Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | François Bayrou se « sacrifie » pour tendre la main à Macron

22/02/2017 | La gravité de la situation l’exige, explique l’intéressé. François Bayrou ne sera pas candidat à l'élection présidentielle. Il propose une alliance à Emmanuel Macron, mais sous conditions

François Bayrou : une alliance sous conditions

Il n’y aura pas de quatrième fois. Quitte à décevoir ceux qui, parmi les siens, auraient souhaité le voir repartir à la conquête de l'Elysée, François Bayrou, le président du Modem et maire de Pau, a pris son monde à contre-pied, mercredi. Tenant compte du climat exceptionnel que connait la campagne électorale mais aussi des dangers qui menacent un pays n’ayant plus confiance dans la parole politique, il a décidé de ne pas se présenter et de tendre la main à Emmanuel Macron. Une manière, explique l’élu béarnais, de mettre en pratique une idée pour laquelle il se bat depuis des années. Celle qui consiste à dépasser les clivages politiques, sans perdre pour autant de son indépendance.

François Bayrou l’a affirmé lors de la conférence de presse donnée à Paris au siège du Modem, la situation politique du pays est grave. « Jamais, dans les cinquante dernières années, la démocratie en France n’a connu une situation aussi décomposée ».

« Un peuple en danger »

A gauche,  explique-t-il, c'est un opposant à la politique suivie par le gouvernement qui va porter les couleurs du parti arrivé au pouvoir en 2012.

« A droite,  le dévoilement des affaires révèle non seulement l’existence de privilèges et de dérives. Mais le plus choquant, c’est l’acceptation tacite et presque unanime de ces abus.  Toujours davantage de privilèges pour ceux qui sont en haut et toujours davantage d’efforts exigés de ceux qui sont en bas".

"Il est répété à longueur de temps que  tout le monde fait ça. Je veux dire ici que ce n’est pas vrai et que c’est une accusation infâmante pour l’immense majorité des élus français »

« Un peuple qui ne croit plus à sa vie publique est un peuple en danger »ajoute-t-il en constatant que la majorité des électeurs ne sait plus pour qui voter. « Cette situation nourrit le pire des risques : une flambée de l’extrême droite qui fait planer un danger majeur et immédiat pour notre pays et pour l’Europe. Car, en un seul scrutin, nous pouvons choisir l’échec de la France et la déchirure, peut-être définitive, de l’Union européenne. C’est-à-dire une condamnation double à l’effacement et des épreuves lourdes pour chacune et chacun d’entre nous ».

« A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle »

« L’aveuglement de la droite française » ne lui ayant pas permis de passer un accord avec Alain Juppé, le président du Modem estime que deux choix s’offraient à lui : soit se présenter, soit rechercher « une solution inédite ». En dépit des encouragements qui lui sont parvenus, mais aussi de son goût avéré pour ce type de combat, François Bayrou a opté pour la seconde hypothèse.

« A situation exceptionnelle il faut une réponse exceptionnelle, à la hauteur des périls qui menacent notre pays et notre Etat. Or, j’en ai la certitude, la dispersion des propositions et des suffrages ne peut qu’aggraver ces périls ».

« Parce que le risque est immense. Parce que les Français sont désorientés et souvent désespérés, j’ai décidé de faire une offre d’alliance à Emmanuel Macron. Je lui dis : le danger est trop grand. Il faut changer les choses et le faire d’urgence. Unissons nos forces pour y parvenir. C’est sans doute un geste d’abnégation et ce sera aussi, je le crois, un geste d’espoir pour notre pays ».

Un accord sous conditions

Plusieurs exigences sont toutefois formulées. La nouvelle majorité constituée devra d'abord  traduire « une véritable alternance, un vrai changement des pratiques et des orientations, et non pas un recyclage des pratiques antérieures ».

François Bayrou demande par ailleurs que le programme présenté par Emmanuel Macron comporte « une loi de moralisation de la vie publique, en particulier de lutte déterminée contre les conflits d’intérêts. J’ai refusé toute ma vie que de grands intérêts industriels et financiers prennent la vie publique en otage. Je ne cèderai rien sur la séparation nécessaire de la politique et de l’argent. C’est l’occasion ou jamais de l’imposer ».

Troisième exigence : la France doit  résister « à la pente universelle qui cherche à réduire la rémunération du travail, indépendant ou salarié ».

Enfin, ce partisan de la proportionnelle demande que le pluralisme soit respecté au sein de la vie publique et du Parlement. « Je n’accepte pas que des millions de citoyens n’aient aucune représentation, alors que les deux partis qui gouvernent la France depuis des décennies trustent la totalité de cette représentation ».

« Une entente d’homme à homme »

Selon lui, L’alliance proposée à un candidat « brillant » qui réalise une importante percée dans les sondages peut « faire entrer dans la réalité ce qui paraissait à beaucoup impossible ".

" Si nous y parvenons, nous pouvons faire de grandes choses ensemble pour un pays qui a besoin de croire à nouveau à quelque chose, à une voie nouvelle que la force des habitudes avait empêchée depuis 50 ans, pour son plus grand malheur ».

Alliance ne signifie cependant pas  ralliement ou soumission, poursuit François Bayrou. « Cela peut être aussi une entente, d’homme à homme, de courant à courant... Une majorité, cela se construit à partir d’histoires différentes, de familles politiques différentes. A condition qu’elles soient respectées en elles-mêmes et pour elles-mêmes, avec toutes leurs identités, toutes leurs armes et leurs bagages ». Le message est clair. Main dans la main, mais sans adoubement ni servitude.

Ensemble, mais pas «alignés »

Une chose est certaine pour le président du Modem, la division tue. « J’ai toujours été du côté des rassemblements quand le pays est en difficulté ou en danger."

" J’ai la conviction qu’il sera impossible après les élections présidentielles et législatives de gouverner la France sans d’importants efforts de coopération et un travail en commun des grandes forces démocratiques, de la droite républicaine jusqu’à la gauche républicaine et réformiste, en passant par le centre indépendant. "

" Je suis heureux de pouvoir montrer aujourd’hui, autrement que par des mots, que l’heure exige que nous dépassions nos intérêts personnels et partisans pour construire l’avenir que la France mérite ".

Certes, des divergences existent. Interrogé sur les propos tenus par Emmanuel Macron sur le colonialisme, François Bayrou indique ainsi avoir fait part de son « incompréhension » et de son désaccord au dirigeant du mouvement «En marche ».

Mais il demeure persuadé que, d’une manière générale, le respect d’une « libre expression » rend service à tout le monde. « Trop souvent la politique française a vécu sous le régime de l’alignement. Trop souvent on a souscrit à l’indéfendable » dit-il. Avant de refuser un centrisme dont  « la maladie infantile est de toujours vouloir être la roue de secours de quelqu’un d’autre ».

De même, le Béarnais qui n’a jamais caché son goût pour la joute présidentielle,  parle volontiers de « sacrifice » et "d'abnégation" en évoquant sa non-candidature. Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer que son choix est « fondateur ». " Toute ma vie, j’ai cherché à faire naitre un équilibre politique permettant à des gens et à des partis différents de travailler ensemble ".

Mercredi, les micros de la conférence de presse étaient à peine éteints qu’Emmanuel  Macron faisait savoir qu’il acceptait la main tendue.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
7374
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !
Les fondateurs de l'association Maires pour la planète Politique | 01/03/2021

En Charente-Maritime, 86 maires s’associent en faveur de la planète

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a rencontré une cinquantaine d'étudiants poitevins ce mardi 23 février Politique | 24/02/2021

Frédérique Vidal face aux étudiants poitevins entre mesures et constat d’impuissance

Jean Grenet - Remise de la Légion d'honneur Politique | 23/02/2021

La grande histoire d'Adour entre Jean Grenet et Bayonne

Fanny Le Dauphin, éleveuse de caprins au Domaine de Nodris Politique | 05/02/2021

Gironde : le Domaine départemental de Nodris se dévoile pas à pas

5em CTO lormont une Politique | 05/02/2021

Lormont, Cité Éducative, a accueilli la cinquième Conférence Territoriale de l'Orientation

Proposition de loi Politique | 04/02/2021

Handicap : 3 questions à Philippe Mouiller, sénateur des Deux-Sèvres, rapporteur de la proposition de loi Mesures de justice sociale

Patrick Chastenet Politique | 01/02/2021

Tribune Libre Patrick Chastenet : On étouffe

Jean Castex Politique | 30/01/2021

Jean Castex : 4 annonces qui évitent un nouveau confinement

L'espace Noriac à Limoges Politique | 30/01/2021

Haute-Vienne : Le Département injecte 1,5 million supplémentaire pour aider le secteur culturel

Nicolas Thierry, tête de liste EELV aux élections régionales de juin 2021 Politique | 29/01/2021

Elections Régionales: "Terroirs, Résistance et Réinvention", pour les voeux de campagne de Nicolas Thierry (EELV)

Le pont A20 Politique | 28/01/2021

Limoges : Un pont réservé aux mobilités douces surplombera l’A20

Philippe Le Moing-Surzur, sous préfet de Bayonne Politique | 27/01/2021

Le sous-préfet Le Moing-Surzur est arrivé à Bayonne

Ostavals, le bâtiment Politique | 26/01/2021

Ostavals, prochain "relais" de la Communauté basque sur le chemin de Compostelle

Session extraordinaire du Conseil départemental des Landes le 25 janvier 2021 Politique | 26/01/2021

Crise aviaire : Le Département des Landes soutient la filière à l'unanimité

Jean-Luc Gleyze avec les membres de la fédération ATENA Politique | 22/01/2021

Le département de la Gironde à l'écoute des étudiants en situation de précarité