Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/04/19 : A l'occasion du Joli Mois de l'Europe, la Maison de l'Europe Direct Limousin organise une rencontre avec Jürgen Habermas. Philosophe allemand, il consacre sa réflexion à la question de l'intégration européenne. Rdv jeudi 2 mai, 18h30 à Limoges.

18/04/19 : A la suite de l'incendie qui a ravagé Notre Dame de Paris, la ville de Périgueux proposera un soutien financier de 10 000 €, lors de son prochain conseil municipal, pour aider à la reconstruction de ce bâtiment emblématique de l'histoire de France.

17/04/19 : Le coq reliquaire de la flèche de Notre-Dame de Paris, que l’on croyait disparu dans l’incendie de lundi, a été retrouvé mardi. Il devrait regagner prochainement l'entreprise Socra à Marsac-sur-l'Isle (24) pour être restauré comme initialement prévu.

10/04/19 : Les Chambres d’agriculture de Lot-et-Garonne, Haute-Vienne et Vienne, estampillées Coordination rurale, ont créé, le 9 avril, l’Association des Chambres d’agriculture de Nouvelle Aquitaine pour le développement agricole et rural

02/04/19 : A partir du 1er septembre prochain, la Communauté d’Agglomération du Libournais (La Cali) lance un nouveau réseau de transport gratuit pour tous. L’exploitation a été confiée au groupe Transdev pour les huit prochaines années.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/04/19 | Obligation vaccinale : on en parle en Gironde du 24 au 30 avril

    Lire

    Pour remédier à l’insuffisance de la couverture vaccinale en Nouvelle-Aquitaine, l'Agence régionale de santé et ses partenaires organisent la Semaine de la vaccination. Objectif, rappeler à l'ensemble de la population, l'importance de la vaccination à tout âge de la vie. Des stands d'information seront installés du 24 au 30 avril au CHU Pellegrin de Bordeaux et à l'Hôpital Robert Piqué de Villenave d'Ornon et un Village Info Vaccination sillonnera les routes de la région (arrêts à Bordeaux, Limoges et Poitiers).

  • 22/04/19 | La rame de tramway baptisée en espagnol

    Lire

    En présence des élus du Bouscat, Saint-Aubin-du-Médoc, Martignas-sur-Jalle et du maire espagnol de Redován, la rame du tramway sera baptisée « Redován / Saint-Aubin de Médoc » mardi 23 avril ; scellant ainsi le jumelage amorcé en 2017 de Saint-Aubin du Médoc avec Redován. Ces dernières développeront des échanges autour de la jeunesse et de la culture. Cela portera à 61, sur la centaine en service, le nombre de rames baptisées, depuis 2002, par le nom de villes jumelées avec les communes de la métropole.

  • 22/04/19 | De la randonnée dans les Landes de Gascogne

    Lire

    La quatrième édition du Parc à Pied se déroule le dimanche 19 mai prochain. La boucle de cette année est située aux alentours d'Escaudes, dans le Sud Gironde. Les marcheurs peuvent ainsi arpenter le Parc Régional Naturel des Landes de Gascogne autour d'Escaudes en passant par la Vallée du Ciron. Deux parcours sont prévus pour le Parc à Pied, l'un de 10km avec un départ à 9h. L'autre boucle, de 6,5km démarre à 14h30. La journée est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

  • 21/04/19 | Gestion de l'eau : la Charente-Maritime prend ses premières mesures anti-sécheresse

    Lire

    Avec les chaleurs de ces derniers jours, la préfecture de Charente-Maritime a préféré anticiper une éventuelle sécheresse en limitant d'ores et déjà l'usage de l'eau à des fins agricoles, concernant les forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Le bassin du Curé-Sèvre, sur le périmètre de l’OUGC Etablissement Public du Marais Poitevin, passe en alerte de printemps à compter du 22 avril, 8h.

  • 19/04/19 | Châtelaillon-Plage célèbre le cerf-volant ce week-end

    Lire

    C'est un rendez-vous incontournable des amoureux du cerf-volant. Le festival du vent de Chatelaillon-Plage attend ses 70 0000 visiteurs durant ces trois jours de week-end de Pâques. Au programme : démonstrations de cerf-volants, des combats de rokkakus, compétitions, exposition de cerf-volants revisités par des artistes, dont ceux du dessinateur BD américain Scott Hampton, en avant-première en France. Un nouvel espace est dédié aux mobilités, aux nouvelles énergies et à des expériences en 3D.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | CESER: un forum "Conjoncture 2015" résolument en rupture(s)

01/07/2015 | Pour le Conseil Economique Social et Environnemental Régional aquitain la conjoncture 2015 est marquée par une série de ruptures, un thème tout trouvé pour son forum annuel.

Forum ''conjoncture'' du CESER Aquitaine, le 29 juin 2015

Ce 29 juin, c'est avec un regard neuf que le forum annuel du CESER Aquitain sur la conjoncture régionale a choisi d'aborder son sujet. Un regard neuf dans la forme et l'organisation de l'évènement mais aussi sur le fond, puisque le thème de ce forum interrogeait 3 types de ruptures identifiés par le CESER, comme devant être pris en compte par l'échelon régional comme éléments de la conjoncture 2015. Au cœur des échanges fournis de l'amphithéâtre du Conseil régional ont ainsi été évoqués «la rupture territoriale» en approche, «la rupture de modèle», et enfin «la rupture conjoncturelle». Trois types de ruptures illustrés et questionnés par de nombreux intervenants, pour tenter au final, de mieux les anticiper et les positiver.

Sur la forme ce 29 juin, le CESER a rompu avec la tradition, doublement. Première innovation du forum 2015, illustrant en-soi la rupture, cette fois numérique, avec la mise en place d'un live-tweet et l'installation d'un robot assis au centre de la tribune pour ouvrir et animer les débats, sur le principe en tous cas... Rassurons-nous, il y a des ruptures qui ne sont pas immédiates : l'humain Luc Paboeuf, Président du CESER restait bien meilleur que le droïde en question dans le rôle de Président de séance. Cela dit, le robot n'avait pas son pareil pour applaudir à chaque fin d'intervention, de là à dire qu'il savait pourquoi... Autre nouveauté 2015, le choix d'intégrer dans ce forum "Conjoncture" au format habituellement très « chiffré », une approche davantage qualitative nourrissant le débat et les échanges par l'apport de témoignages et expériences de membres de l'assemblée du CESER. Autant d'interventions porteurs d'exemple de ces fameuses ruptures et, souvent, des craintes qu'elles génèrent.

"La réforme, c'est un coup d'arrêt à la décentralisation"

Sur la rupture territoriale proche, Maurice Bordes, vice-président du Ceser du Limousin n'y va pas par quatre chemins : « la réforme est un coup d'arrêt à la décentralisation ». Et pour cause, vu de Limoges et du Limousin, on craint « l'éloignement des centres de pouvoirs vis-à-vis des habitants, et une perte en terme d'image » pour la capitale limousine, qui pour le coup ne le sera plus. Une dévalorisation d'image pourtant selon lui évitable si on accompagne cette évolution: d'abord "en évitant l'isolement et par la promotion d'une politique de réseaux avec d'autres agglomérations et villes de la région", ensuite en maintenant "un sentiment d'appartenance au Limousin notamment sur la céramique ou l'élevage bovin par exemple, comme caractéristiques d'une image forte du territoire".
Du coté des communes rurales, c'est « un sentiment de relégation » pré-existant qui avec la loi NOTRe, risque encore de se renforcer selon Jany Rouger, Vice président du CESER Poitou-Charentes. Entre disparition des services publics dans les petites communes, dotations budgétaires en baisse et transferts de compétences vers l'intercommunalité, on craint, tout en s'y résignant, rien de moins que la disparition de la commune, et un sentiment de « rupture avec la chose publique ». Le tout, risquant plus encore de faire monter les votes du FN, déjà en forte progression, note-t-il, pour l'exemple qu'il cite au nord du Poitou-Charentes. Lui aussi considère qu'il faut accompagner ces changements : « il faut considérer la commune comme une porte d'entrée à l'intercommunalité. C'est une transformation de nature, mais il y a une proximité à garder, notamment via le développement d'outils de la participation citoyenne. »

La flexibilité étendue à l'entrepriseSi on considère la rupture dans le modèle économique, les exemples aussi foisonnent notamment dans le monde du travail : la multiplication des tiers lieux qui brassent les compétences et font souvent naître des projets de cet enrichissement mutuel, le tout de manière « moins formelle mais plus rapide que dans le cadre de l'économie dite classique » témoigne François Moraud, vice président de l'association Aquinum.
Autre signe de ces temps de rupture, relevé cette fois par Corinne Lantheaume, Secrétaire régionale CFDT, en charge du dialogue social territorial, « plus personne ne reste 40 ans dans le même métier, c'était le plus souvent une situation subie. Les salariés sont désormais maîtres de leur carrière, font des ruptures volntaires notamment grâce à la formation professionnelle ». De même la flexibilité et l'adaptation sont de moins en moins traitées du côté du salarié seul; « on fait en sorte que cette flexibilité existe de plus en plus au niveau de l'entreprise elle même par le biais de groupements d'entreprises, de CUMA... », note la syndicaliste.

Donner sens et confiance

Luc Paboeuf, Président du Ceser Aquitaine, accompagné d'un vice président d'exception

Enfin sur la conjoncture, selon Jean-Claude Bach, le Directeur de la Banque de France Aquitaine, nous sommes dans un contexte économique semblable à « un moteur noyé que l'on arriverait pas à redémarrer » et face à une perspective de « reprise sans emplois ». Pour lui, la rupture, celle d'une « reprise durable » qui pour lui résonne avec croissance, se synthétise en deux enjeux principaux: des investissements productifs, à l'image dit-il des politiques menées en Aquitaine à destination notamment des PME et ETI, et l'indispensable renouvellement du contrat social autrement dit "une politique économique susceptible de redonner confiance".
Un concept de confiance qui, en réalité, aura été à maintes reprises au cœur des échanges de la soirée. Mais la confiance ne se donnant pas à l'aveugle ou dans le vide c'est d'abord, la question du sens de ces ruptures et plus globalement du projet commun de société qu'elles sous-tendent qu'il faut poser, a considéré Luc Paboeuf en conclusion du débat. Un projet commun et un sens dont la définition doit passer par la participation au débat de la société civile, et dont le CESER justement est un lieu privilégié d'exercice. Si pour l'heure, les modalités pratiques d'existence de ces assemblées sont encore floues dans le cadre des futures grandes régions, les idées de débats et de réflexions restent plus que jamais nombreuses et importantes, et témoignent, malgré les aléas de la réforme, qu'il y ai une continuité sans rupture en la matière.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7248
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !