Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | La réforme territoriale, une méthode à revoir selon le CESER aquitain

17/10/2014 | A l'occasion de sa séance plénière du 16 octobre, le CESER Aquitaine a présenté un rapport d'étape concernant la réforme des collectivités territoriales.

Les membres du CESER d'Aquitaine réunis en assemblée plénière

Le rapport du Conseil Economique Social et Environnemental Régional demandé par le Président de la Région Aquitaine,et présenté ce 16 octobre, a davantage vocation à «aider l’exécutif régional à anticiper les défis qu’il lui faudra relever dans la mise en œuvre de la réforme» qu'à formuler des propositions concrètes et définitives, avertit volontiers le CESER. Et, en effet, si le rapport a le mérite de reprendre par le menu, les objectifs et propositions de cette réforme, il vient surtout questionner et mettre en lumière certains flous, incohérences, voire vides juridiques plus que gênants dans la conduite des changements complexes qui devront être réalisés au 1er janvier 2016, date de la mise oeuvre de la nouvelle organisation territoriale.

La réforme territoriale s'appuie sur deux textes, l'un tenant à la carte des régions et aux calendriers électoraux, l'autre sur les questions de fonds liées notamment aux compétences des collectivités. Or, c'est dans un contexte toujours d'actualité, de fortes incertitudes quant à leur contenu que le CESER Aquitaine a eu la difficile mais nécessaire tâche de se pencher sur ces textes et leur implication en terme d'organisation territoriale de la République. Des incertitudes des textes qui se doublent (et se fondent), selon le CESER, sur ce que l'on pourrait qualifier d' «une inversion des priorités».
En effet, les corps intermédiaires qu'il représente, l'expliquent dès l'introduction du rapport : «le nouveau « mille et une feuilles » institutionnel auquel risque d’aboutir la réforme (si les départements ruraux sont conservés et qu’une nouvelle structure fédérative des intercommunalités est créée) ne va pas simplifier la compréhension de l’organisation institutionnelle par les citoyens, le rôle et la place des services de l’Etat n’ayant pas, en préalable, été arrêtés, définis et précisés».
Au delà de l'organisation des missions de l'Etat, le CESER considère que bien d'autres points devraient être éclaircis avant le vote de la réforme: «la question des ressources des collectivités et de leurs moyens d’actions», qui n'est pour l'heure pas évoquée par les textes, «la place et le rôle de la société civile dans le processus de prise de décision et la mise en oeuvre des politiques publiques», sujet cher aux membres du CESER, et enfin «la question de la gouvernance». En bref, c'est bien là une question de méthode que l'assemblée met en exergue, allant jusqu'à pointer «une apparente précipitation».

Risque d'une "construction artificielle déconnectée"Le CESER dans ce rapport alerte en effet de la difficulté qu'il pressent à réaliser la réforme dans les délais annoncés. «En effet, si le projet de fusion entre Aquitaine, Poitou-Charentes et Limousin est confirmé en deuxième lecture, il ne restera qu’environ douze mois aux trois collectivités pour engager cette fusion, et même beaucoup moins entre le moment où la loi sur les compétences sera adoptée et la date d’entrée en vigueur du nouveau périmètre géographique fixée au 1er janvier 2016 » peut-on lire dans cet avis.
Une brièveté du délai qui pourrait en outre présenter le risque de faire de la nouvelle région «une construction artificielle déconnectée des forces vives du territoire», interrogeant aussi sur «le risque d’affaiblissement, voire de perte, du lien entre la collectivité régionale et ses acteurs». Mais aussi de ses citoyens. «Alors même que la décentralisation procède de la volonté de rapprocher les lieux de décision du citoyen, la décision d’agrandir la taille des Régions (la région issue de la fusion de l’Aquitaine avec Limousin et Poitou-Charentes fera la taille de l’Autriche…) apparaît comme un facteur d’éloignement entre élus et électeurs», craint le CESER.
Pour autant, il reconnaît qu'au regard des dynamiques territoriales de l’Aquitaine, «on peut ainsi assez facilement identifier plusieurs axes qui constituent autant de justifications possibles d’une démarche de regroupement des régions.» Parmi eux la côte littorale, qui en alliance avec le Poitou-Charentes représente un fort enjeu d'un point de vue économique, et industriel, mais aussi en terme d'aménagement du territoire, de gestion des risques etc... Quand au Limousin, c’est avec l’Aquitaine que ses flux de marchandises inter régionaux sont les plus importants relève le CESER.

L'enjeu de la préservation de la cohésion socialeEnfin sur les questions plus directement liées aux compétences et leurs articulations entre collectivité, là aussi le CESER parfois questionne. Notant par exemple la disparition de la compétence générale, il soulève l'existence de «compétences partagées» telles que la culture, le sport ou encore le logement et l'habitat. Des compétences sur lesquels le rapport appelle à plus de précisions quant à leur articulation entre collectivités afin d' «éviter qu'elles ne soient traitées qu’à la marge du fait du recentrage des autres compétences des différents échelons territoriaux», et ce d'autant plus dans un contexte de rigueur budgétaire.
Sur la question justement des économies souvent mises en avant comme justificatif de cette réforme, le CESER estime que ce n'est que dans la durée que celles-ci pourront-être générées. Dans ce contexte il interroge « diminuer le montant des dotations de l’Etat, alors que la baisse des dépenses est loin d’être acquise, ne risque-t-il-pas de conduire les collectivités, et notamment les Régions, à réduire le montant de leurs investissements pourtant nécessaires au soutien à l’activité économique ? »
Enfin, un autre enjeu de la réforme territoriale réside, pour le CESER, dans la préservation de la cohésion sociale sur les territoires et plus encore au regard de la disparition, pour l'heure, programmée des Conseil généraux. «La construction proposée des textes de lois ne relie pas de façon suffisamment cohérente les dimensions économique et sociale», estime t-il. A ce titre, «le CESER demande que ce devoir de solidarité, entre territoires et entre citoyens, soit affirmé avec force».

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
1292
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !