10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.

30/11/17 : Le 20 décembre, la salle de spectacles “Les Cigales“ à Luxey (40) accueille Françis Huster pour un seul-en-scène moderne et engagé, à l’image de celui qu’il incarne: Albert Camus. Rendez-vous à 21h. Pensez à réserver sur www.musicalarue.com !

30/11/17 : Du 5 au 16 décembre, la médiathèque du Marsan (à Mont-de-Marsan) accueille une exposition d'affiches créée à l'occasion du cinquantième anniversaire d'Amnesty International. Objectif: sensibiliser et éduquer aux droits humains.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

  • 07/12/17 | L'avenir du vélo en débat à La Rochelle

    Lire

    Depuis douze ans, la Charente-Maritime organise ses Tribunes de l'Innovation autour de grands thèmes d'actualité comme la solidarité, la mondialisation, etc. Pour cette édition, la "petite reine" est à l'honneur, avec des conférences-débats autour de son histoire, sa place socio-économique, ses innovations technologiques et son avenir en tant que transport doux et durable. RDV (gratuit) le 14 décembre à 18h à la Maison du Département. Ouvert au grand public sur inscription au 05 46 31 72 00.

  • 06/12/17 | Nouveau record pour Bordeaux-Mérignac

    Lire

    En novembre 2017, le trafic international continue de soutenir les bons résultats de l'Aéroport de Bordeaux-Mérignac et affiche un record mensuel de croissance pour 2017 de +26,3%. Ce premier mois de la saison Automne-Hiver a vu 404.000 passagers mensuels transportés (+3,2%). Depuis début 2017, le trafic de la plate-forme bordelaise progresse de +8,2% et 5.772.000 passagers ont été transportés. Une fin d'année qui s'annonce très positive à Bordeaux avec cependant un bémol, la baisse de 10,3% du trafic national liée au recul de Paris.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Et si le PS tentait le ticket Rousset-Delaunay pour emporter la mairie de Bordeaux ?

03/09/2007 |

Michèle Delaunay

C'était le 16 juin 2007, personne n'a oublié cette victoire surprise. Michèle Delaunay,(photo en compagnie de Philippe Madrelle) la candidate socialiste, en politique depuis seulement 6 ans, fait tomber l'ex-premier ministre Alain Juppé dans la 2° circonscription de Gironde, détenue par la droite depuis 60 ans ! Désormais, le PS en Gironde ne rêve que d'une chose : prendre la mairie de Bordeaux en 2008. Mais si Juppé a déclaré qu'il "n'irait pas au casse pipe", qui se lancera dans la bataille du côté des socialistes ? Depuis, les universités du PS à la Rochelle, Michèle Delaunay délivre en exclusivité pour Aqui! sa solution : un ticket Rousset-Delaunay. Une idée qui devrait faire couler beaucoup d'encre et pourrait pousser certains candidats à se dévoiler...

Aqui! : Vous avez battu Alain Juppé aux législatives...

Michèle Delaunay : ... et nous espérons recommencer...

@:...comment s'annoncent les municipales?

M.D : Je ne suis jamais formidablement optimiste, c'est à dire que je ne vends pas de la soupe ; je pense qu'elles s'annoncent difficiles mais on peut gagner. En y mettant beaucoup de travail, en étant très intelligent, en ayant l'esprit collectif, en choisissant celui et celle qui ont leplus de chances de gagner. Et surtout en jouant collectif, en étant parfaitement unis, ce qui n'est pas toujours une des qualitésprincipales du PS à Bordeaux comme sur le plannational. Donc je pense que c'est faisable si on est vraiment très bon. On dit toujours: nous gagnerons si nous sommes les plus forts et je pense que c'est possible. Donc actuellement j'y travaille personnellement, je prends des contacts, j'essaye d'y apporter ce que je peux. Je crois et j'espère que nous aurons une équipe à présenter d'ici fin septembre.

@:Vous avez des noms peut être...

M.D: Je vais le dire...Je pense que ce qui a le plus de chance de l'emporter actuellement c'est un binôme Rousset-Delaunay avec autour bien sur tous les autres du PS. C'est pas fait, c'est ce que je croisle plus porteur si c'est accompagné des autres personnalités fortes du parti local qui représentent des territoires et deuxièmement au sein d'une liste ouverte à la fois aux verts, aux quelques éléments ducentre qui le souhaiteront-le centre le plus éclairé-aux communistes bien sûr et à la société civile.

@: C'était une victoire surprise ?

M.D: C'est vrais on ne me donnait pas gagnante. Je vais vous confier queje disais même toujoursà mon équipe : nous avons 5% de chance maissi nous gagnons, c'est le jackpot.

@: Effectivement, nous étions à la mairie le soir des résultats: ilsont recompté 5 fois, ils n'y croyaient pas mais comment expliquezvous cette défaite d'Alain Juppé? Il a eu des mots durs quand Royal estvenue vous soutenir, il aurait déclaré "on ne tire pas sur une ambulance".

M.D: Je pense que ça a était très maladroit de sa part, il ne fautjamais mépriser l'adversaire, ça a été l'exemple. Vous savez je penseque toutes les élections dépendent d'un concours de facteurs ; AlainJuppé a fait des erreurs.

@ : Le fait aussi qu'il ait dit qu'il ne siégerait pas...

M.D: Voila, c'était une erreur après avoir provoqué une municipaleanticipée et dit qu'il se consacrerait désormais à sa ville pourrepartir 6 mois après à Paris mais... je crois que nous avons faitsurtout une campagne de terrain, très crédible, sans agressivitécontrairement à Alain Juppé et que ceci compte car on a bientravaillé. Mais c'est conjonction d'éléments, il y a aussi le sursautnational, je crois que ce n'est jamais monofactoriel. C'est pour ça queje trouve que l'on pourrait faire mieux que faire toujours dudiagnostic, je crois qu'il faut toujours se porter dans l'enjeusuivant et l'enjeu suivant, c'est vrai que ce sont les municipales. Etl'enjeu suivant c'est surtout apporter aux français des propositionsconcrètes même si nous ne sommes pas au pouvoir. Il ne faut jamais faire une critique sans dire mais nous, que ferions nous ?

@:Justement vous étiez à Melle pour la rentrée politique de Royal

M.D:J'ai eu un rôle politique extrêmement fort, je lui ai apporté desverres d'eau (rires).

@: Là nous sommes à la 15ème université d'été du PS dont le mot d'ordreest "Diagnostic pour la rénovation," quel rôle voulez-vous jouer danscette rénovation?

M.D: Je souhaite beaucoup y apporter mon grain de sable en amenantdes idées et en essayant de les mettre en phase avec le XXIèmesiècle. On disait autrefois que les socialistes défendaient la veuve etl'orphelin, mais il n'y a plus d'orphelins et les veuves ont bienchangé. Il faut que nous nous remettions d'avantage en phase.

@:Vous avez l'impression que le PS doit passer directement du XIXéme
au XXIème siècle ?

M.D: Non. Je pense qu'il n'a pas suffisamment abordé les problèmes avecle langage (même si ce n'est qu'un aspect) et surtout la prise deconscience de ceux qui sont maintenant les problèmes nouveaux. Il y aeu par exemple un bon atelier sur le marché. Il est bien évident que
les socialistes vivent au sein d'une économie de marché. Il nous fautdonc trouver comment il peut être générateur de redistributions et derégulations mais ce n'est plus la peine de se battre sur le fait qu'ily a une économie de marché, c'est une réalité et c'est d'ailleurs ceque nous souhaitons : l'étatisme soviétique, c'est pas notretruc. Rénovons les vieilles lunes ! Mais aujourd'hui à La Rochelle, jetrouve qu'il y a trop de diagnostic. Moi, je suis entré au PS en 2002 etdepuis 5 ans on fait du diagnostic ! Alors je suis médecin et je pensequ'on doit arriver un jour à la thérapeuthie, autrement le malade esttrès malade. J'exagère, on a fait des propositions, on a un programme
mais c'est à dire vraiment être plus concret. Et ça ça ne se fait pas en faisant ce que je fais maintenant : dire on va le faire, on va le faire mais en le faisant.

@:Du réel dans l'opposition aussi...
M.D : Voila : critique et contre mesure. Vous savez, il y a de quoicritiquer. Le 4 août pendant la révolution, les privilèges ont étéabolis. Eh bien on est en train de les rétablir. Par exemple, le
privilège de la naissance en exonérant les droits de succession. Onpeut avoir la fortune sans le mérite mais ce n'est rien à monsens. Donc vous voyez, il y a des questions à poser autrement. Je penseque les français n'ont pas compris les droits de succession. Déjà 40%des français étaient légitimement exonérés. Mais quand Sarkozy parled'aider les propriétaires des "petits pavillons de banlieues", enréalité c'est pour les patrimoines déjà très gros. C'est comme ça qu'ilfaut qu'on parle, avec des chiffres aussi. Je crois que nous avons fortà faire. Pour nous faire entendre d'abord car les médias ne sont pasmajoritairement prêts à nous écouter sur les vrais sujets. On nous écoute pour savoir si Strauss Kahn est ici, si Fabius...

@ : C'est vrai qu'il n'y a pas grand monde !
M.D : Mais on s'en fout (Deux fois avec le sourire). S'ils veulent pasvenir, c'est qu'ils ne veulent pas travailler avec nous. L'éléphant est làpour se montrer au lieu d'être dans les séminaires avec nous. ça n'apas d'importance.


@:La question du leadership a une importance aussi.
M.D : Oui mais... Je n'attends pas de La Rochelle qu'il y ait la fuméeblanche qui sorte, c'est pas l'élection du pape ! C'est essayerd'intéresser les médias et les français à un autre modèle de société.


@:A titre personnel, vous avez désormais l'étiquette "tombeuse d'Alain Juppé". Comment vivez vous cette image?

M.D : Pas bien. Je vais essayer de l'inverser. C'est normal, Alain Juppé afait énormément pour ma (hésitation, elle rougit etsourit) renommée. C'est vrai que ça donne plus de renommée que de battreJulien Tartampion. C'est certain mais il ne faut pas en rester là, lesbordelais m'ont fait confiance. C'était une grande audace que d'élireune femme politique qui n'en fait seulement que depuis cinq ans, plutôt qu'unhomme politique extrêmement chevronné. Donc je vais essayer non pas de surprendre mais de leur rendre cette confiance.

@: Vous aviez eu des mots de compassion pour lui quand il s'étaitemporté face aux journalistes du salon du vin "SI je pouvais crever, ça vous ferait plaisir".

M.D : Ce n'était pas de la compassion mais du respect. Je trouve quec'est toujours difficile de perdre. J'ai regretté qu'il quitte sonposte de ministre. A mon avis, il ne faut pas mélanger les scrutins.

@:Vous pensez que cette règle était ciblée contre lui ?

M.D : Je vais vous répondre autrement, je pense que si le président dela République avait voulu ne pas accepter sa démission, ce n'était pas difficile.

Propos recueillis par Paul Larrouturou et Morgan Marietti

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
246
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !