Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/06/18 : Après dix mois de travaux nécessités par le futur TramBus Tarnos-Biarritz, le pont historique qui enjambe l'Adour à Bayonne sera rouvert ce 2 juillet et festivement inauguré. Passage réalisé une habile quote-part entre voitures-bus, vélos- piétons.

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/06/18 | Basque et gascon au côté du français au Pays basque

    Lire

    Vendredi soir, après d'âpres discussions, la Communauté Pays basque, a voté -par vote électronique- "dans le respect du cadre juridique, la reconnaissance officielle du basque et du gascon comme langues de son territoire au côté du français." Le débat a porté sur la territorialité, la place du gascon par rapport au basque. Avec 59,65% des voix,l'amendement pour supprimer le périmètre géographique initialement prévu entre Basque et Gascon a été adopté.le gascon a évité une frontière linguistique au sein du territoire.

  • 25/06/18 | Le festival Sunny Side à La Rochelle du 25 au 28 juin

    Lire

    Le festival international du film documentaire Sunny Side of the dock prend de nouveau ses quartiers à l'espace Encan de La Rochelle pour quatre jours d'échanges entre professionnels de l'audiovisuel. Avec une nouveauté cette année : la journée du mercredi sera dédiée à l'usage du digital dans les collectivités locales, en particulier en terme de communication touristique. Le grand public pourra quant à lui découvrir les vidéos en réalité augmentée de Pixii. Renseignements : www.docmarkets.com

  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Européennes : Interview de Gilles Savary : « Ré-incrémenter la démocratie dans les lieux de pouvoir »

02/06/2009 |

Gilles Savary, député européen

Comme toute chose a une fin, notre série d'interview de députés européens, réalisée à Strasbourg, s'achève aujourd'hui, avec l'entretien que nous a accordé Gilles Savary. Elu au Parlement européen depuis 1999, cette figure du paysage politique girondin, assis sur les bancs du Parti socialiste européen de l'hémicycle Strasbourgeois, sera, pour beaucoup, le grand absent des élections à venir. C'est dans son bureau, situé au coeur du bâtiment du Parlement européen qu'il a accepté de nous recevoir pour nous livrer son avis, très éclairé, sur les enjeux des élections européennes du 7 juin prochain.

@qui! : En quoi l'Europe et son Parlement européen sont-ils importants pour les citoyens français ?
Gilles Savary. : Le premier élément à souligner c'est que 70% des lois de notre vie quotidienne viennent de l'Europe. Et celade manière directe, par le biais des règlements européens, ou de manière indirecte par l'obligation de transposition des directives européennes. C'est par exemple le cas des réglementations concernant la chasse, la protection des biotopes avec les zones Natura 2000, mais aussi en ce qui concerne les certifications sur les qualités des plages, la qualoté de l'eau du robinet ou encore en ce qui concerne la sécurité des aires de jeux dans les écoles.
D'autre part, les problèmes ne peuvent plus être traités au seul plan national. En effet, l'interdépendance des économies et la réponse à une crise qui a pris sa source aux Etats-Unis fait que, désormais, toute la planète est concernée. Ce n'est pas à Paris mais à l'échelle supra nationale que l'on règlera le problème. Il faut une Europe forte, c'est-à-dire soutenue par ses citoyens, pour peser au plan économique et social mondial.
C'est également un défi pour l'environnement, on ne peut pas être les seuls à décider de moins polluer, ça n'aurait aucun impact. Nous vivons tous dans le même bain d'atmosphère et d'oxygène. Une réponse séparée, serait une réponse impuissante.

L'Europe puissance: une nécessité
Un troisième exemple pouvant démontrer l'importance de l'Europe : la question de la dépendance en énergie. L'Europe est le plus grand centre de consommation énergétique avec les USA, mais elle a très peu de sources d'approvisionnement. Elle dépend de pays Arabes, dont les sociétés sont de plus en plus anti occidentales, et de la Russie qui a déjà par deux fois fait du chantage au gaz, en 2006 et en 2008. On voit bien que sur cette question de la dépendance énergétique, il faut une capacité de négociation planétaire avec un rapport de force puissant. Là encore, les Etats européens pris séparément sont de plus en plus fragile et risquerait de perdre leur indépendance. Nous devons afficher une seule volonté, que l'Europe soit leader du monde.
Sur la question migratoire, l'Afrique est tellement pauvre et malheureuse, qu'il pèse une forte pression migratoire sur l'avenir de l'Europe. Il faut donc là encore une politique migratoire commune tout en posant une politique de l'asile conforme à nos valeurs. En parallèle, il faut mettre en place une politique de co-développement pour faire en sorte que ces gens qui jouent leur vie pour venir jusqu'ici, trouvent les ressources chez eux par l'aide au développement.
La France est trop petite pour garder le « standing » de puissance coloniale qu'elle a eu jusqu'en 1962. Cependant elle reste très privilégiée car elle connaît la paix et la prospérité, pour le reste, il faut jouer collectif. Rester dans les « vertus du colonialisme », si tant est qu'il y en ait eues, ne peut-être suffisant. La France doit retrouver des degrés de puissance en accélérant la construction européenne.

« Un drame démocratique ! »

@! : Quelle est votre réaction face aux prévisions d'abstention et avez-vous des suggestions, notamment sur l'élection en elle-même, pour y remédier ?
G.S : Le Traité de Lisbonne fixe le nombre de députés européen à 732 et on gardera ce chiffre. On ne pourra jamais prétendre à être très visible. En France, on représente environ 700.000 personnes par député européen. On ne peut pas être plus nombreux pour une question de coût et de fonctionnement cohérant de l'Assemblée européenne. Nous serons toujours plus lointains qu'un Maire ou qu'un député national, les efforts doivent donc être faits par le Gouvernement et les médias pour faire vivre l'Europe. Pour être conforme à la réalité des choses, il faudrait que le 20 heures ouvre chaque jour sur une question européenne, car cela nous concerne directement. Il n'y a pas d'espace public européen et on assiste à un rétrécissement national qui est préoccupant pour la démocratie. Les classes politiques n'ont pas envie de laisser la place pour une légitimité européenne qui risquerait de les déclasser. C'est un drame démocratique ! On multiplie les votes au niveau national, auquel pourtant les pouvoirs échappent. Il y a un véritable porte-à-faux entre le lieu du vote et le lieu d'exercice du pouvoir. Il y a de plus en plus besoin de régionalisation au niveau mondial, or celle-ci échappe au pouvoir démocratique. Prenons par exemple le récent G20, qui est un lieu de concertation important pour l'avenir du monde, il n'y a aucune décision du peuple. Une question primordiale aujourd'hui est de savoir comment ré incrémenter la démocratie là où s'est déplacé le pouvoir. Le seul contre exemple à ça, c'est le Parlement européen qui dans un contexte de régionalisation du pouvoir est élu au suffrage universel.
Pour en revenir aux prévisions sur l'abstentionnisme, c'est désolant, mortifiant de voir que cette possibilité de réinstaller la démocratie dans un lieu de pouvoir est totalement laissée en jachère.

"Ne pas confondre le projet européen et la politique européenne"

@! : D'après vous, comment peut-ont expliquer ces "tentations abstentionnistes"?
G.S.: Trois grandes raisons peuvent les expliquer. Tout d'abord, les Français ne comprennent pas les rouages de l'Europe. Dans ce cas, deux possibilités : soit, ils s'estiment sous-qualifiés pour exprimer un vote, ce qui est respectable, soit ils sont détournés du vote par des causes considérées comme nationale et expriment alors un vote exutoire pour le plan national. Ils sont donc hors-sujet, et surtout pour eux même.
Le deuxième élément qui explique l'abstention tient à ce que l'Europe fait le sale boulot des décisions impopulaires que les Etats ne veulent pas ou ne peuvent pas prendre. C'est par exemple le cas sur les mesures concernant la pêche au thon ou au cabillaud. Ce sont des mesures difficiles mais nécessaires ; elles évitent, en quelque sorte, la disparition de deux espèces : les poissons mais aussi les pêcheurs. Le problème, et c'est le troisième vecteur d'abstention, c'est que l'Europe s'inscrit plutôt dans des échéances à longs termes. Les mesures sont donc souvent impopulaires et entrainent l'éviction de la profitabilité immédiate. C'est le cas de la pêche mais aussi par exemple de l'alcool au volant, de la vache folle, de la fièvre aphteuse, d'un certain nombre de normes sanitaires, etc... L'Europe est alors vue comme un empêcheur de tourner en rond...! Ce à quoi se rajoute un aspect très bureaucratique. Cette bureaucratie, il est vrai est parfois inutile. L'Europe fait parfois des erreurs, mais elle est pilotée par des hommes, elle a donc les même défauts et les mêmes qualités que tous les gouvernements du monde. Il ne faut pas confondre le projet européen, qui était une mondialisation pressentie, et la politique européenne en elle-même. C'est la seconde qui fait l'objet d'un vote. Si la politique européenne en cours ne nous convient pas, on change cette politique par le vote, mais il ne faut pas refuser cette chance de s'exprimer.

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
496
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !