Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

24/11/20 : Assistante importante ce mardi soir pour manifester à Bordeaux, place de la Comédie, contre la loi " sécurité globale" adoptée en première lecture ce jour même à l'assemblée par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/11/20 | Gironde : le Département va distribuer ses premiers kits sanitaires

    Lire

    Jean-Luc Gleyze l'avait annoncé le 16 novembre : le Département va distribuer 2 000 kits sanitaires aux jeunes en difficulté. Ces kits comprennent quatre masques réutilisables, un flacon de gel hydroalcoolique, du savon et une fiche conseil sur les comportements à adopter face au coronavirus. La première distribution de ces kits sanitaires par le Département se déroulera à Libourne ce mercredi 24 novembre à 15h dans les locaux de l'Association LEPI.

  • 24/11/20 | La vente directe accompagné dans les Deux-Sèvres

    Lire

    Dans le cadre de son Plan de Relance et en soutien aux circuits courts, le Département des Deux-Sèvres a crée un fonds de soutien de 300 000 euros pour développer la vente directe des agriculteurs. Fortement sollicité depuis sa création en juillet dernier, il a permis l'accompagnement de 32 projets de création ou de développement ont été accompagnés. Face aux nombreuses demandes, le Département a décidé de prolonger le dispositif et les dossiers peuvent être déposés jusqu’au 31 mars 2021.

  • 24/11/20 | Les recharges pour vélos à assistance électrique se développent

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une aide de 42 900 euros à la société Sacha à Limoges pour son projet eBikeport qui est une station de recharge à énergie propre et avec des matériaux 100 % recyclés et recyclables. L’innovation réside tant dans le produit que dans le modèle économique puisque le client peut récupérer une partie de la somme investie grâce aux revenus publicitaires.

  • 24/11/20 | En Lot-et-Garonne, digitalisation des commerces de proximité

    Lire

    Le Conseil départemental, la Chambre de commerce et d’industrie, et la Chambre de métiers et de l’artisanat ont travaillé ces derniers jours à construire une offre complète, facile d’accès et gratuite pour accompagner les commerces de proximité dans leur digitalisation. Cette offre repose sur deux piliers : une market-place départementale - www.mavillemonshopping.fr/lotetgaronne et la géolocalisation des commerces et artisans proposant leurs services durant le confinement. Ainsi, malgré le confinement, les commerces de proximité vont pouvoir poursuivre les ventes de leurs produits et les clients de les acheter.

  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

03/10/2017 | Réunie ce mardi, Nouvelle Aquitaine THD a accueilli deux nouveaux syndicats mixtes dans son organisation. On vous explique ce que ça change pour le déploiement de la fibre.

Nouvelle-Aquitaine THD

Les chiffres fournis fin septembre par une enquête d'UFC Que Choisir sont sans appel : aujourd'hui en France, 7,5 millions de personnes n'ont pas accès à un débit internet correct (soit 11,1% de la population). Plus intéressant encore, l'enquête souligne que ce problème accroît les inégalités entre les départements, plus précisément entre les grandes agglomérations et les territoires ruraux. Dans les communes de moins de 1000 habitants, "moins de deux tiers de la population a, en moyenne, accès à internet dans de bonnes conditions" précise l'association de consommateurs. La Nouvelle Aquitaine ne fait pas exception.

Ainsi, selon cette enquête parue le 29 septembre, "le meilleur du très haut débit est accessible pour moins de 1% de la pipulation en Creuse ou en Dordogne". En Charentes, Dordogne et Lot-et-Garonne, plus d'un habitant sur cinq ne serait ainsi éligible qu'à un accès au débit inférieur à 3 Mbit/seconde, alors même que le débit de référence fixé par les autorités françaises pour le très haut débit est dix fois plus élevé. Seule exception : la Gironde, seul département où plus d'un habitant sur deux à accès au fameux très haut débit. Du côté du gouvernement, on en reste toujours aux objectifs fixés par le plan "France très haut débit" (20 milliards d'euros sur six ans et une couverture totale du territoire pour 2022, objectif dont la faisabilité a été contesté par un précédent rapport de la Cour des Comptes et dernièrement par UFC Que Choisir, qui estime que ce dernier ne sera pas atteint avant 2035). 

"Unis pour être efficaces"

Pour les régions et les départements, il s'agit bien évidemment d'un enjeu fort. Ainsi, selon les propos de Vincent Bouyer, directeur régional d'Orange, relayés par Sud Ouest, "516 000 foyers sont éligibles à la fibre d'Orange en Nouvelle Aquitaine, soit 15% de la population". Depuis juin 2015, la région Nouvelle Aquitaine a décidé de réagir, en engageant 229 millions d'euros dans la fibre optique jusqu'en 2020. Objectif : déployer un réseau public de 600 000 prises à cette date. Mais le coût de cette opération est bien supérieur : 1,2 milliards d'euros, dont 412 millions provenant de l'État, 85 millions de l'Europe? 170 millions du privé et 229 des départements. Pour assurer cet investissement, la Région compte passer par une société publique locale charhée de commercialiser et d'exploiter, Nouvelle Aquitaine Très Haut Débit.

Le premier conseil d'administration de Nouvelle Aquitaine THD, qui s'est tenu ce mardi, a accueilli deux petits nouveaux. En effet, si le Lot-et-Garonne, les Landes et la Dordogne étaient les trois premiers départements à l'intégrer à sa création, la Creuse (défini comme un mauvais élève par l'enquête d'UFC), la Corrèze, la Haute-Vienne et la Charente ont rejoint les rangs. Ces sept départements sont désormais réunis et regroupés au sein de cinq syndicats mixtes numériques (Charente Numérique, Syndicat d’Equipement des Communes des Landes, DORSAL Limousin, Lot-et-Garonne Numérique et Périgord Numérique). Le but de ce regroupement ? Que tout le monde puisse profiter du réseau de fibre optique en propriété publique, pour en maîtriser le rythme de déploiement. Le message est clair : les opérateurs privés ne vont pas assez vites, voici comment on accélère. Pour Mathieu Hazouard, président de Nouvelle-Aquitaine THD, ce fonctionnement est avant tout une necessité. "Ca m'ennuie quand on a des opérateurs qui viennent brouiller les cartes. Nous savons avec l'expérience qu'ils n'iront jamais s'occuper des gens les plus éloignés dont le coût à la prise est le plus élevé, par rapport à leur modèle économique", a-t-il dénoncé ce mardi en présence des différents représentants des départements affiliés. "Si, il y a six ans, tous les opérateurs privés s'étaient partagés la France et avaient déployé partout, même dans les zones les plus rurales, j'aurai évidemment signé… Aujourd'hui, notre action c'est d'aller là où il y a carence du privé".

Un modèle "plus vertueux" ?

Mais alors, en quoi cette société publique locale compte peser dans la balance des négociations avec les opérateurs privés ? D'abord, selon Mathieu Hazouard, le fait que ses actionnaires soient publics est plus un avantage qu'un inconvénient. "Ces actionnaires ont confié la commercialisation à la SPL qui va donc se retourner vers les opérateurs pour que ce dernier nous paye des frais de location pour installer son bouquet. L'objet de la SPL n'est pas d'avoir un bénéfice, cet argent sera donc reversé aux syndicats mixtes départementaux. C'est le principal avantage de ce montage : dans d'autres mécanismes, on donne tout au privé mais il n'y a pas de retour direct pour la puissance publique. Avec cet argent, les actionnaires vont pouvoir continuer à déployer de la fibre optique sur l'ensemble du département où améliorer la desserte numérique. Sans compter qu'ils gagnent en moyenne un an sur le délai de raccordement…". Si parmi ces départements, la Corrèze à, par exemple, décidé de mener une politique de déploiement 100% fibre, d'autres lui ont préféré la montée en débit via le réseau ADSL. "Les les indicateurs relatifs au débit peuvent donc être différents mais on sait que, de toute façon, à échéance plus ou moins longue, le débit sera limité avec ce système", continue Mathieu Hazouard. 

Pour autant, Nouvelle Aquitaine THD, s'il a su regrouper ces sept départements, n'a plus vraiment d'autres marges de manoeuvres pour en attirer d'autres. "Le périmètre est quasiment figé : la Gironde et les Pyrénées Atlantiques ont lancé une DSP (délégation service public). Il y a peut-être des choses à la marge, mais on part sur cette configuration là d'environ 600 000 prises qui est intéressante pour exister dans la discussion avec les opérateurs". Exister dans la discussion, c'est bien là l'objectif principal. C'est pour ce même objectif que l'UFC-Que Choisir a demandé à l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep) et au gouvernement de ne pas augmenter les tarifs sur ces fameux réseaux ADSL, acte qu'auraient déjà prévu les opérateurs (dont Orange qui détient environ 70% du réseau) dans le but d'accélérer la migration de leurs clients vers la fibre. Pour Nouvelle-Aquitaine THD, le calendrier est déjà fixé, du moins pour ce qui est des prévisions. Pour la Creuse par exemple, le message à faire passer est lui aussi très clair : "les élus ont pris le dossier en main". Ainsi, pour ce département, on parle de 28 000 prises raccordées d'ici 2021, et de 40 000 de plus dans les années suivantes.

Ces départements sont conscients du coût d'un tel déploiement (par ailleurs supérieur dans les zones rurales, où le génie civil représente entre 70 et 80% du coût total de déploiement selon l'Arcep), d'où leur regroupement et leur volonté d'être le "premier réseau d'initiative publique à devenir rentable". Si les premiers marchés devraient être signées à la fin de l'année 2017, pour que les habitants de ces sept départements bénéficient de la fibre à la maison, il faudra encore attendre. Certes, la phase de conception va se déployer dans le courant de l'été 2018, mais la commercialisation des prises, elles, ne devrait pas voir le jour avant début 2019. "On s'est projetés à cette échéance là, mais ça ne sera que le début", précise Mathieu Hazouard. "On va avoir des phases expérimentales sur l'ex région du Limousin, dans la Haute-Vienne et les Landes. C'est sur ces territoires là que les premières prises vont être livrées et on aura, à partir du deuxième semestre 2018, des prises livrées dans les sept départements représentés". En attendant, selon l'Arcep, la migration vers le très haut débit se poursuit en France : au 30 juin 2017, on comptait 1,4 millons d'abonnements supplémentaires sur un an, contre 1,2 millions un an plus tôt. "Le déploiement de la fibre s'amplifie : +37% en un an, avec près de 2,5 millions de prises, et +706 000 prises ce trimestre (+9%)", précisent les données de son dernier Observatoire.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6936
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Vincent | 04/10/2017

C'est vraiment dommage que la région n'ait pas réussi à convaincre tous les départements de Nouvelle-Aquitaine d'intégrer la SPL. Si cela avait réussi le potentiel aurait été encore plus grand que dans la région Grand Est.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !