Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

  • 22/10/18 | Charente-Maritime : un nouveau sous-préfet pour le bassin de Jonzac

    Lire

    Jérôme Aymard, le nouveau sous-préfet de Jonzac, prend officiellement ses fonctions ce 22 octobre lors d'une cérémonie de commémoration aux Morts à Jonzac. C'est son premier poste en tant que sous-préfet, après avoir été chef de différents services de sous-préfectures dans la Loire et dans le Morbihan, où il était dernièrement DRH à la Préfecture.

  • 22/10/18 | Le retour des marchés au gras à partir du 3 novembre à Périgueux

    Lire

    La saison des marchés au gras et aux truffes a lieu du samedi 3 novembre au 16 mars 2019. Les mercredis et samedis matin, les producteurs locaux vendront leurs produits frais issus de l’élevage de canards et d’oies. La place Saint-Louis, accueillera une trentaine de producteurs de Dordogne venus faire découvrir, déguster et vendre des produits de haute qualité. Quatre marchés primés seront organisés, les 17 novembre, 15 décembre, 12 janvier et 16 février. Les marchés aux truffes débutent le 8 décembre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Et si le PS tentait le ticket Rousset-Delaunay pour emporter la mairie de Bordeaux ?

03/09/2007 |

Michèle Delaunay

C'était le 16 juin 2007, personne n'a oublié cette victoire surprise. Michèle Delaunay,(photo en compagnie de Philippe Madrelle) la candidate socialiste, en politique depuis seulement 6 ans, fait tomber l'ex-premier ministre Alain Juppé dans la 2° circonscription de Gironde, détenue par la droite depuis 60 ans ! Désormais, le PS en Gironde ne rêve que d'une chose : prendre la mairie de Bordeaux en 2008. Mais si Juppé a déclaré qu'il "n'irait pas au casse pipe", qui se lancera dans la bataille du côté des socialistes ? Depuis, les universités du PS à la Rochelle, Michèle Delaunay délivre en exclusivité pour Aqui! sa solution : un ticket Rousset-Delaunay. Une idée qui devrait faire couler beaucoup d'encre et pourrait pousser certains candidats à se dévoiler...

Aqui! : Vous avez battu Alain Juppé aux législatives...

Michèle Delaunay : ... et nous espérons recommencer...

@:...comment s'annoncent les municipales?

M.D : Je ne suis jamais formidablement optimiste, c'est à dire que je ne vends pas de la soupe ; je pense qu'elles s'annoncent difficiles mais on peut gagner. En y mettant beaucoup de travail, en étant très intelligent, en ayant l'esprit collectif, en choisissant celui et celle qui ont leplus de chances de gagner. Et surtout en jouant collectif, en étant parfaitement unis, ce qui n'est pas toujours une des qualitésprincipales du PS à Bordeaux comme sur le plannational. Donc je pense que c'est faisable si on est vraiment très bon. On dit toujours: nous gagnerons si nous sommes les plus forts et je pense que c'est possible. Donc actuellement j'y travaille personnellement, je prends des contacts, j'essaye d'y apporter ce que je peux. Je crois et j'espère que nous aurons une équipe à présenter d'ici fin septembre.

@:Vous avez des noms peut être...

M.D: Je vais le dire...Je pense que ce qui a le plus de chance de l'emporter actuellement c'est un binôme Rousset-Delaunay avec autour bien sur tous les autres du PS. C'est pas fait, c'est ce que je croisle plus porteur si c'est accompagné des autres personnalités fortes du parti local qui représentent des territoires et deuxièmement au sein d'une liste ouverte à la fois aux verts, aux quelques éléments ducentre qui le souhaiteront-le centre le plus éclairé-aux communistes bien sûr et à la société civile.

@: C'était une victoire surprise ?

M.D: C'est vrais on ne me donnait pas gagnante. Je vais vous confier queje disais même toujoursà mon équipe : nous avons 5% de chance maissi nous gagnons, c'est le jackpot.

@: Effectivement, nous étions à la mairie le soir des résultats: ilsont recompté 5 fois, ils n'y croyaient pas mais comment expliquezvous cette défaite d'Alain Juppé? Il a eu des mots durs quand Royal estvenue vous soutenir, il aurait déclaré "on ne tire pas sur une ambulance".

M.D: Je pense que ça a était très maladroit de sa part, il ne fautjamais mépriser l'adversaire, ça a été l'exemple. Vous savez je penseque toutes les élections dépendent d'un concours de facteurs ; AlainJuppé a fait des erreurs.

@ : Le fait aussi qu'il ait dit qu'il ne siégerait pas...

M.D: Voila, c'était une erreur après avoir provoqué une municipaleanticipée et dit qu'il se consacrerait désormais à sa ville pourrepartir 6 mois après à Paris mais... je crois que nous avons faitsurtout une campagne de terrain, très crédible, sans agressivitécontrairement à Alain Juppé et que ceci compte car on a bientravaillé. Mais c'est conjonction d'éléments, il y a aussi le sursautnational, je crois que ce n'est jamais monofactoriel. C'est pour ça queje trouve que l'on pourrait faire mieux que faire toujours dudiagnostic, je crois qu'il faut toujours se porter dans l'enjeusuivant et l'enjeu suivant, c'est vrai que ce sont les municipales. Etl'enjeu suivant c'est surtout apporter aux français des propositionsconcrètes même si nous ne sommes pas au pouvoir. Il ne faut jamais faire une critique sans dire mais nous, que ferions nous ?

@:Justement vous étiez à Melle pour la rentrée politique de Royal

M.D:J'ai eu un rôle politique extrêmement fort, je lui ai apporté desverres d'eau (rires).

@: Là nous sommes à la 15ème université d'été du PS dont le mot d'ordreest "Diagnostic pour la rénovation," quel rôle voulez-vous jouer danscette rénovation?

M.D: Je souhaite beaucoup y apporter mon grain de sable en amenantdes idées et en essayant de les mettre en phase avec le XXIèmesiècle. On disait autrefois que les socialistes défendaient la veuve etl'orphelin, mais il n'y a plus d'orphelins et les veuves ont bienchangé. Il faut que nous nous remettions d'avantage en phase.

@:Vous avez l'impression que le PS doit passer directement du XIXéme
au XXIème siècle ?

M.D: Non. Je pense qu'il n'a pas suffisamment abordé les problèmes avecle langage (même si ce n'est qu'un aspect) et surtout la prise deconscience de ceux qui sont maintenant les problèmes nouveaux. Il y aeu par exemple un bon atelier sur le marché. Il est bien évident que
les socialistes vivent au sein d'une économie de marché. Il nous fautdonc trouver comment il peut être générateur de redistributions et derégulations mais ce n'est plus la peine de se battre sur le fait qu'ily a une économie de marché, c'est une réalité et c'est d'ailleurs ceque nous souhaitons : l'étatisme soviétique, c'est pas notretruc. Rénovons les vieilles lunes ! Mais aujourd'hui à La Rochelle, jetrouve qu'il y a trop de diagnostic. Moi, je suis entré au PS en 2002 etdepuis 5 ans on fait du diagnostic ! Alors je suis médecin et je pensequ'on doit arriver un jour à la thérapeuthie, autrement le malade esttrès malade. J'exagère, on a fait des propositions, on a un programme
mais c'est à dire vraiment être plus concret. Et ça ça ne se fait pas en faisant ce que je fais maintenant : dire on va le faire, on va le faire mais en le faisant.

@:Du réel dans l'opposition aussi...
M.D : Voila : critique et contre mesure. Vous savez, il y a de quoicritiquer. Le 4 août pendant la révolution, les privilèges ont étéabolis. Eh bien on est en train de les rétablir. Par exemple, le
privilège de la naissance en exonérant les droits de succession. Onpeut avoir la fortune sans le mérite mais ce n'est rien à monsens. Donc vous voyez, il y a des questions à poser autrement. Je penseque les français n'ont pas compris les droits de succession. Déjà 40%des français étaient légitimement exonérés. Mais quand Sarkozy parled'aider les propriétaires des "petits pavillons de banlieues", enréalité c'est pour les patrimoines déjà très gros. C'est comme ça qu'ilfaut qu'on parle, avec des chiffres aussi. Je crois que nous avons fortà faire. Pour nous faire entendre d'abord car les médias ne sont pasmajoritairement prêts à nous écouter sur les vrais sujets. On nous écoute pour savoir si Strauss Kahn est ici, si Fabius...

@ : C'est vrai qu'il n'y a pas grand monde !
M.D : Mais on s'en fout (Deux fois avec le sourire). S'ils veulent pasvenir, c'est qu'ils ne veulent pas travailler avec nous. L'éléphant est làpour se montrer au lieu d'être dans les séminaires avec nous. ça n'apas d'importance.


@:La question du leadership a une importance aussi.
M.D : Oui mais... Je n'attends pas de La Rochelle qu'il y ait la fuméeblanche qui sorte, c'est pas l'élection du pape ! C'est essayerd'intéresser les médias et les français à un autre modèle de société.


@:A titre personnel, vous avez désormais l'étiquette "tombeuse d'Alain Juppé". Comment vivez vous cette image?

M.D : Pas bien. Je vais essayer de l'inverser. C'est normal, Alain Juppé afait énormément pour ma (hésitation, elle rougit etsourit) renommée. C'est vrai que ça donne plus de renommée que de battreJulien Tartampion. C'est certain mais il ne faut pas en rester là, lesbordelais m'ont fait confiance. C'était une grande audace que d'élireune femme politique qui n'en fait seulement que depuis cinq ans, plutôt qu'unhomme politique extrêmement chevronné. Donc je vais essayer non pas de surprendre mais de leur rendre cette confiance.

@: Vous aviez eu des mots de compassion pour lui quand il s'étaitemporté face aux journalistes du salon du vin "SI je pouvais crever, ça vous ferait plaisir".

M.D : Ce n'était pas de la compassion mais du respect. Je trouve quec'est toujours difficile de perdre. J'ai regretté qu'il quitte sonposte de ministre. A mon avis, il ne faut pas mélanger les scrutins.

@:Vous pensez que cette règle était ciblée contre lui ?

M.D : Je vais vous répondre autrement, je pense que si le président dela République avait voulu ne pas accepter sa démission, ce n'était pas difficile.

Propos recueillis par Paul Larrouturou et Morgan Marietti

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
309
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !