aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

26/03/17 : Dordogne : le nombre de demandeurs d'emplois sans aucune activité est en baisse au mois de février. 20 900 personnes sans activité sont inscrites à Pole emploi. Cette diminution concerne les moins de 25 ans (-1 %) et les plus de 50 ans (-1,4 %).

26/03/17 : Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, tiendra un meeting à Terrassion Lavilledieu, le lundi 3 avril. Il est le deuxième candidat à venir battre la campagne en Dordogne, après Jean-Luc Mélenchon.

26/03/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 56 720 à la fin février, soit +0,6% d'inscrits en un mois. En revanche, le nombre de demandeurs sans aucune activités (cat.A) a baissé de 5% ces douze derniers mois.

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 27/03/17 | " Les Républicains" veulent ester contre l'ex Poitou-Charentes

    Lire

    Au nom du groupe LR de la Région, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt, Olivier Chartier accompagnés de leurs conseils ont remis au président Alain Rousset un mémoire "aux fins d'engager des procédures judiciaires" eu égard à " la responsabilité de l’exécutif de l’ancienne région Poitou-Charentes ainsi que de toutes autres personnes responsables des graves irrégularités commises." Actions proposées: la saisine du procureur financier près la CRC et le dépôt d’une plainte auprès du procureur de la République en raison des conventions signées sans délégation de signature

  • 27/03/17 | Six représentants des candidats devant le MEF33

    Lire

    Ce sera ce 30 mars, salle Point du Jour-Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bordeaux (Bacalan) à 19h00. A l'invitation du Mouvement Européen et des Jeunes Européens de bordeaux 6 représentants de candidats présenteront les grandes lignes de leur programme européen et débattront ensuite entre eux et l'assistance. Il y aura là Yves d'Amécourt (LR), Tanguy Bernard (En Marche), Stéphane Saubusse (EELV), Alain Vergniault (UDI), Fabien Robert (Modem), Cyril Fonrose (PS) . L'actualité récente: Versailles, Livre Blanc de la Commission, Rome nourriront cet échange

  • 26/03/17 | Légère hausse du chômage en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté en Nouvelle-Aquitaine de +0,5% entre janvier et février, avec 500 470 inscrits, toutes catégories confondues, soit +1,1% en un an. La Gironde enregistre le plus grand nombre de chômeurs, avec 147 880 chômeurs, soit une hausse de +2,6% en un an. La Creuse enregistre le plus forte baisse d'inscriptions, avec -2,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé en Corrèze (-8%), Charente (-6,6%) et Charente-Maritime (-5%) en 12 mois.

  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | François Bayrou se « sacrifie » pour tendre la main à Macron

22/02/2017 | La gravité de la situation l’exige, explique l’intéressé. François Bayrou ne sera pas candidat à l'élection présidentielle. Il propose une alliance à Emmanuel Macron, mais sous conditions

François Bayrou : une alliance sous conditions

Il n’y aura pas de quatrième fois. Quitte à décevoir ceux qui, parmi les siens, auraient souhaité le voir repartir à la conquête de l'Elysée, François Bayrou, le président du Modem et maire de Pau, a pris son monde à contre-pied, mercredi. Tenant compte du climat exceptionnel que connait la campagne électorale mais aussi des dangers qui menacent un pays n’ayant plus confiance dans la parole politique, il a décidé de ne pas se présenter et de tendre la main à Emmanuel Macron. Une manière, explique l’élu béarnais, de mettre en pratique une idée pour laquelle il se bat depuis des années. Celle qui consiste à dépasser les clivages politiques, sans perdre pour autant de son indépendance.

François Bayrou l’a affirmé lors de la conférence de presse donnée à Paris au siège du Modem, la situation politique du pays est grave. « Jamais, dans les cinquante dernières années, la démocratie en France n’a connu une situation aussi décomposée ».

« Un peuple en danger »

A gauche,  explique-t-il, c'est un opposant à la politique suivie par le gouvernement qui va porter les couleurs du parti arrivé au pouvoir en 2012.

« A droite,  le dévoilement des affaires révèle non seulement l’existence de privilèges et de dérives. Mais le plus choquant, c’est l’acceptation tacite et presque unanime de ces abus.  Toujours davantage de privilèges pour ceux qui sont en haut et toujours davantage d’efforts exigés de ceux qui sont en bas".

"Il est répété à longueur de temps que  tout le monde fait ça. Je veux dire ici que ce n’est pas vrai et que c’est une accusation infâmante pour l’immense majorité des élus français »

« Un peuple qui ne croit plus à sa vie publique est un peuple en danger »ajoute-t-il en constatant que la majorité des électeurs ne sait plus pour qui voter. « Cette situation nourrit le pire des risques : une flambée de l’extrême droite qui fait planer un danger majeur et immédiat pour notre pays et pour l’Europe. Car, en un seul scrutin, nous pouvons choisir l’échec de la France et la déchirure, peut-être définitive, de l’Union européenne. C’est-à-dire une condamnation double à l’effacement et des épreuves lourdes pour chacune et chacun d’entre nous ».

« A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle »

« L’aveuglement de la droite française » ne lui ayant pas permis de passer un accord avec Alain Juppé, le président du Modem estime que deux choix s’offraient à lui : soit se présenter, soit rechercher « une solution inédite ». En dépit des encouragements qui lui sont parvenus, mais aussi de son goût avéré pour ce type de combat, François Bayrou a opté pour la seconde hypothèse.

« A situation exceptionnelle il faut une réponse exceptionnelle, à la hauteur des périls qui menacent notre pays et notre Etat. Or, j’en ai la certitude, la dispersion des propositions et des suffrages ne peut qu’aggraver ces périls ».

« Parce que le risque est immense. Parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j’ai décidé de faire une offre d’alliance à Emmanuel Macron. Je lui dis : le danger est trop grand. Il faut changer les choses et le faire d’urgence. Unissons nos forces pour y parvenir. C’est sans doute un geste d’abnégation et ce sera aussi, je le crois, un geste d’espoir pour notre pays ».

Un accord sous conditions

Plusieurs exigences sont toutefois formulées. La nouvelle majorité constituée devra d'abord  traduire « une véritable alternance, un vrai changement des pratiques et des orientations, et non pas un recyclage des pratiques antérieures ».

François Bayrou demande par ailleurs que le programme présenté par Emmanuel Macron comporte « une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte déterminée contre les conflits d’intérêts. J’ai refusé toute ma vie que de grands intérêts industriels et financiers prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent. C’est l’occasion ou jamais de l’imposer ».

Troisième exigence : la France doit  résister « à la pente universelle qui cherche à réduire la rémunération du travail, indépendant ou salarié ».

Enfin, ce partisan de la proportionnelle demande que le pluralisme soit respecté au sein de la vie publique et du Parlement. « Je n’accepte pas que des millions de citoyens n’aient aucune représentation, alors que les deux partis qui gouvernent la France depuis des décennies trustent la totalité de cette représentation ».

« Une entente d’homme à homme »

Selon lui, L’alliance proposée à un candidat « brillant » qui réalise une importante percée dans les sondages peut « faire entrer dans la réalité ce qui paraissait à beaucoup impossible ".

" Si nous y parvenons, nous pouvons faire de grandes choses ensemble pour un pays qui a besoin de croire à nouveau à quelque chose, à une voie nouvelle que la force des habitudes avait empêchée depuis 50 ans, pour son plus grand malheur ».

Alliance ne signifie cependant pas  ralliement ou soumission, poursuit François Bayrou. « Cela peut être aussi une entente, d’homme à homme, de courant à courant... Une majorité, cela se construit à partir d’histoires différentes, de familles politiques différentes. A condition qu’elles soient respectées en elles-mêmes et pour elles-mêmes, avec toutes leurs identités, toutes leurs armes et leurs bagages ». Le message est clair. Main dans la main, mais sans adoubement ni servitude.

Ensemble, mais pas «alignés »

Une chose est certaine pour le président du Modem, la division tue. « J’ai toujours été du côté des rassemblements quand le pays est en difficulté ou en danger."

" J’ai la conviction qu’il sera impossible après les élections présidentielles et législatives de gouverner la France sans d’importants efforts de coopération et un travail en commun des grandes forces démocratiques, de la droite républicaine jusqu’à la gauche républicaine et réformiste, en passant par le centre indépendant. "

" Je suis heureux de pouvoir montrer aujourd’hui, autrement que par des mots, que l’heure exige que nous dépassions nos intérêts personnels et partisans pour construire l’avenir que la France mérite ".

Certes, des divergences existent. Interrogé sur les propos tenus par Emmanuel Macron sur le colonialisme, François Bayrou indique ainsi avoir fait part de son « incompréhension » et de son désaccord au dirigeant du mouvement «En marche ».

Mais il demeure persuadé que, d’une manière générale, le respect d’une « libre expression » rend service à tout le monde. « Trop souvent la politique française a vécu sous le régime de l’alignement. Trop souvent on a souscrit à l’indéfendable » dit-il. Avant de refuser un centrisme dont  « la maladie infantile est de toujours vouloir être la roue de secours de quelqu’un d’autre ».

De même, le Béarnais qui n’a jamais caché son goût pour la joute présidentielle,  parle volontiers de « sacrifice » et "d'abnégation" en évoquant sa non-candidature. Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer que son choix est « fondateur ». " Toute ma vie, j’ai cherché à faire naitre un équilibre politique permettant à des gens et à des partis différents de travailler ensemble ".

Mercredi, les micros de la conférence de presse étaient à peine éteints qu’Emmanuel  Macron faisait savoir qu’il acceptait la main tendue.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
3255
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !