aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

24/04/17 : Résultats définitifs Pau : Votants 76,05%. Macron 29,95%, Mélenchon 21,95% , Fillon 17,96%, Le Pen 12,01 % , Hamon 8,98%, Lassalle 3,57%, Dupont-Aignan 3,01%, Poutou 1,13%, Asselineau 0,83%, Arthaud 0,44%, Cheminade 0,17%.

24/04/17 : Résultats définitifs Floirac : JLM 30,41%; EM 23,64%; MLP 17,22; BH 10,73%; FF 9,34%

24/04/17 : Résultats définitives Carbon-Blanc : EM 26,77%; JLM 23,60%; MLP 18,75%; FF 11,85%; BH 9,36%; NDA 4,74%; PP 1,89%; JL 1,71%; FA 0,71%; NA 0,41%; JC 0,21%

24/04/17 : Résultats complets à Bègles : JLM 33,63%; EM 26,02%; MLP 12,58%; BH 10,85%; FF8,90%; NDA 2,96%; JL 1,76%; PP 1,63%; FA 0,91%; NA 0,54%; JC 0,22%

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

  • 23/04/17 | François Bayrou : "Le premier défi sera de rassembler"

    Lire

    "Après tant et tant d'inquiétudes, les Français ont choisi de faire mentir les prophètes de malheur et de choisir l'espoir" estime François Bayrou. "Le premier défi sera de rassembler sans perdre son cap, avec un renouvellement des visages mais également des pratiques". Sans prendre le risque de crier victoire trop tôt, François Bayrou ajoute qu'aux élections législatives, il "sera proposé aux Français d'élire une majorité nouvelle. Le temps de cette fracture entre des supposées droite et gauche elles mêmes éclatées en leur sein n'est plus le temps que nous vivons".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Politique | Grande région/départements : des groupes de travail à l'oeuvre

19/02/2016 | Des groupes de travail thématiques vont être mis en place pour inventer les modalités d'une nouvelle gouvernance entre Départements et grande Région.

Le Président de la Région ALPC entouré de 6 des 12 Présidents des départements de la Grande Région

Ce vendredi 19 février à l'Hôtel de Région, une première réunion de travail « sympathique » s'est tenue entre le Président du Conseil régional, Alain Rousset, et les Présidents des Conseils départementaux d'ALPC. Une rencontre nécessaire sur « le plan politique et personnel », selon les élus, afin de mieux se connaître et d'établir une vision commune pour la mise en oeuvre de la loi sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe). En effet, cette dernière vient en partie redistribuer les cartes des compétences départementales et régionales tout en supprimant la clause de compétence générale des Départements. Une loi dont les modalités d'application posent problème selon les Présidents qui comptent bien s'en inquiéter auprès du Premier Ministre.

« Il nous faut travailler ensemble car nous avons des compétences différentes mais pourtant complémentaires », note le Président de la Région. Preuve par l'exemple : « le service public de l'orientation revient désormais à la Région, mais les collèges sont de la compétence des Conseils départementaux... » Un autre cas de figure, particulièrement problématique en cette année de transition : l'économie. Si la compétence est désormais exclue du champ d'action des Conseils départementaux, nombre d'entre eux, pour ne pas dire tous, y intervenaient jusque là via des aides aux entreprises notamment, sous couvert de clause de compétence générale. Mais «  de nombreux dossiers sont en attente de réponse, et nous n'avons légalement plus le droit d'intervenir, souligne Jean-Luc Gleyze, Président du Conseil départemental de Gironde », qui pointe notamment dans son département le dispositif CREAGIR, en soutien à la création d'entreprise, totalement remis en cause par la réforme. Une question des aides aux entreprise qui reste en suspens puisqu'il paraît difficile à la région de reprendre à son compte l'ensemble des dispositifs existant dans les départements, la loi n'ayant pas prévue de compensation financière lui permettant d'y répondre...

La moulinette de la loi NOTReSur la compétence des transports scolaire et inter-urbain, qui elle aussi est passée par la moulinette de la loi NOTRE, les départements, qui avaient en la matière compétence obligatoire, passent aussi la main à la Région. Si le transfert s'accompagne ici d'un transfert financier (une partie de la CVAE n'ira plus dans les caisses des départements mais dans celles de la Région), c'est d'un point de vue réglementaire que les choses se corsent. En effet, les départements n'avaient pas tous opté pour les mêmes solutions en terme de gestion de ce service public: les uns passant par des délégations de service public totale ou partielle, d'autres par de la gestion directe, d'autres encore par la mise en place de syndicats dédiés... Comment, pour la Région désormais gérer la chose afin d'être le plus efficace possible auprès des citoyens et leur assurer au quatre coins du territoire ALPC une égalité devant le service public... ? Autre question, le transfert de la CVAE se faisant au 1er janvier 2017, quid de 2016 ?
Enfin, troisième type de questionnement lié aux compétences : « qui fait quoi en matière de culture ou encore de tourisme, qui sont des compétences partagées entre les différents niveaux de collectivité locale des communes à la région, en passant par les communautés de communes, et les Départements ? »

Des groupes de travail pour "inventer de nouvelles complémentarités"Afin de démêler au mieux l'ensemble des ces questions, la réunion du jour a permis d'abord de mettre en valeur l'existence d'une vision partagée que le Président de la Région synthétise en la nécessité « d'inventer de nouvelles complémentarités », le tout « sans perdre de temps ni d'efficacité ». Pour y parvenir au mieux, des groupes de travail, composés de collaborateurs de la Région et des Départements vont être mis en place, sur l'agriculture, l'aide aux entreprises, les transports, la gestion des déchets et sur le numérique.
Une fois fait, il va également être envoyé un courrier au Premier Ministre pour lui présenter les arbitrages choisis par la Région ALPC et les 12 départements qui la composent, et attirer son attention sur les « petits problèmes d'application de la loi NOTRe », notamment concernant l'année transitoire de 2016, qui présente une certaine urgence sur la question des aides aux entreprises. En la matière pour Dominique Bussereau, Président du Département de Charente-Maritime, et ses homologues « il faut que nous puissions jumeler nos efforts et nos financements, sur l'aide aux entreprises, c'est absurde de tout arrêter subitement ». Le même, par ailleurs président de l'Assocaition des Départements de France, a d'ailleurs profité de ce point presse bordelais pour annoncer que l'ADF va attaquer en référé et sur le fond devant le Conseil d'Etat, les 2 directives d'application de la loi NOTRe.

Enfin en matière de répartition des compétences et de réforme territoriale, Jean-Luc Gleyze souligne qu'un autre grand rendez-vous est très attendu par les élus : celui de la Conférence Territoriale de l'Action Publique, où siègeront les Présidents du Conseil régional, des 12 départements, mais aussi des présidents et représentants d'EPCI et de communes, soit 90 élus en ALPC, sur les sujets relatifs à l'exercice des compétences et à la conduite des politiques publiques coordonnées ou déléguées entre plusieurs collectivités territoriales.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4667
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !