Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Gironde: En marche tient la pole position

12/06/2017 | En Marche a affirmé son leader-ship dans le département et marqué son avantage au coeur même de la cité bordelaise.

Législatives 2017

La Gironde comme les autres départements de la Nouvelle-Aquitaine, n'échappe pas à la percée spectaculaire d'En Marche. Entre les députés sortants, écartés sans ménagement comme Michèle Delaunay dans la deuxième circonscription, ou certains élus bien en vue comme la vice-présidente de la région Catherine Veyssy, ou Alain David maire de Cenon, ou encore ceux qui vont aborder le second tour avec un sérieux handicap comme par exemple Gilles Savary, le PS est laminé.

L'ancrage local, le travail accompli n'ont pas constitué des atouts déterminants face au vote de confirmation, exclusivement politique, bien dans la ligne des législatives qui suivent les présidentielles. Ce constat ne concerne d'ailleurs pas que le PS car des figures de la droite, des " Républicains", comme le maire d'Arcachon et député sortant Yves Foulon vont aborder le second tour avec un retard quasiment insurmontable même dans le cas d'une forte mobilisation d'électeurs qui se sont abstenus.

A Bordeaux dont le maire, Alain Juppé soulignant le niveau sans précédent de l'abstention, a pointé l'inconvénient que représenterait demain une chambre des députés "monocolore", son adjointe Anne Walryck, tout en constatant  l'écart considérable qui la sépare de Catherine Fabre dans la deuxième circonscription où elle réalise l'un des meilleurs scores d'En Marche ( 39,28% contre 15,39%), est satisfaite d'être présente pour disputer sa chance au second avec l'ambition de "se battre jusqu'au bout." Cependant la ville centre confirme le soutien très large qu'elle avait accordé à Emmanuel Macron car elle place Dominique David loin devant une autre figure de la majorité d'Alain Juppé, Nicolas Florian (43,95% contre 20,07%) dans la première circonscription. Dans la 10° circonscription le député PS sortant Florent Boudié, soutenu par le maire socialiste de Libourne Philippe Buisson, qui avait choisi En Marche après avoir dans un premier temps était désigné par les militants PS obtient 40,3% très loin devant Jean-Paul Garraud (15,5%) (LR). Dans la 11 ème circonscription où le FN avait obtenu des scores très élevés aux présidentielles et où la conseillère régionale Edwige Diaz pouvait nourrir des espoirs, la candidate d'en Marche Véronique Hammerer vire en tête avec 27,79% des voix devant Edwige Diaz, 23,65% avec des chances de l'emporter.

En Marche truste la troisième circonscription

C'est l'une des seules circonscriptions du département sur laquelle une triangulaire aurait éventuellement été possible : elle n'aura pas lieu. La troisième circonscription de la Gironde (Bordeaux Sud, Talence, Bègles et Villenave d'Ornon) a largement suivi la tendance nationale et même plus. Avec 33,43% des voix, le candidat En Marche, Marik Fetouh, se qualifie pour le second tour. Dans son Q.G de campagne, à Bègles, il savoure sa victoire. Juste derrière, le fort score de la France Insoumise lors des élections présidentielles se confirme, avec 19,02% pour son candidat, Loïc Prud'homme, qui effectue là sa deuxième élection. La plus lourde défaite est pour le duo formé par Naïma Charaï, pour qui la débâcle de Benoît Hamon lors des présidentielles a sans doute été un frein, et le maire de Bègles, Noël Mamère, figure locale défendant son fief depuis vingt ans. Les autres formations ramassent le reste, comme Alexandre Gourd (LR, 8,41%) ou Bruno Paluteau (FN, 6,86%). Le passé communiste historique de cette circonscription n'aura pas non plus profité au PCF, dont la candidate Isabelle Taris peine avec 2,72%. Le premier vainqueur de l'élection reste dans la même tendance nationale là aussi, avec 50,76% contre 49,24% de participation.

Des réactions

Catherine Fabre (LREM): "On a fait un gros score. Les bordelais ont montré qu'ils avaient envie de voir le projet "En Marche" se mettre en place. Il reste le second tour et la semaine pour convaincre sur le terrain. 50% d'abstentionnistes c'est beaucoup. Beaucoup de gens ne savent pas encore se positionner par rapport à cette refonte du paysage politique. Je chercherai à convaincre que notre projet est positif et apportera beaucoup de bien aux bordelais et aux Français.
Des députés sortants ont fait du bon travail, mais aujourd'hui les français attendent autre chose du politique, et probablement qu'il n'y ait pas de blocage gauche-droite et En Marche de ce point de vue répond totalement à ces envies.

Marik Fetouh (LREM) : "Ca confirme plusieurs choses : d'abord que les français sont cohérents, ils ont élus des députés de la majorité d'Emmanuel Macron. C'est aussi le reflet de l'effondrement d'un système local. Noël Mamère était député depuis vingt ans mais les gens veulent du renouvellement. Je pense qu'on a fait une campagne dynamique, positive. L'électorat communiste classique s'est en grande partie reporté sur la France Insoumise. Quand on voit les scores à Bègles et à Bordeaux Sud, on le voit bien", affirme-t-'Je pense que mon profil correspondait bien à ce qui était attendu dans cette circonscription, notamment sur la question de la diversité, puisqu'on est bien plus haut que Macron au niveau national lors des présidentielles. Il y avait des enjeux locaux très forts". 

Sur Twitter, la réaction de Loïc Prud'homme (France Insoumise) est laconique : "Confirmation que nous sommes officiellement la 1ère force de gauche de la circo avec 19,2%. Merci pour votre mobilisation. Le 18 juin faisons gagner #LaFranceInsoumise et l'#AvenirEnCommun sur notre circonscription". 

Naïma Charaï (PS) : "Je ressens évidemment de la déception, même si je constate que notre circonscription résiste d'avantage à gauche. Il y a une vraie force de gauche qui est la base de la reconstruction et de la recomposition. Il faudra le rassemblement de tout le monde, c'est une évidence. Ca va être une assemblée monochrome. Je crains cela pour la démocratie, je souhaite qu'il y ait une pluralité quand même. Avec ce qui est annoncé concernant les ordonnances sur la loi travail, l'État d'urgence permanent, il faudra une opposition ferme".

Noël Mamère (EELV, suppléant de Naïma Charaï) : "Il y a une vague très forte qui submerge la France avec une possibilité pour la République En Marche d'obtenir le 18 juin près de 400 députés, soit une centaine de plus que la majorité absolue. Ça va être une chambre jaune où l'opposition sera très faible. Le danger est que cette dernière se manifeste dans la rue, ce qui n'est pas très sain pour la vitalité démocratique et la condition sociale. On va se rassurer sur Bègles et la troisième circonscription en se disant que le score de Naïma Charaï est très largement supérieur à celui des socialistes habituels qui étaient présents et se sont fait balayer. Mais nous ne sommes que troisièmes, c'est une grande déception pour elle comme pour moi. Nous n'avons pas échappé à cette volonté de tout chambouler exprimée par les français, de voir de nouvelles têtes. Il faut l'accepter, même si on peut penser que tout changer risque de ne rien changer. Ce qui se trouve désormais devant l'ensemble de la gauche, c'est un immense chantier où il va falloir reconstruire. Ça perdra peut-être plus de temps que nous le pensons, mais il ne faut pas être fataliste et se dire que la politique. Nous avons quand même un rôle à jouer parce que nous ne pouvons pas laisser notre démocratie dominée par un seul parti. Ce n'est pas sain quand une démocratie marche sur une seule jambe et un parti dominant".

Sur son départ de la mairie de Bègles, il assure que cette défaite ne changera rien. "Je n'ai aucun regret, j'en aurai eu encore moins si Naïma avait été au deuxième tour. C'est une décision que j'ai prise sous la pression de personne sous la seule nécessité de la transmission. À la mairie, ce sera Clément Rossignol le 29 juin, je pense que ma décision est juste et qu'elle correspond à cette vague de renouvellement politique".  

Isabelle Taris (PCF) : "Les résultats sont évidemment castrophiques avec le FN en quatrième position et plus de 50% d'abstention. On peut penser que cet électorat s'est perdu, égaré. Pour nous, il va falloir réfléchir à la suite. Cette remontée de la France Insoumise ne me surprend pas outre-mesure, ce parti avait fait un excellent score pour les présidentielle. Il va falloir réfléchir à mobiliser un maximum de votant pour contrer ce qui va venir et gagner des places. Je continuerai à porter le rassemblement à gauche jusqu'au bout". 


Retrouvez les résultats détaillés du département de la Gironde circonscription par circonscription.

Joël Aubert- Romain Béteille-Yoan Dénéchau-Solène Méric
Par Joël Aubert- Romain Béteille-Yoan Dénéchau-Solène Méric

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5912
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Photo d'illustration urne vote élection Politique | 22/06/2021

Elections régionales : Ni accord, ni fusion de listes en vue du second tour

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 21/06/2021

Régionales : Rousset en tête, EELV avance, le RN recule, droite et centre s'évitent... Demain quelles alliances ?

Photo d'illustration urne vote élection Politique | 21/06/2021

Départementales dans les Pyrénées-Atlantiques : entre abstention, prime aux sortants et progression d'EH Bai

Les conseillers départementaux de la Gironde dans l'hémicycle Politique | 21/06/2021

Départementales en Gironde : les sortants plébiscités, Jean-Luc Gleyze réélu au premier tour

Il faut un sursaut de participation dimanche prochain Politique | 21/06/2021

Départementales en Dordogne : la prime aux sortants

Le premier tour des élections départementales a eu lieu ce dimanche 20 juin 2021 Politique | 21/06/2021

Élections départementales dans la Vienne : la majorité départementale en ballottage favorable

Carte électorale Politique | 21/06/2021

Aucun candidat élu aux Départementales en Haute-Vienne, abstention record

Hôtel de Région Nouvelle Aquitaine  9 mars 2017 Politique | 16/06/2021

Elections régionales: Quels candidats pour quelles compétences ?

La gauche espère conserver la majorité à l'assemblée départementales Politique | 15/06/2021

Départementales en Dordogne : la gauche espère conserver la majorité

Illustration urne Politique | 15/06/2021

Elections départementales en Charente : la droite mise sur ses têtes d'affiche

Les candidats rochelais issus du parti du maire Jean-François Fountaine, présenté le 29 avril Politique | 14/06/2021

Départementales en Charente-Maritime : on reprend (presque) les mêmes…

Le politologue Jean Petaux Politique | 14/06/2021

Départementales en Gironde: "Si instabilité il doit y avoir, elle sera plutôt à Bordeaux qu’en zone rurale" selon le politologue Jean Petaux

Jean-Jacques Lasserre, président du Département des Pyrénées-Atlantiques Politique | 11/06/2021

Pyrénées-Atlantiques : l'union droite-centre, déjà en route pour le second tour des Départementales ?

La salle du conseil du Conseil Départemental de la Haute-Vienne Politique | 11/06/2021

Elections départementales : Cinq listes se disputeront les suffrages des haut-viennois

Présentation du nouveau site internet de Limoges Métropole Politique | 03/06/2021

Limoges Métropole se dote d'un nouveau site Internet