15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Grand stade de Bordeaux : Matthieu Rouveyre débouté

19/06/2014 | Le recours du conseiller municipal socialiste, Matthieu Rouveyre, contre le projet de nouveau stade vient d'être rejeté par la cour administrative d'appel.

Le futur grand stade de Bordeaux

Au nom du PS bordelais, Matthieu Rouveyre mène depuis de longs mois le combat contre le contrat de partenariat public-privé entre la ville et le groupement privé Fayat-Vinci. Il conteste notamment les conditions d'indemnisation des constructeurs par la collectivité en cas de rupture du contrat avant terme, estimant qu'il y a un risque important pour que le citoyen bordelais paie une "ardoise" qui serait laissée par le grand stade, s'il n'est pas rentable. Mais, malgré l'avis du rapporteur public, la cour administrative d'appel de Bordeaux a débouté Matthieu Rouveyre.

"C'est un cas relativement rare. Les observations pourtant très détaillées du rapporteur public n'ont pas été suivies", se désole Matthieu Rouveyre. Pour rappel, l'élu socialiste met en cause deux délibérations adoptées en octobre 2011 et liées au mode de financement du nouveau stade : la première porte sur l’autorisation accordée au maire de signer le Partenariat Public Privé (PPP), la seconde sur un accord autonome (AA) adossé à ce PPP (partenariat public-privé). Selon lui, la ville minore de moitié le coût du grand stade lorsqu'elle dit qu'il va coûter 3,5 millions d'euros par an et aurait ainsi trompé les élus. Un rappot de deux sénateurs PS, Dominique Bailly et Jean-Marc Todeschini allait également dans son sens en émettant les plus vives réserves sur ce financement public-privé choisidu grand stade de Bordeaux. Selon eux, pour éviter le "scénario du pire", il faudrait que les Girondins remplissent les 43 000 places du futur grand stade. Un pari loin d'être gagné.

Matthieu Rouveyre porte l'affaire au conseil d'EtatLa cour administrative d'appel de Bordeaux juge notamment que cet "accord autonome", qui détermine la garantie due par la commune de Bordeaux en cas de recours contre le contrat de partenariat lui-même (...) n’a pas pour effet de contraindre la commune de Bordeaux à verser une libéralité prohibée par la règle d’ordre public issue de la jurisprudence Mergui. Cette requête constitue une question juridique inédite. Matthieu Rouveyre n'entend pas en rester là et a d'ores et déjà annoncé porter l'affaire devant le conseil d'État. A noter, que les banques ne sont pas obligées légalement de verser les crédits à l'entreprise de travaux publics Fayat-Vinci tant que cette procédure de justice n'est pas close.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Les architectes Herzog et De Meuron

Partager sur Facebook
Vu par vous
735
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !