Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/04/20 : Charente-Maritime : la Ville de Royan a pris un arrêté municipal ce 8 avril pour obliger le port du masque ou d'un "dispositif nasal et buccal" lors des déplacements dans l'espace public, "pour les personnes de plus de 10 ans", jusqu'au 15 avril.

08/04/20 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 101 nouveaux cas recensés par l'ARS, ce qui porte le total à 2 539 cas confirmés depuis le début de l’épidémie (hors personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville).

07/04/20 : Un décret de la Ville de Biarritz a interdit aux promeneurs, la station assise d’une durée de plus de deux minutes sur un banc ou sur un espace assimilable. Une disposition qui a tellement fait rire jaune et le buzz que le maire l'a annulée dans l'après-m

07/04/20 : Charente-Maritime : Le site internet de la ville de La Rochelle www.larochelle.fr a ouvert une page spéciale Entraide et solidarité dans la rubrique "Toutes les informations relatives au COVID-19" pour ceux qui veulent apporter leur aide.

07/04/20 : Suite à la demande du ministère de la Santé, le Département de Charente-Maritime s'est engagé à dépister "dans les meilleurs délais" ses 8 500 résidents et 5 000 employés d'EHPAD, en coordination avec l'ARS et le laboratoire Qualyse.

07/04/20 : Charente-Maritime : à la date du 6 avril, plus de 8 000 entreprises ont fait une demande d’activité partielle, soit près de la moitié des entreprises du département. Plus de 57 000 salariés sont concernés. 14 agents travaillent sur les dossiers.

07/04/20 : Déjà présente sur Facebook et Twitter, l’Agence Régionale de Santé ouvre sa page LInked-In afin de relayer au monde professionnel ses communiqués de presse quotidien ainsi que des informations et actualités autour de la crise sanitaire coronavirus.

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/20 | L'épidémie de Coronavirus progresse en Dordogne

    Lire

    94 cas confirmées lundi 6, 102 au 8 avril… L’épidémie de coronavirus progresse en Dordogne même si le département reste l’un des moins touchés, a indiqué le préfet lors d'un point presse. Et encore, "ces chiffres ne comprennent pas toutes les personnes non testées Covid-19 identifiées par la médecine de ville. 23 personnes sont hospitalisées, dont 6 en réanimation et 23 ont rejoint leur domicile. Sur les EPHAD, 30 cas sont confirmés. La Dordogne enregistre 5 décès dont 3 en structures médico-sociales et 1 en EPHAD.

  • 09/04/20 | Covid-19 : de nouveaux transferts de patients en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Ce vendredi, plusieurs transferts de malades atteints de coronavirus, hospitalisés en Île-de-France, seront transférés par train depuis la gare d'Austerlitz vers Bordeaux, Angoulême et Poitiers. En région, les derniers chiffres de l'ARS confirment que la Gironde est le département le plus touché, mais aussi celui où les hospitalisations sont le plus en baisse (-25 en 24 heures). Le dernier bilan fait état de 2663 cas confirmés en Nouvelle-Aquitaine et 165 décès, ce qui en fait, avec la Bretagne, l'une des régions les moins touchées.

  • 09/04/20 | Tous les événements de mai de l'Odyssée à Périgueux annulés

    Lire

    En application des dispositions destinées à freiner l'épidémie, les événements du mois de mai à L'Odyssée sont annulés. La billetterie reste fermée au public. L'Odyssée propose deux formules pour les places déjà réglées : soit le remboursement total pour cela, rendez-vous en billetterie dès la réouverture du Théâtre ou renoncement au remboursement. Pour cela il faut envoyer un mail à : billetterie@odyssee.perigueux.fr. Ce choix permet de contribuer à la solidarité que L'Odyssée déploie envers les équipes artistiques et techniques.

  • 09/04/20 | Près de 3 000 volontaires néo-aquitains inscrits sur Renforts-Covid

    Lire

    Le 30 mars, l’ARS a lancé l’opération #Renforts-Covid pour mettre en relation des professionnels de santé volontaires avec des établissements de santé néo-aquitains en besoin de renfort dans le cadre de la gestion de l’épidémie de Covid-19. En 10 jours: 2 985 professionnels de santé se sont portés volontaires en s’inscrivant sur la plateforme, 336 demandes de missions ont été postées par les établissements de santé, 91 volontaires ont déjà été mis à disposition des établissements en demande de renfort avec majoritairement des aides-soignants (48%) et des agents des services hospitaliers (23%).

  • 09/04/20 | Surveillance sanitaire des troupeaux : les priorités dans le 64

    Lire

    En cette période d'épidémie, la direction départementale de la protection des populations et le Groupement Sanitaire de Défense 64 ont posé comme priorité la surveillance sanitaire des cheptels transhumants qui devront être à jour de leurs prophylaxies annuelles pour monter en estive. Pour les non-transhumants et autres espèces (porcs notamment), les prophylaxies pourront être maintenues sous réserve de disponibilité des vétérinaires et respect des mesures de protection. Selon l’évolution de la situation la fin des campagnes pourra être reportée par la Préfecture, sans pour autant renoncer aux dépistages.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Politique | Hopital : Agnès Buzyn promet des primes et des recrutements pour l’été

14/07/2019 | En visite à La Rochelle, la ministre de la Santé a promis de l’argent pour embaucher des renforts saisonniers

Agnès Buzyn a rendu visite au personnel de centre d'appels des Urgences

« Hopital, urgence ! », « L’hopital n’est pas une marchandise ! », « Pour l’hôpital, des moyens ! ». C’est avec ce genre de scansions que la ministre de la Santé Agnès Buzyn a été accueillie le 12 juillet aux Urgences de l’hôpital de La Rochelle, après avoir été non moins chahutée à l’EHPAD de Saint-Martin-de-Ré quelques heures plus tôt. Malgré le climat tendu et un service d’ordre sur les dents, la ministre ne s’est pas départie de son calme et de son sourire, saluant personnellement patient et personnel croisé sur son chemin : « Je viens leur dire toute ma reconnaissance dans cette période que je sais extrêmement difficile. »

Dans ce contexte où les semaines de grèves s’enchainent depuis plusieurs mois d’un service à l’autre, en particulier aux Urgences, Agnès Buzyn est venue faire une annonce censée calmer les esprits. « Aujourd’hui, ce que je veux leur dire, c’est que j’ai pris des mesures d’urgence pour les aider à recruter. Il y a du financement prévu pour recruter du personnel d’été en remplacement, et pour payer des heures supplémentaires. » Alors que l’hôpital de La Rochelle planche sur plan de création d’un nouveau centre vers le palais des congrès, en périphérie de ville, elle promettre en filigrane son soutient au projet : « Il y aura un budget dédié à la réhabilitation d’un certain nombre de services d’urgence. Beaucoup sont trop petits, comme celui de La Rochelle, car construit il y a vingt ans et prévu pour deux fois moins de patients. On a besoin de les agrandir et de permettre la création en circuits courts et circuits longs permettant de mieux travailler et de désengorger les Urgences ».

Expliquer la réforme aux personnels

Après un petit tour de l’hôpital, dont les services du SAMU, elle s’est enfermée avec les représentants du personnel et des syndicats (CGT, FO) pour leur expliquer sa réforme de la Santé. « Nous avons un déficit de tous types de médecins sur tout le territoire, que ce soit en médecine de ville, du travail, scolaire, de PMI ou d’hôpital. C’est même un problème international, donc nous ne pouvons pas non plus aller recruter des médecins ailleurs, et nous ne savons pas les former en moins de dix ans », a-t-elle expliqué à la presse avant ce rendez-vous à huis clos. « Donc nous devons penser à des organisations où plus de professionnels de santé participent aux soins. C’est déjà ce que nous faisons avec les infirmiers ou infirmières qui vont pouvoir suivre les malades chroniques ; les pharmaciens en leur permettant de vacciner ou de faire des tests de diagnostics rapides. L’idée de la future organisation, c’est de déléguer les tâches sur les autres professionnels de santé pour que les médecins puissent se consacrer à  leur valeur ajoutée, recevoir plus de patients, et éviter ainsi l’afflux aux urgences qui sont souvent liées à une difficulté d’accès à des soins. »

Plus de paramédical et moins de médecins

Sur place, les personnels croisés lui ont tour à tour fait part des manques et des besoins de leurs services, qu’ils dénoncent déjà depuis longtemps. « Aujourd’hui, on a des nuits de garde où on n’a pas de médecin urgentiste. Pour lundi soir, on a appris jeudi qu’il n’y aurait pas de SMUR à Saint-Jean-d’Angély. Comment on fait ? Qu’est-ce qu’on répond à la population ? », demande une des responsables du centre d’appels des Urgences. Pour la ministre, il faut là aussi répondre aux problématiques avec l’intervention de « plus de professionnels en paramédical et moins de médecins », soulignant que ce genre de système se pratique déjà dans certains pays d’Europe.

La création de structures de proximité

Concernant le manque de lits chronique (il en manquerait 80 à La Rochelle), la ministre a aussi son analyse : « Sur les lits d’avals, ce qui nous manque, c’est surtout en soins de suite et en réadaptation, ou encore en EHPAD pour accueillir des personnes âgées. Beaucoup de lits d’hôpitaux sont occupés par des personnes avec des pathologies chroniques mais qui n’ont plus rien à faire à l’hôpital au niveau des soins  aigus et qu’il faudrait pouvoir adresser à d’autres hôpitaux. La création des hôpitaux de proximité, spécialisé dans les soins de suite, qui est prévu dans la loi va permettre justement de fluidifier l’aval en permettant à ces personnes âgées d’être hospitalisées près de chez elles et pas dans les hôpitaux supports, pour décharger les urgences, les lits de médecine et de chirurgie ».  Dans ces structures de proximité que la ministre entend mettre en place, le projet de loi prévoit la création de permanences de médecins avec des consultations sans rendez-vous. « D’autres mesures seront prévues puisque j’ai lancé une mission flash avec les députés Thomas Minier et le professeur Pierre Carly (le patron du SAMU de Paris). Je leur ai demandé de me faire remonter des propositions concrètes sur l’organisation en amont ou en aval. Quand la gériatrie ou la cancérologie prennent directement en chargent leurs propres patients, ça décharge les urgences. »

Avant de partir, elle a également promis  une prime de risques aux personnels des Urgences, pour compenser « la lourdeur du travail et les incivilités subies ». « Elle va leur être distribuée dès ce mois-ci », leur a-t-elle assurée. Une prime de coopération a été également annoncée :  « c’est une prime qui reconnaîtra le travail de coopération que mènent certains infirmiers et infirmières avec les médecins pour faire gagner du temps aux urgences notamment en prescrivant certains examens biologiques ou de radiologies, ce sont des méthodes qui se développent et qui font gagner du temps d’attente. »

 

Les revendications des syndicats

Un comité d'accueil bien encadré

Malgré cette visite, la colère des personnels ne semble pas apaisée. Dans une lettre que lui a remis la CGT avant leur rendez-vous, le syndicat dénonce une opération de communication. « Vous avez visité aujourd'hui le service des urgences estivales de Saint-Martin de Ré. Si nous pouvons nous féliciter du maintien de ce service proposé à la population touristique, nous déplorons l'indécence de la Direction de communiquer largement dans les médias sur cette vitrine alors que sur le même site les soignants de l'EHPAD sont en situation de grande souffrance, travaillant dans des conditions dégradantes, subissant et faisant subir aux résidents les procédures dégradées. Cet EHPAD présente un taux d'accidents du travail et de maladies professionnelles 5 fois supérieurs à la moyenne nationale, avec un taux d'absentéisme de 31%. » Evoquant autant le manque de lits que de personnel, ils demandent une solution urgente. « En mai 2018, vous avez promis de débloquer 360 millions d'euros sur trois ans pour des moyens supplémentaires pour les EHPAD. Un an plus tard, pas un euro n’a été débloqué à Saint-Martin de Ré où la situation est encore plus dégradée qu'en 2018. », dénoncent-ils. Pas convaincus par le développement de l’ambulatoire, ils parlent de conséquences catastrophiques en psychiatrie : « Le « virage ambulatoire » vient de provoquer la fermeture de 2 unités, avec 20 lits supprimés, sans solution concrète pour les patients chroniques concernés, qui n’ont pas de place dans le médico-social et ne disposent pas d’une autonomie suffisante pour être pris en charge uniquement en ambulatoire. » Ils affichent leur scepticisme concernant le contenu de cette nouvelle réforme de la Santé. « Nous rejetons ces nouvelles organisations sous-tendues par une logique financière ; et quand bien même les objectifs de ce plan seraient atteints il nous faudrait attendre dix  ans pour les constater. », expliquent-ils, refusant d’attendre trois mois de plus les propositions de Mesnier et Carli, « Il y a urgence ! ». Ils lui ont fait part d’une liste de plusieurs revendications. « Concernant les urgences nous demandons que les recommandations de SAMU-Urgences de France jointes en annexe soient appliquées sans délai » ; une augmentation du nombre de soignants par résident en EHPAD ;  « l'arrêt immédiat des procédures dégradées, des fermetures de lits, et des fonctionnements à flux tendu. » ; une revalorisation des salaires avec une reconnaissance de la pénibilité du travail ;  « une évolution de carrière pour tous les agents contractuels et une mise en stage plus rapide. » ; « une prime AS (prime qui différencie le salaire des AS des ASH) pour les aides soignants contractuels. Cette prime leur a été retirée sous prétexte de leur statut de contractuel ; la remise en place de cadres de santé au cœur des services, « devenus administratifs ».

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
6610
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Politique
Politique
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 11 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
région 2020 Politique | 09/04/2020

La Nouvelle-Aquitaine finalise son "plan d'urgence"

Sacha Houlié Politique | 09/04/2020

Sacha Houlié se dit "fondamentalement opposé" à la technique du tracking

François Bonneau Politique | 09/04/2020

Charente : quels financements pour la collectivité demain ?

Jean-Jacques Lasserre Politique | 08/04/2020

Régime de choc du Conseil départemental 64 face au Covid

Jean-Claude Leblois, président du Département de Haute-Vienne Politique | 08/04/2020

Covid-19 : le Département de la Haute-Vienne a commandé 500 000 masques

Benoît Biteau chez lui à Sablonceaux Politique | 08/04/2020

Benoît Biteau : « Il ne doit pas y avoir d’année blanche pour la PAC »

Masques distribués par la Gironde Politique | 07/04/2020

Jean-Luc Gleyze réaffirme la "solidarité nationale" de la Gironde

Jacqueline Dubois, députée de la 4e circonscription de la Dordogne Politique | 06/04/2020

Jacqueline Dubois, députée de Dordogne "en période de confinement, il y a autant d'activité, sinon plus"

Sophie Borderie Présidente du CD47 Politique | 02/04/2020

« Notre société tient par la base, par la solidarité » Sophie Borderie, présidente du CD47

Parlement européen Politique | 01/04/2020

Tribune libre - Jean-Michel Arrivé: Crise sanitaire : pour une plus grande solidarité européenne

Anglet marché vignette Politique | 01/04/2020

Anglet: la Ville aux sept villages renforce ses liens face au Covid-19

SNCF 2017 Politique | 31/03/2020

La Région Nouvelle-Aquitaine au chevet de la ligne Limoges-Brive

Jean Luc Gleyze, président du département de la Gironde Politique | 26/03/2020

Gironde: Jean-Luc Gleyze, le président du Département demande aux citoyens une mobilisation collective pour "résister" au Covid-19

Fronton de la mairie de Saint-Macaire, en Gironde Politique | 18/03/2020

MAJ DU 20/03/20 - 30 000 conseils municipaux s'apprêtent malgré tout à élire leur maire (ou pas)

Macron 16 mars 2020 Politique | 16/03/2020

Coronavirus : l'essentiel des annonces