Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

  • 03/12/20 | La Charente-Maritime lance une nouvelle aide aux travailleurs indépendants

    Lire

    Le Département 17 lance une nouvelle aide aux entrepreneurs indépendants, dans le cadre du nouveau confinement de novembre. Ce coup de pouce de 800 € pour motif "social" s'adresse aux auto-entrepreneurs, travailleurs indépendants non salariés et dirigeants de sociétés par actions simplifiées et/ou simplifiée unipersonnelle. Pour en bénéficier, il faut bien évidemment justifier de la perte de ses revenus par rapport à 2019. Demande à faire sur: https://la.charente-maritime.fr/actualites/

  • 03/12/20 | La Corrèze vous invite à la découvrir !

    Lire

    Afin d’attirer de nouveaux habitants, le Département de la Corrèze lance une grande campagne d’attractivité. Après inscription et tirage au sort, le Département propose à plusieurs personnes un week-end, tous frais payés, pour découvrir concrètement le territoire. Pour ceux qui franchiront le pas de s’installer en terre corrézienne, le Département proposera la mise en place d'un ensemble de services d'accompagnement à l'installation. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 janvier sur venezvivreencorreze.fr

  • 02/12/20 | La Rochelle : le Congrès des Départements de France reporté en avril

    Lire

    Le congrès des Départements de France devait se tenir du 4 au 6 novembre à l'espace Encan de La Rochelle. Annulé à cause du reconfinement, il devrait finalement se tenir les 28,29 et 30 avril prochain au même endroit. "Le programme et les invités restent les mêmes", a assuré le président des départements de France et de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, qui compte mettre en avant l'importance des départements au quotidien. Le premier ministre Jean Castex clôturera cette 90e édition.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Gironde: En marche tient la pole position

12/06/2017 | En Marche a affirmé son leader-ship dans le département et marqué son avantage au coeur même de la cité bordelaise.

Législatives 2017

La Gironde comme les autres départements de la Nouvelle-Aquitaine, n'échappe pas à la percée spectaculaire d'En Marche. Entre les députés sortants, écartés sans ménagement comme Michèle Delaunay dans la deuxième circonscription, ou certains élus bien en vue comme la vice-présidente de la région Catherine Veyssy, ou Alain David maire de Cenon, ou encore ceux qui vont aborder le second tour avec un sérieux handicap comme par exemple Gilles Savary, le PS est laminé.

L'ancrage local, le travail accompli n'ont pas constitué des atouts déterminants face au vote de confirmation, exclusivement politique, bien dans la ligne des législatives qui suivent les présidentielles. Ce constat ne concerne d'ailleurs pas que le PS car des figures de la droite, des " Républicains", comme le maire d'Arcachon et député sortant Yves Foulon vont aborder le second tour avec un retard quasiment insurmontable même dans le cas d'une forte mobilisation d'électeurs qui se sont abstenus.

A Bordeaux dont le maire, Alain Juppé soulignant le niveau sans précédent de l'abstention, a pointé l'inconvénient que représenterait demain une chambre des députés "monocolore", son adjointe Anne Walryck, tout en constatant  l'écart considérable qui la sépare de Catherine Fabre dans la deuxième circonscription où elle réalise l'un des meilleurs scores d'En Marche ( 39,28% contre 15,39%), est satisfaite d'être présente pour disputer sa chance au second avec l'ambition de "se battre jusqu'au bout." Cependant la ville centre confirme le soutien très large qu'elle avait accordé à Emmanuel Macron car elle place Dominique David loin devant une autre figure de la majorité d'Alain Juppé, Nicolas Florian (43,95% contre 20,07%) dans la première circonscription. Dans la 10° circonscription le député PS sortant Florent Boudié, soutenu par le maire socialiste de Libourne Philippe Buisson, qui avait choisi En Marche après avoir dans un premier temps était désigné par les militants PS obtient 40,3% très loin devant Jean-Paul Garraud (15,5%) (LR). Dans la 11 ème circonscription où le FN avait obtenu des scores très élevés aux présidentielles et où la conseillère régionale Edwige Diaz pouvait nourrir des espoirs, la candidate d'en Marche Véronique Hammerer vire en tête avec 27,79% des voix devant Edwige Diaz, 23,65% avec des chances de l'emporter.

En Marche truste la troisième circonscription

C'est l'une des seules circonscriptions du département sur laquelle une triangulaire aurait éventuellement été possible : elle n'aura pas lieu. La troisième circonscription de la Gironde (Bordeaux Sud, Talence, Bègles et Villenave d'Ornon) a largement suivi la tendance nationale et même plus. Avec 33,43% des voix, le candidat En Marche, Marik Fetouh, se qualifie pour le second tour. Dans son Q.G de campagne, à Bègles, il savoure sa victoire. Juste derrière, le fort score de la France Insoumise lors des élections présidentielles se confirme, avec 19,02% pour son candidat, Loïc Prud'homme, qui effectue là sa deuxième élection. La plus lourde défaite est pour le duo formé par Naïma Charaï, pour qui la débâcle de Benoît Hamon lors des présidentielles a sans doute été un frein, et le maire de Bègles, Noël Mamère, figure locale défendant son fief depuis vingt ans. Les autres formations ramassent le reste, comme Alexandre Gourd (LR, 8,41%) ou Bruno Paluteau (FN, 6,86%). Le passé communiste historique de cette circonscription n'aura pas non plus profité au PCF, dont la candidate Isabelle Taris peine avec 2,72%. Le premier vainqueur de l'élection reste dans la même tendance nationale là aussi, avec 50,76% contre 49,24% de participation.

Des réactions

Catherine Fabre (LREM): "On a fait un gros score. Les bordelais ont montré qu'ils avaient envie de voir le projet "En Marche" se mettre en place. Il reste le second tour et la semaine pour convaincre sur le terrain. 50% d'abstentionnistes c'est beaucoup. Beaucoup de gens ne savent pas encore se positionner par rapport à cette refonte du paysage politique. Je chercherai à convaincre que notre projet est positif et apportera beaucoup de bien aux bordelais et aux Français.
Des députés sortants ont fait du bon travail, mais aujourd'hui les français attendent autre chose du politique, et probablement qu'il n'y ait pas de blocage gauche-droite et En Marche de ce point de vue répond totalement à ces envies.

Marik Fetouh (LREM) : "Ca confirme plusieurs choses : d'abord que les français sont cohérents, ils ont élus des députés de la majorité d'Emmanuel Macron. C'est aussi le reflet de l'effondrement d'un système local. Noël Mamère était député depuis vingt ans mais les gens veulent du renouvellement. Je pense qu'on a fait une campagne dynamique, positive. L'électorat communiste classique s'est en grande partie reporté sur la France Insoumise. Quand on voit les scores à Bègles et à Bordeaux Sud, on le voit bien", affirme-t-'Je pense que mon profil correspondait bien à ce qui était attendu dans cette circonscription, notamment sur la question de la diversité, puisqu'on est bien plus haut que Macron au niveau national lors des présidentielles. Il y avait des enjeux locaux très forts". 

Sur Twitter, la réaction de Loïc Prud'homme (France Insoumise) est laconique : "Confirmation que nous sommes officiellement la 1ère force de gauche de la circo avec 19,2%. Merci pour votre mobilisation. Le 18 juin faisons gagner #LaFranceInsoumise et l'#AvenirEnCommun sur notre circonscription". 

Naïma Charaï (PS) : "Je ressens évidemment de la déception, même si je constate que notre circonscription résiste d'avantage à gauche. Il y a une vraie force de gauche qui est la base de la reconstruction et de la recomposition. Il faudra le rassemblement de tout le monde, c'est une évidence. Ca va être une assemblée monochrome. Je crains cela pour la démocratie, je souhaite qu'il y ait une pluralité quand même. Avec ce qui est annoncé concernant les ordonnances sur la loi travail, l'État d'urgence permanent, il faudra une opposition ferme".

Noël Mamère (EELV, suppléant de Naïma Charaï) : "Il y a une vague très forte qui submerge la France avec une possibilité pour la République En Marche d'obtenir le 18 juin près de 400 députés, soit une centaine de plus que la majorité absolue. Ça va être une chambre jaune où l'opposition sera très faible. Le danger est que cette dernière se manifeste dans la rue, ce qui n'est pas très sain pour la vitalité démocratique et la condition sociale. On va se rassurer sur Bègles et la troisième circonscription en se disant que le score de Naïma Charaï est très largement supérieur à celui des socialistes habituels qui étaient présents et se sont fait balayer. Mais nous ne sommes que troisièmes, c'est une grande déception pour elle comme pour moi. Nous n'avons pas échappé à cette volonté de tout chambouler exprimée par les français, de voir de nouvelles têtes. Il faut l'accepter, même si on peut penser que tout changer risque de ne rien changer. Ce qui se trouve désormais devant l'ensemble de la gauche, c'est un immense chantier où il va falloir reconstruire. Ça perdra peut-être plus de temps que nous le pensons, mais il ne faut pas être fataliste et se dire que la politique. Nous avons quand même un rôle à jouer parce que nous ne pouvons pas laisser notre démocratie dominée par un seul parti. Ce n'est pas sain quand une démocratie marche sur une seule jambe et un parti dominant".

Sur son départ de la mairie de Bègles, il assure que cette défaite ne changera rien. "Je n'ai aucun regret, j'en aurai eu encore moins si Naïma avait été au deuxième tour. C'est une décision que j'ai prise sous la pression de personne sous la seule nécessité de la transmission. À la mairie, ce sera Clément Rossignol le 29 juin, je pense que ma décision est juste et qu'elle correspond à cette vague de renouvellement politique".  

Isabelle Taris (PCF) : "Les résultats sont évidemment castrophiques avec le FN en quatrième position et plus de 50% d'abstention. On peut penser que cet électorat s'est perdu, égaré. Pour nous, il va falloir réfléchir à la suite. Cette remontée de la France Insoumise ne me surprend pas outre-mesure, ce parti avait fait un excellent score pour les présidentielle. Il va falloir réfléchir à mobiliser un maximum de votant pour contrer ce qui va venir et gagner des places. Je continuerai à porter le rassemblement à gauche jusqu'au bout". 


Retrouvez les résultats détaillés du département de la Gironde circonscription par circonscription.

Joël Aubert- Romain Béteille-Yoan Dénéchau-Solène Méric
Par Joël Aubert- Romain Béteille-Yoan Dénéchau-Solène Méric

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5534
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !