Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/20 | Ile de Ré : circulation en alternat sur le viaduc le 23 janvier

    Lire

    La circulation sur le pont de l'île de Ré va se faire en alternance, le 23 janvier entre 8h et 18h. Suite à une rupture de câble à l’intérieur de l'ouvrage d'art en 2018, le Département de la Charente-Maritime a entrepris des travaux depuis, en plusieurs étapes. Le câble remplacé, il s'agit désormais de poser des capteurs sur le pont, afin de détecter toute autre défaillance possible. L'opération devait se dérouler le 20 janvier mais été reportée au 23 à cause d'une alerte aux vents forts.

  • 21/01/20 | Olympiades des métiers: toujours plus de candidats !

    Lire

    Près de 1 000 jeunes Néo-Aquitains passionnés par leur métier sont candidats pour participer à la 46ème édition des Olympiades des Métiers, et, dans un premier temps, aux finales régionales organisées par la Région qui auront lieu du 19 au 21 mars au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac. Mais dans certaines disciplines, les candidats étant trop nombreux, des pré-sélections sont organisées en amont dans plus de 60 établissements afin de sélectionner les 5 meilleurs candidats ou équipe de candidats qui participeront à ces finales. Le calendrier des pré-sélections (du 21 janvier au 8 février)est sur le site www.olympiadesmetiers.fr

  • 21/01/20 | L’Arkéa Aréna frôle le demi-million de spectateurs

    Lire

    48 000 personnes se sont retrouvées dans les salles sombres de l’Arkéa Arena, autour des 88 évènements organisés cette année. Ce joli score lui permet de conserver sa première place en matière de fréquentation, pour une salle de spectacle en France (hors Paris). Et l’année 2020, réserve bien des surprises avec déjà à l’affiche des artistes francophones, Jean-Louis Aubert, M, Gad Elmaleh et internationaux avec entre autres, Simple Minds et Texas mais aussi de grands spectacles avec la venue du Cirque Du Soleil et Disney Sur Glace.

  • 21/01/20 | Le championnat du monde de plongeon revient à La Rochelle en juin

    Lire

    Après quatre ans d'absence, le championnat du monde de plongeon revient à La Rochelle le 6 juin, a annoncé le 14/01 le Red Bull Cliff Diving. Populaire, le spectacle attirait une vingtaine de compétiteurs à chaque édition et quelque 70 000 spectateurs. Le show est impressionnant : les plongeurs s'élancent traditionnellement du haut de la vingtaine de mètres de la tour Saint-Nicolas, à l'entrée du port de La Rochelle. Pour la première fois, 12 athlètes femmes seront également en lice.

  • 21/01/20 | Chalair et Air France renforcent leur partenariat au départ de Limoges

    Lire

    Les deux compagnies aériennes françaises annoncent un partage de codes sur leurs vols vers les aéroports de Paris/Orly et Lyon au départ de Limoges. Ainsi chacun des vols de ces deux lignes aura deux numéros, un pour chaque compagnie. Ce partenariat rendra plus fluides les transits et la gestion des bagages pour les vols impliquant une correspondance entre les deux compagnies. Chalair est le leader français de l'aviation sur les vols régionaux de moins de 70 sièges.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Evacuation des squats : les solutions peinent à émerger

31/07/2019 | La solidarité citoyenne s’organise en attendant que l’Etat et les collectivités prennent en charge les personnes sur un plan social, sanitaire et administratif

Athénée Libertaire

Entre le 23 et le 26 juillet, au moins trois expulsions de squats ont eu lieu : un hôtel rue Lafaurie de Monbadon, un camp de Sahraouis rue Kléber et la Flèche Saint Michel, occupée par des personnes à la rue qui ont voulu rendre visible leur détresse. Alors que le thermomètre affichait 43°C, cette série d’expulsions a suscité de nouvelles réactions dans le monde militant, politique et associatif. Un nouveau diagnostic a pu être établi et les collectivités sont à la recherche de bâtiments publics à réquisitionner.

Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine et de la proximité, revient sur les évacuations de la semaine dernière : « A Bordeaux, nous nous retrouvons confrontés à des situations terriblement compliquées à gérer. Les squats ont souvent été organisés dans des immeubles ne pouvant pas être habités ou recevoir des publics. C’est l’exemple typique de l’hôtel Balzac [rue Lafaurie de Monbadon] qui a été fermé pour des raisons de sécurité en 2015, à cause d’un risque d’effondrement des murs et de la toiture. Ces squats suscitent toujours une émotion à double titre chez les habitants. Ils demandent leur fermeture parce qu’ils génèrent un certain nombre de difficultés pour leur vie quotidienne, et ils demandent à l’Etat de prendre ces personnes en charge. » 

La Flèche de Saint Michel était occupée depuis plusieurs semaines par une trentaine de personnes. Pour les bénévoles sur place, c’était une manière de rendre visible la détresse des sans-abris tout en se regroupant pour être en sécurité. Du côté de la mairie, le ton est ferme : « Il y a des choses qu’on ne veut pas laisser faire, affirme Jean-Louis David. L’envahissement de la Flèche Saint Michel sur l’espace public avec l’installation de cuisines, de bouteilles de gaz, c’est non. Autant de fois des gens s’installeront à cet endroit, autant de fois ils seront évacués. »

 

La Flèche St Michel
La Flèche St Michel
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des militants de Génération.s alertent sur une « urgence humanitaire » et demandent à Mme la Préfète de « surseoir aux expulsions et de réquisitionner des bâtiments dignes pour la mise à l’abri de ces personnes à la rue. » Loïc Prud’homme, député LFI de Gironde, dénonce « l’inaction des institutions », notamment celle des maires et de la Préfète qui n’utilisent pas leur droit de réquisition pour loger les personnes démunies en urgence.

Un nouveau point de départ pour avancer (lentement) vers des solutions

Jean-François Puech, le Président de Ovale citoyen, un club de rugby social et solidaire, se félicite de la réunion qui a eu lieu vendredi 26 juillet avec Jean-Louis David, Emmanuelle Ajon (Vice-Présidente du département en charge de la protection de l’enfance), Naïma Charaï (conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine) et des représentants des associations et des personnes expulsées. Suite à cette réunion, la Préfecture a mandaté le Samu social pour établir un diagnostic social sur les occupants de la Bourse du travail. Le processus a été validé par l’ensemble des acteurs impliqués. Il s’est avéré que 70% des personnes présentes en ce lieu étaient éligibles à un logement. L’OFII leur a proposé des solutions d’hébergement, mais le nombre de personnes relogées n’a pas été communiqué.

Maria Lefort, Présidente de la Cimade de Bordeaux, tempère cette nouvelle qui ne concerne pas toutes les personnes expulsées, mais uniquement celles qui ont trouvé refuge à la Bourse du travail. La Cimade s’est mise en lien avec des avocats pour lancer des actions en justice afin de faire valoir l’accès aux droits des personnes expulsées. Elle déplore le fait que la Préfète parle souvent des Centres de Rétention Administrative, « ce qui sous-entend que la plupart des personnes sont en situation irrégulière alors que cela concerne une minorité d’entre elles, . Il y a beaucoup de demandeurs d’asile, de personnes qui ont un titre de séjour ou qui sont réfugiés, des Français et des ressortissants de l’Union Européenne. » La situation de deux jeunes nigérianes qui ont été emmenées au CRA d’Hendaye avant d’être expulsées en Espagne avait fait beaucoup de bruit. Elles sont revenues en France depuis et ont déposé une demande d’asile et une demande de titre de séjour.

Pour la ville de Bordeaux, Jean-Louis David s’est engagé à ce que le CCAS (Centre communal d’action sociale) et le service de solidarité de la ville soient encore plus attentifs aux personnes expulsées. « On cherche à améliorer humainement la situation, déclare-t-il, leur prise en charge au niveau de l’hébergement étant du ressort de l’Etat. »

La proposition d’un bail précaire a été mise sur la table. Il permettrait de fournir un accueil temporaire au sein d’un bâtiment réquisitionné par les collectivités pour loger des personnes sur une durée déterminée en attendant que des solutions de logement pérenne soient trouvées pour chacune d’entre elles. Les collectivités sont à la recherche de locaux pouvant répondre à la situation.

En attendant, la solidarité citoyenne se structure. Des citoyens militants, du milieu associatif et syndicaliste, gèrent la Bourse du travail et l’Athénée. « Déjà, les gens commencent à être très fatigués, souligne Maria Lefort. » Les bénévoles insistent sur le caractère temporaire de cette mobilisation. Jean-Louis David assure que la ville de Bordeaux est prête à soutenir ces actions.

De nouveaux squats s’ouvrent

Sans remettre en cause la validité juridique des expulsions de squats, les associations regrettent la manière dont elles sont menées, entrainant les personnes dans une boucle dont il est difficile de sortir. « Face à l’urgence, la seule réponse c’est l’ouverture de nouveaux squats, déclare Maria Lefort. Une ouverture a eu lieu hier. Si on parle de 130 à 150 squats à Bordeaux, c’est parce qu’il y a toujours des gens à la rue. Quand un squat ouvre, on lance un appel aux dons. Au moment de l’expulsion, tout est détruit. Un nouveau squat ouvre et il faut refaire à nouveau des appels aux dons. C’est sans fin. »

Jean-François Puech, président de Ovale citoyen, regrette aussi cette méthode. « On avait pas mal de joueurs au Gars rage [le squat rue des Cordeliers], témoigne-t-il. Il y avait un vrai travail social avec une permanence juridique, des cours de français… En cassant le squat, on casse le travail aussi. »

Jean-Louis David s’est rendu à l’Athénée Libertaire il y a une semaine. « Tous ces gens nous expliquent que la France est une terre d’asile, une terre des droits de l’homme. Ils s’en font une image extraordinaire. Ils disent tous « Nous sommes ici pour trouver un logement et du travail parce que nous aimons la France ». C’est intéressant à entendre, mais ça n’est pas très facile à mettre en œuvre, ça met du temps. »

Maria Lefort entend les mêmes propos : « Où est le pays des droits de l’Homme ? » On entend de la part de ressortissants africains. Ou encore « La France était bien contente de trouver des Africains pour bosser quand il fallait. Vous avez colonisé nos pays et aujourd’hui, il n’y a pas de retour d’ascenseur. »

Samedi dernier, une manifestation en soutien aux migrants a eu lieu devant le Grand Théâtre. Environ 200 personnes étaient présentes.

Léa Calleau
Par Léa Calleau

Crédit Photo : Léa Calleau

Partager sur Facebook
Vu par vous
6713
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !