Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/06/21 | Tonneins : le pôle de santé parie sur la télémédecine

    Lire

    L’association du pôle de santé du tonneinquais en Lot-et-Garonne regroupe une équipe de médecins, infirmiers, sages-femmes, orthophonistes et psychologues. Afin d’apporter aux patients une réponse médicale rapide et efficace, l’association souhaite développer la télémédecine grâce notamment à un partenariat avec la clinique Saint-Hilaire Esquirol. Pour cela, elle va acquérir du matériel connecté comme des stéthoscopes, échographes ou encore ECG.

  • 11/06/21 | Sport et tourisme: des parcours audioguidés à Limoges

    Lire

    En partenariat avec l’application Runnin’City, la Ville de Limoges propose 3 parcours de running touristique gratuits et audioguidés. Le coureur pourra choisir entre 3 parcours, deux de 7km (Centre-Ville et Bords de Vienne) et un de 10km (Uzurat/La Bastide), et sera guidé par le GPS vocal qui lui livrera des anecdotes sur les lieux croisés en chemin. L’application gratuite est disponible en 7 langues.

  • 10/06/21 | Vrai+Local développe le circuit-court

    Lire

    A Périgny en Charente-Maritime, la société Néos est en train de développer le projet Vrai+Local. Né du constat qu’il était plus facile d’acheter un produit provenant de l’autre bout du monde que localement, Vrai+Local apporte une solution logistique afin que les citoyens puissent faire leurs courses en « bio et local » au travers d’une plateforme, d’une collecte et d’une livraison de proximité. Ces livraisons s’effectueront avec des remorques brevetées « Drive Mobile ».

  • 10/06/21 | Rochefort: Le festival Soeurs Jumelles recherche des bénévoles

    Lire

    Le première édition du festival Soeurs Jumelles aura lieu à Rochefort, hommage à la célèbre comédie musicale de Jacques Demy, du 23 au 26 juin 2021. Consacré à la musique et à l’image, tous secteurs confondus, le festival est à la recherche de bénévoles pour aider à l'accueil du public et des professionnels. Le choix des horaires est libre et seules les personnes majeures sont en mesure de postuler. Dans la mesure du possible, des billets pour les séances de films seront offerts aux bénévoles. Le formulaire pour postuler.

  • 10/06/21 | L’Atelier du Vitrail poursuit son développement

    Lire

    A Limoges, L’Atelier du Vitrail conçoit, fabrique et restaure des vitraux sur toute la France. A l’heure actuelle, tous les process de conception, de création et de présentation sont informatisés. Afin de mieux maîtriser ces outils, les salariés doivent s’approprier le Brevet des Métiers d’Art. Objectif: augmenter leurs compétences en matière d’arts appliqués et de peinture sur verre. Pour aider l'entreprise dans son développement, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui attribuer une aide de 40 991,68 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

03/10/2017 | Réunie ce mardi, Nouvelle Aquitaine THD a accueilli deux nouveaux syndicats mixtes dans son organisation. On vous explique ce que ça change pour le déploiement de la fibre.

Nouvelle-Aquitaine THD

Les chiffres fournis fin septembre par une enquête d'UFC Que Choisir sont sans appel : aujourd'hui en France, 7,5 millions de personnes n'ont pas accès à un débit internet correct (soit 11,1% de la population). Plus intéressant encore, l'enquête souligne que ce problème accroît les inégalités entre les départements, plus précisément entre les grandes agglomérations et les territoires ruraux. Dans les communes de moins de 1000 habitants, "moins de deux tiers de la population a, en moyenne, accès à internet dans de bonnes conditions" précise l'association de consommateurs. La Nouvelle Aquitaine ne fait pas exception.

Ainsi, selon cette enquête parue le 29 septembre, "le meilleur du très haut débit est accessible pour moins de 1% de la pipulation en Creuse ou en Dordogne". En Charentes, Dordogne et Lot-et-Garonne, plus d'un habitant sur cinq ne serait ainsi éligible qu'à un accès au débit inférieur à 3 Mbit/seconde, alors même que le débit de référence fixé par les autorités françaises pour le très haut débit est dix fois plus élevé. Seule exception : la Gironde, seul département où plus d'un habitant sur deux à accès au fameux très haut débit. Du côté du gouvernement, on en reste toujours aux objectifs fixés par le plan "France très haut débit" (20 milliards d'euros sur six ans et une couverture totale du territoire pour 2022, objectif dont la faisabilité a été contesté par un précédent rapport de la Cour des Comptes et dernièrement par UFC Que Choisir, qui estime que ce dernier ne sera pas atteint avant 2035). 

"Unis pour être efficaces"

Pour les régions et les départements, il s'agit bien évidemment d'un enjeu fort. Ainsi, selon les propos de Vincent Bouyer, directeur régional d'Orange, relayés par Sud Ouest, "516 000 foyers sont éligibles à la fibre d'Orange en Nouvelle Aquitaine, soit 15% de la population". Depuis juin 2015, la région Nouvelle Aquitaine a décidé de réagir, en engageant 229 millions d'euros dans la fibre optique jusqu'en 2020. Objectif : déployer un réseau public de 600 000 prises à cette date. Mais le coût de cette opération est bien supérieur : 1,2 milliards d'euros, dont 412 millions provenant de l'État, 85 millions de l'Europe? 170 millions du privé et 229 des départements. Pour assurer cet investissement, la Région compte passer par une société publique locale charhée de commercialiser et d'exploiter, Nouvelle Aquitaine Très Haut Débit.

Le premier conseil d'administration de Nouvelle Aquitaine THD, qui s'est tenu ce mardi, a accueilli deux petits nouveaux. En effet, si le Lot-et-Garonne, les Landes et la Dordogne étaient les trois premiers départements à l'intégrer à sa création, la Creuse (défini comme un mauvais élève par l'enquête d'UFC), la Corrèze, la Haute-Vienne et la Charente ont rejoint les rangs. Ces sept départements sont désormais réunis et regroupés au sein de cinq syndicats mixtes numériques (Charente Numérique, Syndicat d’Equipement des Communes des Landes, DORSAL Limousin, Lot-et-Garonne Numérique et Périgord Numérique). Le but de ce regroupement ? Que tout le monde puisse profiter du réseau de fibre optique en propriété publique, pour en maîtriser le rythme de déploiement. Le message est clair : les opérateurs privés ne vont pas assez vites, voici comment on accélère. Pour Mathieu Hazouard, président de Nouvelle-Aquitaine THD, ce fonctionnement est avant tout une necessité. "Ca m'ennuie quand on a des opérateurs qui viennent brouiller les cartes. Nous savons avec l'expérience qu'ils n'iront jamais s'occuper des gens les plus éloignés dont le coût à la prise est le plus élevé, par rapport à leur modèle économique", a-t-il dénoncé ce mardi en présence des différents représentants des départements affiliés. "Si, il y a six ans, tous les opérateurs privés s'étaient partagés la France et avaient déployé partout, même dans les zones les plus rurales, j'aurai évidemment signé… Aujourd'hui, notre action c'est d'aller là où il y a carence du privé".

Un modèle "plus vertueux" ?

Mais alors, en quoi cette société publique locale compte peser dans la balance des négociations avec les opérateurs privés ? D'abord, selon Mathieu Hazouard, le fait que ses actionnaires soient publics est plus un avantage qu'un inconvénient. "Ces actionnaires ont confié la commercialisation à la SPL qui va donc se retourner vers les opérateurs pour que ce dernier nous paye des frais de location pour installer son bouquet. L'objet de la SPL n'est pas d'avoir un bénéfice, cet argent sera donc reversé aux syndicats mixtes départementaux. C'est le principal avantage de ce montage : dans d'autres mécanismes, on donne tout au privé mais il n'y a pas de retour direct pour la puissance publique. Avec cet argent, les actionnaires vont pouvoir continuer à déployer de la fibre optique sur l'ensemble du département où améliorer la desserte numérique. Sans compter qu'ils gagnent en moyenne un an sur le délai de raccordement…". Si parmi ces départements, la Corrèze à, par exemple, décidé de mener une politique de déploiement 100% fibre, d'autres lui ont préféré la montée en débit via le réseau ADSL. "Les les indicateurs relatifs au débit peuvent donc être différents mais on sait que, de toute façon, à échéance plus ou moins longue, le débit sera limité avec ce système", continue Mathieu Hazouard. 

Pour autant, Nouvelle Aquitaine THD, s'il a su regrouper ces sept départements, n'a plus vraiment d'autres marges de manoeuvres pour en attirer d'autres. "Le périmètre est quasiment figé : la Gironde et les Pyrénées Atlantiques ont lancé une DSP (délégation service public). Il y a peut-être des choses à la marge, mais on part sur cette configuration là d'environ 600 000 prises qui est intéressante pour exister dans la discussion avec les opérateurs". Exister dans la discussion, c'est bien là l'objectif principal. C'est pour ce même objectif que l'UFC-Que Choisir a demandé à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) et au gouvernement de ne pas augmenter les tarifs sur ces fameux réseaux ADSL, acte qu'auraient déjà prévu les opérateurs (dont Orange qui détient environ 70% du réseau) dans le but d'accélérer la migration de leurs clients vers la fibre. Pour Nouvelle-Aquitaine THD, le calendrier est déjà fixé, du moins pour ce qui est des prévisions. Pour la Creuse par exemple, le message à faire passer est lui aussi très clair : "les élus ont pris le dossier en main". Ainsi, pour ce département, on parle de 28 000 prises raccordées d'ici 2021, et de 40 000 de plus dans les années suivantes.

Ces départements sont conscients du coût d'un tel déploiement (par ailleurs supérieur dans les zones rurales, où le génie civil représente entre 70 et 80% du coût total de déploiement selon l'Arcep), d'où leur regroupement et leur volonté d'être le "premier réseau d'initiative publique à devenir rentable". Si les premiers marchés devraient être signées à la fin de l'année 2017, pour que les habitants de ces sept départements bénéficient de la fibre à la maison, il faudra encore attendre. Certes, la phase de conception va se déployer dans le courant de l'été 2018, mais la commercialisation des prises, elles, ne devrait pas voir le jour avant début 2019. "On s'est projetés à cette échéance là, mais ça ne sera que le début", précise Mathieu Hazouard. "On va avoir des phases expérimentales sur l'ex région du Limousin, dans la Haute-Vienne et les Landes. C'est sur ces territoires là que les premières prises vont être livrées et on aura, à partir du deuxième semestre 2018, des prises livrées dans les sept départements représentés". En attendant, selon l'Arcep, la migration vers le très haut débit se poursuit en France : au 30 juin 2017, on comptait 1,4 millons d'abonnements supplémentaires sur un an, contre 1,2 millions un an plus tôt. "Le déploiement de la fibre s'amplifie : +37% en un an, avec près de 2,5 millions de prises, et +706 000 prises ce trimestre (+9%)", précisent les données de son dernier Observatoire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
7134
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Vincent | 04/10/2017

C'est vraiment dommage que la région n'ait pas réussi à convaincre tous les départements de Nouvelle-Aquitaine d'intégrer la SPL. Si cela avait réussi le potentiel aurait été encore plus grand que dans la région Grand Est.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !