20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/05/22 | 124 000 € d'aides régionales pour les projets de Parsejoux-Valade

    Lire

    L'entreprise corrézienne Parsejoux-Valade a pour objectif de développer son activité principale la palette légère en petite série à destination de l'industrie. La société a investi dans une ligne de clouage pour plateaux de palettes équipé d'un robot anthropomorphique 6 axes, une machine de découpe pour dés de palettes, et une extension immobilière afin d'installer un séchoir à bois. La nouvelle ligne de clouage permettra en outre une baisse de 40% de la consommation énergétique vis-à-vis d'une ligne de clouage hydraulique classique. 4 créations d'emploi sont envisagés.

  • 20/05/22 | Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions se développe à Parthenay

    Lire

    La société Lisi Aerospace Forged Integrated Solutions, acteur majeur international sur le marché des pièces de structures, de moteurs, d'équipements aéronautiques et de transformation des métaux, est spécialisée à Parthenay dans l'usinage et la finition des produits complexes. Pour son site deux-sévriens, elle souhaite augmenter la compétitivité, améliorer l'agilité notamment. Pour ce faire, elle va intégrer les outils de l'usine 4.0 et la transformation numérique à sa production.

  • 20/05/22 | L'agglomération d'Agen agit pour la gestion des biodéchets

    Lire

    L'agglomération d'Agen a construit, dans le cadre d'un travail collectif, un nouveau service public de valorisation des déchets de demain, le projet Tribio. Le projet vise à proposer à l'ensemble des habitants de l'agglomération des solutions de gestion de proximité des biodéchets et des déchets verts. À terme, l'objectif est de sortir des ordures ménagères résiduelles 3 500 tonnes et de réduire la quantité de déchets verts gérées par l'agglomération de 2 000 tonnes.

  • 19/05/22 | Danse Azur intègre le programme « Usine du Futur »

    Lire

    En Haute-Vienne, la société Danse Azur est reconnue pour son niveau de technicité de ses chaussons de danse. Elle a créé en 2020 une filiale aux Etats-Unis afin de poursuivre son développement. Pour continuer sa croissance, Danse Azur vient d'intégrer le programme du Conseil régional « Usine du Futur » pour l'aider à identifier des leviers d'actions, à augmenter ses capacités de production, sa maîtrise des coûts et le développement plus écologique de ses produits.

  • 19/05/22 | MethaBruant ou la méthanisation agricole en injection

    Lire

    A Roumegoux en Charente-Maritime, l'EARL Du Bruant a initié le projet MethaBruant qui est un projet de méthanisation agricole en injection. En plus de mieux traiter et valoriser les effluents, MethaBruant va apporter des compléments de revenus aux agriculteurs et faciliter l'installation d'un nouvel employé. Le lycée agricole de Saintes a décidé de participer à ce projet en fournissant les effluents d'élevage.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Ferrocampus : une étape franchie vers la concrétisation

05/10/2020 | La Région et la SNCF ont signé une lettre d’intention posant le calendrier et les modalités du projet

1

Faire du technicentre de Saintes un pole de formation, d’entretien et d’innovation permettant de répondre aux besoins des nouveaux métiers du ferroviaire, telle est l’ambition de la Région à l’horizon 2025. Lancé en janvier 2020, le projet de Ferrocampus vient de franchir une nouvelle étape vers sa concrétisation. La collectivité et la SNCF ont signé le 2 octobre une « lettre d’intention » fixant le calendrier et les modalités des travaux. Une association rassemblant les partenaires privés du Ferrocampus sera créée dans la foulée, à l’occasion de la séance plénière de la Région ce lundi.

Le projet est bel et bien sur les rails. Pour preuve, le président de la Région Alain Rousset s’est déplacé le 2 octobre en personne sur le technicentre de Saintes, dont il a visité les locaux. Le technicentre saintais réalise la maintenance des TER de Nouvelle-Aquitaine mais également le démantèlement d’anciens matériels roulants. Sa partie industrielle (avec de la production de pièces, à destination de la maintenance) est considérée comme un centre d’excellence au niveau national dans trois domaines d’activités : le levage (expertise et interventions en 48h max.) ; confections de pièces 3D en petites séries ; logistique industrielle, notamment sur la préparation de kits prêts à monter à destination des autres technicentres de maintenance. L’ambition commune de la Région et de la SNCF est d’associer à cette expertise, un volet formation ainsi qu’un volet recherche et développement. Objectif : faire du pole de Saintes un site unique en son genre en France.

La maquette du technicentre de Saintes : au premier plan, la partie industrielle (usinage de pièces, soudure, peinture, etc.), au fond à gauche la partie maintenance des trains. Le futur centre de formation et de développement est représenté par le rectanLa maquette du technicentre de Saintes : au premier plan, la partie industrielle (usinage de pièces, soudure, peinture, etc.), au fond à gauche la partie maintenance des trains. Le futur centre de formation et de développement est représenté par le rectangle blanc à droite

« On sait que les métiers de la maintenance sont un enjeu stratégique pour demain. On sait aussi que la filière va avoir un besoin croissant dans tous les corps de métiers, du CAP au Master, du technicien à l’ingénieur », argumente Alain Rousset. Il n’oublie pas non plus le 1,2 milliard d’euros investis par la Région pour rénover le réseau ferroviaire régional vieillissant. « On voit aujourd’hui combien la rénovation coûte cher. Il nous faut de la recherche pour trouver les mobilités de demain – pas seulement pour faire des économies sur les rénovations, mais pour être en capacité d’anticiper les travaux de demain. Si on ne le fait pas, la France aura toujours du retard », estime l’édile, qui pense aux avancées en la matière de certains voisins européens. En termes d’innovation, le président de la Région pense aussi bien à la conversion des trains diesels pour d’autres motorisations plus vertueuses, qu’à des « solutions » pour limiter les impacts de l’activité ferroviaire sur l’environnement. « On ne peut plus mettre du glyphosate aux abords des voies, il faut trouver une alternative pour les nettoyer », donne-t-il comme exemple.

Des intentions qui vont dans le sens des idées de Jean-Pierre Farrandou, le président directeur général de la SNCF : « Dans le cadre de la transition écologique, les enjeux sont forts pour le ferroviaire et les mobilités en général. Il y a une urgence à la fois écologique et économique pour nos filières. Nous allons très vite avoir à répondre à des questions comme : comment on se passe du diesel sur nos trains ? Il y a-t-il une autre manière de faire du chemin de fer et laquelle ? Une chose est sûre : la SNCF ne peut plus faire toute seule ».

Des engagements d'industriels nationaux

La lettre d’intention signée le 2 octobre entre la Région et la SNCF prévoit justement de mettre dans la boucle différents partenaires : organismes de formation, CFA, écoles d’ingénieurs, Universités de Bordeaux et de La Rochelle, fédérations professionnelles mais également des entreprises françaises du ferroviaire et de l’aéronautique. Parmi elles, des groupes comme Thalès, Bombardier, Alstom, Saft-Total ou encore la filiale française du japonais Hitachi. La dizaine de partenaires privés vont se constituer en association, actée le 5 octobre lors de la séance plénière de la Région. La mission du collectif est de faire venir d’autres adhérents susceptibles de faire croître le projet. L’objectif est notamment de créer des partenariats pour mettre en place des formations et des technologies, dont des projets d’innovations communes. En tant que membre fondateur, la Région compte « mettre en œuvre une convention pluriannelle d’objectifs et de moyens pour permettre à l’association d’atteindre ses objectifs ».

Ouverture en 2025

De son côté, la SNCF s’est engagée, via la lettre d’intention, à proposer des stages, des contrats en alternance aux diplômés des écoles partenaires, ainsi que la mise à disposition de ses experts dans le cadre des formations. Elle met notamment à disposition deux voies en fin de quai à visée expérimental et de formation. Elle participera également à la « réalisation d’expérimentations » sur son réseau et à « la qualification de nouveaux projets innovants ».

La lettre d’intention du 2 octobre formalise également le calendrier des travaux. Avec pour commencer les modalités d’acquisition du terrain de la SNCF par la Région, qui fait l’objet de tractation depuis début 2020. Le processus devrait être finalisé courant 2021. Les premières formations pourraient d’ores et déjà être accueillies sur le site de maintenance, pour monter en importance à l’horizon 2023. Le Ferrocampus devrait rentrer dans sa phase de maîtrise d’oeuvre en 2022. Des travaux de réhabilitation du site sont à prévoir jusqu’en 2025. En fonction des avancées, le Ferrocampus pourrait officiellement ouvrir en 2024 ou 2025.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
10347
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Boris Vallaud, Gérald Dahan, Jean-Yves Lalanne font partie des élus investis par la NUPES Politique | 12/05/2022

Candidatures de la Nupes: le PS trébuche en Charente avec Jérôme Lambert

Jean Lassalle Politique | 02/05/2022

LEGISLATIVES: L’iconique député béarnais, Jean Lassalle, ne se représente pas

lgv une Politique | 29/04/2022

GPSO : les lignes LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax contestées pour cause de surcoût

Carte électorale et  tampon ''à voté'' Politique | 25/04/2022

Présidentielle: en Nouvelle-Aquitaine les zones urbaines s'opposent aux territoires ruraux

L'hôtel de ville de La Rochelle était aux couleurs du drapeau français pour ces élections Politique | 25/04/2022

Présidentielle en Charente-Maritime : une fracture entre zones rurales et zones urbaines

A Poitiers, Emmanuel Macron arrive devant Marine Le Pen avec 75,16% des suffrages exprimés Politique | 25/04/2022

Présidentielle : Emmanuel Macron arrive en tête mais Marine Le Pen gagne du terrain dans la Vienne

Panneau d'affichage pour le 2nd tour de l'élection présidentielle de 2022 Politique | 25/04/2022

Présidentielle : En Haute-Vienne Emmanuel Macron l’emporte avec plus de 59 % des suffrages

Emmanuel Macron, le président sortant arrive en tête en Dordogne Politique | 24/04/2022

Présidentielle: En Dordogne, Emmanuel Macron devant Marine Le Pen

2em tour Politique | 24/04/2022

Présidentielle : la Gironde confirme son choix pour Emmanuel Macron

Election présidentielle 2022 : Emmanuel Macron versus Marine Le Pen Politique | 24/04/2022

Présidentielle dans les Pyrénées-Atlantiques : Macron domine, Le Pen progresse

Illustration urne Politique | 11/04/2022

Présidentielle: Marine Le Pen en tête dans trois départements sur douze

A Poitiers, Jean-Luc Mélenchon arrive en tête devant Emmanuel Macron et Marine Le Pen Politique | 11/04/2022

Présidentielle dans la Vienne : Poitiers vote Mélenchon quand la Vienne vote pour Macron

C'est Jean Luc Mélenchon qui arrive en tête en Dordogne, lors du premier tour Politique | 11/04/2022

Présidentielle en Dordogne, Marine Le Pen vire en tête

Panneau d'affichage Politique | 10/04/2022

Présidentielle en Haute-Vienne : le résultat conforme au national qualifie Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour

Carte électorale et  tampon ''à voté'' Politique | 10/04/2022

Présidentielle dans les Pyrénées-Atlantiques : les résultats du 1er tour mettent Emmanuel Macron en tête