Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Henri Emmanuelli présente ses voeux, «fier d'être français, pas mécontent d'être landais»

13/01/2015 | Ce 12 janvier, lors de ses vœux aux personnalités, le Président du Conseil général des Landes est revenu sur «l'élan magnifique» des rassemblements «Je suis Charlie» du week-end

Henri Emmanuelli, président du Conseil général des Landes, lors de la présentation de ses voeux 2015 aux personnalités landaises

«Je ne peux pas faire l'impasse sur ce qui s'est passé ce week-end». C'est ainsi qu'Henri Emmanuelli a débuté ses vœux aux personnalités landaises ce lundi, reportant du même coup l'annonce de sa décision quant à sa candidature aux élections cantonales, à une date ultérieure. Si le Président du Conseil général des Landes s'est en effet, concentré un long moment sur les rassemblements particulièrement forts et suivis des 11 et 12 janvier, ainsi que sur leur portée à venir sur la République française dans les mois à venir, il est aussi revenu sur le rôle du Conseil général des Landes et sur sa vocation à « promouvoir le territoire » et à y « propulser les projets ». Le département des Landes, « doit être une locomotive », a lancé Henri Emmanuelli à l'ensemble des représentants des forces vives landaises présentes ce lundi au Conseil général.

C'est donc au «réveil, la résurgence du peuple français» qu'Henri Emmanuell a consacré une longue première partie de ses voeux. Une résurgence qui l'interpelle, admiratif, sur «ce qui est peut être le génie de notre pays»: avoir «un peuple si divisé par moment dans ses valeurs, ses croyances, ses convictions qui peut arriver à se rassembler ainsi et produire une telle universalité ». Pourtant, le Président du Conseil général s'interroge, et reste «dubitatif» sur ce qu'il restera de cet «élan magnifique», lorsque le «quotidien ramènera son lot de contradictions, de querelles, et ce pessimisme», lui aussi très français... Une question qu'il partage auprès de ses invités du soir, politiques, syndicalistes, responsables des corps intermédiaires: « Que va-t-on faire de cet élan ? Sera-t-on capable de remettre en marche notre République qui parfois patine sur certains sujets? » Et de citer l'immigration, l'éducation, ou encore la sécurité, même si reconnaît-il sur ce dernier point, «le sujet est compliqué, mais le code pénal ne donne pas les moyens de surveillance et de repérage nécessaires en amont (de la réalisation des actes terroristes, ndlr)».
S'il espère que ces rassemblements vont «changer l'atmosphère du pays pour quelques jours ou quelques semaines au moins» d'un point de vue politique, «il faut qu'il y ait des conséquences aussi en matière économique et sociale» estime-t-il. «Il faut que cet élan permette de reprendre confiance, car s'il n'y a pas un rebond minimum de croissance, les conséquences politiques seront, craint-il, incalculables».

"Le Département doit propulser des projets et aller de l'avant!"Abordant ensuite son Département, et les conséquences de la réforme territoriale, le Président du Conseil général constate que finalement, « le Département n'est pas mort », et, qu'en outre « il ne sera pas tellement différent sur le fond ». S'il admet volontiers qu' « à Paris ou dans les grandes Métropoles, le Département ne veut rien dire, dans les zones rurales, dans les Landes, les actions sont menées par le Département ». Et d'illustrer quelques unes des ces actions, y compris dans le domaine économique « malgrè tout le respect dû au Président de la Région », s'amuse Henri Emmanuelli.
Parmi elles, le parc d'activités Atlantisud à Saint-Geours-de-Maremne, déjà créateur selon Henri Emmanuelli de 700 emplois, un projet de vague artificielle non loin de là, le complexe de golf à Tosse ou encore le projet Agrolandes, mêlant agroalimentaire et innovation, dans la périphérie de Saint-Sever. Autant d'actions et de projets économiques et touristiques portés par le Département, qui selon son Président «n'a pas vocation à être un fond de concours à d'autres mais à promouvoir les territoires et ses atouts, (…) et à impulser des politiques».
Il en profite d'ailleurs pour réaffirmer qu'en 2015, sur un budget de 450 M€, «l'investissement sera cette année encore en hausse à hauteur de 120M€». Le tout, ne manque-t-il pas de souligner «dans un département qui est un des plus attractifs de France». Une souhait de «propulser des projets et d'aller de l'avant» renouvelé pour 2015 après «un contexte 2014, mauvais», que ce soit notamment pour l'industrie du bois, le papier, le BTP, et rappelle-t-il dans un département qui compte 31500 chômeurs, toutes catégories confondues (dont 19000 chômeurs de catégorie A).

Enfin sur les élections, il reconnaît « un contexte un peu difficile avec le niveau national doublé d'une réforme qui peut perturber les électeurs». Sur sa propre candidature, pas de déclaration officielle donc mais une petite phrase glissée dans son intervention, qui, faisant référence à un voisin bordelais du même âge que lui, en dit peut être long sur ses intentions : «S'il n'y avait pas Juppé pour me donner des ailes, je prendrai ma retraite...»

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1593
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !