18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | CESER: un forum "Conjoncture 2015" résolument en rupture(s)

01/07/2015 | Pour le Conseil Economique Social et Environnemental Régional aquitain la conjoncture 2015 est marquée par une série de ruptures, un thème tout trouvé pour son forum annuel.

Forum ''conjoncture'' du CESER Aquitaine, le 29 juin 2015

Ce 29 juin, c'est avec un regard neuf que le forum annuel du CESER Aquitain sur la conjoncture régionale a choisi d'aborder son sujet. Un regard neuf dans la forme et l'organisation de l'évènement mais aussi sur le fond, puisque le thème de ce forum interrogeait 3 types de ruptures identifiés par le CESER, comme devant être pris en compte par l'échelon régional comme éléments de la conjoncture 2015. Au cœur des échanges fournis de l'amphithéâtre du Conseil régional ont ainsi été évoqués «la rupture territoriale» en approche, «la rupture de modèle», et enfin «la rupture conjoncturelle». Trois types de ruptures illustrés et questionnés par de nombreux intervenants, pour tenter au final, de mieux les anticiper et les positiver.

Sur la forme ce 29 juin, le CESER a rompu avec la tradition, doublement. Première innovation du forum 2015, illustrant en-soi la rupture, cette fois numérique, avec la mise en place d'un live-tweet et l'installation d'un robot assis au centre de la tribune pour ouvrir et animer les débats, sur le principe en tous cas... Rassurons-nous, il y a des ruptures qui ne sont pas immédiates : l'humain Luc Paboeuf, Président du CESER restait bien meilleur que le droïde en question dans le rôle de Président de séance. Cela dit, le robot n'avait pas son pareil pour applaudir à chaque fin d'intervention, de là à dire qu'il savait pourquoi... Autre nouveauté 2015, le choix d'intégrer dans ce forum "Conjoncture" au format habituellement très « chiffré », une approche davantage qualitative nourrissant le débat et les échanges par l'apport de témoignages et expériences de membres de l'assemblée du CESER. Autant d'interventions porteurs d'exemple de ces fameuses ruptures et, souvent, des craintes qu'elles génèrent.

"La réforme, c'est un coup d'arrêt à la décentralisation"

Sur la rupture territoriale proche, Maurice Bordes, vice-président du Ceser du Limousin n'y va pas par quatre chemins : « la réforme est un coup d'arrêt à la décentralisation ». Et pour cause, vu de Limoges et du Limousin, on craint « l'éloignement des centres de pouvoirs vis-à-vis des habitants, et une perte en terme d'image » pour la capitale limousine, qui pour le coup ne le sera plus. Une dévalorisation d'image pourtant selon lui évitable si on accompagne cette évolution: d'abord "en évitant l'isolement et par la promotion d'une politique de réseaux avec d'autres agglomérations et villes de la région", ensuite en maintenant "un sentiment d'appartenance au Limousin notamment sur la céramique ou l'élevage bovin par exemple, comme caractéristiques d'une image forte du territoire".
Du coté des communes rurales, c'est « un sentiment de relégation » pré-existant qui avec la loi NOTRe, risque encore de se renforcer selon Jany Rouger, Vice président du CESER Poitou-Charentes. Entre disparition des services publics dans les petites communes, dotations budgétaires en baisse et transferts de compétences vers l'intercommunalité, on craint, tout en s'y résignant, rien de moins que la disparition de la commune, et un sentiment de « rupture avec la chose publique ». Le tout, risquant plus encore de faire monter les votes du FN, déjà en forte progression, note-t-il, pour l'exemple qu'il cite au nord du Poitou-Charentes. Lui aussi considère qu'il faut accompagner ces changements : « il faut considérer la commune comme une porte d'entrée à l'intercommunalité. C'est une transformation de nature, mais il y a une proximité à garder, notamment via le développement d'outils de la participation citoyenne. »

La flexibilité étendue à l'entrepriseSi on considère la rupture dans le modèle économique, les exemples aussi foisonnent notamment dans le monde du travail : la multiplication des tiers lieux qui brassent les compétences et font souvent naître des projets de cet enrichissement mutuel, le tout de manière « moins formelle mais plus rapide que dans le cadre de l'économie dite classique » témoigne François Moraud, vice président de l'association Aquinum.
Autre signe de ces temps de rupture, relevé cette fois par Corinne Lantheaume, Secrétaire régionale CFDT, en charge du dialogue social territorial, « plus personne ne reste 40 ans dans le même métier, c'était le plus souvent une situation subie. Les salariés sont désormais maîtres de leur carrière, font des ruptures volntaires notamment grâce à la formation professionnelle ». De même la flexibilité et l'adaptation sont de moins en moins traitées du côté du salarié seul; « on fait en sorte que cette flexibilité existe de plus en plus au niveau de l'entreprise elle même par le biais de groupements d'entreprises, de CUMA... », note la syndicaliste.

Donner sens et confiance

Luc Paboeuf, Président du Ceser Aquitaine, accompagné d'un vice président d'exception

Enfin sur la conjoncture, selon Jean-Claude Bach, le Directeur de la Banque de France Aquitaine, nous sommes dans un contexte économique semblable à « un moteur noyé que l'on arriverait pas à redémarrer » et face à une perspective de « reprise sans emplois ». Pour lui, la rupture, celle d'une « reprise durable » qui pour lui résonne avec croissance, se synthétise en deux enjeux principaux: des investissements productifs, à l'image dit-il des politiques menées en Aquitaine à destination notamment des PME et ETI, et l'indispensable renouvellement du contrat social autrement dit "une politique économique susceptible de redonner confiance".
Un concept de confiance qui, en réalité, aura été à maintes reprises au cœur des échanges de la soirée. Mais la confiance ne se donnant pas à l'aveugle ou dans le vide c'est d'abord, la question du sens de ces ruptures et plus globalement du projet commun de société qu'elles sous-tendent qu'il faut poser, a considéré Luc Paboeuf en conclusion du débat. Un projet commun et un sens dont la définition doit passer par la participation au débat de la société civile, et dont le CESER justement est un lieu privilégié d'exercice. Si pour l'heure, les modalités pratiques d'existence de ces assemblées sont encore floues dans le cadre des futures grandes régions, les idées de débats et de réflexions restent plus que jamais nombreuses et importantes, et témoignent, malgré les aléas de la réforme, qu'il y ai une continuité sans rupture en la matière.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6727
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
La MSP de Monflanquin Politique | 18/10/2017

« La baisse vertigineuse du nombre de médecins n’a pas eu lieu ! » Joël Hocquelet, vice-président du CD47 en charge de la démographie médicale

Maison du Département Politique | 17/10/2017

Charente-Maritime : le très haut débit et le DOB en tête des débats de la session d'automne

IJBA Politique | 10/10/2017

A l’IJBA , Edwy Plenel lance la 9ème édition de la Fabrique de l’info

Virginie Calmels Politique | 09/10/2017

Région Nouvelle Aquitaine : l'opposition fait les comptes

Jacqueline Gourault était l'invitée de l'Union des maires de la Dordogne Politique | 07/10/2017

Jacqueline Gourault a tenté de rassurer les élus locaux

TGV Politique | 06/10/2017

Tribune Libre: Liaisons TGV, illusions LGV

Nouvelle-Aquitaine THD Politique | 03/10/2017

Fibre : la Nouvelle Aquitaine met les doigts dans la prise

PosteCD40 Politique | 03/10/2017

Mieux vieillir à domicile : vers la généralisation du test landais avec la Poste

Didier Delanis Président de la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne CIED Moyenne Garonne Politique | 29/09/2017

« Pour l’Europe soyons déterminés ! » Didier Delanis, président de la Maison de l’Europe/CIED 47

Lancement d'EMPLEO par Mikel Antón, Dir Affaires Européennes du Gouv. Basque, Izaskun Goñi, DG Politique Économique, Commerciale et de Travail du Gouv. de Navarre et Andde Sainte-Marie, conseiller rég Montagne et Pastoralisme Nouvelle-Aquitaine Politique | 27/09/2017

Nouvelle-Aquitaine, Euskadi et Navarre travaillent à un bassin d'emploi eurorégional

Les élus des deux Charentes Politique | 27/09/2017

Les deux Charentes se penchent sur le réseau ferroviaire

Martine Jardiné Politique | 25/09/2017

En Gironde, un nouveau schéma de développement social en préparation

Jean-Pierre Moga et Christine Bonfanti-Dossat Politique | 25/09/2017

Christine Bonfanti-Dossat et Jean-Pierre Moga élus sénateurs de Lot-et-Garonne

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques Politique | 24/09/2017

Sénatoriales : la gauche recule dans les Pyrénées-Atlantiques

MLubin Politique | 24/09/2017

Dans les Landes, le PS conserve ses deux sièges de sénateurs