18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Eric Andrieu, député PS Européen en débat à la Maison de l'Europe de Bordeaux

21/02/2015 | Le député européen PS Eric Andrieu s'est rendu jeudi soir à la Maison de l'Europe à Bordeaux dans le cadre d'un débat ouvert au public.

Eric Andrieu, député PSE

Eric Andrieu, député PS européen de la circonscription du Sud-Ouest, revient d'une longue tournée au contact des agriculteurs et des vignerons. L'ancien premier secrétaire fédéral du PS dans l'Aude était ce jeudi l'invité de la Maison de l'Europe Bordeaux-Aquitaine dans le cadre d'un débat ouvert au public. L'occasion d'y aborder les nouveaux défis de la commission Juncker, la mise en place de la PAC 2015 et les défis qui attendent la Commission et le Parlement pour s'affirmer comme de vrais organes décisionnels. Le député ne l'a pas caché, le chemin est long et tortueux. Morceaux choisis.

Visite de terrainOn reproche souvent aux députés européens de rester dans les murs du Parlement bruxellois. C'est pour casser ce préjugé qu'Eric Andrieu s'est rendu ces derniers jours au chevet des agriculteurs, d'abord, en Aveyron et en Lozère, puis dans la région à la rencontre des vignerons en liquoreux. Sa visite n'a visiblement pas été perçue comme une simple courtoisie par les professionnels. "J'ai été mis face au problème du maintien de l'économie montagnarde. En cela, la vigilance européenne a laissé filer quelques aspects. Mon but c'était d'écouter les doléances, de voir in-situ ce qui avait été réalisé", affirme le député socialiste. "Dans le monde agricole, mon armée, ça reste les professionnels. Dans les faits, on trouve quand même de grosses disparités de moyens". 

Des changements internesEric Andrieu a aussi abordé la question de la nouvelle "Commission Juncker" initiée le 1er novembre dernier. "Les changements internes sont profonds. On a beau dire qu'il y a 24 députés Front National qui ont été élus, dans les travaux effectués par le Parlement, ces députés là sont inutiles, même s'ils nous handicapent parce qu'on a des postes en moins chez les socialistes". Sans langue de bois, le député a avoué, à contratrio de la majorité gouvernementale remise en question ces derniers jours, qu'à la Commission, "il n'y a pas de majorité réelle. Chacun forme un groupe de compétences particulières. Le changement vient essentiellement dans le mode de fonctionnement de la Commission. Barroso était à la solde des chefs d'Etats. L'organisation de Juncker est moins cloisonnée. On n'a pas attendu qu'il fasse son programme d'investissements pour émettre des propositions. Avant l'été, on verra les conséquences de cette réorientation de la politique de l'Union Européenne. Pour l'instant, on sort d'une vision d'austérité absolue, on a forcément des questionnements". 

Une conscience européenneLe député a aussi brièvement abordé la question de la réforme de la PAC pour le plan 2015-2020, qui représente selon lui "toujours 38% du budget de l'UE. Même si on a perdu 2%, la France a quand même subi des pertes bien moins importanes que les autres Etats de l'UE. On arrive encore à sauvegarder le modèle agricole français, sa diversité, même si toutes les agricultures n'ont pas le même modèle à l'échelle communautaire". Il se déclare tout de même inquiet sur un point : la "proratisation" des aides de la PAC (autrement dit, la distribution "au prorata", proportionnelle) : "Des pans entiers de notre économie agricole pourraient disparaître avec l'instauration de ce système", a-t-il ainsi affirmé. "Il nous faut trouver des réponses publiques de régulation. On pourrait s'inspirer de ce que font les autres continents, comment la fameuse "contracyclique" (type d'économie qui consiste à stimuler la production quand elle ralentit et inversement). Cela me paraît plus efficace d'intervenir auprès des agriculteurs quand ils en ont réellement besoin". 

"On ne peut plus faire semblant"Eric Andrieu a aussi abordé la question de la réelle responsabilité des organes européens dans l'échiquier politique mondial. Ainsi, il a notamment avoué que "les négociations qui ont eu lieu en Ukraine ne se sont pas faites au nom de l'Union Européenne. C'est François Hollande et Angela Merkel qui ont agi, pas l'UE. On ne pourra plus avoir cette position médiane bien longtemps, faire semblant d'être un acteur sans en avoir les moyens est un temps révolu. La Commission investit 315 milliards d'euros par an dans sa politique. En face, on a 1000 milliards de dollars planqués dans les paradis fiscaux. Il faut se donner les moyens de lutter contre ça, si on ne règle pas le problème des moyens alloués à l'UE, peu importe les plans et les projets qu'on mettra en place. Si on continue à ne pas décider, les lendemains seront douloureux". 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
15035
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs