20/09/17 : La CGT et la FSU appellent les salariés à une nouvelle journée d’action ce jeudi contre la réforme du Code du travail. En Dordogne, trois manifestations sont organisées : à 10 h 30 à Périgueux, à 15 h 30 place du 14-Juillet à Sarlat et à 17 h à Bergerac.

20/09/17 : Les mesures acoustiques le long de la LGV Tours-Bordeaux ont démarré hier. Au total 231 points seront contrôlés par le CEREMA de Blois et Bordeaux pour vérifier la conformité acoustique des habitations exposées et l’efficacité des protections installées

20/09/17 : Du 20 au 22 sept, 12 collaborateurs de Bristol-Myers Squibb parcourront près de 700km à vélo pour récolter des fonds en faveur de la recherche contre les cancers des jeunes. Ils passeront par Agen le 20 sept.

20/09/17 : Elections sénatoriales. Les députés lot-et-garonnais LREM apportent leur soutien aux candidates investies par le parti, C. Griffond et M-F Salles qui « sont les deux seules candidates désignées par la Commission nationale d’investiture ».

20/09/17 : La préfecture de la Dordogne modifie ses horaires d'ouverture : l'accueil du public se fera les lundi et vendredi 8h30 – 12h et le mercredi de 8 h 30 à 12 h. Les guichets permis de conduire et cartes grises seront fermées les mardi et jeudi.

20/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

15/09/17 : L'île d'Oléron a été choisie pour accueillir les prochaines Rencontres inter-îles, du 24 au 26 novembre. Ce rendez-vous autour des problématiques liées au maintien de l'agriculture dans les îles aura pour thématique l'accès au foncier.

15/09/17 : L'ancien maire socialiste de Cenon, Alain David, ayant été élu à l'Assemblée nationale c'est son successeur Jean-François Egron qui prend le relais en tant que vice-président de la métropole aux Ressources humaines et à l'administration générale

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/09/17 | La Silver Economie à l'honneur à La Réole

    Lire

    Ce jeudi 21 et vendredi 22 septembre à la Réole (Gironde) se tient la 2ème édition du Salon de la Silver Economie. Au programme, à destination des seniors: tables rondes, rencontres, débats, offres d’emploi etc. Avec l’aide des élus, le Pays Sud Gironde se mobilise pour faire du vieillissement de sa population une source de création de richesse et d’emploi autour de trois piliers majeurs : habitat, technologie et métiers. Un élan vers plus de solidarité intergénérationnelle.

  • 20/09/17 | Crise aviaire: une pétition de la FDSEA-JA des Landes pour soutenir les éleveurs

    Lire

    Après plusieurs blocages de routes et barrages filtrants ces 15 derniers jours, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs des Landes viennent de lancer une pétition en ligne pour demander au gouvernement l'indemnisation des producteurs de canards sur la réalité des pertes, y compris au-delà du 29 mai, date de la reprise d'activité post-grippe aviaire. Manque de canetons et perte de débouchés font qu'un retour à la normale ne sera possible qu'en fin d'année. La pétition sur mesopinions.com objet canards

  • 20/09/17 | Toques et porcelaine à Limoges, les 22, 23 et 24 septembre

    Lire

    La 7e biennale « Toques et porcelaine » se tient à Limoges le week end prochain. A cette occasion, les produits régionaux de Nouvelle-Aquitaine s’uniront aux arts de la table pour célébrer cet événement gastronomique. Cette manifestation propose un dialogue entre contenant et contenu, produits gastronomiques et arts de la table, inventivité des chefs et créativité des porcelainiers. Au menu, des démonstrations de chefs, dix masterclass, des ateliers d’œnologie animés par des chefs et des sommeliers professionnels.

  • 20/09/17 | La municipalité d'Orthez implose...

    Lire

    Rien ne va plus à Orthez (64). Cette ville de plus de 10 700 habitants devrait connaître une nouvelle élection municipale d'ici la fin de l'année. Onze élus faisant partie du groupe conduit par le maire, Yves Darrigrand, ont en effet décidé de démissionner avec l'accord de ce dernier. Cela, afin de mettre un terme aux graves dissensions survenues au sein de la municipalité. Querelles qui ont débouché sur le rejet du budget 2016. Les opposants à la politique menée par le maire sont réunis au sein de trois groupes conduits par des conseillers PS, Modem et un adjoint dissident.

  • 19/09/17 | Création d'une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires au CD47

    Lire

    Engagé depuis des années dans la valorisation des itinéraires et promenades de randonnés, notamment à travers un plan départemental, le CD de Lot-et-Garonne vient de créer une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires réunissant les acteurs évoluant dans le domaine des sports nature. « Cette instance de réflexion et de concertation aura à cœur de promouvoir et de favoriser le développement maîtrisé des sports de nature, au bénéfice des acteurs et des usagers de la nature ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Gouvernement vs Collectivités locales: rassurer n'est pas convaincre

07/09/2017 | Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'intérieur, s'est rendue ce mercredi en Gironde pour une rencontre avec les élus locaux

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'intérieur, s'est rendue ce mercredi en Gironde pour une rencontre avec les élus locaux

C'est le moins de le dire, en arrivant dans la salle communale de Montussan ce mercredi après-midi, Jacqueline Gourault, la ministre auprès du ministre de l'intérieur, qui répondait à l'invitation de la sénatrice Françoise Cartron, n'avait pas face à elle une assemblée conquise d'avance. Il faut dire que les annonces récentes, multiples et parfois brusques du gouvernement concernant les collectivités locales, ont multiplié les inquiétudes et les coups de colère dans les rangs des élus locaux. Suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des contribuables, baisse des dotations, annonce de 300 M€ d'économies, disparition programmés des emplois aidés,... Tous attendaient des réponses.

Fin août début septembre, le Premier Ministre et le Président de la République ont du voir déferler nombre de lettres de la part d'élus locaux et départementaux quant aux diverses annonces et décisions prises concernant le sort des collectivité locales. En Gironde les prises de paroles ont d'ailleurs sur ces divers sujets été nombreuses. La venue de la ministre au discours "franc et sans langue de bois", de l'aveu même de nombre de ses auditeurs ce mercredi, aura eu le mérite de calmer au moins en partie, certaines de ces inquiétudes.
Concernant les dotations aux collectivités, qu'il s'agisse de la Dotation Générale de Financement (DGF) ou des dotations d'équipement des territoires ruraux, le message de la Ministre a été clair « il n'y aura pas de baisse, les dotations resteront au même niveau que l'an dernier. Concernant la DGF, c'est même la première fois en 4 ans qu'elle ne subira pas de ponctions ».
Quant aux 300 M€ d'économies annoncées, elles proviennent des « fonds de tiroirs des fonds déconcentrés non utilisés » qui sont remontés au niveau national en fin d'exercice, et ne seront pas redistribués les années suivantes, puisque non utilisées au cours de l'année. « D'où l'intérêt de toujours utiliser au maximum les fonds déconcentrés », glisse-t-elle, avant de se faire confirmer par le Préfet de région, qu'en Gironde, « il y a quasiment pas eu de remontées ». Comprendre donc que dans le département, les fonds déconcentrés esteront au même niveau, ou presque.

Taxe d'habitation: l'Etat se substituera au contribuableSur la promesse électorale du Président de la République de supprimer la taxe d'habitation pour près de 80 % des contribuables, là encore, Jacqueline Gourault veut apaiser les craintes des élus qui lui font face : « sur la taxe d'habitation, les communes toucheront le même produit qu'attendu, car il ne s'agit pas d'une suppression de la taxe d'habitation, mais d'un dégrèvement progressif pour le contribuable _ de 30%, 60% puis 100% en 3ans_ auquel l'Etat va au même rythme se substituer », assure-t-elle.
Pour autant, si les dotations sont maintenues, l'impératif d'économies l'est également insiste la Ministre rappelant que les 300 plus grandes collectivités représentent 80% de la dépense publique. Ce sont donc elles "cibles" principales du Gouvernement. « L'idée n'est pas de dépenser moins que l'an dernier, car on sait bien qu'il y a une dynamique des dépenses mais de ralentir la courbe des dépenses de fonctionnement ». Une idée que les Préfets auront pour mission de contribuer à mettre en œuvre en passant des pactes d'économies avec les grandes collectivités de leur département.

Emplois aidés: "drame humain" et "détérioration du service public"Autre point de crispation des élus présents ce mercredi à Montussan : la disparition annoncée des emplois aidés, tant sur le contenu de la mesure que sur « la brutalité de son annonce par le Gouvernement ». Sur le fond, ils sont en effet plusieurs à avoir pointé d'une part les « drames humains auxquels le non renouvellement de ces contrats expose les personnes concernées », et d'autre part, du point de vue des collectivités, « les risques importants de dégradation de service public, après la disparition de ces emplois ». Une inquiétude qui concernen particulièrement les écoles dont beaucoup « tiennent » grâce à la présence de personnels embauchés via ces contrats. En la matière le malaise est grand pour les élus des petites communes rurales.

Concédant que, sur la méthode, « il aurait sans doute fallu plus d'explications et plus d'étapes dans l'annonce », Jacqueline Gourault a relayé auprès des élus girondins deux annonces gouvernementales faites la veille. D'abord, la préservation de deux secteurs prioritaires que sont l'éducation et « plus particulièrement l'accompagnement des enfants handicapés » et « l'urgence sanitaire et sociale », ainsi que deux secteurs géographiques : l'outre-mer et les communes rurales, « et notamment celles les plus en difficulté sur le plan financier. » En d'autres termes, un traitement au cas par cas, assurés par les Préfets. Une solution par ailleurs temporaire, en attendant les résultats et les propositions de la mission confiée en la matière par Emmanuel Macron à Jean-Marc Borello, fondateur du groupe SOS ( et par ailleurs soutien de la première heure de sa campagne électorale ).

"Où l'Etat trouvera-t-il 20 Mds € de la taxe d'habitation?"Si la ministre sera au total sans doute parvenue à rassurer en partie les élus venus la rencontre, pas sûr qu'elle les ait pour autant convaincu bien qu'elle ait insisté sur la relation très régulière mise en place entre le Gouvernement et les grandes associations d'élus qui les représentent. Des élus sceptiques, dont Christine Bost, première vice-présidente du Département de la Gironde en charge des territoires, et maire d'Eysines, qui a eu l'occasion d'échanger avec la Ministre lors de la réunion. « Pas de baisse des dotations, une taxe d'habitation compensée... sur certains points son intervention peut paraître rassurante. Mais tout ça, évidemment, va avoir un coût. Sur l'exonération de la taxe d'habitation dont l'Etat prendrait le relais, ça équivaut à un poids financiers de 20 Mds € sur trois ans. Elle ne m'a pas répondu quant à savoir où et comment l'Etat compte les trouver... De plus en ce qui concerne les économies sur les dépenses de fonctionnements que la ministre nous encourage à faire, cela fait déjà quelques années que nous travaillons dessus, nous allons commencer à arriver à l'os... ! »
Sur la questions des emplois aidés, le désaccord persiste. Au-delà des difficultés pointées pour les personnels et l'organisation des services rendus par les collectivités, la maire d'Eysines souligne aussi les difficultés pouvant être causées par la disparition de ces emplois aidés au sein des associations. « Avec la mise en place des "nouveaux" rythmes scolaires il y a 5 ans, on a fait appel pour la mise en place des Temps d'Activités Périscolaires à des associations qui se sont notamment  organisées via les emplois aidés pour pouvoir assumés ces TAP. Demain que se passe-t-il si les emplois aidés disparaissent ? soit on baisse la voilure de la capacité d'accueil, soit on arrête... Et si on ne fait rien, un grand nombre des activités culturelles et sportives vont être captées par le secteur privé, dont les politiques tarifaires n'induiront pas nécessairement la mixité sociale». Et son homologue de Lormont, Jean Touzeau, d'être pour sa part très critique sur "l'absence d'évaluation sérieuse des dispositifs en place avant de les détruire", et d'appuyer pour sa part : « remettre en cause les emplois aidés au sein des associations, c'est remettre en jeu un fragile équilibre au sein des territoires de politique de la ville », s'agace-t-il.

Au total, si l'incendie de la discorde entre gouvernement et collectivités locales pourra peut-être pour un temps apparaître circonscrit, l'intervention courageuse de la ministre n'aura pour autant semble-t-il pas permis de l'éteindre réellement.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1742
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !