Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/04/21 | Elections départementales et régionales : les maires ont dit non au report

    Lire

    Si la consultation auprès des maires organisée ce week-end en urgence par le Gouvernement sur le maintien des élections régionales et départementales en juin prochain avait soulevé quelques réactions épidermiques de nombreux élus _ « consultations rocambolesque » pointait l'association des Maires de France _ les retours de cette consultations pèsent pour le maintien des élections : sur les 24 000 maires qui ont répondu, 56% se sont positionnés en ce sens. La balle est désormais dans le camp des parlementaires.

  • 13/04/21 | Un concours photo « En Contraste »

    Lire

    Depuis le 17 mars, Talence Evènements a lancé un concours photo amateur ouvert à tous les habitants de la métropole. La photo « En Contraste » devra être prise à Talence ou faire un clin d’oeil à la Ville. Les 22 photos sélectionnés par le public du 1er au 30 juin seront exposées durant l’été sur les grilles du parc Peixotto et les 3 gagnants se verront remettre un prix en juillet. Les participants ont jusqu’au 9 mai pour déposer leur photo. Plus d’infos sur le site de Talence Evènements".

  • 13/04/21 | Les huiles se développe au GAEC ferme Dana

    Lire

    Dans la Vienne, le GAEC ferme DANA produit des oléagineux transformés en huiles pour l’alimentation. Depuis 2012, cette activité est passée de 800 litres par an à plus de 7000, commercialisées grâce à un réseau de boutiques de proximité. Pour continuer, le GAEC va adapter ces installations en automatisant certaines tâches en aménagement un hangar notamment. Pour ce projet, il a bénéficié d’une aide de l’Union Européenne de 24 961 €.

  • 13/04/21 | Périgueux valorise son patrimoine antique

    Lire

    Depuis quelques années, Périgueux a engagé un programme de valorisation de son patrimoine gallo-romain au travers notamment d’une déambulation douce dans les vestiges. Le Musée Vésunna de Jean Nouvel va être rattaché à ce parcours pour permettre à l’ensemble de ce parcours piéton de mettre en perspective et en interprétation le patrimoine du quartier de la Cité.

  • 12/04/21 | A Sare, le boucher ouvre... des gîtes !

    Lire

    Les propriétaires d'une boucherie charcuterie traiteur dans le centre bourg de Sare (64) ont acquis en 2020 une maison située à proximité directe de leur magasin. Leur objectif : rénover la maison pour créer 3 types d'activités différentes! Au rez-de-chaussée un point de vente complémentaire, au 1er étage, un gîte d'étape de grande capacité et au 2ème étage, 2 logements pour saisonniers. Outre l'audace et l'originalité du projet porté par la SARL Larrun Lodge, il répondra au besoin d'accueil des saisonniers, nombreux sur le territoire du fait de la proximité de la côte et de l'attractivité touristique du village.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Frédérique Vidal face aux étudiants poitevins entre mesures et constat d’impuissance

24/02/2021 | La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a rencontré une cinquantaine d'étudiants poitevins pour défendre des actions contre la précarité étudiante

Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, a rencontré une cinquantaine d'étudiants poitevins ce mardi 23 février

La principale annonce de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, concerne la mise en place de 1 500 distributeurs gratuits de protections menstruelles dès la prochaine rentrée. Une mesure concrète. La ministre a abordé différents points avec des étudiants qui ont fait preuve d’inquiétudes quant à leur situation, souvent précaire, les risques psychologiques, leur solitude liée aux cours trop rarement en présentiel ou encore la tenue des examens.

Ambiance d’amphithéâtre dans les jardins de la préfecture de Poitiers. 46 étudiants ont répondu à l’invitation de Frédérique Vidal ce mardi 23 février. La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation est venue échanger. L’occasion pour elle de répondre également aux 72 courriers qu’elle avait reçus de la part d’étudiants poitevins au début du mois de février. Des courriers qui bien évidemment, l’interpellaient sur les difficultés que vivent les étudiants dans leur quotidien. 

Initialement, Frédérique Vidal devait venir le 12 février dernier. Le programme était plus chargé. Une séquence sur la reprise des cours en présentiel à l’UFR de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), un échange avec les professionnels du service de santé universitaire sur les dispositifs d’accompagnement psychologique, un dépistage Covid-19 avec des étudiants en relais-santé et pour conclure un débat et des échanges avec les étudiants de l’Association Fédérative des Étudiants de Poitiers (AFEP). Finalement annulé à cause des conditions climatiques, ce déplacement a été reporté à ce mardi 23 février, avec un programme bien plus allégé. Seule la rencontre avec les étudiants de l’AFEP a été maintenue. « Cette rencontre était prévue il y a déjà une quinzaine de jours. Je passe beaucoup de temps sur le terrain je vais à la rencontre des universités, des étudiants, j’échange avec eux, pour voir quel est le coeur des préoccupations. Il paraissait important de maintenir non pas tout le déplacement, mais cette rencontre avec les étudiants. Ils m’avaient notamment écrit pour faire part de leurs difficultés ; il me paraissait important de leur répondre… » a-t-elle confié au micro des caméras et des radios après les échanges. 

La ministre Frédérique Vidal s'est prêtée à un jeu de questions/réponses avec les étudiants poitevins

Questions-réponses sans filtre

La ministre a ouvert la rencontre en expliquant sa venue. « Apporter un maximum d’informations dans un monde incertain à cause de la pandémie. Il faut en parler, c’est important ». Avant de se prêter à un jeu de questions/réponses animé par deux jeunes étudiants, qui passaient la parole à leurs camarades… qui posaient toutes les questions qu’ils souhaitaient… Mais ce sont souvent les mêmes thématiques qui revenaient. Dans l’assemblée, des étudiants allant de la licence, au master et même doctorat… car tous ne vivent pas de la même manière cette période si particulière. Frédérique Vidal est venue défendre les actions mises en place contre cette précarité étudiante. « La crise n’a pas généré la précarité étudiante, elle l’a amplifiée » indique-t-elle.

Dès la rentrée 2021, 1 500 distributeurs gratuits de protections menstruelles

L’annonce principale lors de cet échange est en relation avec la précarité menstruelle. Comme le rappelle Frédérique Vidal, plusieurs allusions étaient faites dans les courriers. Une étude de l’association fédérative des étudiants de Poitiers et de l’association des étudiants sages-femmes, réalisée en février, relevait que un tiers des étudiantes avait besoin d’aide pour acheter des protections périodiques. Un message entendu donc par la ministre et son ministère. « 1 500 distributeurs de protections périodiques gratuites vont être installés dès la prochaine rentrée », précise Frédérique Vidal. Nous allons voir avec les associations, les services des universités, les résidences universitaires, où nous pourrons les mettre en place ». Pour en arriver là, la ministre admet avoir écouter les associations, comme Règles élémentaires, et plusieurs acteurs du monde étudiant. « On répond à un vrai sujet, une vraie demande », poursuit-elle. Une mesure pérenne qui coûtera selon elle 15 millions d’euros par an. Frédérique Vidal compte poursuivre en impliquant les jeunes dans la campagne de communication et d’information qu’il faut pour que cela rentre dans les usages…  

Bien sûr d’autres thématiques ont émergé. Notamment le débat des cours en présentiel et distanciel. Les étudiants se sont comparés aux BTS et classes préparatoires aux grandes écoles qui ont cours en présentiel depuis déjà quelques temps. Réponse de la ministre : « Il y a une différence entre les lycées et les universités. Ce n’est pas le même ordre de grandeur. Il y a plusieurs milliers d’étudiants dans un même lieu, quand on a quelques centaines de lycéens dans un même lieu. Puis, il y a les changements de classe, c’est difficile de mettre en application les mêmes protocoles que dans les lycées ». Cependant, la gouvernement a acté début février une reprise progressive en présentiel pour tous les étudiants quel que soit leur niveau, dans la limite d’une jauge globale de 20% des capacités d’accueil des établissements. « C’est l’équivalent d’une journée par semaine par étudiant, précise Frédérique Vidal. Les étudiants veulent retrouver des liens avec leurs professeurs et se revoir entre eux. L’idéal serait de revenir à 50% en présentiel, mais actuellement ce n’est pas réalisable. Cela ne vous a pas échappé, mais le taux de contamination n’est pas vraiment en baisse ». Autre souci, c’est que certains jeunes ont déserté leur ville d’accueil pour rentrer chez leurs parents, certains ont même rendu leur appartement.

« Vous n’avez pas massivement décroché »

Qui dit études, dit forcément examens. Quelques inquiétudes ont été soulevées par les étudiants présents. Sur le décrochage après le premier semestre, Frédérique Vidal a évoqué des chiffres plutôt positifs qui ont été remontés par les différentes universités au ministère. « Pour les examens du premier semestre, il y a eu seulement 3% d’absences en plus par rapport à l’année dernière. Vous avez tenu et vous n’avez pas décroché massivement », conclut-elle. Avant qu’un étudiant lui rétorque : « Nous allons aux examens pour conserver nos bourses. Ce n’est pas pour autant qu’on n’a pas décroché… » La ministre lui répond qu’elle aura des remontées des résultats pour voir aussi le nombre de copies blanches. Quant au second semestre, la rumeur de partiels qui n’auraient pas lieu n’est qu’une rumeur. « En réalité je ne décide pas des modalités de contrôle des connaissances. Le ministère garantie la qualité du diplôme, mais les modalités d’évaluation sont déléguées. Si tous les examens sont effectués à distance, ce n’est pas juste, il faut qu’ils aient lieu en présentiel et garder à distance ceux qui peuvent l’être ». Selon Frédérique Vidal, au premier semestre, 20 à 30% des examens se sont tenus en présentiel. Chaque université peut gérer comme elle le souhaite, tout en respectant les consignes et les protocoles sanitaires. Une chose est sûre, il y aura bien des examens pour valider les connaissances des étudiants.  

La polémique des islamo-gauchistes

D’autres points ont bien sûr été abordés durant ces presque deux heures d’échanges. Que ce soit le détresse psychologique des étudiants (un parcours de soins psychologiques pour les étudiants est pris en charge), les stages qui sont difficiles à trouver, les repas aux restaurants universitaires à un euro. Un des étudiants a également abordé la question des islamo-gauchistes. Une polémique qui remonte à dix jours et les propos tenus par Frédérique Vidal sur CNews. Un propos balayé rapidement. « Je ne suis pas venue pour parler de ça… » Mais après son échange avec les étudiants, les journalistes ont reposé la question… « Je crois qu’on peut regarder l’ensemble de ce que je fais depuis quatre ans au gouvernement, l’ensemble de ma carrière universitaire avant, je suis tellement loin de toute idée d’empêcher la liberté académique, d’empêcher la liberté de la recherche. Au contraire, c’est ce que je défends depuis toujours. C’est une polémique, c’est un procès d’intention et ma priorité, ce sont les étudiants. Ce pourquoi je me bats tous les jours, c’est d’accompagner les établissements dans cette période difficile que nous vivons tous ensemble sur cette question de pandémie. Voilà, c’est ça qui m’occupe, ce qui m’anime, je pense que c’est important de leur dire que je suis venue pour leur parler comme c’était prévu que je le fasse il y a quinze jours, parce qu’on essaie même d’instrumentaliser cette venue prévue de longue date… », confie Frédérique Vidal lors des traditionnels micros tendus. Puis son cabinet tente de remettre les journalistes sur les bons rails en leur demandant de poser des questions en lien avec le déplacement du jour.

Une cinquantaine d'étudiants membres de l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers (AFEP) est venue discutée avec Frédérique Vidal

Et les étudiants dans tout ça, qu’ont-ils pensé de la venue de la ministre, Frédérique Vidal. « Il faut prendre le temps de laisser décanter ce rendez-vous, confie une étudiante en ergothérapie. Mais je trouve intéressantes les mesures contre la précarité menstruelle ». Un avis partagé également par un autre étudiant en STAPS, mais il est un peu déçu, car la situation dans leur filière est très critique et les étudiants de STAPS espèrent revoir la ministre lors d’un entretien plus complet. « Je suis un peu frustré, j’ai eu le sentiment de ne pas pouvoir tout exprimer », reconnaît-il. Enfin, il y a eu un cri du coeur, pas réfléchi :. « Madame la ministre nous a dit de ne pas hésiter à appeler à l’aide, j’ai voulu parler de mon cas personnel ». Effectivement, Maxence est étudiant en 2e année d’histoire, d’origine asiatique - il est né en Corée du Sud - mais a grandi depuis ses six mois en France - il est victime de regards, dans la rue, dans le bus… et à parfois le sentiment d’être coupable de ce virus. « Il faut arrêter de cibler des pays ou des régions du monde comme étant la cause du virus », lui a répondu Frédérique Vidal.

En marge de cet entretien, une centaine d’étudiants était tenue à l’écart de la préfecture de Poitiers par un conséquent dispositif policier déployé. Ils sont venus manifester contre la précarité des étudiants. Sur leur pancarte, on pouvait lire « on veut étudier, pas s’endetter ». À 15 heures, les étudiants s’étaient déjà dispersés.

Frédérique Vidal l’a assuré, toutes les mesures prises durant cette période de crise sanitaire se poursuivront tant que le besoin se fera sentir. Sa priorité, lutter contre le développement, l’amplification de la précarité des étudiants.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6847
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !