Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/07/18 | Charente-Maritime : des marchés fermiers 100% locavores cet été

    Lire

    La Chambre d'agriculture organise cet été trois marchés fermiers 100% dédiés aux producteurs locaux du 17. Le premier se tiendra à Chaniers, près de Saintes, le 19 juillet à partir de 19h, sur les berges de la Charente. RDV le 1er août à Le Thou, entre La Rochelle et Surgères, et le 8 septembre à Arvert, près de Royan. Déjeuner locavore et animations musicales sont au programme. D'autres marchés sont prévus en basse saison: le samedi 27 octobre à La Rochelle puis les 15 et 16 décembre à Périgny.

  • 17/07/18 | Coopération territoriale entre Bordeaux Métropole et Val de Garonne Agglomération

    Lire

    Le vendredi 13 juillet, le président de Bordeaux Métropole Alain Juppé, et le président de Val de Garonne Agglomération Daniel Benquet ont tenu à Marmande (47) une réunion d’étape sur le projet de coopération territoriale entre les deux collectivités. Ce projet de coopération s’inscrit dans la démarche « Bordeaux métropole coopérative », en vue de tisser des liens vertueux avec d’autres polarités et d’optimiser le fonctionnement de l’aire d’influence métropolitaine.

  • 17/07/18 | Musique en Graves démarre son Festival

    Lire

    Les 19ème Rencontres Musicales Internationales des Graves se tiennent du 17 au 27 juillet avec comme Président d’Honneur ad vitam aeternam Mstislav Rostropovitch. Le festival propose 8 concerts riches en diversité musicale. Chaque concert sera suivi d’une dégustation offerte par les Châteaux des Graves et du Sauternais hôtes de ces soirées. Infos et réservations : www.musiqueengraves.com

  • 17/07/18 | Une saison réussie pour l’Opéra de Bordeaux !

    Lire

    La saison 2017/2018 du Grand-Théâtre et de l’Auditorium de l’Opéra National de Bordeaux se termine sur de bons chiffres. 600 artistes se sont vus applaudis au cours de 270 levers de rideaux par 200 000 personnes (soit un taux de remplissage de près de 90%) dont un quart avaient moins de 30 ans. L’Opéra a également accueilli plus de 15 000 scolaires cette saison. La saison prochaine qui débutera le 18 septembre avec un récital du ténor Jonas Kaufmann a déjà 110 spectacles programmés. Pensez à réserver vos places !

  • 17/07/18 | Intempéries: le Département des Landes vote des aides d'urgence

    Lire

    Sans attendre le résultat des procédures de demande de reconnaissance de l’état de calamité agricole en cours d’instruction par les services de l’État, le Conseil départemental des Landes, qui siégeait ce lundi 16 juillet en commission permanente, a voté le déblocage d’aides d’urgences pour les agriculteurs impactés par les récentes intempéries. Pour les kiwiculteurs du secteur des Gaves, une aide exceptionnelle pour le nettoyage des vergers pour un montant prévisionnel de 80 000€ pour 120 ha. Et 40 000€ pour l’achat ou le transport de fourrages en soutien aux éleveurs des Barthes touchés par les inondations.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | CESER: un forum "Conjoncture 2015" résolument en rupture(s)

01/07/2015 | Pour le Conseil Economique Social et Environnemental Régional aquitain la conjoncture 2015 est marquée par une série de ruptures, un thème tout trouvé pour son forum annuel.

Forum ''conjoncture'' du CESER Aquitaine, le 29 juin 2015

Ce 29 juin, c'est avec un regard neuf que le forum annuel du CESER Aquitain sur la conjoncture régionale a choisi d'aborder son sujet. Un regard neuf dans la forme et l'organisation de l'évènement mais aussi sur le fond, puisque le thème de ce forum interrogeait 3 types de ruptures identifiés par le CESER, comme devant être pris en compte par l'échelon régional comme éléments de la conjoncture 2015. Au cœur des échanges fournis de l'amphithéâtre du Conseil régional ont ainsi été évoqués «la rupture territoriale» en approche, «la rupture de modèle», et enfin «la rupture conjoncturelle». Trois types de ruptures illustrés et questionnés par de nombreux intervenants, pour tenter au final, de mieux les anticiper et les positiver.

Sur la forme ce 29 juin, le CESER a rompu avec la tradition, doublement. Première innovation du forum 2015, illustrant en-soi la rupture, cette fois numérique, avec la mise en place d'un live-tweet et l'installation d'un robot assis au centre de la tribune pour ouvrir et animer les débats, sur le principe en tous cas... Rassurons-nous, il y a des ruptures qui ne sont pas immédiates : l'humain Luc Paboeuf, Président du CESER restait bien meilleur que le droïde en question dans le rôle de Président de séance. Cela dit, le robot n'avait pas son pareil pour applaudir à chaque fin d'intervention, de là à dire qu'il savait pourquoi... Autre nouveauté 2015, le choix d'intégrer dans ce forum "Conjoncture" au format habituellement très « chiffré », une approche davantage qualitative nourrissant le débat et les échanges par l'apport de témoignages et expériences de membres de l'assemblée du CESER. Autant d'interventions porteurs d'exemple de ces fameuses ruptures et, souvent, des craintes qu'elles génèrent.

"La réforme, c'est un coup d'arrêt à la décentralisation"

Sur la rupture territoriale proche, Maurice Bordes, vice-président du Ceser du Limousin n'y va pas par quatre chemins : « la réforme est un coup d'arrêt à la décentralisation ». Et pour cause, vu de Limoges et du Limousin, on craint « l'éloignement des centres de pouvoirs vis-à-vis des habitants, et une perte en terme d'image » pour la capitale limousine, qui pour le coup ne le sera plus. Une dévalorisation d'image pourtant selon lui évitable si on accompagne cette évolution: d'abord "en évitant l'isolement et par la promotion d'une politique de réseaux avec d'autres agglomérations et villes de la région", ensuite en maintenant "un sentiment d'appartenance au Limousin notamment sur la céramique ou l'élevage bovin par exemple, comme caractéristiques d'une image forte du territoire".
Du coté des communes rurales, c'est « un sentiment de relégation » pré-existant qui avec la loi NOTRe, risque encore de se renforcer selon Jany Rouger, Vice président du CESER Poitou-Charentes. Entre disparition des services publics dans les petites communes, dotations budgétaires en baisse et transferts de compétences vers l'intercommunalité, on craint, tout en s'y résignant, rien de moins que la disparition de la commune, et un sentiment de « rupture avec la chose publique ». Le tout, risquant plus encore de faire monter les votes du FN, déjà en forte progression, note-t-il, pour l'exemple qu'il cite au nord du Poitou-Charentes. Lui aussi considère qu'il faut accompagner ces changements : « il faut considérer la commune comme une porte d'entrée à l'intercommunalité. C'est une transformation de nature, mais il y a une proximité à garder, notamment via le développement d'outils de la participation citoyenne. »

La flexibilité étendue à l'entrepriseSi on considère la rupture dans le modèle économique, les exemples aussi foisonnent notamment dans le monde du travail : la multiplication des tiers lieux qui brassent les compétences et font souvent naître des projets de cet enrichissement mutuel, le tout de manière « moins formelle mais plus rapide que dans le cadre de l'économie dite classique » témoigne François Moraud, vice président de l'association Aquinum.
Autre signe de ces temps de rupture, relevé cette fois par Corinne Lantheaume, Secrétaire régionale CFDT, en charge du dialogue social territorial, « plus personne ne reste 40 ans dans le même métier, c'était le plus souvent une situation subie. Les salariés sont désormais maîtres de leur carrière, font des ruptures volntaires notamment grâce à la formation professionnelle ». De même la flexibilité et l'adaptation sont de moins en moins traitées du côté du salarié seul; « on fait en sorte que cette flexibilité existe de plus en plus au niveau de l'entreprise elle même par le biais de groupements d'entreprises, de CUMA... », note la syndicaliste.

Donner sens et confiance

Luc Paboeuf, Président du Ceser Aquitaine, accompagné d'un vice président d'exception

Enfin sur la conjoncture, selon Jean-Claude Bach, le Directeur de la Banque de France Aquitaine, nous sommes dans un contexte économique semblable à « un moteur noyé que l'on arriverait pas à redémarrer » et face à une perspective de « reprise sans emplois ». Pour lui, la rupture, celle d'une « reprise durable » qui pour lui résonne avec croissance, se synthétise en deux enjeux principaux: des investissements productifs, à l'image dit-il des politiques menées en Aquitaine à destination notamment des PME et ETI, et l'indispensable renouvellement du contrat social autrement dit "une politique économique susceptible de redonner confiance".
Un concept de confiance qui, en réalité, aura été à maintes reprises au cœur des échanges de la soirée. Mais la confiance ne se donnant pas à l'aveugle ou dans le vide c'est d'abord, la question du sens de ces ruptures et plus globalement du projet commun de société qu'elles sous-tendent qu'il faut poser, a considéré Luc Paboeuf en conclusion du débat. Un projet commun et un sens dont la définition doit passer par la participation au débat de la société civile, et dont le CESER justement est un lieu privilégié d'exercice. Si pour l'heure, les modalités pratiques d'existence de ces assemblées sont encore floues dans le cadre des futures grandes régions, les idées de débats et de réflexions restent plus que jamais nombreuses et importantes, et témoignent, malgré les aléas de la réforme, qu'il y ai une continuité sans rupture en la matière.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7052
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !