Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Gouvernement vs Collectivités locales: rassurer n'est pas convaincre

07/09/2017 | Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'intérieur, s'est rendue ce mercredi en Gironde pour une rencontre avec les élus locaux

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l'intérieur, s'est rendue ce mercredi en Gironde pour une rencontre avec les élus locaux

C'est le moins de le dire, en arrivant dans la salle communale de Montussan ce mercredi après-midi, Jacqueline Gourault, la ministre auprès du ministre de l'intérieur, qui répondait à l'invitation de la sénatrice Françoise Cartron, n'avait pas face à elle une assemblée conquise d'avance. Il faut dire que les annonces récentes, multiples et parfois brusques du gouvernement concernant les collectivités locales, ont multiplié les inquiétudes et les coups de colère dans les rangs des élus locaux. Suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des contribuables, baisse des dotations, annonce de 300 M€ d'économies, disparition programmés des emplois aidés,... Tous attendaient des réponses.

Fin août début septembre, le Premier Ministre et le Président de la République ont du voir déferler nombre de lettres de la part d'élus locaux et départementaux quant aux diverses annonces et décisions prises concernant le sort des collectivité locales. En Gironde les prises de paroles ont d'ailleurs sur ces divers sujets été nombreuses. La venue de la ministre au discours "franc et sans langue de bois", de l'aveu même de nombre de ses auditeurs ce mercredi, aura eu le mérite de calmer au moins en partie, certaines de ces inquiétudes.
Concernant les dotations aux collectivités, qu'il s'agisse de la Dotation Générale de Financement (DGF) ou des dotations d'équipement des territoires ruraux, le message de la Ministre a été clair « il n'y aura pas de baisse, les dotations resteront au même niveau que l'an dernier. Concernant la DGF, c'est même la première fois en 4 ans qu'elle ne subira pas de ponctions ».
Quant aux 300 M€ d'économies annoncées, elles proviennent des « fonds de tiroirs des fonds déconcentrés non utilisés » qui sont remontés au niveau national en fin d'exercice, et ne seront pas redistribués les années suivantes, puisque non utilisées au cours de l'année. « D'où l'intérêt de toujours utiliser au maximum les fonds déconcentrés », glisse-t-elle, avant de se faire confirmer par le Préfet de région, qu'en Gironde, « il y a quasiment pas eu de remontées ». Comprendre donc que dans le département, les fonds déconcentrés esteront au même niveau, ou presque.

Taxe d'habitation: l'Etat se substituera au contribuableSur la promesse électorale du Président de la République de supprimer la taxe d'habitation pour près de 80 % des contribuables, là encore, Jacqueline Gourault veut apaiser les craintes des élus qui lui font face : « sur la taxe d'habitation, les communes toucheront le même produit qu'attendu, car il ne s'agit pas d'une suppression de la taxe d'habitation, mais d'un dégrèvement progressif pour le contribuable _ de 30%, 60% puis 100% en 3ans_ auquel l'Etat va au même rythme se substituer », assure-t-elle.
Pour autant, si les dotations sont maintenues, l'impératif d'économies l'est également insiste la Ministre rappelant que les 300 plus grandes collectivités représentent 80% de la dépense publique. Ce sont donc elles "cibles" principales du Gouvernement. « L'idée n'est pas de dépenser moins que l'an dernier, car on sait bien qu'il y a une dynamique des dépenses mais de ralentir la courbe des dépenses de fonctionnement ». Une idée que les Préfets auront pour mission de contribuer à mettre en œuvre en passant des pactes d'économies avec les grandes collectivités de leur département.

Emplois aidés: "drame humain" et "détérioration du service public"Autre point de crispation des élus présents ce mercredi à Montussan : la disparition annoncée des emplois aidés, tant sur le contenu de la mesure que sur « la brutalité de son annonce par le Gouvernement ». Sur le fond, ils sont en effet plusieurs à avoir pointé d'une part les « drames humains auxquels le non renouvellement de ces contrats expose les personnes concernées », et d'autre part, du point de vue des collectivités, « les risques importants de dégradation de service public, après la disparition de ces emplois ». Une inquiétude qui concernen particulièrement les écoles dont beaucoup « tiennent » grâce à la présence de personnels embauchés via ces contrats. En la matière le malaise est grand pour les élus des petites communes rurales.

Concédant que, sur la méthode, « il aurait sans doute fallu plus d'explications et plus d'étapes dans l'annonce », Jacqueline Gourault a relayé auprès des élus girondins deux annonces gouvernementales faites la veille. D'abord, la préservation de deux secteurs prioritaires que sont l'éducation et « plus particulièrement l'accompagnement des enfants handicapés » et « l'urgence sanitaire et sociale », ainsi que deux secteurs géographiques : l'outre-mer et les communes rurales, « et notamment celles les plus en difficulté sur le plan financier. » En d'autres termes, un traitement au cas par cas, assurés par les Préfets. Une solution par ailleurs temporaire, en attendant les résultats et les propositions de la mission confiée en la matière par Emmanuel Macron à Jean-Marc Borello, fondateur du groupe SOS ( et par ailleurs soutien de la première heure de sa campagne électorale ).

"Où l'Etat trouvera-t-il 20 Mds € de la taxe d'habitation?"Si la ministre sera au total sans doute parvenue à rassurer en partie les élus venus la rencontre, pas sûr qu'elle les ait pour autant convaincu bien qu'elle ait insisté sur la relation très régulière mise en place entre le Gouvernement et les grandes associations d'élus qui les représentent. Des élus sceptiques, dont Christine Bost, première vice-présidente du Département de la Gironde en charge des territoires, et maire d'Eysines, qui a eu l'occasion d'échanger avec la Ministre lors de la réunion. « Pas de baisse des dotations, une taxe d'habitation compensée... sur certains points son intervention peut paraître rassurante. Mais tout ça, évidemment, va avoir un coût. Sur l'exonération de la taxe d'habitation dont l'Etat prendrait le relais, ça équivaut à un poids financiers de 20 Mds € sur trois ans. Elle ne m'a pas répondu quant à savoir où et comment l'Etat compte les trouver... De plus en ce qui concerne les économies sur les dépenses de fonctionnements que la ministre nous encourage à faire, cela fait déjà quelques années que nous travaillons dessus, nous allons commencer à arriver à l'os... ! »
Sur la questions des emplois aidés, le désaccord persiste. Au-delà des difficultés pointées pour les personnels et l'organisation des services rendus par les collectivités, la maire d'Eysines souligne aussi les difficultés pouvant être causées par la disparition de ces emplois aidés au sein des associations. « Avec la mise en place des "nouveaux" rythmes scolaires il y a 5 ans, on a fait appel pour la mise en place des Temps d'Activités Périscolaires à des associations qui se sont notamment  organisées via les emplois aidés pour pouvoir assumés ces TAP. Demain que se passe-t-il si les emplois aidés disparaissent ? soit on baisse la voilure de la capacité d'accueil, soit on arrête... Et si on ne fait rien, un grand nombre des activités culturelles et sportives vont être captées par le secteur privé, dont les politiques tarifaires n'induiront pas nécessairement la mixité sociale». Et son homologue de Lormont, Jean Touzeau, d'être pour sa part très critique sur "l'absence d'évaluation sérieuse des dispositifs en place avant de les détruire", et d'appuyer pour sa part : « remettre en cause les emplois aidés au sein des associations, c'est remettre en jeu un fragile équilibre au sein des territoires de politique de la ville », s'agace-t-il.

Au total, si l'incendie de la discorde entre gouvernement et collectivités locales pourra peut-être pour un temps apparaître circonscrit, l'intervention courageuse de la ministre n'aura pour autant semble-t-il pas permis de l'éteindre réellement.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4554
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !