Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

03/10/2017 | Réunie ce mardi, Nouvelle Aquitaine THD a accueilli deux nouveaux syndicats mixtes dans son organisation. On vous explique ce que ça change pour le déploiement de la fibre.

Nouvelle-Aquitaine THD

Les chiffres fournis fin septembre par une enquête d'UFC Que Choisir sont sans appel : aujourd'hui en France, 7,5 millions de personnes n'ont pas accès à un débit internet correct (soit 11,1% de la population). Plus intéressant encore, l'enquête souligne que ce problème accroît les inégalités entre les départements, plus précisément entre les grandes agglomérations et les territoires ruraux. Dans les communes de moins de 1000 habitants, "moins de deux tiers de la population a, en moyenne, accès à internet dans de bonnes conditions" précise l'association de consommateurs. La Nouvelle Aquitaine ne fait pas exception.

Ainsi, selon cette enquête parue le 29 septembre, "le meilleur du très haut débit est accessible pour moins de 1% de la pipulation en Creuse ou en Dordogne". En Charentes, Dordogne et Lot-et-Garonne, plus d'un habitant sur cinq ne serait ainsi éligible qu'à un accès au débit inférieur à 3 Mbit/seconde, alors même que le débit de référence fixé par les autorités françaises pour le très haut débit est dix fois plus élevé. Seule exception : la Gironde, seul département où plus d'un habitant sur deux à accès au fameux très haut débit. Du côté du gouvernement, on en reste toujours aux objectifs fixés par le plan "France très haut débit" (20 milliards d'euros sur six ans et une couverture totale du territoire pour 2022, objectif dont la faisabilité a été contesté par un précédent rapport de la Cour des Comptes et dernièrement par UFC Que Choisir, qui estime que ce dernier ne sera pas atteint avant 2035). 

"Unis pour être efficaces"

Pour les régions et les départements, il s'agit bien évidemment d'un enjeu fort. Ainsi, selon les propos de Vincent Bouyer, directeur régional d'Orange, relayés par Sud Ouest, "516 000 foyers sont éligibles à la fibre d'Orange en Nouvelle Aquitaine, soit 15% de la population". Depuis juin 2015, la région Nouvelle Aquitaine a décidé de réagir, en engageant 229 millions d'euros dans la fibre optique jusqu'en 2020. Objectif : déployer un réseau public de 600 000 prises à cette date. Mais le coût de cette opération est bien supérieur : 1,2 milliards d'euros, dont 412 millions provenant de l'État, 85 millions de l'Europe? 170 millions du privé et 229 des départements. Pour assurer cet investissement, la Région compte passer par une société publique locale charhée de commercialiser et d'exploiter, Nouvelle Aquitaine Très Haut Débit.

Le premier conseil d'administration de Nouvelle Aquitaine THD, qui s'est tenu ce mardi, a accueilli deux petits nouveaux. En effet, si le Lot-et-Garonne, les Landes et la Dordogne étaient les trois premiers départements à l'intégrer à sa création, la Creuse (défini comme un mauvais élève par l'enquête d'UFC), la Corrèze, la Haute-Vienne et la Charente ont rejoint les rangs. Ces sept départements sont désormais réunis et regroupés au sein de cinq syndicats mixtes numériques (Charente Numérique, Syndicat d’Equipement des Communes des Landes, DORSAL Limousin, Lot-et-Garonne Numérique et Périgord Numérique). Le but de ce regroupement ? Que tout le monde puisse profiter du réseau de fibre optique en propriété publique, pour en maîtriser le rythme de déploiement. Le message est clair : les opérateurs privés ne vont pas assez vites, voici comment on accélère. Pour Mathieu Hazouard, président de Nouvelle-Aquitaine THD, ce fonctionnement est avant tout une necessité. "Ca m'ennuie quand on a des opérateurs qui viennent brouiller les cartes. Nous savons avec l'expérience qu'ils n'iront jamais s'occuper des gens les plus éloignés dont le coût à la prise est le plus élevé, par rapport à leur modèle économique", a-t-il dénoncé ce mardi en présence des différents représentants des départements affiliés. "Si, il y a six ans, tous les opérateurs privés s'étaient partagés la France et avaient déployé partout, même dans les zones les plus rurales, j'aurai évidemment signé… Aujourd'hui, notre action c'est d'aller là où il y a carence du privé".

Un modèle "plus vertueux" ?

Mais alors, en quoi cette société publique locale compte peser dans la balance des négociations avec les opérateurs privés ? D'abord, selon Mathieu Hazouard, le fait que ses actionnaires soient publics est plus un avantage qu'un inconvénient. "Ces actionnaires ont confié la commercialisation à la SPL qui va donc se retourner vers les opérateurs pour que ce dernier nous paye des frais de location pour installer son bouquet. L'objet de la SPL n'est pas d'avoir un bénéfice, cet argent sera donc reversé aux syndicats mixtes départementaux. C'est le principal avantage de ce montage : dans d'autres mécanismes, on donne tout au privé mais il n'y a pas de retour direct pour la puissance publique. Avec cet argent, les actionnaires vont pouvoir continuer à déployer de la fibre optique sur l'ensemble du département où améliorer la desserte numérique. Sans compter qu'ils gagnent en moyenne un an sur le délai de raccordement…". Si parmi ces départements, la Corrèze à, par exemple, décidé de mener une politique de déploiement 100% fibre, d'autres lui ont préféré la montée en débit via le réseau ADSL. "Les les indicateurs relatifs au débit peuvent donc être différents mais on sait que, de toute façon, à échéance plus ou moins longue, le débit sera limité avec ce système", continue Mathieu Hazouard. 

Pour autant, Nouvelle Aquitaine THD, s'il a su regrouper ces sept départements, n'a plus vraiment d'autres marges de manoeuvres pour en attirer d'autres. "Le périmètre est quasiment figé : la Gironde et les Pyrénées Atlantiques ont lancé une DSP (délégation service public). Il y a peut-être des choses à la marge, mais on part sur cette configuration là d'environ 600 000 prises qui est intéressante pour exister dans la discussion avec les opérateurs". Exister dans la discussion, c'est bien là l'objectif principal. C'est pour ce même objectif que l'UFC-Que Choisir a demandé à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) et au gouvernement de ne pas augmenter les tarifs sur ces fameux réseaux ADSL, acte qu'auraient déjà prévu les opérateurs (dont Orange qui détient environ 70% du réseau) dans le but d'accélérer la migration de leurs clients vers la fibre. Pour Nouvelle-Aquitaine THD, le calendrier est déjà fixé, du moins pour ce qui est des prévisions. Pour la Creuse par exemple, le message à faire passer est lui aussi très clair : "les élus ont pris le dossier en main". Ainsi, pour ce département, on parle de 28 000 prises raccordées d'ici 2021, et de 40 000 de plus dans les années suivantes.

Ces départements sont conscients du coût d'un tel déploiement (par ailleurs supérieur dans les zones rurales, où le génie civil représente entre 70 et 80% du coût total de déploiement selon l'Arcep), d'où leur regroupement et leur volonté d'être le "premier réseau d'initiative publique à devenir rentable". Si les premiers marchés devraient être signées à la fin de l'année 2017, pour que les habitants de ces sept départements bénéficient de la fibre à la maison, il faudra encore attendre. Certes, la phase de conception va se déployer dans le courant de l'été 2018, mais la commercialisation des prises, elles, ne devrait pas voir le jour avant début 2019. "On s'est projetés à cette échéance là, mais ça ne sera que le début", précise Mathieu Hazouard. "On va avoir des phases expérimentales sur l'ex région du Limousin, dans la Haute-Vienne et les Landes. C'est sur ces territoires là que les premières prises vont être livrées et on aura, à partir du deuxième semestre 2018, des prises livrées dans les sept départements représentés". En attendant, selon l'Arcep, la migration vers le très haut débit se poursuit en France : au 30 juin 2017, on comptait 1,4 millons d'abonnements supplémentaires sur un an, contre 1,2 millions un an plus tôt. "Le déploiement de la fibre s'amplifie : +37% en un an, avec près de 2,5 millions de prises, et +706 000 prises ce trimestre (+9%)", précisent les données de son dernier Observatoire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5481
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Vincent | 04/10/2017

C'est vraiment dommage que la région n'ait pas réussi à convaincre tous les départements de Nouvelle-Aquitaine d'intégrer la SPL. Si cela avait réussi le potentiel aurait été encore plus grand que dans la région Grand Est.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !