Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Gironde: la démocratie participative par les Conseils de territoire, c'est parti!

23/09/2015 | Associations, chefs d'entreprises, bailleurs sociaux, missions locales, élus locaux... Ils sont près de 150 à avoir participé au Conseil territorial du Sud Gironde, ce 21 septembre à Langon.

Un des ateliers de travail (ici animé par Isabelle Dexpert) du Conseil territorial du Sud Gironde - Langon le 21 septembre 2015

Dialogue territorial et relation interactive entre les élus départementaux et les forces du territoires, telle était bien l'idée de Jean-Luc Gleyze et son équipe lorsqu'il annonçait en juillet dernier, l'organisation de « Conseils de territoire ». Dix-huit conseils territoriaux, outils de diagnostics locaux et d'identification des enjeux politiques prioritaires, lancés le 17 septembre sur 9 zones de la Gironde. Ce 21 septembre, c'est à Langon, pour la large zone du Sud Gironde, que se tenait l'un de ces nouveaux rendez-vous de démocratie participative. Une idée visiblement bien reçue par les acteurs territoriaux, qui, à l'image des réunions précédemment organisées à Lormont, pour le territoire des Hauts de Garonne, et à Pessac pour celui des Graves, sont venus nombreux pour faire remonter leurs regards et attentes de terrain auprès du Département.

Dans la grande salle Claude Nougaro de Langon, la consigne délivrée en introduction par le Président du Conseil départemental, Jean-Luc Gleyze et Christine Bost, sa 1ère Vice-Présidente en charge des Synergies, stratégie et développement des territoires était claire : « Parlez concrètement de ce qu'est la réalité du Sud Gironde. Il est important que vous vous exprimiez ; nous attendons vos paroles parce que c'est à travers elles que nous définirons les politiques de demain ». Des politiques dont certains grands enjeux sont déjà tracés dans le document « Vers un livre blanc des territoires girondins », appelé à devenir « le Livre blanc des Territoires Girondins », une fois complété des contributions issues justement des Conseils territoriaux en cours.
L'idée insiste Christine Bost est à travers ces grandes réunions, de « renforcer la mission de proximité du Département par la constitution d'un réseau d'acteurs, différencié territoire par territoire et adapté à chacun ». Au bout du bout, en effet, il s'agira, à partir du Livre blanc final, de mettre en oeuvre une contractualisation des politiques départementales la plus adaptée possible, par le biais de Pactes territoriaux.
Mais pour l'heure, en ce début de semaine, il s'agissait principalement de dresser la liste des forces et faiblesses du territoire de Sud gironde, tel un diagnostic partagé entre le Département et les acteurs présents. C'est dans un second conseil de territoire et à partir de ce diagnostic, que les même acteurs établiront selon eux les actions prioritaires à mettre en œuvre par le Département pour rétablir les équilibres sociaux et territoriaux éventuellement défaillant.

Des ateliers animés par les élus du DépartementPour garantir des échanges concrets et constructifs entre les acteurs en présence, les quelques 135 participants à l'après-midi langonnais se sont réunis en six ateliers, chacun d'eux étant animés par des élus du Conseil départemental, dont Hervé Gillé, Bernard Castagnet, ou encore Isabelle Dexpert. Si les premières interventions ont été un peu timides, les échanges se sont peu à peu enchaînés, les uns rebondissant sur les remarques des autres, permettant ainsi de balayer les différents et nombreux axes de compétence du Conseil départemental autour des solidarités humaines et territoriales. Et un peu plus d'1h30 plus tard, à l'heure des restitutions des différents ateliers en assemblée plénière, les constats apparaissent effectivement partagés par l'ensemble des forces vives du Sud Gironde présentes.
Dans une liste à la Prévert, les participants ont constaté notamment une faible prise en compte de l'agriculture et de sa diversité, tout en soulignant par ailleurs, le mal être important des agriculteurs, sans doute pas assez considérés, sur ce territoire. Parmi les faiblesses économiques du Sud Gironde, il a été pointé un tourisme à développer et surtout à promouvoir pour ce territoire girondin de l'intérieur. Sur la question du parcours de vie, des efforts sont à faire autour du secteur de l'aide à domicile, tant sur les formations à harmoniser, que sur des coordinations à opérer entre les différents acteurs, il a aussi été pointé le manque de structures d'accueil notamment pour les personnes atteintes d’Alzheimer et leurs aidants.

Les ateliers d'échange organisés dans le cadre du Conseil territorial du Sud Gironde

Logement, fracture numérique, manque de formation,...Au nombre des sujets portant de véritables « handicaps » pour le territoire, certains thèmes sont revenus à plusieurs reprises et sous plusierus angles : le logement qui manque notamment pour les familles à faible revenu ou les jeunes souhaitant restés sur le territoire ; l'accès au numérique, indispensable, tant en terme d'attractivité pour les entreprises mais aussi plus globalement en terme de « risque de fracture numérique » pour les particuliers « d'autant plus au regard du développement du numérique autour de la santé ou de la recherche d'emplois » ont mis en avant les participants. Sur le thème de l'emploi, a été pointé un manque de qualification de la main d'oeuvre locale, et plus globalement le manque de formations au niveau local, et leur concentration dans ou à proximité de la métropole.
Autres questions mise à jour, l'accueil des gens du voyages ou des travailleurs saisonniers, souvent bien mal lotis en termes de logements. Sur la jeunesse, il a été pointé des problèmes sur la carte scolaire, voire, pour certains acteurs le manque de collèges. Sur la mobilité, et notamment sur le transport « transversal », la zone sud Gironde, ressort des échanges comme étant assez mal pourvue.

Une meilleure coordination des acteursEnfin, si certains ont tenu à souligner une vie associative importante dans ce territoire, et souvent facteur de lien social dans les villages « éloignés », tous ont souligné tout à la fois une crainte sur le futur de ces associations au regard de nombreuses subventions annoncées à la baisses (en conséquence des baisses des dotations de l'Etat), mais aussi un besoin d'une plus large collaboration voire coordination des acteurs qu'ils soient privés, publics, et associatifs. La suggestion étant, ici, de permettre d'assurer une meilleure connaissance des actions des uns et des autres, pour ainsi connaître une gouvernance plus harmonieuse et potentiellement plus créatrice de dynamique de projets au sein du territoire.
Au total, un diagnostic de terrain particulièrement riche que les services du Conseil départemental auront à travailler et à accorder avec le diagnostic du territoire, d'ores et déjà réalisé en interne, afin de rédiger un document de travail qui sera la base du prochain Conseil de territoire Sud Gironde. Celui-ci, organisé à la Réole, le 9 novembre prochain aura à définir les priorités d'actions qui figureront dans le Pacte territorial 2016 entre le Département et le Sud Gironde.

Lire sur Aqui!: Conseil départemental de la Gironde : le dialogue territorial est lancé

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3914
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !