Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | François Hollande rend hommage aux victimes de l'accident de Puisseguin

27/10/2015 | Le Président de la République s'est rendu ce matin à Petit-Palais-et-Cornemps avec plusieurs Ministres pour rendre hommage aux victimes décédées dans la tragique accident de vendredi.

François Hollande a rendu hommage aux victimes de l'accident devant plus de 1000 personnes

François Hollande était en déplacement ce matin avec plusieurs Ministres du gouvernement pour une cérémonie d'hommage républicain aux victimes de la tragique collision entre un bus et un camion à Puisseguin qui a coûté la vie à 43 personnes dont un jeune enfant de trois ans. Le Président a tenu a exprimé "la solidarité de la France" et a promis que "toute la vérité" serait faite sur l'accident. Les maires des communes alentours ont également témoigné devant un public de plus de 1000 personnes, dans une ambiance lourde et un silence respectueux pour toutes les familles de victimes présentes à la cérémonie.

Ce matin, pendant quelques heures, le village de Petit-Palais-et-Cornemps s'est transformé en véritable forteresse. Routes départementales coupées, contrôles de polices sur tous les axes routiers menant au village, snippers sur les toits, portiques de sécurité et détecteurs de métaux... une place forte difficile à franchir pour accéder au chapiteau dressé sur le stade où environ 1300 personnes se sont massées pour rendre hommage aux 43 victimes décédées dans l'accident meurtrier de vendredi. François Hollande, lui, a démarré sa visite à Puisseguin où il a rencontré pendant une demi-heure environ les familles des victimes en l'abscence de caméras. Sous le chapiteau, beaucoup d'anonymes mais aussi des élus comme Alain Juppé ou Jean-Luc Gleyze. Un silence très lourd qui plane toujours alors que l'enquête actuellement en cours a révélé que c'était une pièce métallique qui aurait percé le réservoir du camion et serait à l'origine du départ de feu soudain. 

Des anonymes mais aussi des familles de victimes étaient massés sous la tente

De nombreux hommagesLorsque les familles de victimes ont commencé à se diriger vers le premier rang, toutes les personnes présentes se sont levées. Une minute de silence a été respectée. Puis ce fut au tour des maires des communes alentours de témoigner. Quelques messages forts, notamment ceux issus d'un proverbe africain prononcé par Patricia Raichini, maire de Petit-Palais, qui a perdu trois de ses proches dans l'accident : "chaque fois qu'une personne âgée meurt, c'est une bibliothèque qui disparaît. C'est une partie de notre mémoire collective qui s'est éteinte". Le village a en effet été le plus touché puisque 17 victimes étaient membres de son club du troisième âge. François Hollande, bien qu'accompagné de plusieurs Ministres, a pris la parole en dernier et seul.

"Ils comptaient parmi les aînés du pays, les sages. Ils étaient respectés. Ils avaient connu une vie de labeur. Tous avaient fait leurs vies ici, souvent dans les métiers de la vigne. Tous avaient consacré du temps et de l'énergie à la collectivité. Ils étaient notre patrimoine", a déclaré François Hollande à la tribune. "L'enquête sera menée jusqu'au bout", a-t-il conclu, promettant "la vérité, pour ne pas laisser place aux rumeurs ni aux amertumes". Après un rapide salut aux familles des victimes et au chauffeur du car, il est reparti avec sa délégation, aussi brièvement qu'il était apparu. Dans les petites rues, des cortèges de passants rentraient chez eux, avec ce silence toujours pesant. 

Les voix de la discordeQuelques langues se sont déliées pour dénoncer le dispositif de grande ampleur mis en place pour rendre cet hommage. Si le village s'est rapidement transformé en place forte, c'est avant tout la surmédiatisation du fait divers qui est dénoncée dans plusieurs colonnes, notamment celles du Figaro par l'intermédiaire de Frédéric Saint Clair, consultant en stratégie et communication politiques. "Le pire dans toute cette histoire, n'est pas la cérémonie, ni les discours lénifiants (...) mais les réunions de Cabinet où les conseillers entourant leur ministre, ou bien le Président, flatteront ce dernier pour sa prestation, et chercheront les jours suivants la marque d'un progrès dans les sondages, d'un adoubement populaire, comme dans l'immédiat après 11 janvier..."

Daniel Cohn-Bendit, récemment retiré de la politique, avouait quant à lui au micro d'Europe 1 : "Je crois que c'est une émotion qui doit être intime et la démontrer en public comme ça, je suis absolument terrifié par ces Jeux Olympiques de la compassion". Enfin, Noël Mamère (pourtant figure locale puisque député-maire de Bègles) a suscité une polémique en reliant l'accident à la libéralisation des bus annoncée dans la loi Macron. Il a été vivement critiqué, notamment par le Président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone. Quant à savoir si la cérémonie de ce matin était la définition du "trop-en-faire", ce sera à chacun d'en juger. 

François Hollande au chevet des blessésLe Président de la République s’est rendu au chevet des trois patients hospitalisés au CHU de Bordeaux suite à l’accident survenu à Puisseguin. Il était accompagné de  Manuel VALLS, Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales de la santé et des droits des femmes, Alain VIDALIES, secrétaire d’Etat chargé des transports et Alain JUPPE, maire de Bordeaux et président du conseil de surveillance du CHU. Philippe VIGOUROUX, Directeur général du CHU de Bordeaux, les a accueillis et accompagnés vers les services d’hospitalisation où le Président de la République a longuement échangé avec les trois patients puis avec les équipes médicales et soignantes. A l'issue de la visite il a salué l'équipe du Samu-Smur du Dr Tentillier très vite intervenue sur les lieux et l'équipe de médecine légale du professeur Gromb qui a effectué les opérations médico-légales sur les 43 corps transférés au CHU de Bordeaux.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2546
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !