Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Hamon, Duflot, Laurent : comme un air de gauche alternative à Vieux-Boucau

05/10/2014 | Benoît Hamon et Henri Emmanuelli ont accueilli dans les Landes Cécile Duflot (EELV) et Pierre Laurent (PCF) pour l'université de rentrée de leur courant « Un Monde d'Avance »

Hamon

Il flottait sur Vieux-Boucau comme un air de gauche alternative dimanche matin. Benoît Hamon et ses invités Cécile Duflot (EELV) et Pierre Laurent (PCF) y ont affiché leur convergence, et surtout leur refus de la politique menée actuellement par François Hollande qui « n'a pas de résultat » ou « va dans le mur » c'est selon.

Au moment de prendre la parole au Hall des Sports de la petite station balnéaire endormie dimanche matin, Benoît Hamon a « la voix effacée mais les idées claires ». La faute au banquet festif la veille au soir où les jeunes militants des Yvelines d'un Monde d'Avance, son courant au PS, l'ont fait chanter à tue-tête. Pour l'éphémère ministre de l'Education nationale qui n'aura pas eu le temps de faire la rentrée des classes après son discours anti-austérité de Frangy-en-Bresse avec Arnaud Montebourg, c'est l'heure des comptes. Celui qui pourrait ambitionner de prendre le PS au prochain congrès, a assuré n'être « pas dans l'opposition » et vouloir que la gauche "retrouve la confiance avec le peuple" dans les deux ans et demi qui viennent, regrettant que ses amis « persistent dans l'erreur ». Car jusqu'ici, « notre politique n'a pas de résultat, nous ne tenons pas une partie de nos promesses » et « nous acceptons le démantèlement de l'Etat », a attaqué le député des Yvelines, mettant en garde : « il n'y a pas de gauche qui triomphe si le peuple n'espère pas », mais « il peut y avoir l'extrême droite qui triomphe si le peuple désespère ».


Alors qu'Arnaud Montebourg rassemblait au même moment ses troupes dans le Gard et que « Maintenant la gauche » était dans l'Essonne, Benoît Hamon a souhaité que l'an prochain tous soient réunis au même endroit. Car « nous devons travailler à un rassemblement beaucoup plus large ».

Hamon
Une primaire pour 2017?VIe République, offensive sur le coût du capital (ce « tabou dans l'économie française »), augmentation du Smic, «croissance modeste, intense en emplois et sobre écologiquement », partage du travail... Ses mots ont eu grâce aux yeux de Pierre Laurent et Cécile Duflot.

Le numéro un communiste qui a dénoncé une « France rackettée par la finance », a alors parlé d'"une alternative de gauche possible » face « aux choix d'austérité ». Déjà très applaudi à l'université d'été du PS à La Rochelle, le sénateur PCF a récidivé ici, attendant le moment où « des socialistes (viendront) se faire applaudir dans des salles communistes ! ». 

Alors que les 60 engagements de François Hollande avaient permis en partie de rassembler la gauche en 2012, « il faut être lucide, a souligné Benoît Hamon, on ne peut rajouter à la crise une déprime de la gauche surtout quand ce qu'on a proposé n'a pas échoué puisqu'il n'a même pas été tenté ! ».


« C'était possible », « ce que les Français nous reprochent c'est de ne même pas avoir essayé », a renchéri Cécile Duflot, chargeant « une ligne politique ultra-minoritaire qui gouverne de façon décomplexée ». Après un hommage à la résistance passée des résiniers landais, l'ex-ministre écologiste du gouvernement Ayrault, en quasi-locale de l'étape, est même allée jusqu'à se dire « plus socialiste que le Premier ministre» aujourd'hui. Réfutant toute « coalition des frustrés qui ne sont pas au gouvernement », elle a proposé « l'alternance à une politique de résignation » en « bâtissant une galaxie nouvelle » pour « retrouver la voie d'un projet de transformation sociale ».


« Si elle n'est pas rassemblée, la gauche ne sera pas présente au second tour » de la présidentielle 2017, a pour sa part averti Henri Emmanuelli, ne comprenant « pas cette politique qui, au lieu de rassembler la gauche, la divise ». « Mettons nous au travail ! », a lancé le député et président du Conseil général des Landes.

La marche est sans aucun doute encore très longue. Jusqu'à peut-être une primaire de toute la gauche? Rien n'est moins sûr. « L'échéance essentielle n'est pas l'échéance présidentielle, et ça vaut pour moi », a en tout cas assuré Cécile Duflot à son arrivée.

Julie Ducourau
Par Julie Ducourau

Crédit Photo : JD

Partager sur Facebook
Vu par vous
1576
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !