale, le préfet des Pyrénées Atlantiques Pierre -André Durand avait proposé la constitution d’un Établissement public de coopération intercommunale unique (EPCI) à l’échelle du Pays Basque. C'est à dire une intercommunalité unique au lieu des dix existantes aujourd'hui. Après un avis simple à l’automne, les conseils municipaux devaient se prononcer définitivement au printemps 2016, jusqu’au vote des communes. Quatre maires de l'ACBA et des maires de l'intérieur ont présenté un autre projet argumenté dans un document de 60 pages qui repousse celui du préfet.

Or si les votes consultatifs des conseils municipaux ont démontré qu’une vaste majorité (112) des 158 communes votait pour, en revanche, un gros bastion de quatre maires sur cinq, à l’exception de Jean-René Etchegaray maire de Bayonne, de la grosse agglomération Côte basque Adour, suivis de 41 communes de l’intérieur a voté contre et ils s’en expliquaient ce mercredi à Itxassou, « pour montrer que notre groupe de travail ne s’intéresse pas qu’à la Côte basque et que ce sont les villages de l’intérieur qui paieront le plus cher les dispositions proposées par le préfet ». Ce collectif qui a auparavant participé aux huit ateliers du Comité de pilotage de la Gouvernance du Pays Basque (bureau du Conseil des élus, des présidents/représentants des 10 intercommunalités et des parlementaires)
Gouvernance, compétence et fiscalité sont les pierres d’achoppement qui ont braqué les maires d’Anglet (Claude Olive), Biarritz (Michel Veunac) Bidart (Emmanuel Alzuri) et Boucau (Françis Gonzalez) contre cet EPCI. Seul Bayonne donc, avec le maire centriste Jean-René Etchegaray, président de l’agglo, mais aussi du Conseil des élus du Pays basque a adopté la proposition du préfet. Qui pensait peut-être qu’en s’appuyant sur cet incontournable élu pivot le projet passerait. Or, voilà qu’en dehors de tout clivage politique, il a éveillé un front qui outre les quatre maires de l’agglo s’est renforcé comme l’ont montré les présences mercredi dans la capitale basque de la cerise, du maire de Ciboure, Guy Poulou, de Michel Dalleman, maire de Bidache, mais aussi d’autres villages aujourd’hui. Front du refus qui présentait donc ses contre-propositions baptisées projet alternatif. Il fait l’objet d’une étude d’opportunité et de faisabilité exposées dans un recueil de 60 pages intitulé « La Communauté Pays basque : une construction ambitieuse et progressive ».

Auparavant, une expertise effectuée domaine par domaineAuparavant dans l’introduction de ce document le collectif avertit : « Notre groupe d’élus, de tous horizons politiques a donc souhaité expertiser la proposition de l’État de réaliser une intercommunalité unique. Nous l’avons fait, domaine par domaine et les conclusions auxquelles nous sommes parvenues sont particulièrement inquiétantes à la fois pour le Pays basque dans son ensemble, mais aussi pour nos intercommunalités respectives. »

Courant EPCI alternatif

Ce qu’a confirmé hier devant la presse, Michel Veunac, vice-président de l’ACBA et maire de Biarritz. Il a été d’entrée très clair : « Cette démarche d’élus responsables repose sur une volonté, réussir une institution d’un Pays basque intégré, moderne dans sa conception et ambitieuse dans son projet, un territoire riche et uni, et riche de ses diversités capables, demain, de faire entendre sa voix dans le vaste ensemble de la nouvelle Région dans lequel il s’inscrit désormais. En même temps, nous avons une condition, elle est simple, c’est que la proposition qui est faite aujourd’hui d’un EPCI unique, une communauté de 158 communes, si elle consacre, c’est vrai, une revendication si longtemps déçue, elle est une solution inappropriée, plaquée trop rapidement sur une réalité territoriale diverse soulevant davantage de questions qu’elle n’en résout. Proposer d’intégrer dans un délai aussi court de façon quasi immédiate les 10 intercommunalités de ce territoire très différencié qu’est le Pays basque est irréaliste. En outre, il s’agit d’une proposition sous-estimant la gravité des enjeux financiers. La Communauté Pays basque ne se décide pas par décret. »

« Pôle métropolitain assoupli » soucieux des spécificités territoriales Ce collectif qui entend consacrer institutionnellement le Pays basque, est pour le maintien des 10 EPCI actuels, renforcés par la loi NOTre. La caractéristique du projet Communauté Pays basque tient dans la volonté de tenir compte de la diversité et la spécificité des territoires qui le composent (espaces métropolitains, espaces intermédiaires et espaces à dominante rurale), d’édifier donc au Pays basque un « pôle métropolitain assoupli », une organisation et un mode de fonctionnement avec un président, des vice-présidents, un bureau métropolitain de 17 élus et un Conseil métropolitain de 60 élus ; a contrario de l’usine à gaz qui proposerait 232 représentants, quand la Grande Région Aquitaine en a 183. Il s’inspire des travaux menés pour la Collectivité unique à statut particulier qui n’avait pas fait flores auprès de l’État il y a deux ans.

Il faut savoir que 112 des 158 communes (71 %) du Pays basque représentant 193 518 habitants (66 % de la population du territoire) lors de la consultation étaient administrées par un Conseil municipal favorable au projet de Schéma du préfet, 46 (représentant 101 730 habitants) y étaient opposés. Reste le cas indécis du petit village de Basse Navarre d’Esterençuby dont le Conseil municipal des 357 habitants n’a pu se départager (5 pour-5 contre, 1 blanc)

Aussi les maires appartenant au Collectif d’un projet alternatif vont-ils prendre leur bâton de pèlerin pour aller prêcher leur bonne parole dans chacune des intercommunalités existantes. Car rappelons la règle du jeu établie par le préfet Durand : pour que le projet d’EPCI Pays Basque voit le jour, deux conditions doivent être réunies : 50 % des communes représentant 50 % de la population doivent exprimer un vote favorable. Les chiffres ci-dessus concernent des votes consultatifs de l’automne. A savoir ce que donneront désormais les votes définitifs qui devraient intervenir mi-mars ? Quelle stratégie va adopter le préfet Durand face à ce collectif véritablement accroché à ce projet alternatif ?

Sur ce site Communauté Pays basque, le détail du vote consultatif des Conseils municipaux des 158 communes. http://www.communautepaysbasque.org/avis-des-communes/

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : photos F. D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
5826
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !