Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Gestion locale, la chasse aux dépenses avant tout ?

29/10/2015 | «Gestion locale, nouveau contexte financier, nouveaux défis», tel était le thème de la table ronde des Rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine organisées ce 29 octobre

6èmes Rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine - 29 octobre 2015

Pour leur 6ème édition, Les Rencontres des dirigeants de collectivités d'Aquitaine se sont une fois de plus tenues à Pessac, entre les murs de la faculté de Droit, ouvrant ainsi les débats non seulement aux professionnels, directeurs généraux de collectivités locales d'Aquitaine, mais aussi aux étudiants, futurs responsables en charge de ces mêmes collectivités. Avec le souci constant d'offrir des débats ajustés à l'actualité de ce métier et des évolutions en cours des collectivités locales, la table ronde de cette année s'est attaquée à la question sensible des finances publiques locales. Touchées de plein fouet par la discipline budgétaire que s'est imposé l'Etat pour tenter de résorber son endettement chronique, les collectivités locales n'ont-elles pas, elles aussi, de nouveaux modes de gestion à inventer ?

Après avoir longtemps stigmatisé un Etat à bout de souffle, obligé par sa dette et ses engagements européens, de revoir à la baisse (dans le cadre d'une nouvelle discipline budgétaire globale) ses dotations aux collectivités locales, le constat est là : les collectivités territoriales sont, de toute façon, financièrement dépendantes de l'Etat. Un constat dressé par Etienne Douat, Professeur agrégé de droit public, spécialisé en Finances publiques et par Franc-Gilbert Banquey, Conseiller-Maître à a Cour des Comptes, et ancien Président de la Chambre régionales des comptes Aquitaine-Poitou Charentes. Donc, au delà des récriminations et des critiques, les collectivités locales de tout niveau, sont elles aussi bel et bien englobées dans cette même discipline budgétaire, devant désormais, "faire avec" (ou plutôt sans...)

"Les dépenses, la question principale des finances locales"Etat et collectivités étant alors dans "le même bateau" financier et budgétaire, « il s'agit ici d'un enjeu de solidarité et non d'opposition », tranche l'ancien Président de la Chambre régionale des Comptes. Fini donc le temps béni d'une trentaine d'années d'une relative stabilité marquée par des dotations généreuses, et doublées d'une fiscalité autonome, dynamique (et donc gage de solvabilité...), ayant permis des investissements dans le développement de services collectifs et de grands équipements attractifs et de qualité. Non désormais, puisque l'on ne peut plus grand chose du côté des financements « c'est sur les dépenses que se pose la question principale des finances locales », analyse le Président de la Chambre ciblant particulièrement 4 enjeux en la matière.
Premièrement « la capacité à maîtriser ses dépenses » face à un effet ciseaux quasi automatique de recettes à la baisse et de dépenses de fonctionnement à la hausse. Une hausse due pour une bonne part, à la masse salariale, bien que plus ou moins contenue selon les collectivités. Cela dit, en la matière, l'enjeu reste très important, souligne-t-il. D'autant que les collectivités doivent faire face à un autre facteur de dépenses : les conséquences sonnantes et trébuchantes de nouvelles normes. Parmi elles, les lois et règlements mais aussi tout un tas de référentiels techniques sur l'habitat, l'environnement, l'urbanisme... Franc-Gilbert Banquey pointe notamment deux exemples étudiés par la Cour des Comptes : « sur les rythmes scolaires, la compensation de l'Etat n'a pas couvert toutes les dépenses des communes et EPCI puisque 30 à 50% des dépenses engagées par ces collectivités sont restées à leur charge, soit au total entre 400 et 600M€. Quant à la décision de l'Etat de revaloriser le RSA, elle a coûté 420M€ au département...»

"Maîtriser l'avenir"Deuxième enjeu lié aux dépenses, « la capacité à maîtriser l'avenir via l'utilisation d'instruments de programmation ou de prévision, tels que les Plans pluri-annuels ou encore les pactes financiers et budgétaires entre les communes et les EPCI ». Un exemple permettant de noter au passage, comme l'avait fait Etienne Douat dans son intervention, que la péréquation horizontale, prend et prendra de plus en plus de place dans les finances locales, en lieu et place des dotations verticales de l'Etat... Un élément aussi du nouveau contexte financier qui se dessine pour les collectivités territoriales...
Troisième point sur lequel le conseiller-maître a attiré l'attention de l'assemblée de Directeurs généraux qui lui faisait face : « il faut avoir une capacité de gestion dynamique du patrimoine immobilier des collectivités locales ». Et pour cause, au fil des montées en compétence des collectivités, ce patrimoine se développe et se diversifie : il est estimé à 300Mds d'euros par la Cour des Comptes... « Les collectivités doivent avoir une vision claire de leur patrimoine immobilier, en faire un inventaire, maîtriser les outils juridiques qui y ont trait, mais aussi appréhender au global les coûts et les risques associés à ce patrimoine, ne serait-ce que par exemple en terme de performance énergétique... »

"Changer de paradigme sur les investissements"Enfin si, selon lui, une grosse part des nouveaux enjeux et défis de la gestion locale touche davantage aux dépenses qu'aux investissements, l'ancien Président de la Chambre régionale des Comptes Aquitaine-Poitou-charentes ne les oublie tout de même pas. Car en la matière aussi, il faut, insiste-t-il changer de paradigme: « désormais, il faudra centrer les investissements sur les actions les plus essentielles, tout en regardant les coûts de fonctionnement futurs qu'ils peuvent engendrer. L'investissement public, n'est pas vertueux par nature, il doit être analysé au cas par cas en fonction de ses impacts notamment sur le fonctionnement, et selon des critères socio-économiques. En d'autres termes, les investissements devront être davantage fonction de stratégies économiques des territoires et moins de la création de services collectifs. » Un changement de paradigme qui commence peut-être à déjà être pris en compte, puisque, note-t-il, depuis 2 ans, l'investissement public a légèrement baissé.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1936
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !